Château de Pommiers (Vérac)

Château de Pommiers
Image illustrative de l’article Château de Pommiers (Vérac)
Le château et sa chapelle
Période ou style Victor Louis
Début construction XIIIe siècle
Fin construction XVIIIe siècle
Propriétaire initial Famille de Pommiers
Destination initiale Château seigneurial
Destination actuelle Propriété Privée
Protection Non Classé
Coordonnées 44° 59′ 16″ nord, 0° 19′ 18″ ouest[1]
Pays Drapeau de la France France
Anciennes provinces de France Guyenne
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Gironde
Commune Vérac

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Château de Pommiers

Le château de Pommiers est situé à l'extrémité des communes de Vérac et de Villegouge dans l'ancien Duché de Fronsac, aujourd'hui Canton de Fronsac en Gironde. Il est le siège de l'ancienne sirerie de Pommiers [2]. Fief des anciens vicomtes de Fronsac, cette terre noble avait le contrôle jusqu'à la fin du XVIIIe siècle des communes environnantes actuelles.

Château de Pommiers à Vérac France.JPG

Histoire

Époque gallo-romaine

C’est dans un vallon, à quelques kilomètres du bourg de Vérac, près d’une source et sur un petit promontoire calcaire que fut construite jadis une villa gallo-romaine. C’est en 1740, en creusant un fossé que des ouvriers trouvèrent des tombeaux taillés dans le roc de deux en deux parfaitement alignés, des glaives rongés par la rouille, des vases de plusieurs formes, des ossements pulvérisés, des fragments de glaives et des javelines. On y découvrit enfin des médailles romaines, dont une de l’empereur Antonin. C’est en effectuant des travaux dans les jardins du château de Pommiers en 1776 que l’on trouva les fondations de murailles d’une grande épaisseur entremêlées de briques. Cette Villa romaine était un Pomerium à son origine (limite tracée par un sillon de charrue lors d'un rite de fondation), d'où le nom de Pomers, Pomiers, Pomyers et enfin Pommiers dans sa version actuelle. La villae ou curtis aux époques mérovingiennes et carolingiennes, rappelle le modèle des villae gallo-romaines de type latifundiaire et servira de matrice à la constitution en seigneurie (sirerie) de ce fief. Ces découvertes attesteraient d’une ancienneté du site suffisamment importante pour dire que la famille de Pommiers tira son nom de la possession de cette seigneurie de temps immémoriaux.

Époque médiévale

Les seigneurs successifs du lieu de Pommiers élevèrent sur les ruines de la Villa romaine un château Fort. Ce château fort était le siège d’une sirerie[3] dont ils portaient le titre. Au XIIe siècle ils étaient déjà seigneurs de la paroisse de Vérac (alias Veyrac olim Beyrac). Les sires de Pommiers y avaient droits de haute et basse justice mais également de sépulture et de litre. Ce château, qui existait déjà au XIIIe siècle, agrandi au XIVe siècle, était entouré de larges fossés creusés dans le roc. Son enceinte était d’une grande étendue. Au milieu du XIVe siècle, la Famille de Pommiers faisait partie des plus puissantes familles d'Aquitaine[4].

Au XIVe siècle, le sire de Pommiers, Guillaume-Sanche de Pommiers (1315-1367) devient vicomte de Fronsac[5] en épousant Jeanne de Fronsac (1324-1353), héritière de la vicomté de Fronsac, fille de Raymond V [6](1303-1363), vicomte de Fronsac et d'Assalide d'Albret. En 1343, Guillaume-Sanche de Pommiers effectue des missions diplomatiques en Castille avec Jean de Brocas [7], responsable des écuries royales du roi d'Angleterre, pour ramener en Angleterre des Genêts. Les Pommiers, les Brocas (alliés aux Pommiers), les Durfort, Lespart et Bergerac avaient de grandes compétences techniques équestres ainsi que des élevages de chevaux réputés sur leurs terres. Guillaume-Sanche de Pommiers vicomte de Fronsac, maria une de ses filles, Livie de Pommiers (dite de Fronsac) à Louis Achard qui reçut alors en dot la sirerie de Pommiers. Ce dernier accompagna Guillaume-Sanche de Pommiers, vicomte de Fronsac en Espagne avec l'armée du Prince Noir qui séjourna à Pommiers. Cette armée comptait de nombreux chevaliers gascons dont de nombreux familiers du Prince Noir, comme Bernard de Brocas, connétable de Bordeaux qui se rendaient souvent à Fronsac et à Pommiers.

