Captain America: Civil War

Captain America: Civil War
Les mots « CIVIL WAR » en capitales grises, avec devant, en 4 fois plus petit, les mots « CAPTAIN AMERICA » en capitales rouges.
Logo original du film.
Titre québécois Capitaine America : La Guerre civile
Réalisation Anthony et Joe Russo
Scénario Christopher Markus et Stephen McFeely
Acteurs principaux
Sociétés de production Marvel Studios
Marvel Entertainment
Russo Brothers
Vita-Ray Productions, LLC
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Super-héros
Durée 147 minutes
Sortie 2016

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Captain America: Civil War ou Capitaine America : La Guerre civile au Québec est un film américain réalisé par Anthony et Joe Russo, sorti en 2016.

Il est basé sur la série de comics sortie en 2006, Civil War. C'est le 13e film de l'univers cinématographique Marvel et le 1er de la phase III.

Synopsis

Le Soldat de l'Hiver a autrefois été conditionné dans une base militaire soviétique sibérienne d'HYDRA, conditionnement activé à l'aide de certains mots-clé. Quiconque prononce ces mots en russe plonge le Soldat de l'Hiver en transe et peut lui donner n'importe quel ordre sans qu'il puisse désobéir. C'est ainsi qu'en 1991, le Soldat de l'Hiver a provoqué l'arrêt brutal d'une voiture pour s'emparer dans son coffre d'une valise avec un étrange contenu.

Aujourd'hui, à Lagos, au Nigeria, les Avengers essaient de neutraliser un commando de mercenaires dirigé par Brock Rumlow (alias Crossbones, un vieil ennemi de Captain America[N 1]), en train d'attaquer une antenne locale du CDC (Centre de Contrôle des Maladie Infectieuse, Control Disease Center en anglais). Rumlow s'empare d'une arme biologique et la confie à l'un de ses équipiers. Les mercenaires tentent de s'échapper mais sont rattrapés par les Avengers. Rumlow préfère rester pour combattre Captain America. Après le combat, Rumlow distrait Rogers en lui parlant de Bucky Barnes pour tenter de déclencher une ceinture d'explosifs qu'il porte en cachette. Afin d'empêcher que Rumlow ne mette des civils en danger, Wanda Maximoff crée un champ de force autour de lui et l'envoie dans les airs, mais elle perd le contrôle du champ de force et l'explosion se répand près d'un immeuble habité et provoque la mort de nombreux civils.

Aux États-Unis, Tony Stark se présente à une conférence du MIT pour annoncer à des jeunes étudiants (ayant des projets pour améliorer l'avenir) que la Fondation Septembre (dont Pepper Potts est la présidente) leur accorde sa première bourse, mais pense de plus en plus à ses défunts parents qui lui manquent et à Pepper qui est en froid avec lui. Il croise alors une femme venue le confronter à ses responsabilités : elle avait un fils que les Avengers n'ont pas pu sauver lors de la bataille contre Ultron en Sokovie[N 2].

Un mois après les événements de Lagos, les médias annoncent que onze citoyens du Wakanda, un petit État africain, figurent au nombre des victimes de l'affrontement entre les Avengers et les mercenaires. Le Général Thaddeus Ross, devenu Secrétaire d'État, vient avec Tony Stark au QG des Avengers leur montrer les victimes collatérales des événements de New York[N 3], de Washington[N 1], de Sokovie et de Lagos. Depuis quatre ans, les Avengers ont opéré sans aucun contrôle, ce que les gouvernements du monde ne peuvent plus tolérer. Ross annonce qu'une solution a été trouvée en la forme des Accords de Sokovie, texte approuvé par 117 nations et qui stipule que, désormais, les Avengers ne seront plus une organisation privée et opéreront sous le contrôle d'un comité des Nations unies et uniquement lorsque ce comité l'aura jugé nécessaire, ce qui veut dire que les Avengers n'interviendront dans un conflit que lorsque l'ONU l'aura décidé. Tony Stark, James Rhodes, Vision et Natasha Romanoff acceptent de se soumettre, estimant qu'ils doivent accepter certaines limites ; Wanda Maximoff hésite tandis que Steve Rogers et Sam Wilson refusent, considérant que les politiciens des Nations unies n'utiliseront les Avengers que pour servir leurs intérêts. La tension monte au sein de l'équipe et Captain America met fin à la réunion lorsqu'il apprend que Peggy Carter, son amour de jeunesse, vient de mourir dans son sommeil.

