Cerneux

Cerneux
Cerneux
Église de Cerneux.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Seine-et-Marne
Arrondissement Provins
Canton Provins
Intercommunalité Communauté de communes du Provinois
Maire
Mandat
Véronique Neyrinck
2014-2020
Code postal 77320
Code commune 77066
Démographie
Gentilé Cernois
Population
municipale
319 hab. (2016 en augmentation de 2,57 % par rapport à 2011)
Densité 14 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 41′ 38″ nord, 3° 20′ 47″ est
Altitude Min. 132 m
Max. 192 m
Superficie 22,10 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Cerneux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Cerneux

Cerneux est une commune française située dans le département de Seine-et-Marne en région Île-de-France.

Ses habitants sont appelés les Cernois. Au dernier recensement de 2016, la commune comptait 319 habitants.

Géographie

Cerneux est une commune localisée dans l'arrondissement et le canton de Provins[1].

Communes limitrophes

Hydrographie

Histoire

Cerneux, du latin circus, signifiant « cercle », est protégée par Montglas à l'ouest, Vignory au nord et Chevrière à l'est. La commune a été mentionnée au XIIe siècle sous le nom de Sethneux[1].

L'histoire de Cerneux est, dès le XIIIe siècle, étroitement liée à celle du château de Montglas, situé à l'ouest du village. La seigneurie, très tôt détenue par des membres de l'entourage royal, prend rapidement de l'importance[5]. Alors que la Guerre de Cent Ans approche de son terme, un des principaux artisans des victoires françaises, Jean Bureau, grand maître de l'artillerie de Charles VII, acquiert la terre de Cerneux, dont hérite son fils Pierre. Celui-ci, sans postérité, teste en faveur de ses beaux-frères, Geoffroy Cœur, fils de Jacques Cœur, grand argentier du roi, et Guillaume Dauvet. Leurs familles s'implantent à Montglas et aux alentours, notamment à Champcenest et aux Marêts. Germaine Cœur, fille de Geoffroy, dame de Montglas, épouse un Harlay, dont les descendants, les Clermont d'Amboise garderont le fief jusqu'à la Révolution, tandis que la baronnie est érigée en marquisat. Plusieurs membres de la famille sont des familiers de la cour du roi : Françoise de Longuejoue, épouse de Robert de Harlay, proche d'Henri IV, devient « madame de Montglas ». Elle est nommée par le roi gouvernante des Enfants de France. Le futur Louis XIII l'appelle « maman Ga ». Sa fille, Jeanne de Harlay, marquise de Saint-Georges, est chargée de la même mission auprès de la Grande Mademoiselle. Les Mémoires de cette dernière relatent plusieurs étapes et séjours à Montglas. Une autre Madame de Montglas est, sous Louis XIV, la maîtresse de Bussy-Rabutin. Ce dernier la dissimule sous le surnom de Bélise dans Histoire amoureuse des Gaules. La commune, quoique traversée par la route nationale 4, conserve son caractère à la fois rural et seigneurial[5].

Politique et administration

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
juin 1995 En cours Georgette Ruffier    

Démographie

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[7].

En 2016, la commune comptait 319 habitants[Note 1], en augmentation de 2,57 % par rapport à 2011 (Seine-et-Marne : +4,43 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
320258318346359449416473465
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
478510531489503461468442448
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
431365361342356340310309303
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
309275223191243278286311319
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie

Personnalités liées à la commune

Lieux et monuments

  • Château de Monglas, cette demeure fut habitée par Georges Minoret, beau-frère de Martial Caillebotte, lui-même frère du peintre. Le tableau Rue de Paris, temps de pluie, Chicago, the Art Institute en orna les murs jusqu'en 1950.
  • Église Saint-Brice : datant du XIIIe siècle. Classée monument historique depuis 1926[10].

Événements

Culture

Véritable capitale de l'amour, Cerneux est choisi depuis des décennies par nombre de couples pour s'unir en justes noces, que ce soit à l'église ou à la mairie. Plus encore, de nombreux jeunes mariés ayant dit « oui » dans d'autres communes choisissent de célébrer l'événement sur les terres de Cerneux.

Sports

Voir aussi

Bibliographie

Articles connexes

Liens externes

Notes et références

Notes

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références

  1. a et b « Fiche signalétique de Cerneux », sur Atome 77 (consulté le 4 septembre 2012)
  2. Sandre, « L’ Aubetin »
  3. Sandre, « Le Ru de Volmerot »
  4. Sandre, « fossé 03 du Bouchot »
  5. a et b « Cerneux, tirée de Tigris / Flohic Editions, œuvre collective » (consulté le 4 septembre 2012)
  6. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  10. site officiel de la communauté de communes du Provinois: http://www.cc-du-provinois.fr/index.php?NA=Decouverte&NB=patrimoine&Act=recherche&O=306