Charles Achard, fils de Louis Achard, rendit un Hommage féodal au duc de Guyenne en 1373 pour la seigneurie de Pommiers. La famille Achard, à travers plusieurs branches familiales en Saintonge, Angoumois, Périgord et bordealais, conserva les fiefs de Pommiers, de Vérac et les maisons nobles de Literie (Leyterie) à Vérac et La Lande de Fronsac durant plusieurs siècles.

Époque moderne

Le Château et les terres passèrent par alliances des Achard à la famille de Fronsac dont la fille et unique héritière, Henriette Charlotte de Fronsac épousa en 1775 Jean-Antoine de Brons[8] dont la famille était originaire du Quercy, faisait partie de la noblesse du Périgord. Le château de Pommiers ainsi que les autres biens de la Famille de Brons à Vérac furent mis sous séquestre par la Révolution française à cause de l'émigration en mai 1792 de Jean-Antoine de Brons et de son fils. La famille de Brons racheta ces mêmes biens spoliés vingt trois ans plus tôt en 1815 avec le retour des Bourbons sur le trône de France. À l'extinction de la famille de Brons, le château et l'ensemble des biens furent vendus.

Le domaine

Le château de Pommiers, situé au pieds d'une source, avec de très nombreux hectares de prairies, parc, allées, forêts, étangs et vignes d'un seul tenant, était également un domaine viticole qui produisait entre 60 et 80 tonneaux de vin blanc et rouge par an [9]. Le domaine a été entièrement remanié au XVIIIe siècle par Jean-Antoine de Brons, alors nouveau seigneur du lieu, pour transformer la forteresse féodale avec ses tours et fossés en agréable demeure de son temps : Jardins à la française, parc, pièce d'eau, vignes et architecture style Victor Louis.

Architecture

Le château

Il reste du château médiéval de Pommiers modifié en profondeur au début du XVIIIe siècle : la motte féodale, quelques bases de murailles, les prisons et l'ancien Donjon. Ce dernier est incorporé au bâtiment principal actuel. Le château, modifié au XVIIIe siècle et en partie détruit par un incendie au XXe siècle est aujourd'hui un grand rectangle élégant à étages avec fronton. Deux ailes avec pavillons lui donnent une forme en « U ». Une tour et des bâtiments qui fermaient l'ensemble ainsi que des communs de ferme ont aujourd'hui disparus.

La chapelle

Chapelle Notre-Dame-de-la-Mongie vue du château.

La chapelle actuelle, placée sous le vocable de Notre Dame de la Mongie (du nom d'une ancienne église du village) occupe une aile du château aménagée comme telle et agrandie à la fin du XXe siècle par des communautés religieuses successives. Le fief de Pommiers dans le passé ne possédait pas de chapelle privée, car les propriétaires du lieu avaient droits de ban, d'armoiries et de sépultures dans l'église de Vérac [10].

Chaque dimanche, depuis presque quarante ans, la messe catholique de Saint Pie V y est célébrée[11].

Le sous-sol

L'ensemble du sous-sol est partagé entre des galeries de carrières de pierre et des souterrains non visitables.

Les sires de Pommiers

Liste des seigneurs de Pommiers, des origines à la Révolution française. Cette seigneurie s'est transmise par alliances entre toutes ces familles.

Famille de Pommiers

Armoiries Famille de Pommiers. Fascé d'argent et d'azur.
  • Amanieu Ier (c.1026/1030)[12] est le premier personnage connu de cette famille. La branche aînée s'éteindra en 1377 avec la décapitation de Guillaume-Sanche IV de Pommiers, vicomte de Fronsac, à Bordeaux par ordre du roi d'Angleterre pour trahison à la couronne.
  • Guillaume-Amanieu de Pommiers (c.1087).
  • Pons Ier de Pommiers (c.1119/1125)-(c.1123/1126)-(c.1126/1155)-(c.1141).
  • Amanieu II de Pommiers (c.1210)-(c.1213)
  • Amanieu III de Pommiers (c.1213)-(c.1246) épouse Marie de Pins.
  • Guillaume-Sanche Ier de Pommiers (1274-mort vers 1310)
  • Guillaume-Sanche II de Pommiers (mort vers 1335) épouse Béatrice Rossell
  • Guillaume-Sanche III de Pommiers, sire de Pommiers, vicomte de Fronsac (mort vers 1368) épouse Jeanne de Fronsac (1324-1353), héritière de Raymond V (1297-1363), Vicomte de Fronsac (Liste des comtes et ducs d'Angoulême) et d'Assalide d'Albret (1289-....) de la Maison d'Albret.
  • Guillaume-Sanche IV de Pommiers, vicomte de Fronsac (mort en 1377 à Bordeaux décapité).
  • Livie de Pommiers (dite de Fronsac) née vers 1325, héritière de la sirerie de Pommiers et de la seigneurie de Vérac, épouse noble Louis Achard.

