Championnat de RDA de football

DDR Oberliga
Généralités
Sport Football
Création
Disparition
Organisateur(s) DFV
Éditions 42
Périodicité Annuelle
Lieu(x) Flag of East Germany RDA
Participants 14 équipes
Hiérarchie
Hiérarchie 1er échelon
Niveau inférieur DDR-Liga
Palmarès
Tenant du titre Hansa Rostock
Plus titré(s) Dynamo Berlin

Cette page vous propose une présentation de la DDR-Oberliga, la plus haute division de l'ancienne Allemagne de l'Est.

Cette Division 1 porta l'appellation d'« Ostzonenmeisterschaft » de 1947 à 1949, elle fut renommée « DDR-Oberliga » à partir de l'été 1949 et garda ce nom jusqu'en 1989.

Après la réunification allemande, dans le courant de la saison 1989-1990, elle fut rebaptisée Oberliga Nordost, puis disparut au terme du championnat 1990-1991.

Repères chronologiques

Histoire

Préambule

Après la reddition de l'Allemagne nazie, le territoire de l'ancien IIIe Reich est partagé en quatre zones d'occupation, chacune placée sous le commandement militaire d'une des nations alliés victorieuses : France, Grande-Bretagne, URSS et États-Unis.

Des tensions apparaissent rapidement et opposent les Soviétiques aux trois autres puissances. En juin 1949, les zones américaine, britannique et française forment la République fédérale d'Allemagne ou RFA. En réponse, en octobre de la même année, l'URSS de Staline fait de sa zone d'occupation la République démocratique allemande ou RDA .

Reprise des compétitions de football

Peu après la capitulation des Nazis, les Alliés décrètent l'interdiction et la dissolution de tous les clubs et associations allemands (voir Directive no 23). Des Sportgruppe ou Sportgemeinschaft (SG) peuvent ensuite être reconstitués localement mais seulement après avoir obtenu l'accord des autorités militaires. Au départ, ces activités devaient être locales mais dans les zones trois zones occidentales, elles prennent rapidement des dimensions plus régionales, ce qui n'est pas le cas dans la zone soviétique.

Entre la fin de l'année 1945 et le printemps 1947, de petites compétitions sont organisées dans les zones américaine (Sud) et française (Sud-Ouest), ainsi qu'à Berlin.

À l'été 1947, un premier "championnat national" est organisé. La DFB retrouve la totalité des prérogatives qu'elle avait été contrainte d'abandonner au régime hitlérien. Les compétitions reprennent officiellement sur tout le territoire allemand lors de la saison 1947-1948. Des Oberligen (Ligues supérieures) sont alors instituées, il y en a cinq : Nord, Ouest, Sud-Ouest, Sud et Berlin. Sur le reste du territoire, la compétition porte l'appellation d'Osterzonemeisterschaft. Pour ce championnat de reprise, les huit participants à la phase finale représentent leur "zone d'occupation" mais le qualifié de l'Est, le SG Planitz, se voit refuser le droit de participer par les autorités militaires soviétiques.

La scission

Avec l'interdiction faite au SG Planitz, la scission est prononcée. Elle se confirme lors des deux saisons suivantes. D'abord sur le plan politique, où les tensions et désaccords sont de plus en plus prononcés, mais aussi sur le plan de l'organisation des compétitions de football. En 1948-1949, la terminologie "zones d'occupation" disparait mais seules les cinq Oberligen de l'Ouest prennent part au championnat. Les équipes de la zone soviétique disputent entre elles ce qui devient le premier championnat est-allemand. Seule la zone de Berlin conserve encore un statut particulier, où des équipes de l'Ouest affrontent des formations de l'Est. Mais dès la saison 1949-1950, la séparation définitive est entérinée. En fin de championnat, le vice-champion berlinois, l'Union Oberschöneweide, formation localisée dans le secteur Est de Berlin, se voit interdire l'accès au tour final national. Les compétitions s'étaient déroulées comme lors de l'exercice précédent, mais la RDA venant d'être créée durant l'automne, la séparation est définitive et la plus haute ligue de la partie orientale de l'Allemagne devient la DDR-Oberliga.

