Championnat de France de football 1932-1933

Division Nationale
1932-1933
Généralités
Sport Football
Organisateur(s) FFF
Édition 1re
Lieu(x) Drapeau de la France France
Date du
au
Participants 20 équipes
Statut des participants Professionnel
Site web officiel
Hiérarchie
Hiérarchie 1er échelon
Niveau inférieur Ligues régionales
Palmarès
Vainqueur Olympique lillois (1er titre)
Finaliste AS Cannes
Relégué(s) Club français
Hyères FC
FC Mulhouse
Red Star Olympique
FC Metz
Olympique Alès
Meilleur(s) buteur(s) Drapeau : France Robert Mercier (15)
Drapeau : République de Weimar Walter Kaiser (15)

Navigation

Le championnat de France de football 1932-1933, nommé Division Nationale, est la première édition du championnat de France de football professionnel. L'Olympique lillois remporte cette première édition du championnat.

Historique

Contexte et organisation

La tenue du premier championnat de France de football en 1932 se heurte à deux notions nouvelles dans le pays ; l'organisation d'un championnat d'envergure nationale d'une part, et la professionnalisation des clubs et des joueurs d'autre part. En effet, le football, bien qu'il ait commencé à se professionnaliser dès 1885 en Angleterre, est encore régi sous statut amateur en France dans les années 1920. La loi empêchant les clubs de rémunérer ses joueurs, les dirigeants des clubs français doivent alors trouver des solutions pour faire venir les meilleurs joueurs dans leur équipe. La plupart contournent la loi en pratiquant l'amateurisme marron, qui consiste à rémunérer indirectement les joueurs, en leur offrant par exemple la gestion d'un commerce ou un emploi dans une entreprise locale.

Portrait de Jules Rimet
Jules Rimet, président de la FFFA, est l'un artisans de la création d'un championnat de France professionnel.

En France, depuis la fin de la Première Guerre mondiale en 1918, les championnats de football sont organisés par les Ligues régionales. Au nombre d'une quinzaine, chaque Ligue organise annuellement un championnat appelé Division d'Honneur, consacrant un champion régional jusqu'en 1932[1]. Il n'y a donc pas de championnat national, alors que de nombreux pays européens en organise depuis au moins 1905 (Angleterre, Écosse, Irlande du Nord, Belgique, Pays-Bas, Italie, Suisse, Hongrie, Allemagne et Suède)[s 1].

La volonté de mettre fin aux pratiques de l'amateurisme marron, en convergence avec les conceptions économiques de la majorité des dirigeants du football français, mène alors vers la fin des années 1920 à l'idée d'une création d'un championnat national professionnel. Afin de mettre en place les statuts des joueurs et des clubs professionnels, des commissions fédérales sont organisées entre janvier 1929 et janvier 1932[s 2]. Elles regroupent des membres de la Fédération française de football, dont le président Jules Rimet et le secrétaire général Henri Delaunay, des représentants des grands clubs et des Ligues, comme Georges Bayrou (FC Sète), Henri Jooris (Ligue du Nord et Olympique lillois) ou encore Henri Jevain (Ligue de Paris), mais aussi de journalistes, à l'image de l’ancien international Gabriel Hanot et d'Emmanuel Gambardella[s 2].

Portrait de Henri Jooris
Des tensions entre le GCA et la Ligue du Nord, présidée par Henri Jooris, poussent l'Amiens AC, le RC Roubaix et l'Olympique lillois à démissionner. Jooris, également président de l'Olympique lillois, finit par réintégrer son club.

Après de nombreuses discussions, l’institution du professionnalisme est massivement votée au Conseil national du 17 janvier 1931 par 128 voix contre 20, dont treize de la Ligue de Paris, plus une abstention par Jules Rimet[s 3]. Le statut des clubs autorisés à utiliser des joueurs professionnels est défini un an plus tard par la fédération, les 16 et 17 janvier 1932, celle-ci se réservant de plus le droit d'autoriser ou non les clubs à adhérer au « Groupement de Club Autorisés » (GCA), et donc à participer au premier championnat de France[s 4]. Les dossiers sont à envoyer avant le 15 mars, l'Olympique d'Antibes étant le premier club à répondre à l'appel, dès le 25 janvier[2].