Les Pommiers seront encore représentés à la fin du XIVe siècle par la branche cadette issue de Bertrand de Pommiers (mort vers 1385), frère de Guillaume-Sanche III (mort vers 1368) qui avait épousé Jeanne, héritière de la vicomté de Fronsac. En 1382 Bertrand de Pommiers est vicomte de Fronsac. Il avait épousé Peyronne d'Argadens d'où Guillot de Pommiers (mort vers 1389) qui avait épousé Jeanne de Budos.

Famille Achard

Famille Achard de Vérac, sire de Pommiers en 1429, d'argent à trois bandes de gueules, en chef trois étoiles de même.
Famille Achard, seigneurs de Vérac, Pommiers et Thiou, Théon en Saintonge 1489-1698, Ecartelé, aux 1 et 4, échiquetés d'or et d'azur; aux 2 et 3 de gueules, à 3 pals d'hermine.

La famille Achard[14] est originaire du Poitou. Connue dès le début du XIIe siècle avec Robert Achard (auteur de la branche normande) et Pierre Ier Achard auteur des autres branches dont celles des seigneurs de Vérac, sires de Pommiers[15].

  • Louis Achard, né vers 1315 et mort en Espagne en 1370, épouse Livie de Pommiers (alias de Fronsac), fille de Guillaume-Sanche IV de Pommiers, née vers 1325[16]. Il reçoit en dot la sirerie et le château de Pommiers ainsi que la seigneurie de Vérac qui y était attachée. Ils eurent un fils Charles Achard.
  • Charles ACHARD (Né vers 1355-Mort avant 1408), fils de louis Achard , fit hommage de la sirerie de Pommiers à Edouard, Prince de Galles, comme duc de Guyenne en 1373. Ce dernier épousa une demoiselle de Cadillac d'où deux enfants :
  • Pierre Achard, co-seigneur de Pommiers et de Vérac, d'où sortiront également les branches Achard, seigneurs des Augiers, de Mauconseil, de Terrefort et Romefort[17] en bordelais et Achard de Théon en Saintonge qui seront aussi seigneurs de Pommiers, Vérac et Leyterie.
  • Jacques Achard, co-seigneur de Pommiers et de Vérac est mort noyer au siège d'Orléans le 6 mai 1429. Il avait épousé Jeanne Joumart[18] dame de Sufferte et fille d'Yvonne de Creyssac.
  • Jacques Achard, gentilhomme ordinaire de la chambre du roi, épouse 1° Marguerite Bouchard puis 2° Marie Portier de Callières[19].
  • Henri Achard, fils du précédent, épouse Catherine du Breuil de Théon (Cozes)
  • Charles Achard, seigneur de Théon, Vérac et Pommiers, épouse Anne-Louise Boscal de Réals (1647-1699)[20]
  • Henriette Achard, unique héritière de Pommiers, Vérac et autres lieux, épouse Henri de Fronsac

Famille de Fronsac

Famille de Fronsac, d'or à trois trèfles de sinople, deux en un, au chef retrait passé d'or et de gueules de cinq pièces.

La famille de Fronsac, lointaine branche cadette de l'ancienne Maison des vicomtes de Fronsac au XIVe siècle, descendait de Gaillard de Fronsac qui vivait en 1400. Ils étaient seigneurs d'Uch, de Lachapelle et Gardedeuil en Périgord [21] mais également seigneurs de la sirerie de Pommiers, des maisons nobles de Leyterie à Vérac et en partie La Lande-de-Fronsac, du fief de Cleyrac à Villegouge ainsi que de la paroisse de Vérac en Fronsadais[22].