Création

La plus haute division est nommée DDR-Oberliga. Sa composition est établie en qualifiant le champion et le vice-champion de chacun des Länder composant le territoire de la zone soviétique, à ces dix équipes s’ajoutent le 3e classé de la Saxe, considéré comme un des hauts lieux du football allemand. Les 12e et 13e places sont attribuées au vainqueur et au finaliste de la Coupe, la 14e se décide à la suite d'un barrage départageant une équipe de Saxe (Horch Zwickau) et une de Thuringe (SG Zeiss Jena). Le ZSG Horch Zwickau prend le dessus après une belle (1-1, 2-2 et 3-0) et devient le 14e club de l'élite est-allemande.

Clubs fondateurs de la DDR-Oberliga

La RDA instaure donc une ligue unique pour son élite près de 14 ans avant la RFA. Les décisions et volontés du Deutschen Sportauschusses influent alors sur la vie et le fonctionnement des clubs sportifs. La préférence est nettement donnée aux entités étatiques, qui reçoivent le principal soutien financier.

Organisation

Si l'on fait exception des trois années qui suivent immédiatement la Seconde Guerre mondiale, on peut considérer que la plus haute division est-allemande a toujours été jouée selon le principe d'une ligue unique. Composée de 14 équipes lors de sa création en 1949, elle voit le nombre d’équipes engagées fluctuer lors de ses cinq premières saisons. Il y a successivement 18, 19, 17 puis 15 formations. À partir de l'été 1954, la Division 1 est-allemande retrouve un format à 14, nombre qui ne changera plus jusqu’à la réunification en 1991.

Un autre élément reste également immuable durant toute cette période, le nombre d’équipes reléguées au niveau inférieur en fin de saison : 2, avec cependant trois exceptions, lors des compétitions 1951-1952 et 1952-1953 (4 relégués), ainsi qu'au terme du championnat 1953-1954 (3 relégués).

Juste en dessous de la DDR-Oberliga se trouve la DDR-Liga, équivalent de la 2e division.

Ingérence politique

La RDA, malgré les grands principes idéologiques communistes martelés par le pouvoir, est durant toute son existence un régime bureaucratique d'essence totalitaire de type stalinien. Tous les pouvoirs sont concentrés entre les mains du seul parti politique autorisé, le SED (Sozialistische Einheitspartei Deutschlands), qui gère et contrôle le déroulement de toutes les activités, y compris celles ayant trait aux sports.

Très populaire, le football est l'objet d'une attention permanente et toute particulière des responsables est-allemands qui confient sa gestion jusqu'en 1957 au Deutschen Sportauschusses (DS), puis à la Deutschen Turn-und Sportbundes (DTSB) qui fonde la Deutscher Fussball Verband (DFV) en 1958.

Modèle soviétique

Au terme de la saison 1954-1955, les dirigeants politiques de la RDA, par l'intermédiaire du Deutschen Sportauschusses, décident de calquer le déroulement des championnats de football sur le modèle soviétique, soit sur une année calendrier (du début du printemps à la fin de l'automne, suivi d'une longue trêve hivernale).

Durant l'automne 1955, les équipes de toutes les divisions sont appelées à jouer un "tour de transition" (Übergangsrunde) au terme duquel aucun champion n'est désigné. Il n'y a ni montée ni relégation à la fin de cet Übergangsrunde et la saison suivante, qui débute fin février, est donc millésimée 1956. Le principe sera appliqué durant quatre ans, jusqu'au terme de la "saison" 1960.

Arrêtés en décembre 1960, les championnats de football ne reprennent qu'à la fin de l'été 1961 en retrouvant le schéma conventionnel des calendriers sportifs (fin d'été d'une année - fin du printemps de la suivante) pour ce qui devient donc la saison 1961-1962, alors que dans la nuit du 12 au 13 août 1961 débute la construction du Mur de Berlin.

Saison 1989-1990

Le 9 novembre 1989, la plus importante page de l'histoire contemporaine allemande se tourne avec la chute du Mur de Berlin, qui ouvre définitivement les portes de la réunification allemande et marque le début de la fin du Bloc de l'Est. Au cours de cette saison, la DDR-Oberliga est renommée Oberliga Nordost (Ligue supérieur du Nord-Est).

