Championnat de France de football 1933-1934

Division Nationale
1933-1934
Généralités
Sport Football
Organisateur(s) FFF
Édition 2e
Lieu(x) Drapeau de la France France
Participants 14 équipes
Statut des participants Professionnel
Site web officiel
Hiérarchie
Hiérarchie 1er échelon
Niveau inférieur Division 2 1933-1934
Palmarès
Tenant du titre Olympique lillois
Vainqueur FC Sète (1er titre)
Deuxième SC Fives
Troisième Olympique de Marseille
Relégué(s) OGC Nice
CA Paris
Meilleur(s) buteur(s) Drapeau : Hongrie Istvan Lukacs (28)

Navigation

Le championnat de France de football 1933-1934, de Division 1, est la deuxième saison du championnat de France de football. Le FC Sète remporte la compétition et signe à cette occasion le premier doublé coupe-championnat en France.

Clubs participants

Les sept premiers clubs de chaque groupe de l'édition précédente participent à cette deuxième saison dans une poule unique de 14 clubs qui s'affrontent en matchs aller-retour.

Compétition

Résultats

Tableau de résultats — mise à jour :
Résultats (▼dom., ►ext.) FCA ASC SCF OL OM SOM OGCN SCN CAP RCP SRUC EACR FCS FCSM
FC Antibes 4-1 0-7 3-1 1-3 3-3 3-2 4-2 3-1 1-0 1-1 2-1 3-0 3-1
AS Cannes 1-0 0-0 2-0 1-1 3-1 2-2 1-1 3-1 6-2 0-2 1-0 4-1 4-0
SC Fives 0-0 1-2 3-0 2-3 2-1 5-2 5-2 2-0 3-3 5-0 1-0 4-2 3-0
Olympique lillois 4-0 3-1 1-1 6-1 6-2 3-0 3-1 4-1 0-0 5-4 4-2 6-0 2-2
Olympique de Marseille 3-2 4-0 2-1 1-3 3-1 4-0 7-3 3-1 4-1 7-1 2-4 3-3 4-0
SO Montpellier 3-2 0-0 4-1 2-1 3-3 3-1 2-4 3-2 1-0 1-2 2-6 4-1 3-2
OGC Nice 1-1 3-1 0-0 3-2 0-3 1-1 1-2 5-2 2-0 4-2 3-3 1-4 2-1
SC Nîmes 5-0 4-1 3-4 3-3 0-2 2-0 5-2 5-1 3-1 5-3 3-0 0-2 7-1
CA Paris 1-3 5-1 0-1 0-3 3-1 1-4 6-1 7-0 1-4 3-6 3-6 2-3 4-6
RC Paris 5-2 5-1 1-0 1-0 0-1 3-0 4-3 1-1 4-1 2-3 3-3 1-1 0-2
Stade rennais UC 2-2 2-2 1-0 1-5 1-0 2-6 2-1 6-2 8-2 2-1 5-2 4-4 2-2
Excelsior AC Roubaix 2-3 3-1 1-1 2-0 4-3 3-2 3-1 1-0 3-2 3-6 4-2 3-3 2-1
FC Sète 4-2 4-0 2-2 1-0 1-0 1-1 4-0 8-2 6-2 2-1 3-1 4-2 3-1
FC Sochaux 6-4 3-3 1-3 3-5 4-1 0-0 3-1 6-3 2-3 3-2 6-2 1-2 3-2
  •      Victoire à domicile
  •      Match nul
  •      Victoire à l'extérieur

Classement final

Classement
Rang Équipe Pts J G N P Bp Bc Moy
1 FC Sète C 34 26 14 6 6 69 52 1,327
2 SC Fives 33 26 13 7 6 57 31 1,839
3 Olympique de Marseille 33 26 15 3 8 69 46 1,5
4 Olympique lillois T 32 26 14 4 8 70 40 1,75
5 Excelsior AC Roubaix 30 26 13 4 9 65 59 1,102
6 Stade rennais UC 27 26 11 5 10 67 75 0,893
7 FC Antibes 27 26 11 5 10 52 60 0,867
8 SO Montpellier 26 26 10 6 10 53 55 0,964
9 SC Nîmes 25 26 11 3 12 68 72 0,944
10 AS Cannes 25 26 9 7 10 42 52 0,808
11 RC Paris 23 26 9 5 12 51 49 1,041
12 FC Sochaux 22 26 9 4 13 60 70 0,857
13 OGC Nice 17 26 6 5 15 42 69 0,609
14 CA Paris 10 26 5 0 21 55 90 0,611

Victoire à 2 points

Résultat
  •      Champion de France 1933-1934
  •      Vice-champion de France 1933-1934
  •      13e et 14e : relégation en Division Interrégionale
  •      Abandon du professionnalisme en fin de saison
  • Abréviations

    T : Tenant du titre
    C : Vainqueur de la Coupe de France 1933-34

En cas d'égalité entre deux clubs, le premier critère de départage est la moyenne de buts.