Dans un premier temps, vingt-quatre clubs font une demande d'autorisation à utiliser des joueurs professionnels. Les résultats tombent en avril. Dix-sept de ces clubs sont acceptés : l'Olympique Alès, l'Amiens AC, l'Olympique d'Antibes, l'AS Cannes, le Hyères FC, l'Olympique lillois, l'Olympique de Marseille, le CA Messin (qui prend le nom de FC Metz suite à son admission), le SO Montpellier, le FC Mulhouse, l'OGC Nice, le SC Nîmes, le Club français, l'Excelsior AC Roubaix, le RC Roubaix, le FC Sète et le FC Sochaux, auxquels s'ajoutent trois autres clubs franciliens, sous réserve de s'affilier à la FFFA : le Red Star Olympique, le RC Paris et le CA Paris. Trois clubs sont refusés : le Club Deportivo Espagnol Bordeaux, le SC Bastidienne et l'Union Sportive du Vésinet. Le cas du dernier club, le Sporting Club de Saint-Étienne, reste en suspens. En mai et en juin, les trois clubs parisiens s'affilient à la fédération, tandis que deux nouveaux candidats se signalent, le Stade rennais UC, dont la candidature est acceptée, et le FC Grasse, refusé en compagnie du SC Saint-Étienne, portant à vingt-et-un les clubs devant participer au championnat[2].

La journée du 27 juin amène des changements importants. Des tensions entre le GCA et la Ligue du Nord, dirigée par le président de l'Olympique lillois Henri Jooris, poussent trois des quatre clubs de la Ligue à démissionner du GCA : l'Amiens AC, le RC Roubaix et l'Olympique lillois. Le jour même, les dix-huit clubs restant sont répartis en deux groupes de neuf par la Commission du professionnalisme, le calendrier étant validé le 11 juillet. Devant la démission des Lillois, le président du club de la banlieue lilloise du SC Fives, Louis Henno, décide de faire adhérer son club au professionnalisme. Sa demande est acceptée le 22 juillet[3]. Plusieurs joueurs de l'Olympique lillois quittent alors le club pour leurs voisins fivois. Pour pallier ces départs, l'Olympique lillois revient sur sa décision et demande son affiliation à la FFFA. Bien que la demande est hors délai, la fédération l'accepte le 1er août, portant à vingt les clubs amenés à disputer le premier championnat de France professionnel de l'histoire du football français[3],[2].

Organisation

Le championnat, pour la seule et unique fois dans l'histoire du championnat de France, est organisé en deux groupes dont les vainqueurs s'affrontent ensuite en finale sur un seul match au stade olympique Yves-du-Manoir de Colombes. Chaque équipe rencontre deux fois chacune des autres équipe de son groupe, une fois à domicile et une fois à l'extérieur. Deux points sont attribués pour une victoire, un point pour un match nul et aucun pour une défaite. En cas d'égalité de points, les équipes sont départagées à la moyenne de buts. Les trois dernières équipes de chaque groupe sont relégués en Division 2.

Participants

Clubs du groupe A[1],[4]
Club Entraîneur Stade
Club français Drapeau : Danemark Kaj Andrup Stade de Paris (4), Stade Buffalo (2), Colombes (2), Stade Jean-Bouin (1)
Hyères FC Drapeau : France Charles Comte Stade Perruc
Olympique lillois Drapeau : Belgique Robert De Veen Stade Victor-Boucquey
Olympique de Marseille Drapeau : Angleterre Charlie Bell Stade de l'Huveaune
FC Mulhouse Drapeau : Hongrie Franz Platko[n 1],[5]
Stade de Bourtzwiller
OGC Nice Drapeau : Autriche Jim MacDewitt Stade Saint-Maurice
SC Nîmes Drapeau : Angleterre Andrew Wilson Stade Jean-Bouin
RC Paris Drapeau : Angleterre Jimmy Hogan Parc des Princes (4), Stade Jean-Bouin (2), Stade de Paris (2), Colombes (1)
Excelsior AC Drapeau : Angleterre Thomas Griffiths Stade Amédée-Prouvost
FC Sète Drapeau : Angleterre Sydney Regan Stade des Métairies
Clubs du groupe B[1],[4]
Club Entraîneur Stade
Olympique d'Alès non connu Stade de la Prairie
Olympique d'Antibes Drapeau : France M. Valère Stade du Fort Carré
AS Cannes Drapeau : Écosse William Aitken Stade des Hespérides
SC Fives Drapeau : Angleterre George Berry Stade Félix-Virnot
FC Metz Drapeau : Autriche Willy Steyskal Stade Saint-Symphorien
SO Montpellier Drapeau : France René Dedieu Parc des Sports
CA Paris Drapeau : Hongrie Ferenc Kónya[6],[7] Stade de Paris (4), Stade Buffalo (3), Parc des Princes (2)
Red Star Olympique Drapeau : Hongrie Fischer[8],[9] Stade de Paris (8), Stade Elizabeth (1)
Stade rennais UC Drapeau : Hongrie Kalman Szekany Parc des Sports
FC Sochaux-Montbéliard Drapeau : Écosse Victor Gibson Stade de la Forge
Maillots des équipes du groupe A[10],[11]
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Club français
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Hyères FC
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
O. lillois
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
O. Marseille
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
FC Mulhouse
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
OGC Nice
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
SC Nîmes
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
RC Paris
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Excelsior AC
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
FC Sète
Maillots des équipes du groupe B[10],[11]
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
O. Alès
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
O. Antibes
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
AS Cannes
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
SC Fives
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
FC Metz
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
SO Montpellier
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
CA Paris
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Red Star
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Stade rennais UC
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
FC Sochaux

