Championnat de France fédéral de football 1943-1944

Championnat de guerre
1943-1944
Généralités
Sport Football
Organisateur(s) FFF
Lieu(x) Drapeau de la France France
Participants 16 équipes
Palmarès
Vainqueur Lens-Artois
Deuxième Lille-Flandres
Troisième Paris-Capitale
Meilleur(s) buteur(s) Drapeau : France Stefan Dembicki (41)

Navigation

Le championnat de France de football 1943-1944 est le cinquième championnat dit « de guerre ». C'est le seul championnat "fédéral" et professionnel de football organisé en France pendant ces années de guerre. Il a été remporté par l'équipe fédérale Lens-Artois.

Origines historiques

Le colonel Pascot, arrivé au poste de commissaire aux sports de Vichy un an plus tôt, ordonne deux nouvelles mesures pour la saison 1943-1944 :

  • Les 32 équipes professionnelles sont remplacées par 16 équipes fédérales.
  • Les anciens joueurs professionnels deviennent des moniteurs rémunérés comme des fonctionnaires et affectés aux nouvelles équipes fédérales.

Il s'agit en quelque sorte d'une nationalisation du football élite par la Révolution nationale du régime de Vichy.

Les clubs dépossédés de leurs sections professionnelles poursuivent leurs activités footballistiques, s'ils le veulent, dans des championnats amateurs. Ils sont toujours autorisés à participer à la Coupe de France, tout comme les nouvelles équipes fédérales.

Les 16 participants

Classement final

Classement
Rang Équipe Pts J G N P Bp Bc Diff
1 Lens-Artois 41 29 19 3 7 89 41 +48
2 Lille-Flandres 40 30 18 4 8 78 44 +34
3 Paris-Capitale 39 30 18 3 9 84 50 +34
4 Paris-Île-de-France 35 29 13 9 7 44 31 +13
5 Bordeaux-Guyenne 35 30 14 7 9 51 51 0
6 Toulouse-Pyrénées 31 27 13 5 9 82 52 +30
7 Nancy-Lorraine C 31 30 11 9 10 68 82 -14
8 Nice-Côte d'Azur 31 29 12 7 10 49 41 +8
9 Marseille-Provence 31 30 14 3 13 50 42 +8
10 Reims-Champagne 31 30 12 7 11 64 52 +12
11 Rennes-Bretagne 29 28 11 7 10 55 58 -3
12 Rouen-Normandie 27 29 9 9 11 47 68 -21
13 Lyon-Lyonnais 25 30 11 3 16 49 62 -13
14 Clermont-Auvergne 18 29 5 8 16 43 83 -40
15 Montpellier-Languedoc 15 30 6 3 21 45 85 -40
16 Grenoble-Dauphiné 11 30 4 3 23 33 99 -66
Résultat
  •      Champion de France 1943-1944
  •      Vice-champion de France 1943-1944
  • Abréviations

    C : Vainqueur de la Coupe de France 1943-44

Cinq matchs reportés ne sont finalement jamais joués (Toulouse-Lens, Rouen-Clermont, Rennes-Nice, Toulouse-Paris IDF et Rennes-Toulouse).

Meilleurs buteurs

Résumé de la saison

  • La création de seize équipes fédérales régionales ne tient pas compte de la géographie de football. Clermont hérite ainsi d'une équipe, alors que Sochaux n'en a pas. Les joueurs sochaliens viennent renforcer l'équipe de Nancy-Lorraine.
  • Certains matchs reportés ne sont finalement jamais joués. D'autres rencontres se disputent sur terrain neutre ; citons ici pour l'exemple l'équipe fédérale Rouen-Normandie qui disputa plusieurs matchs « à domicile » au Havre, mais aussi à Paris (Stade de Paris de Saint-Ouen). Les Bretons s'exilèrent au Mans, Lille à Roubaix, Lens à Bruay ou Saint-Ouen, Grenoble à Chambéry, Nancy à Lunéville, Nice et Lyon au Stade de Paris de Saint-Ouen.
  • Catastrophique en matière d'organisation et de jeu, la saison accouche toutefois d'un beau champion : Lens-Artois. Le titre est très disputé entre Lille, Lens et Paris. Les Lensois disputent leurs deux derniers matchs de la saison (matchs en retard) à Saint-Ouen, sur deux jours! Une défaite 1-2 face aux Lorrains le semble donner le titre à Lille, mais le lendemain, , Lens bat Lyon 3-1, et enlève officiellement le titre de champion de France. Le match en retard Toulouse-Lens ne sera jamais joué. Les transports deviennent en effet quasi impossibles en France suite aux multiples actions de Résistance visant à soutenir le débarquement allié en Normandie en désorganisant les déplacements des troupes allemandes.
  • 341 joueurs prennent part à ce championnat. 21 joueurs effectuent l'ensemble des matchs de leurs équipes : Schneider (gardien de but) et Muller (Toulouse), Marek, Fruleux et Stanis (Lens), Calmels et Huraut (Paris IDF), Somerlinck, Bihel et Baratte (Lille), Laurent (Montpellier), Bersoulé et Bongiorni (Paris-Capitale), Artigas (Rennes), J. Valle (Nice), Ben Ali et Band (Bordeaux), Magnin, Parregiani, Pessonneaux et Jacques (Nancy).
  • 176 joueurs marquent au moins un but. Le , le Parisien Bongiorni marque 7 buts face à Clermont.

Liens externes