  • Henri de Fronsac (1635-1693), épouse vers 1670 Henriette Achard, unique héritière des fiefs de Pommiers, Vérac et Leyterie.
  • Louis-François-Henry de Fronsac (1679-1736), épouse d'Henriette-Charlotte de Balavoine de Pontus. Fille unique et héritière de sa famille.
  • Henriette-Charlotte de Fronsac, épouse en 1775 Jean-Antoine de Brons. Fille unique et héritière de nom et d'armes de sa famille.

Famille de Brons

La famille de Brons était connue depuis noble Jean de Brons qui vivait en 1400. Famille de la noblesse du Périgord, Quercy, Agenais et Bordelais[23].

Famille de Brons, d'azur à trois rocs d'échiquier d'or.
  • Jean-Antoine de Brons[24] épouse Henriette-Charlotte de Fronsac. Gouverneur de Libourne, Coutras, Castillon et Fronsac. Commissaire Général des Princes à Luxembourg et Lunebourg pendant l'Émigration française (1789-1815).
  • Philippe-Antoine-Déodat de Brons-Cézerac (né à Libourne en 1776), émigra à la révolution avec son père et rentra en France en 1802. Maire de Vérac 1809-1813.
  • William-Philippe-Louis de Brons-Cézerac, sous la Restauration (histoire de France) décédé au château de Pommiers sans alliance le 02 juin 1834.
  • Philippe-Léon de Brons-Cézerac, frère du précédant, décéda à Bordeaux en 1893.

Bibliographie

  • Guinodie, Raymond, Histoire de Libourne et des autres villes et bourgs de son arrondissement : accompagnée de celle des monuments religieux, civils et militaires, de celle des ordres monastiques, de celle des ducs, comtes, marquis, vicomtes, chevaliers, etc., Libourne, R. Guinodie, , 500 p. (lire en ligne)
  • Guillaume-Sanche, Élie de Pommiers et leurs frères vers 1340-1360, par Françoise Beriac et Éric Ruault, Cahiers de recherches médiévales et humanistes, 1996.
  • La Seigneurie en Bordelais d'après la pratique notariale (1715-1789), Gérard Aubin, Publications de l'Université de Rouen no 149. Page 418, note (92).
  • Société Archéologique de Bordeaux, 1920. Volume 38-40. Voir article sur Émilien Piganeau en 1896 Essai de répertoire Archéologique du département de la Gironde article sur Vérac et le Château de Pommiers.
  • Essais Historiques et notices sur la Ville de Libourne et ses environs, par Jean-Baptiste-Alexandre Souffrain, 1806. (Voir Page 300).
  • Société Archéologique de Bordeaux, 1874 et 1906. Article "Château de Pommiers, à Vérac" et "Seigneurs de Pommiers".
  • Commission des monuments et documents historiques et des bâtiments civils, 1843 (page 19).
  • Archives Généalogiques et historiques de la Noblesse de France, par P.-Louis Laîné 1836. (Famille Achard sgr de Pommiers et de Vérac).
  • Revue Historique de Bordeaux et du département de la Gironde, 1933 Vol. 26 à 27. (Pommiers à Vérac).
  • Destins de la noblesse bordelaise(1770-1830), par Michel Figeac 1996. Famille de Brons.
  • L'automne des gentilshommes : Noblesse d'Aquitaine, noblesse française au siècle des Lumières, par Michel Figeac 2002.
  • Commission des arts et monuments historiques de la Charente Inférieure, 1883 (Famille Achard, sgr de Théon, Vérac et Pommiers).
  • Le bronze en Occident, par José Gomez 1995.
  • Bordeaux et ses vins, classés par ordre de mérite, par Charles Cocks 1874 (Gravure du château de Pommiers).
  • Journal d'Emigration, par Jean-Antoine de Brons en 1792, présentation, transcription et annotation par Patrick Richet, Éditions de l'Entre-deux-Mers, 2014, préface de Michel Figeac. (Gravure du château de Pommiers au XVIIIe siècle et portrait de Jean-Antoine de Brons).
  • A Bas la Révolution ! Le Choix de l'Honneur - Jean-Baptiste de Brons et l'Emigration Militaire, par Elise Laurens, Master, Université Bordeaux III 2011, en deux volumes.

