Carmen Franco y Polo

María del Carmen Franco y Polo
Fonction
Président d'honneur ()
Fondation nationale Francisco Franco ()
-
Titres de noblesse
Ordre équestre du Saint-Sépulcre de Jérusalem
Ordre civil de la Bienfaisance ()
Marquise of Villaverde ()
-
Duché de Franco
-
Biographie
Naissance
Décès
(à 91 ans)
Rue Hermanos Bécquer ()
Nom de naissance
María del Carmen Ramona Felipa María de la Cruz Franco y Polo
Surnoms
Carmencita
Nenuca
Morita
Cotota
Carmelilla
Nationalité
Père
Mère
Conjoint
Enfants
Autres informations
Religion
Distinction
Grand-Croix de l'ordre civil du ministère de la Santé () ()
Coat of Arms of Carmen, 1st Duchess of Franco, Spanish Grandee.svg

blason

María del Carmen Franco y Polo, marquise de Villaverde, première duchesse de Franco et Grande d'Espagne (née le à Oviedo, morte le à Madrid[1],[2]) est la fille unique du chef d'État Francisco Franco et de son épouse Carmen Polo.

Le , elle épouse le marquis Cristóbal Martínez-Bordiú, célèbre chirurgien espagnol, à qui elle donna sept enfants.

Elle est, par ailleurs, la grand-mère du prince Louis de Bourbon, duc d'Anjou, actuel prétendant légitimiste au trône de France, appelé « Louis XX » par ses partisans.

Biographie

Jeunesse

« Carmencita » vit une enfance dorée mais cloîtrée. Mise à l'abri dans des casernes puis dans des palais, elle y est éduquée par des gouvernantes françaises. À l'âge de treize ans en 1939, après la prise de pouvoir par un coup d'Etat militaire de son père, elle s'installe avec ses parents au palais du Pardo[3].

Une personnalité controversée

Après la mort de Franco, on reproche à Carmen Franco y Polo d'avoir été « la fille d'un dictateur ». On lui reproche également d'avoir hérité de sa « fortune opaque ». Elle est toutefois protégée par le roi Juan Carlos, qui lui accorde le titre de duchesse de Franco, tout en veillant à ce que ni sa mère, ni elle, ne soient importunées[3].

Elle hérite de 22 propriétés en 1975, à la mort de Francisco Franco. Sa fortune serait de 500 à 600 millions d'euros[4].

Fin de vie

Le , sa petite-fille par alliance, la princesse Marie-Marguerite de Bourbon, duchesse d'Anjou, annonce que la duchesse de Franco est atteinte d'un cancer en phase terminale[5]. Le , elle reçoit les derniers sacrements[6]. Le lendemain, le prince Louis Alphonse de Bourbon, duc d'Anjou annonce publiquement sa mort : « Dieu a repris Man » sur son compte Instagram, en la désignant par son surnom. L'information est reprise par sa biographe, Nieves Herrero  qui précise dans le quotidien El Mundo qu'elle est morte à son domicile de Madrid, à l'âge de 91 ans[7].

Prise de position

Présidente d'honneur de la Fondation nationale Francisco Franco, elle assiste chaque année à la messe célébrée à Madrid à la mémoire de son père. À propos de ce dernier, qu'elle décrit volontiers comme un chef de famille autoritaire et « machiste comme les hommes de son époque », elle explique : « Mon père, c'est à l'Histoire de le juger, pas à moi. [...] Quand on me dit qu'il était un dictateur, je ne le nie pas, mais ça ne me plaît pas parce que c'est dit souvent comme une insulte alors que pour moi, ça ne semble pas si grave »[3].

Descendance

  • María del Carmen Martínez-Bordiú y Franco épouse en 1972 Alphonse de Bourbon (1936-1989), duc d'Anjou et de Cadix (divorce en 1982) et prétendant au trône de France, qui lui donne deux enfants. Elle épouse en 1986 Jean-Marie Rossi (né en 1931) dont elle divorce en 1995, puis en 2006 José Campos García (né en 1964) dont elle divorce en 2013.
    • François d'Assise de Bourbon (1972-1984), dauphin de France, duc de Bretagne puis de Bourbon.
    • Louis de Bourbon (1974), duc d'Anjou, prétendant au trône de France.
      • Eugénie de Bourbon (2007), fille de France
      • Louis de Bourbon, dauphin de France, duc de Bourgogne
      • Alphonse de Bourbon, duc de Berry et fils de France
  • María de la O Martínez-Bordiú y Franco,
  • Francisco Franco y Martínez-Bordiú , marquis de Villaverde, seigneur de Meirás
  • María del Mar Martínez-Bordiú y Franco,
  • José Cristóbal Martínez-Bordiú y Franco,
  • María de Aránzazu Martínez-Bordiú y Franco,
  • Jaime Felipe Martínez-Bordiú y Franco

Voir aussi

Références

  1. « Mort de la fille unique du général Franco, Carmen Franco », sur Libération, (consulté le 29 décembre 2017)
  2. Message de Louis de Bourbon, Duc d'Anjou pour le rappel à Dieu de sa grand-mère maternelle, "Légitimité - Les Français avec Louis XX", 29 décembre 2017.
  3. a, b et c https://www.tdg.ch/monde/La-fille-unique-du-dictateur-Franco-est-morte/story/23170490
  4. (es) « Los Franco, una inmensa fortuna que arrancó con una gran matanza fundacional », Publico,‎ (lire en ligne)
  5. (es) Margarita Vargas se derrumba al hablar sobre la enfermedad de la abuela de su marido, Luis Alfonso de Borbón
  6. http://www.elperiodico.com/es/gente/20171228/carmen-franco-recibe-extremauncion-6521725
  7. http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2017/12/29/97001-20171229FILWWW00053-espagne-deces-de-carmen-franco-fille-unique-du-dictateur.php

Liens externes

Publication

  • (es) Carmen Franco y Polo, Jesús Palacios, Stanley G. Payne, Franco, mi padre, Madrid, La Esfera de los Libros, 2008.

Bibliographie

  • (es) Nieves Herrero, Carmen : el testimonio novelado de la hija de Franco. Una mujer testigo de la Historia, Madrid, La Esfera de los Libros, 2017.