Les Oberligen (clubs de l'élite est-allemande) se retrouvent au 3e niveau de la hiérarchie de la DFB, mais le Dynamo Dresde qui avait remporté le dernier titre est-allemand a néanmoins le droit de prendre part à la Coupe d'Europe des Clubs champions la saison suivante. Il y est éliminé en Quarts de finale par le futur Champion d'Europe, l'ER Belgrade (2 défaites par 3-0).

Les deux derniers du classements furent relégués en DDR-Liga qui avait été renommée "NOFV-Liga".

Dans le courant de la saison, de nombreux clubs changent leur appellation, le plus souvent pour reprendre leur dénomination historique mais aussi pour effacer les traces du régime stalinien. Ainsi, l'avant-dernier champion de l'Est, le Dynamo Dresde, devient le 1. FC Dynamo Dresde.

Saison 1990-1991

Cette saison est la dernière de la plus haute division est-allemande. La RDA cesse d'exister le 3 octobre 1990, soit quelques semaines après la reprise de la saison.

Selon les accords conclus entre les dirigeants de la DFB et de la DVB, deux clubs de l'Est (champion et vice-champion) se voient offrir une place dans la Bundesliga (première division allemande). Les deux élus sont le Hansa Rostock et le 1. FC Dynamo Dresde.

Dernier champion d'Allemagne de l'Est de l'Histoire, le Hansa Rostock participe la saison suivante à la Coupe d'Europe des Clubs champions. Cette épreuve institue pour la première fois une "phase de groupes" qui marque sa transformation en Ligue des Champions, mais le Hansa Rostock est éliminé dès le premier tour préliminaire par le futur champion, le FC Barcelone (défaite 3-0 puis victoire 1-0).

Les clubs classés de la 3e à la 6e place sont directement qualifiés pour la Zweite Bundesliga, les équipes ayant fini de la 7e à la 12e place prennent part à un tour de barrage avec les champions des deux groupes de la "NOFV-Liga pour tenter d'obtenir une des deux places encore ouvertes en 2. Bundesliga (deuxième division allemande).

Les 13 et 14e classés sont renvoyés en Oberliga Nordost et passent donc de la 1re division est-allemande à la 3e du football allemand réunifié.

Palmarès

Saison Champion Vice-champion
1948 SG Planitz Freiimfelde Halle
1949 ZSG Union Halle Fortuna Erfurt
1949/50 Horch Zwickau SG Dresden-Friedrichstadt
1950/51 BSG Chemie Leipzig Turbine Erfurt
1951/52 ZSG Turbine Halle Volkspolizei Dresde
1952/53 Dynamo Dresde SC Wismut Aue
1953/54 Turbine Erfurt BSG Chemie Leipzig
1954/55 Turbine Erfurt SC Wismut Karl-Marx-Stadt
1955 SC Wismut Karl-Marx-Stadt Empor Rostock
1956 SC Wismut Karl-Marx-Stadt Aktivist Brieske-Senftenberg
1957 SC Wismut Karl-Marx-Stadt ASK Vorwärts Berlin
1958 ASK Vorwärts Berlin Motor Iéna
1959 SC Wismut Karl-Marx-Stadt ASK Vorwärts Berlin
1960 ASK Vorwärts Berlin Dynamo Berlin
1961/62 ASK Vorwärts Berlin Empor Rostock
1962/63 Motor Iéna Empor Rostock
1963/64 BSG Chemie Leipzig Empor Rostock
1964/65 ASK Vorwärts Berlin Motor Iéna
1965/66 ASK Vorwärts Berlin FC Carl Zeiss Iéna
1966/67 FC Karl-Marx-Stadt Lokomotive Leipzig
1967/68 FC Carl Zeiss Iéna Hansa Rostock
1968/69 ASK Vorwärts Berlin FC Carl Zeiss Iéna
1969/70 FC Carl Zeiss Iéna ASK Vorwärts Berlin
1970/71 Dynamo Dresde FC Carl Zeiss Iéna
1971/72 FC Magdebourg Dynamo Berlin
1972/73 Dynamo Dresde FC Carl Zeiss Iéna
1973/74 FC Magdebourg FC Carl Zeiss Iéna
1974/75 FC Magdebourg FC Carl Zeiss Iéna
1975/76 Dynamo Dresde Dynamo Berlin
1976/77 Dynamo Dresde FC Magdebourg
1977/78 Dynamo Dresde FC Magdebourg
1978/79 Dynamo Berlin Dynamo Dresde
1979/80 Dynamo Berlin Dynamo Dresde
1980/81 Dynamo Berlin FC Carl Zeiss Iéna
1981/82 Dynamo Berlin Dynamo Dresde
1982/83 Dynamo Berlin FC Vorwärts Francfort
1983/84 Dynamo Berlin Dynamo Dresde
1984/85 Dynamo Berlin Dynamo Dresde
1985/86 Dynamo Berlin Lokomotive Leipzig
1986/87 Dynamo Berlin Dynamo Dresde
1987/88 Dynamo Berlin Lokomotive Leipzig
1988/89 Dynamo Dresde Dynamo Berlin
1989/90 Dynamo Dresde FC Karl-Marx-Stadt
1990/91 Hansa Rostock Dynamo Dresde

