Caricatures de Mahomet

(Redirigé depuis Caricature de Mahomet)

Caricature de Mahomet (2010).

Les caricatures de Mahomet sont des dessins humoristiques du prophète de l'islam Mahomet.

Contexte du développement des caricatures

Du fait des menaces pesant sur les caricaturistes réalisant ces portraits humoristiques, la possibilité de réaliser ces caricatures est devenue un symbole de la liberté d'expression. Plusieurs évènements majeurs, comme ceux liés aux caricatures de Mahomet du journal Jyllands-Posten au Danemark ou l'attentat contre Charlie Hebdo en France ont renforcé ce sentiment, et ont interrogé sur le droit au blasphème dans les sociétés occidentales.

Des initiatives en faveur de la liberté de caricaturer ont aussi vu le jour dans le monde anglo-saxon, notamment au travers du Everybody Draw Mohammed Day.

Diffusion

Les législations des pays de traditions musulmanes permettent la censure des caricatures. Elles sont par conséquent peu ou pas diffusées[1] mais l’écho de leur publications dans les médias occidentaux entraine de vives réactions comme des manifestations importantes mais aussi des destructions d'églises et des assassinats.

En Occident, la première représentation connue de Mahomet est une caricature sous la forme d'un poisson, dans la traduction du Coran en latin commandée par Pierre le Vénérable[2]

Le , l'hebdomadaire espagnol El Jueves publie en couverture un dessin caricatural de Mahomet où l'on voit des musulmans parmi une file de suspects lors d'une séance d'identification de la police, avec la légende : « Mais (...) qui sait à quoi ressemble Mahomet ? »[3].

La semaine suivant l’attentat contre Charlie Hebdo, l'hebdomadaire satirique français publie une caricature de Mahomet à la une du numéro 1178 du , avec en légende : « Tout est pardonné ». Le numéro est imprimé à 7 millions d'exemplaires. En Allemagne, le journal Die Tageszeitung reprend la même une. En Italie, le journal Il Fatto Quotidiano publie le numéro de Charlie avec son propre numéro du même jour. En Turquie, le numéro de Charlie avec la caricature de la une est inséré dans un encart à l'intérieur du journal Cumhuriyet[4]. Le journal égyptien Al-Masry Al-Youm prend également le risque de reproduire une caricature de Mahomet[5]. Aux États-Unis, peu de caricatures sont diffusées dans les médias, la plupart des grands journaux pratiquant l'autocensure[6]. Il en est de même au Royaume-Uni[7]. En France, au moins deux cas de censure sont recensés : en 2015 l'humoriste et chroniqueur Guillaume Meurice se voit interdire de présenter une caricature de Mahomet de Charb sur Canal+[8], et en 2020, le lendemain de l'assassinat de Samuel Paty, des militantes féministes se font arrêter pour avoir collé des affiches représentant les fesses de Mahomet[9].

Manifestation anti-caricature à Paris (2006).

En France même, après les assassinats de caricaturistes en 2015, très peu de dessinateurs se risquent à publier des caricatures de Mahomet[10], ce qui conduit Philippe Val, ancien directeur de rédaction de Charlie Hebdo à affirmer que « les terroristes ont gagné »[11].

Le 16 octobre 2020, en France, un professeur de collège qui avait illustré son cours sur la liberté d'expression avec des caricatures de Mahomet est décapité par un islamiste.

Articles connexes

Sur la représentation et l'islam :

Sur les caricatures et leurs réactions :

Références

  1. BFMTV[1]
  2. http://expositions.bnf.fr/parole/grand/117.htm
  3. Un journal espagnol caricature Mahomet, Le Figaro, 27 septembre 2012.
  4. « «Charlie» intégralement publié mercredi en Turquie », Alexandra Schwartzbrod, Libération, 13 janvier 2015 (lire en ligne)
  5. Solène Chalvon, « L'attentat vu d'ailleurs », Charlie hebdo, no 1178,‎
  6. Stéphanie Fontenoy, « Les caricatures de Mohammed divise la presse américaine », la Croix,‎
  7. le 14-01-2015 RFI Modifié le 15-01-2015 à 00:56
  8. « Les artistes en terrain miné », le Figaro,‎
  9. Journal de Montréal[2]
  10. Riss, « L'édito », Charlie Hebdo, no 1179,‎
  11. Entretien avec Philippe Val sur RTS