Pendant ce temps, à Cleveland, dans l'Ohio, un mystérieux individu, dénommé Helmut Zemo, assassine un ancien membre d'HYDRA afin de récupérer des dossiers cachés, notamment le code permettant d'activer le conditionnement du Soldat de l'Hiver.

Pendant que Steve Rogers assiste aux obsèques de Peggy Carter à Londres et passe un peu de temps avec sa nièce Sharon Carter (qui s'avère être l'agent chargé de sa surveillance lorsqu'il habitait à Washington), le roi du Wakanda, T'Chaka, et son fils le prince T'Challa, se présentent à une assemblée à Vienne, où les représentants des Nations unies doivent ratifier les Accords. Pendant la réunion, une bombe explose et le roi T'Chaka est tué. Le suspect filmé en train de s'enfuir est identifié comme étant Bucky Barnes ; le prince T'Challa jure de le retrouver et de venger son père.

Steve Rogers décide de retrouver Barnes avec l'aide de Sam Wilson. L'agent Sharon Carter lui annonce que la cache du Soldat de l'Hiver a été découverte et qu'il va être rapidement éliminé. Rogers et Wilson prennent de vitesse une unité des forces spéciales allemandes et attendent Barnes dans son repaire de Bucarest. À son arrivée, Rogers l'interroge et Barnes lui jure qu'il n'a pas commis l'attentat ; convaincus, Rogers et Wilson l'aident à s'enfuir. À ce moment, le prince T'Challa, sous le costume de la Panthère Noire, une armure noire en vibranium, essaie de tuer Barnes. Après un violent combat et une course-poursuite, les forces spéciales, appuyées par War Machine, les forcent à se rendre. Rogers, Wilson, Barnes et T'Challa sont conduits dans un centre de détention de Berlin où les attend Stark. De plus en plus excédé, il leur intime de signer les accords sous peine d'être déclarés hors-la-loi. Rogers refuse en apprenant que Stark fait retenir Wanda Maximoff prisonnière sous la surveillance de Vision sur ordre du Secrétaire Ross parce qu'il se méfie de la puissance de ses pouvoirs télékinétiques.

Dans sa cellule, Barnes est interrogé par Helmut Zemo qui se fait passer pour un psychiatre dont il a pris la place après l'avoir assassiné, ce afin de pouvoir approcher le Soldat de l'Hiver. Zemo déclenche le conditionnement de Barnes pour obtenir des informations, dont le compte-rendu d'une ancienne mission datant de 1991. Zemo ordonne ensuite à Barnes de se libérer et de massacrer le plus d'agents possible dans sa fuite. Alors que Rogers, Wilson, Stark, T'Challa, Romanoff et l'agent Carter tentent de le neutraliser, Zemo s'enfuit. Rogers parvient enfin à empêcher Barnes de s'enfuir en hélicoptère ; tous deux tombent dans un fleuve et Barnes, dans la chute, se cogne et perd connaissance.

Barnes se réveille dans un hangar désaffecté et découvre que son bras métallique est coincé dans un étau. Il avoue à Rogers et Wilson qu'il a révélé à Zemo que d'autres Super-Soldats demeurent congelés dans une base sibérienne et qu'ils pourraient causer une dévastation sans précédent. Tous devinent que Zemo veut se constituer une armée de tueurs ultimes et comprennent qu'ils vont avoir besoin de renforts.