Résumé

Équipe du FC Metz en mars 1933

Le coup d’envoi du championnat est donné le 11 septembre (voir ci-dessous). D’entrée, plusieurs surprises sont à signaler, au premier chef le succès du CA Paris à Sochaux. De plus, le revers à domicile de l'Olympique lillois face à l’Olympique de Marseille laissait augurer une saison difficile pour les Dogues. Il n’en fut rien. L’OM peut toutefois se vanter d’avoir battu deux fois le futur champion de France. Le 11 décembre 1932, à l’occasion de la manche retour, les Marseillais s’imposent à l’Huveaune au terme d’un « match scandaleux ». L’OM mène en effet rapidement 2-0 quand la partie dégénère. Expulsion de plusieurs joueurs, puis refus des Lillois de poursuivre le match, qui s’achève finalement sur le score de 7-0. Le Marseillais Jean Boyer fut l’un des rares joueurs marseillais solidaires des Lillois. Ce dernier eu en effet l’occasion d’inscrire au moins quatre nouveaux buts, mais il s’y refusa… Il se contenta ensuite de jouer normalement dans ses 50 mètres, sans franchir la ligne médiane.

Le match scandaleux de Marseille est vite éclipsé par un nouveau scandale : l'Olympique d'Antibes aurait tenté d’acheter le match décisif face au SC Fives (victoire 5-0). Le club de la Côte d’Azur est déclassé et n’est pas autorisé à disputer la finale du championnat face à Lille. Le dauphin d’Antibes, l’AS Cannes, joue la finale le 14 mai à Paris devant 16 000 spectateurs. Sur un terrain rendu très gras par la pluie, Cannes et Lille se livre à une course poursuite finalement remportée 4-3 par les nordistes. Winckelmans inscrit le but décisif.

À l’issue de la saison, les trois derniers de chaque groupe, soit six clubs, sont relégués en Deuxième division qui prend forme. Quatorze clubs s’affronteront ainsi dans une poule unique en première division lors de la saison 1933-34.

Classements et résultats

Le championnat est divisé en deux groupes de dix équipes se rencontrant en matchs aller-retour. En cas d'égalité entre deux clubs, le premier critère de départage est la moyenne de buts. Les deux vainqueurs de groupe se rencontrent lors d'une finale pour désigner le club champion de France. La finale est remportée après prolongation par l'Olympique lillois face à l'AS Cannes. Cannes termine deuxième de son groupe mais participe tout de même à la finale à la suite du déclassement de l'Olympique d'Antibes.

Groupe A

Classement

Classement
Rang Équipe Pts J G N P Bp Bc Moy
1 Olympique lillois 28 18 14 0 4 41 23 1,783
2 Olympique de Marseille 23 18 10 3 5 40 24 1,667
3 RC Paris 21 18 8 5 5 40 36 1,111
4 FC Sète 20 18 8 4 6 32 32 1
5 SC Nîmes 19 18 8 3 7 37 38 0,974
6 Excelsior AC C 18 18 5 8 5 32 37 0,865
7 OGC Nice 15 18 5 5 8 26 32 0,813
8 Club français 13 18 5 3 10 43 50 0,86
9 Hyères FC 12 18 4 4 10 22 29 0,759
10 FC Mulhouse 11 18 4 3 11 36 48 0,75
Résultat
  •      Qualifié pour la finale du championnat
  • Relégation
  •      8e, 9e et 10e : relégation en Division 2
  • Abréviations

