Centrosome

Schéma d'un centrosome.

Dans les cellules animales, le centrosome est le centre cellulaire organisateur des microtubules, COMT (MTOC en anglais).

Description

Un centrosome est un organite non membrané qui se compose d'une paire de centrioles, entourée par un nuage de matériel amorphe appelé matériel péricentriolaire. Il s'agit d'un édifice composé de deux fois neuf triplets de microtubules (avec trois protofilaments entre chaque microtubule), formant la paroi d'un cylindre. Cet ensemble constitue donc un centre organisateur des microtubules ou MTOC, à partir duquel s'effectue la nucléation des microtubules grâce à la présence, à sa surface, d'anneaux de tubuline γ, homologue de la protéine ARP pour l'actine.
Les microtubules polymérisent à partir de ce centre organisateur qui représente le point de ralliement des microtubules, lui forgeant alors un rôle primordial dans le trafic intracellulaire. Le centrosome a un rôle dans l'orientation des cellules et est à l'origine des cils et des flagelles.

Durant l'interphase, le centrosome est responsable de la nucléation microtubulaire.
Le centrosome se duplique au cours de la phase de synthèse (pendant l'interphase) et, pendant la mitose, se sépare pour former les deux pôles du fuseau mitotique (appareil mitotique). Il y a donc 2 paires de centrioles appelées chacune « diplosome », c'est de ces deux pôles que seront nucléés les microtubules du fuseau mitotique.

Remarques

  • Dans les cellules végétales, il n'y a pas de centrosome, mais le "gamma-tubulin ring complex" y est conservé et permet la nucléation de nouveaux microtubules. Cette nucléation est microtubules dépendante, c'est-à-dire qu'elle a lieu le long de microtubules déjà existants. En absence de centrosome et de centriole, dans les cellules végétales on parle généralement d'un centre organisateur de microtubule diffus. L'absence de centrosome n’empêche pas la division cellulaire d'avoir lieu, les cellules végétales ne sont d'ailleurs par les seules à ne pas avoir de centrosome, les ovocytes en sont également dépourvu, lors de la division les pôles du fuseau sont simplement moins focalisés[1].
  • Les levures ne possèdent pas de centrosome, mais ont un MTOC, situé en périphérie du noyau, mais aussi le long de microtubules déjà existants, cette structure est à la base de la formation des microtubules[2].
  • Les neurones n'ont pas de centrosome.
  • Les cellules cancéreuses contiennent un ou plusieurs centrosomes supplémentaires, mais peuvent néanmoins se reproduire. Ceci est une caractéristique propre, connue depuis le début du XXe siècle, qui pourrait peut-être permettre de mieux cibler ces cellules par de nouveaux médicaments anti-cancéreux que l'on cherche à développer[3].
    L'exposition de certaines cellules au bisphénol A pourrait perturber les centrosomes et peut-être expliquer un risque accru de cancer de la prostate chez les hommes exposés à cette molécule (qui est aussi un perturbateur endocrinien)[4] ;

Cycle du centrosome

Le centrosome est une entité très complexe dont le fonctionnement reste quelque peu mystérieux.

Schéma explicatif du cycle du centrosome

Notes et références

  1. (en) Kinda Masoud, Etienne Herzog, Marie-Edith Chabouté et Anne-Catherine Schmit, « Microtubule nucleation and establishment of the mitotic spindle in vascular plant cells », The Plant Journal, vol. 75,‎ , p. 245–257 (ISSN 1365-313X, DOI 10.1111/tpj.12179, lire en ligne)
  2. (en) Johanna L. Höög, Cindi Schwartz, Angela T. Noon et Eileen T. O'Toole, « Organization of Interphase Microtubules in Fission Yeast Analyzed by Electron Tomography », Developmental Cell, vol. 12,‎ , p. 349–361 (ISSN 1534-5807, PMID 17336902, DOI 10.1016/j.devcel.2007.01.020, lire en ligne)
  3. Guiguen Anthony ; Les centrosomes surnuméraires, faille des cellules cancéreuses ; RevueBiofutur, no 313, p. 12 ; (ISSN 0294-3506), 2010 (Résumé avec Inist/Cnrs)
  4. Tarapore P, Ying J, Ouyang B, Burke B, Bracken B & Ho SM. (2014) Exposure to bisphenol A correlates with early-onset prostate cancer and promotes centrosome amplification and anchorage-independent growth in vitro ; PLoS One. Mar 3;9(3):e90332. doi:10.1371/journal.pone.0090332. eCollection 2014 (résumé)

Voir aussi

Bibliographie

Articles connexes

Liens externes