Notes et références

  1. Coordonnées vérifiées sur Géoportail et Google Maps
  2. * Les Châteaux historiques et Vinicoles de la Gironde, Édouard Guillon, Bordeaux 1869.
  3. sirerie ou baronnie, titre d'une terre noble dont le seigneur se qualifiait de sire ou de baron, vassaux immédiats de la couronne. Titre de terres réservées jadis à la haute noblesse. Sirerie ou Sirauté ou Principauté équivalait à Baronnie.
  4. Elle possédait de nombreux fiefs et avait fait construire au XIVe siècle un village fortifié dans la vallée de la Vignague, du nom de Castrum de Pommiers, siège de la vicomté de Pommiers au XVIe siècle dont Nicolas de Bohier fut le premier vicomte, aujourd'hui sur la commune de Saint-Félix-de-Foncaude.
  5. Histoire généalogique et héraldique des pairs de France et des grands dignitaires de la couronne, des principales familles nobles du royaume, Volume 5, voir article sur les "vicomtes de Fronsac", par Jean-Baptiste Jullien de Courcelles, Paris 1825.
  6. Blason : D"azur, à trois demi-pals d'or, mouvants du chef. Couronne de vicomte. Histoire généalogique et héraldique des pairs de France. Volume 5. Par Jean-Baptiste Jullien de Courcelles, 1825.
  7. * The Family of Brocas, of Beaurepaire and Roche Court, Montagu Burrows 1886 Oxford. (Famille de Brocas en Aquitaine et en Angleterre, XIIIe-XVIIIe siècle).
  8. Journal d'émigration, Jean-Antoine de Brons, par Patrick Richet, préface de Michel Figeac, Éditions de l'Entre-deux-Mers, 2014.
  9. Bordeaux et ses vins, classés par ordre de mérite, par Charles Cocks 1874 (Gravure du château de Pommiers).
  10. Le droit de ban et d'armoiries dans l'Église de Vérac par le seigneur de Pommiers et Vérac. La Seigneurie en Bordelais d'après la pratique notariale (1715-1789), Gérard Aubin, Publications de l'Université de Rouen no 149. Page 418, note (92).
  11. Localisation et horaires
  12. L'Entre-Deux-Mer et son Identité. Actes du septième Colloque tenu à Sauveterre-de-Guyenne les 25 et 26 septembre 1999. Article page 29 sur le Castrum de Pommiers, la famille de Pommiers, généalogies et historique des propriétaires de Pommiers à Saint-Félix-de-Foncaude par Sylvie Faravel, Jean-Claude Huguet, Christian Martin, Michel Martinaud.
  13. Blason d'origine de la Famille Achard : D'argent à 3 fasques abaissées de gueules, surmontées de 3 doubles deltas de sable entrelacés l'un dans l'autre. Armorial du Bordelais, Tome 1, page 5 "Achard" Marquis d'Argence et page 6 branche cousine "Achard" des Augiers, Monconseil, Terrefort, Les deux branches furent seigneurs de Pommiers à Vérac. Détails des seigneuries, titres et alliances et blasons, par Pierre Meller 1906. Dictionnaire des Familles Françaises anciennes ou notables à la fin du XIXe siècle,, Evreux 1903 par C.d'E.-A. Dictionnaire Historique et Généalogique du Poitou, par H. Beauchet-Filleau et Paul Beauchet-Filleau, Poitiers 1891.
  14. La famille Achard tenait un rang considérable dès les Xe, XIe et XIIe siècle. Elle était divisée en plusieurs branches répandues en Normandie, Angleterre , Poitou, Bordelais, Touraine. Des membres de cette famille Achard "de Chinon", seigneur de Pommiers-(près Chinon), possédait le fief de Pommier(s)-Aigre, près de Chinon dans la commune de Saint-Benoît-la-Forêt (Couvent de Grandmontains dit Notre Dame de Grandmont dit Prieuré de Pommier(s)-Aigre, fondé par Henri II d'Angleterre ainsi que le fief de Cravant Cravant-les-Coteaux à la fin du XIIe siècle et au tout début du XIIIe siècle Cravant les Coteaux par Pierre-Marie Danquigny 10 novembre 2014. Dictionnaire Géographique, historique et biographique d'Indre-et-Loire, page 418 : Seigneurs de Cravant - le 4° seigneur connu est Pierre Achard, chevalier-Bannerêt, fils de Pierre Achard, Gouverneur de Poitiers vers 1162 et d'Elisabeth RAYMOND, épousa la fille unique et héritière du seigneur de