    C : Vainqueur de la Coupe de France 1932-33

Évolution du classement

Clubs / Journées
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
Journées
en tête
Journées
relégable


















Club français 4 6 8 4 6 6 6 7 7 6 7 8 8 8 8 8 8 8 0 8
Hyères FC 8 5 6 8 9 9 9 9 9 9 10 10 10 9 9 9 9 9 0 16
Olympique lillois 8 3 3 3 3 2 2 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 11 1
Olympique de Marseille 2 1 1 1 1 1 1 2 2 2 2 2 2 2 2 2 2 2 6 0
FC Mulhouse 6 9 7 9 10 10 8 8 8 10 9 9 9 10 10 10 10 10 0 16
OGC Nice 6 4 4 5 4 5 4 4 3 5 6 6 6 7 6 7 7 7 0 0
SC Nîmes 4 7 5 6 5 4 5 5 4 3 3 5 5 5 5 5 5 5 0 0
RC Paris 2 8 9 7 8 7 6 6 5 4 4 3 4 3 3 3 3 3 0 3
Excelsior AC 10 10 10 10 7 8 10 10 10 8 8 7 7 6 7 6 6 6 0 10
FC Sète 1 2 2 2 2 3 3 3 6 7 5 4 3 4 4 4 4 4 1 0

Résultats

Tableau de résultats
Résultats (▼dom., ►ext.) OL OM RCP FCS SCN EAC OGCN CF HFC FCM
Olympique lillois 1-2 4-1 4-2 4-0 2-0 3-0 5-3 2-1 2-0
Olympique de Marseille 7-0 1-0 3-1 2-0 2-2 1-0 5-1 1-2 3-1
RC Paris 0-1 3-1 5-3 3-1 2-2 2-2 4-1 2-1 2-1
FC Sète 1-0 1-1 3-2 1-1 0-2 1-2 3-2 1-0 1-1
SC Nîmes 0-3 1-3 5-1 1-3 2-0 2-0 3-1 3-0 3-1
Excelsior AC 2-1 2-1 1-1 0-3 4-4 2-2 4-1 2-1 2-2
OGC Nice 2-3 1-0 0-0 2-2 2-3 2-2 2-0 2-1 5-2
Club français 1-3 6-2 5-5 2-3 5-2 2-2 2-0 2-2 5-0
Hyères FC 0-1 1-1 1-2 1-2 2-2 3-1 1-0 3-1 1-1
FC Mulhouse 1-2 1-4 3-5 3-1 3-4 6-2 5-2 2-3 3-1
Légende des résultats
  •      Victoire à domicile
  •      Match nul
  •      Victoire à l'extérieur

Groupe B

Classement

Classement
Rang Équipe Pts J G N P Bp Bc Moy
1 Olympique d'Antibes 24 18 10 4 4 39 21 1,857
2 AS Cannes 22 18 8 6 4 37 24 1,542
3 FC Sochaux 22 18 9 4 5 40 31 1,29
4 SO Montpellier 21 18 9 3 6 37 36 1,028
5 CA Paris 20 18 8 4 6 38 37 1,027
6 Stade rennais UC 18 18 7 4 7 41 36 1,139
7 SC Fives 17 18 6 5 7 42 48 0,875
8 Red Star Olympique 14 18 4 6 8 38 29 1,31
9 FC Metz 13 18 5 3 10 25 51 0,49
10 Olympique Alès 9 18 2 5 11 25 49 0,51
Résultat
  •      Qualifié pour la finale du championnat
    L'Olympique d'Antibes est déclassé juste avant la finale. L'AS Cannes joue la finale contre l'Olympique lillois.
  • Relégation
  •      8e, 9e et 10e : relégation en Division 2

Évolution du classement

Clubs / Journées
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
Journées
en tête
Journées
relégable


















Olympique Alès 10 7 9 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 0 17
Olympique d'Antibes 4 4 3 2 1 2 1 1 2 2 2 1 1 1 1 1 1 1 10 0
AS Cannes 5 3 1 1 2 1 2 2 1 1 1 3 2 2 2 2 2 2 6 0
SC Fives 6 8 5 4 3 3 5 5 6 6 7 7 7 7 7 7 7 7 0 1
FC Metz 8 10 10 9 8 6 9 9 9 9 9 9 8 8 8 9 9 9 0 17
SO Montpellier 3 1 2 3 5 4 4 3 4 5 5 6 6 6 5 6 5 4 1 0
CA Paris 1 6 6 8 9 8 7 6 5 7 6 4 4 5 6 4 4 5 1 3
Red Star Olympique 7 9 7 6 4 7 6 8 8 8 8 8 9 9 9 8 8 8 0 12
Stade rennais UC 2 2 4 5 6 5 3 4 3 3 3 2 3 4 3 5 6 6 0 0
FC Sochaux 9 5 8 7 7 9 8 7 7 4 4 5 5 3 4 3 3 3 0 4