Champions

De 1955 à 1960, les compétitions est-allemandes furent calquées sur le modèle soviétique. C'est-à-dire qu'elles se déroulèrent durant une "année calendrier" du printemps à l'automne avec une longue trêve hivernale. Pendant l'automne 1955, un "tour de transition" (en Allemand : Übergangsrunde) de 13 matches fut joué sans désignation de champion ni de relégués.

Les compétitions reprirent leur cours normal (fin de l'été d'une année jusqu'au terme du printemps de l'année suivante) en vue de la saison 1961-1962. C'est pour cette raison que dans les archives, il n'y a pas de « Champion de RDA » pour le millésime 1961.

Titres Clubs Championnats gagnés
10 Dynamo Berlin 1979, 1980, 1981, 1982, 1983, 1984, 1985, 1986, 1987,1988.
8 Dynamo Dresde 1953,1971, 1973, 1976, 1977, 1978, 1989, 1990.
6 ASK Vorwärts Berlin 1958, 1960, 1962, 1965, 1966, 1969.
4 SC Wismut Karl-Marx-Stadt 1955, 1956, 1957, 1959.
3 FC Carl Zeiss Iéna 1963, 1968, 1970.
3 FC Magdebourg 1972, 1974, 1975.
2 BSG Chemie Leipzig 1951, 1964.
2 SC Turbine Erfurt 1954, 1955.
2 Hallescher FC 1949, 1952.
2 FSV Zwickau 1948, 1950.
1 FC-Karl-Marx-Stadt 1967.
1 Hansa Rostock 1991.

Statistiques

Matchs joués

Nom Équipe Matchs joués Saisons
Eberhard Vogel FC-Karl-Marx-Stadt/FC Carl Zeiss Iéna 440 1962/82
Alois Glaubitz BSG Sachsenring Zwickau 428 1956/73
Henning Frenzel 1. FC Lok Leipzig 420 1960/78
Hans-Jürgen Dörner Dynamo Dresde 392 1969/86
Reinhard Häfner Dynamo Dresde 391 1971/88
Wolfgang Seguin FC Magdebourg 380 1964/81
Joachim Streich Hansa Rostock/FC Magdebourg 378 1969/85
Frank Terletzki Dynamo Berlin 373 1970/86
Jürgen Croy BSG Sachsenring Zwickau 372 1965/81
Holger Erler SC Wismut Aue 359 1970/85

Les 10 meilleurs buteurs de la DDR-Oberliga

Non Équipe Buts Matchs Saisons
Joachim Streich Hansa Rostock/FC Magdebourg 229 378 1969/85
Eberhard Vogel FC Karl-Marx-Stadt/FC Carl Zeiss Iena 188 440 1962/82
Peter Ducke FC Carl Zeiss Iena 153 352 1960/77
Henning Frenzel 1. FC Lokomotive Leipzig 152 420 1960/78
Günter Schröter Dynamo Dresde/Berlin 142 321 1950/63
Hans-Jürgen Kreische Dynamo Dresde 131 234 1964/77
Rüdiger Schnuphase FC Carl Zeiss Iena/Rot-Weiß Erfurt 123 320 1972/86
Dieter Kühn 1. FC Lokomotive Leipzig 122 294 1974/91
Bernd Bauchspieß 1. FC Zeitz/Dynamo Berlin/BSG Chemie Leipzig 120 264 1959/73
Jürgen Heun Rot-Weiß Erfurt 114 341 1976/91

Records

Voir aussi...

Notes et références

Sources & Liens externes