Leader journée par journée

Football Club de Sète 34Olympique de MarseilleOlympique lillois (football)Olympique de MarseilleOlympique lillois (football)Sporting Club fivoisOlympique de MarseilleOlympique lillois (football)Sporting Club fivoisFootball Club de Sète 34Sporting Club fivoisFootball Club de Sète 34Montpellier Hérault Sport ClubSporting Club fivoisCercle athlétique de Paris

Tableau d'honneur

Montent en D1 Red Star Olympique Olympique Alès FC Mulhouse RC Strasbourg
Descendent en D2 OGC Nice CA Paris

La division voit l'arrivée de deux clubs supplémentaires pour passer la saison suivante à seize clubs.

Meilleurs buteurs

Place Joueur Nationalité Club Buts
1er Istvan Lukacs Drapeau de la Hongrie Hongrie FC Sète 28
2e Walter Wollweiler Drapeau de l'Allemagne Allemagne Stade rennais UC 25
3e Roger Courtois Drapeau de la France France FC Sochaux 23
4e Vaclav Bara Drapeau de la Tchécoslovaquie Tchécoslovaquie SC Fives 19
- André Simonyi Drapeau de la France France Olympique lillois 19
- Joseph Alcazar Drapeau de la France France Olympique de Marseille 19
7e Karoly Kovacs Drapeau de la Hongrie Hongrie FC Antibes 17
8e Vilmos Kohut Drapeau de la Hongrie Hongrie Olympique de Marseille 16
9e Ernest Libérati Drapeau de la France France SC Fives 15
10e Arpad Belko Drapeau de la France France FC Antibes 14
- Jean Boyer Drapeau de la France France Olympique de Marseille 14
- Josef Silný Drapeau de la Tchécoslovaquie Tchécoslovaquie SC Nîmes 14
- Émile Veinante Drapeau de la France France RC Paris 14

Statistiques

  • Meilleure attaque : Olympique lillois avec 70 buts marqués en 26 matchs
  • Meilleure défense : SC Fives avec 31 buts encaissés en 26 matchs
  • Plus mauvaise attaque : AS Cannes et OGC Nice avec 42 buts marqués
  • Plus mauvaise défense : CA Paris avec 90 buts encaissés.

Résumé de la saison

Outre les catastrophiques résultats de Sochaux et du Racing, le sprint final pour le titre fut assurément le plus étonnant de l'histoire. Le quotidien L'Auto annonce pourtant clairement en une dès le  : « L'Olympique de Marseille est virtuel champion de France ». Sète ne compte qu'un petit point d'avance et une différence de buts défavorable alors qu'il reste encore trois matchs à jouer pour l'OM, aucun pour Sète. Il suffit à Marseille d'un match nul lors de ces trois matchs en retard pour fêter le titre. Tout le monde en convient : Marseille est « virtuellement » champion. Le FC Sète part alors en tournée en Afrique monnayer sa toute fraîche victoire en Coupe de France face aux mêmes Marseillais. Les joueurs sétois se trouvent à la terrasse du café « Roi de la bière » à Casablanca, au Maroc, quand ils apprennent la nouvelle : Marseille a perdu ses trois matchs en retard, Sète est champion[1]. Le match décisif a lieu le 20 mai (match en retard de la 24e journée) face à l'Excelsior de Roubaix. L'Excelsior s'impose 2-4 à l'Huveaune devant 10 000 spectateurs[2].

À noter l'abandon du professionnalisme par l'OGC Nice au terme de la saison[3].

Notes

  1. coll., 100 ans de football en France, Paris, Atlas, p.131-132
  2. Le Petit Parisien, N°20901 du 21 mai 1934, p.4, sur gallica.bnf.fr.
  3. Gilles Gauthey, Le football professionnel français, Paris, 1961, p.143