Résultats

Tableau de résultats
Résultats (▼dom., ►ext.) OAn ASC FCSM SOM CAP SRUC SCF RSO FCM OAl
Olympique d'Antibes 1-0 4-1 0-2 3-0 3-1 5-0 2-0 1-1 0-0
AS Cannes 3-0 1-1 3-0 2-2 3-0 5-5 2-1 0-1 2-0
FC Sochaux 1-3 2-1 2-3 1-3 2-1 6-4 1-1 5-0 5-2
SO Montpellier 2-1 1-2 2-0 3-4 1-0 4-2 1-1 7-3 2-0
CA Paris 2-3 1-1 3-5 2-2 3-1 1-2 2-2 2-1 2-1
Stade rennais UC 0-0 5-4 1-1 6-1 3-1 0-1 3-1 4-0 4-0
SC Fives 0-5 1-1 2-2 2-3 0-2 4-4 3-2 8-1 3-0
Red Star Olympique 2-3 1-1 0-1 4-0 3-4 6-2 0-1 2-2 5-0
FC Metz 3-2 0-2 0-3 2-1 2-3 1-2 0-0 1-7 4-0
Olympique Alès 3-3 2-4 0-1 2-2 2-1 4-4 7-4 0-0 2-3
Légende des résultats
  •      Victoire à domicile
  •      Match nul
  •      Victoire à l'extérieur

Finale

Finale Olympique lillois 4 - 3 AS Cannes Stade olympique Yves-du-Manoir, Colombes

Barrett But inscrit après 25 minutes25e
Varga But inscrit après 30 minutes30e
Winckelmans But inscrit après 75 minutes75e
Winckelmans But inscrit après 86 minutes86e
(2 - 0) But inscrit après 59 minutes59e Fecchino
But inscrit après 78 minutes78e Calecca
But inscrit après 82 minutes82e Tourniaire
Spectateurs : 16 000

Défossé Gardien de but - Vandooren, Théry - Meuris, MacGowan, Beaucourt - Decottignies, Varga, Delannoy, Amand, Winckelmans Équipes Roux Gardien de but - Tourniaire, Nagy - Béraudo, Kvasz, Cler - Calecca, Fecchino, Bardot, Hillier, Cornelli

Statistiques

Meilleurs buteurs

photo de Robert mercier
Robert Mercier finit co-meilleur buteur du championnat.

Deux joueurs finissent meilleur buteur du championnat avec quinze buts : l'international français du Club français Robert Mercier et l'allemand Walter Kaiser, du Stade rennais UC. Le SC Fives, meilleure attaque du groupe B, place trois de ses joueurs dans les dix meilleurs buteurs : Robert Saint-Pé, André Cheuva et Ernest Libérati[13].

Liste des meilleurs buteurs du championnat[13]
Joueur Club Buts
1 Drapeau : France Robert Mercier Club français 15
. Drapeau : République de Weimar Walter Kaiser Stade rennais UC 15
3 Drapeau : France Joseph Alcazar Olympique de Marseille 14
. Drapeau : France Pierre Fecchino AS Cannes 14
5 Drapeau : Autriche Karl Klima Olympique d'Antibes 13
. Drapeau : Uruguay Renato Finamore Red Star Olympique 13
7 Drapeau : France Robert Saint-Pé SC Fives 12
. Drapeau : Royaume de Hongrie Istvan Zavadsky SO Montpellier 12
. Drapeau : France Pierre Bertrand Red Star Olympique 12
10 Drapeau : France André Cheuva SC Fives 11
. Drapeau : France Ernest Libérati SC Fives 11
. Drapeau : France Julien Dominique Stade rennais UC 11

Aspects socio-économiques

L'épreuve est sponsorisée par le quotidien généraliste parisien Le Petit Parisien. La presse généraliste parisienne et provinciale assure une bonne couverture de cette saison inaugurale. Quelques rares matches sont diffusés à la radio, telle la finale du 14 mai 1933. Radio Paris, Le Poste Parisien et Radio PTT assurent la couverture du match en direct[14].