Pommiers-(près Chinon) dont les armes étaient : D'azur à trois étoiles d'or ; Il vivait encore en 1213. Pierre Achard de Pommiers-(près de Chinon) était présent sur une liste de chevalier Banneret de Touraine sous le roi de France Philippe II Auguste. Pierre Achard de Pommiers-(en forêt de Chinon) perdit sa bannière à la Bataille de Bouvines (Histoire de Touraine - Histoire depuis la conquête des Gaules par les Romains jusqu'à la l'année 1790, par Jean-Louis Chalmel). Jehan-Michel BERNARD (né à Angoulême en 1126-mort en 1205) participa à la seconde croisade. Il épousa Jacquette Achard de Pommiers-(près Chinon), fille de Jacques Achard, seigneur de Pommiers-Aigre (près Chinon). Généalogie Famille BERNARD qui portait comme blason en 1147 : D'hermines orlé d'or, sur le tour un écusson d'azur chargé en chef de trois étoiles d'or. Devise : In Deo florbat. Cette branche Achard, seigneur de Pommiers-Aigre (près Chinon), maria un de ces descendants, Louis Achard (ca 1310-après 1369) à Livie de Pommiers dite aussi Livie de Fronsac car son père était Guillaume-Sanche de Pommiers (Vérac en Gironde), vicomte de Fronsac et devient alors Louis Achard, sire de Pommiers et seigneur de Vérac en Gironde. En 1698 ils sont seigneurs de Vérac et du château de Pommiers en Fronsadais, de Thiou près d'Archiac, du Château de Théon à Arces (Charente-Maritime) (Archives généalogiques et historiques de la noblesse de France. Volume 11, par Louis Lainé. Nobiliaire de la Généralité de La Rochelle) ; alliés à la puissante Famille du Breuil de Théon. (Histoire et Généalogie de la Maison de Polignac. Georges Martin 2002). Blason de la Famille du Breuil (ou Dubreuil) de Théon : D'argent à la bande d'azur, accompagnée de deux étoiles de gueules.
  15. Les Chateaux Historiques et Vinicoles de la Gironde. Edouard Guillon - Tome Quatrième, page 212, article Châteaux de Pommiers et de Vérac - Bordeaux 1869.
  16. Cubzac-les-Ponts en Gironde
  17. Leur enfant, Audouin Achard, prit le nom et les armes de Joumart (D'azur à trois besants d'or) en substitution de son oncle. Audouin fut seigneur de Sufferte, de La Borde, de Légé et de Brangelie. Il fut présenté par sa mère au sire de Pons, Jacques, seigneur de Pons et de Ribérac, pour son vassal le 12 août 1446. Il fit hommage le 5 mars 1464 à Alain, sire d'Albret.
  18. Famille de Saintonge-Angoumois. Blason : D'argent à trois fasces brettessées et contrebrettessées de sable.
  19. Archives Historiques de la Saintonge et de l'Aunis, volume 2, pour Arces, canton de Cozes (Charente-Maritime).
  20. Essais Historiques et notices sur la ville de Libourne et ses environs. Par Jean-Baptiste-Alexandre Souffrain. 1806 Notice sur cette famille qui descendait des anciens vicomtes de Fronsac, alliés aux Pommiers.
  21. Rôles des Bans et Arrière-Bans de la Noblesse du Périgord de 1689 à 1692. Par Aymard comte de Saint Saud, 1930. Blason dans Généalogies Périgourdines par le Comte de Saint-Maud 1925, page 213 dans l'article sur la famille de Brons. Blason sur les plans de la façade du Château de Pommiers posé en écu avec les armes des Brons surmontées d'une couronne de vicomte. Dessin de la main de Jean-Antoine de Brons.
  22. Jean-Antoine de Brons portait le Titre de courtoisie de comte (voir gravure de son portrait dans le livre de Patrick Richet "Journal d'Emigration" aux Éditions de l'Entre-deux-Mers), avant d'opter pour celui de vicomte de Brons de Vérac et Baron de Cézerac et de Pommiers après avoir épousé Henriette-Charlotte de Fronsac.
  23. Blason dans le livre : Généalogies Périgourdines, article Famille de Brons, par le comte de Saint-Maud, page 199, Bergerac 1925. Armorial de la noblesse du Périgord, page 7 numéro 142 "De Brons". Archives Départementales de la Gironde. Livre de Raison 1775-1791 de Jean-Antoine de Brons. réf. FR AD 33, 3 JE 105

Articles connexes