Catherine Schaub

Catherine Schaub
Catherine Schaub Metteur en scène.JPG

Catherine Schaub en mars 2012.

Biographie
Naissance
Activités

Catherine Schaub née à Constantine (Algérie) est metteur en scène et comédienne française.

Biographie

Catherine Schaub se forme à l'école des arts et techniques de l'acteur Claude Mathieu et suit en parallèle les cours de l'école internationale de mime corporel à la méthode d'Étienne Decroux[1].

À sa sortie de l'école, elle codirige aussitôt sa première compagnie, La Tribu, qui s'installe dans une salle de 400 m2 à Bagnolet, Le Duplex, un espace de recherche et de création où elle aborde les arts du cirque, la danse, le mime[1]. Avec le Duplex, elle accueille différentes compagnies et crée plusieurs spectacles qui tournent en France, en Corse et au Maroc. C'est à ce moment-là que Catherine Schaub fait ses premières mises en scène avec La Dispute de Marivaux et Les Couleurs de la pluie d'Emmanuel Vacca créées en résidence au théâtre des Malassis et au théâtre de Corbeil-Essonnes[1].

Parallèlement, Catherine Schaub comédienne de formation, joue sous la direction de différents metteurs en scène, textes classiques et contemporains dans des théâtres comme le Lucernaire, le Théâtre de la Porte Saint Martin, le théâtre de l’Aquarium, le CDN de Montreuil, le théâtre du Lierre[2] ou le théâtre Molière[3],[1].

En 2002 elle met en scène L'Illusion comique au théâtre Hébertot qui obtiendra un grand succès, presse et public[4],[5]. Elle rencontre alors le comédien François Marthouret et devient son assistante. Elle assiste également le metteur en scène Julie Brochen sur « Père » de Strindberg monté au Théâtre du Gymnase à Marseille et au Théâtre 71 Scène Nationale de Malakoff[6].

Elle commence à écrire en 2004. En 2005 elle crée la structure Productions du Sillon avec le comédien Michel Scotto di Carlo, écrit et met en scène « Je suis le père de tout le monde » une réflexion ludique sur la place du père dans la famille recomposée[1]. Le spectacle se jouera une centaine de fois à Paris, en tournée et en Polynésie[7].

En 2008, elle rencontre l'auteur Léonore Confino et crée avec elle une trilogie sociétale. La compagnie s’installe en 2010 en résidence dans les Yvelines. Le spectacle Building est soutenu par les Associations du théâtre populaire (ATP), est remarqué au festival d'Avignon et obtient, en 2011, le Grand prix du théâtre[8],[9],[10]. S'ensuit une trilogie couple/ travail /famille : Building puis Ring sur le couple et Les uns sur les autres sur la famille. En 2015, elle met en scène avec 10 jeunes comédiens, Parlons d'autre chose de Léonore Confino, qui fouille les méandres de l'adolescence. Le poisson belge, avec Marc Lavoine et Géraldine Martineau au théâtre La Pépinière à Paris sera leur cinquième spectacle.

Prix et distinctions

  • Pris DSO-Paris des femmes 2017
  • Les Uns sur les autres, nomination aux Molières 2014, Agnès Jaoui dans la catégorie : Molière de la Comédienne dans un spectacle de théâtre privé[11]
  • Ring, nomination aux Molières 2014, Léonore Confino dans la catégorie : Molière de l’Auteur francophone vivant[12].

Mises en scène

Notes et références

Notes

Références

  1. a, b, c, d et e Grand prix du théâtre
  2. Hernandez 1997, Le Point.
  3. Ferney 1998, Le Figaro.
  4. a et b F.R. 2001, Le Parisien.
  5. Jeener 2001, Le Figaro.
  6. « Père de August Strindberg », sur memoire.celestins-lyon.org
  7. « Je suis le père de tout le monde », sur Tahiti Infos
  8. Blanchard (oct) 2013, Le Monde.
  9. a et b Steinmetz 2013, L'Humanité.
  10. a et b Blanchard 2013, Le Monde.
  11. « Nominations aux Molières 2014 »
  12. « Niominations aux Molières 2014 »
  13. Costaz 2014, Le Point.
  14. Blanchard 2014, Le Monde.
  15. a et b Renault 2013, Libération.
  16. Notice documentaire; L'illusion comique

Voir aussi

Bibliographie

Classement par date décroissante.

  • Gilles Costaz, « Le dernier plongeon de Natalie Wood », Le Point,‎ (lire en ligne).
  • Sandrine Blanchard, « Mère, un si beau rôle ? », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  • Sandrine Blanchard (oct), « Les douze travaux de Léonore Confino », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  • Gille Renault, « «Ring», la contusion des sentiments », Libération,‎ (lire en ligne).
  • Sandrine Blanchard, « Avignon off : dans la peau d'une festivalière », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  • Muriel Steinmetz, « Les pigeons s’écrasent sur les vitres », L'Humanité,‎ (lire en ligne).
  • F.R., « « L'Illusion comique » au théâtre Hébertot », Le Parisien,‎ (lire en ligne).
  • Jean-Luc Jeener, « Du baroque dans le classique », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  • Frédéric Ferney, « Plus cousu que drapé », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  • Brigitte Hernandez, « Le songe d'une nuit d'été », Le Point,‎ (lire en ligne).

Liens externes

  • Site de la compagnie Productions du Sillon
  • « Les productions du Sillon », sur Grand prix du théâtre.