Supporters

Certains déplacements de supporters sont enregistrés. Citons pour l'exemple les 200 supporters du SC Nîmes qui font le déplacement à Paris le 2 octobre 1932 pour assister au match face au Club français[15]. Lors de cette rencontre, couplée avec un RC Paris-Excelsior Roubaix au Stade Jean-Bouin, 500 personnes entrent en force dans le stade sans payer[16]. La resquille, généralement moins violente, est un problème récurrent et nombre de clubs se plaignent de cette situation. Pas ou très peu de forces de sécurité afin de sécuriser les abords des stades sauf à quelques rares occasions comme le fameux mach international France-Autriche du 12 février 1933 où la Garde républicaine est à l'œuvre devant le Parc des Princes[17].

La saison est marquée par quelques incidents en tribune. Parmi les plus graves, citons ici les matches Nice-Club français du 6 novembre 1932 avec insultes racistes pour le joueur noir Embarek et jet de pierre sur Boros[18] et Hyères-Mulhouse du 15 janvier 1933 avec violences du public au stade et devant l'hôtel des visiteurs[19].

En fin de saison, le public de l'Excelsior de Roubaix est désigné meilleur public de France par l'Amicale des Joueurs de Football. Deux joueurs de chaque club de D1 ont été consultés[20].

Notes et références

Notes

  1. Nombre de sources indiquent l'Autrichien Ferdinand Swatosch comme entraîneur cette saison, mais il fut remercié avant le début du championnat.

Références

  1. Slimani, p. 149
  2. a et b Slimani, p. 152
  3. Slimani, p. 153
  4. Slimani, p. 156
  1. a, b et c (en) « France - List of Regional Champions 1919-1932 », (consulté le 5 octobre 2016)
  2. a, b et c « Les débuts du professionnalisme dans le football », sur footballenfrance.fr
  3. a et b Paul Hurseau et Jacques Verhaeghe, Olympique Lillois. Sporting Club Fivois. Lille O.S.C., Alan Sutton, coll. « Mémoire du Football », , 128 p. (ISBN 2842530802), p. 19 et 41
  4. a et b « France - Trainers of First and Second Division Clubs », sur rsssf.com, Rec.Sport.Soccer Statistics Foundation
  5. Paris-Soir N° 11 septembre 1932 sur Gallica.bnf
  6. Paris-Soir, N° 1er septembre 1932, p.4 sur Gallica.bnf
  7. Paris-Soir, N° 17 septembre 1932, p.4 sur Gallica.bnf
  8. Paris-Soir, N° 4 septembre 1932, p.4 sur Gallica.bnf
  9. Paris-Soir, N° 11 octobre 1932, p.9 sur Gallica.bnf
  10. a et b « Championnat de France 1932/1933 », sur om4ever.com
  11. a et b Lemaire, p. 64b-64c
  12. Le Matin,N°17708 du 12 septembre 1933, p.4
  13. a et b Lemaire, p. 136
  14. Le Petit Parisien, no 20529 du 14 mai 1933, p. 9, « Courrier des amateurs de TSF », sur gallica.bnf.fr.
  15. Paris-Soir, N° du 1er octobre 1932, p.4 sur gallica.bnf.
  16. Paris-Soir, N° du 3 octobre 1932, p.9 sur gallica.bnf.
  17. Photo : la garde républicaine faisant circuler la foule qui n'a pas pu entrer sur gallica.bnf.fr
  18. Le Petit Niçois, N° 7 novembre 1932, p.7 sur cg06.fr
  19. Paris-Soir, N° 17 janvier 1933, p.4 sur gallica.bnf
  20. Paris-Soir, N° 12 avril 1933, p.4 sur gallica.bnf

Annexes

Bibliographie

  • Eric Lemaire, Le guide français et international du football, Éditions de Vecchi, (ISBN 2-7328-6810-8)
  • Gilles Gauthey, Le football professionnel français, 1961
  • Alfred Wahl, Archives du football, Paris, Gallimard, 1989
  • Alfred Wahl et Pierre Lanfranchi, Les footballeurs professionnels des années trente à nos jours, Paris, Hachette, 1995
  • Arnaud Ramsay et Paul Dietschy, Ligue 1 : 80 ans de football professionnel, Paris, Solar, 2013

Liens externes

Articles connexes