Carte de séjour (groupe)

Carte de séjour
Pays d'origine Drapeau de la France France
Genre musical Raï, rock
Années actives 19801990
Composition du groupe
Anciens membres Rachid Taha
Mokhtar Amini
Mohamed Amini
Jérôme Savy
Abdelhak Jallane Jalal
Brahim M'Sahel

Carte de séjour est un groupe de rock français, originaire de Lyon, en Rhône-Alpes. Il est formé en 1980 par Rachid Taha, Djamel Dif, Mokhtar Amini, Mohamed Amini, et Jérôme Savy qui remplace Eric Vacquer en 1982. De par son histoire, son style musical, et son nom, ce groupe participa grandement à l'exposition et à la prise de conscience en France de la communauté française d'origine Maghrébine de seconde génération (les Beurs), notamment avec la reprise de la chanson Douce France de Charles Trenet en 1986.

Il est le premier groupe à avoir réussi la fusion entre le raï traditionnel et le rock français.

Biographie

Dès 1982, le principal guitariste, Éric Vaquer, est remplacé par Jérôme Savy, le seul «français d'origine», qui amènera paradoxalement une touche beaucoup plus arabisante et une sophistication de leur musique. Le groupe est d'abord repéré et produit par Bernard Meyet sur son label Mosquito. Le batteur Djamel Dif dit « Jess » quitte le groupe fin 1983. Il se produira avec d'autres noms de la chanson orientale tels Sapho, Khaled et réalisera la production de musique Raï avec l'enregistrement Disque d'or du Raï chez Musidisc à la suite de la création du premier « label beur » Hamedi[1].

Le groupe se produit alors en concert au Palais des sports de Paris en première partie de Téléphone ou durant la Marche des beurs en 1982-1983 à la Bastille. Après plusieurs émissions de télévision comme Mégahertz, Droit de réponse de Michel Polac, et Mosaïque le groupe commence à avoir une réputation nationale. Leur premier tube est Zoubida.

Carte de séjour, dont les membres sont fan de Fadela et Sahraoui (bientôt sur Radio Bellevue) s'oriente alors vers le raï algérien. La chanson qui marquera un tournant dans la carrière du groupe sera l'emprunt et la réinterprétation de la chanson de Charles Trenet Douce France en 1986[2]. Elle est le symbole d'une jeunesse métissée et anti-raciste et porte sur le devant des questions sociétales sur la communauté française d'origine maghrébine dite des Beurs[2].

Le premier enregistrement de Douce France par le groupe a eu lieu à Strasbourg, sur la demande des producteurs de l'émission de rock Potins, collages, rustines diffusée alors sur France 3 Alsace. Cette version « acoustique » est consultable sur le site INA Media Pro. Le groupe prône dans ce contexte identitaire difficile l'intégration et les fondements de la tolérance. Leur musique dite punk rock arabe est la rencontre entre Oum Kalsoum, The Clash (dont Taha revendique ouvertement l'héritage) et des rythmes gnawi. Le groupe se sépare en 1990. Rachid Taha entame dès lors une carrière solo avec son premier album Barbès paru en 1991.

Discographie

  • 1982 : Carte de séjour (maxi 45 tours contenant les titres Zoubida, Halouf nar, Saamou et La Moda)
  • 1984 : Rhorhomanie
  • 1986 : 2 et 1/2

Membres

Derniers membres

Anciens membres

  • Djamel « Jess » Dif - batterie (1980-1983)
  • Éric Vaquer - guitare (1980-1982)
  • Brahim M'Sahel - percussions (1983-1986)
  • Abdelhak Jallane (Jalal) - banjo, chant (1983-1987)

Notes et références

  1. « Encyclopédie du Rock - Carte de Séjour », sur rockmadeinfrance.com (consulté le 8 septembre 2018).
  2. a et b Barbara Lebrun, « Carte de Séjour: revisiting ‘Arabness’ and anti-racism in 1980s France », Popular Music, vol. 31, no 3,‎ , p. 331–346 (ISSN 0261-1430 et 1474-0095, DOI 10.1017/S026114301200027X, lire en ligne)

Bibliographie

  • Barbara Lebrun, « Carte de Séjour: revisiting ‘Arabness’ and anti-racism in 1980s France », Popular Music, vol. 31, no 3,‎ , p. 331–346 (ISSN 0261-1430 et 1474-0095, DOI 10.1017/S026114301200027X, lire en ligne)
  • Philippe Hanus, « Vous avez dit rock arabe ? Retour sur la trajectoire du groupe Carte de séjour (1980-1989) », L’Année du Maghreb, no 14,‎ , p. 43–56 (ISSN 1952-8108, DOI 10.4000/anneemaghreb.2650, lire en ligne)