Dans le même temps, Stark et Romanoff se portent volontaires pour capturer Rogers, Wilson et Barnes et décident d'engager des recrues. Romanoff persuade le prince T'Challa de se joindre à eux avec sa tenue de combat et Stark part pour New York engager Peter Parker, un lycéen ayant obtenu des pouvoirs d'araignée extraordinaires six mois auparavant, dont il surveille les activités super-héroïques depuis quelques temps. S'ajoutent à leur équipe James Rhodes, alias War Machine, et Vision. Rogers convainc Clint Barton de les rejoindre et d'embarquer Wanda Maximoff dans la foulée tandis que Wilson contacte Scott Lang, alias Ant-Man, qu'il a rencontré pendant sa dernière mission.

Rogers, Wilson, Barnes, Barton, Maximoff et Lang se rendent à l'aéroport pour voler un hélicoptère et explorer la base sibérienne lorsque Iron Man, War Machine, Romanoff, Vision, le prince T'Challa et Spider-Man veulent les forcer à se rendre. Durant l'affrontement, Rogers et Barnes prennent la fuite dans le QuinJet des Avengers grâce à Romanoff, laissant leurs partenaires se faire capturer. Rhodes est gravement blessé par un tir manqué de Vision, qui endommage son armure en plein vol, et le fait chuter de plusieurs centaines de mètres. À l’hôpital, les médecins annoncent que Rhodes risque d'être paralysé. Wilson, Barton, Wanda et Lang sont enfermés au Raft, une prison submersible de haute sécurité.

Stark est alors contacté par FRIDAY, sa nouvelle assistante numérique, qui lui annonce que la police de Berlin vient de découvrir le cadavre du psychiatre qui devait interroger Barnes. La police a également trouvé un masque du visage de Barnes ; Stark comprend que Barnes est innocent et après investigations, découvre que le coupable est le colonel Helmut Zemo, commandant de l'unité d'élite Écho-Scorpion des services de renseignement sokovien. Pendant ce temps, en Sibérie, Zemo arrive à l'ancienne base abandonnée où se trouvent les Soldats de l'Hiver congelés et remet les systèmes du complexe en activité.

Stark s'entretient avec Wilson, et admet qu'il s'est peut-être trompé ; il le supplie de révéler où sont allés Rogers et Barnes. Wilson finit par évoquer l'ancienne base de Sibérie. Stark décide de s'y rendre sans prévenir Ross, suivi par le prince T'Challa.

Rogers et Barnes arrivent à leur tour à la base abandonnée. Stark atterrit juste après et leur présente ses excuses. Ils explorent la base pour arrêter Zemo avant qu'il ne réveille les super-soldats et sont surpris de constater qu'il les a exécutés dans leur sommeil. Zemo explique alors que son seul but était de détruire les Avengers de l’intérieur. Il révèle grâce à une vidéo datant du 16 décembre 1991 que Bucky a tué Howard et Maria Stark pour récupérer les poches de sérum de Super-Soldat qu'ils transportaient. Rogers essaie de calmer Stark en expliquant que Barnes était sous hypnose mais Stark perd toute retenue et essaie de tuer Barnes. Les trois en viennent à se battre, Barnes et Rogers contre Stark.

Alors que Zemo sort de la base, satisfait d’avoir déclenché une guerre entre les Avengers, T'Challa, qui a assisté à toute la scène, lui demande pourquoi il hait tant les Avengers. Zemo révèle être guidé par une simple vengeance car sa femme, son fils et son père qui vivaient en Sokovie ont été tués par les retombées des débris provoqués par les Avengers pendant la bataille contre Ultron. Zemo essaie de se tirer une balle dans la tête pour en finir mais T'Challa l'en empêche et le fait prisonnier.

Après un long combat, Rogers et Barnes blessent Stark - bien que ce dernier avait réussis à détruire le bras métallique de Bucky et à contrer les attaques du Captain - endommageant lourdement son armure, et se dirigent vers la sortie. Ivre de rage, Stark crie à Rogers que c'est son père qui lui a donné son bouclier, qu'il ne le mérite pas et qu'il ne lui appartient plus ; Rogers lâche dès lors son bouclier et part avec Barnes, laissant Stark seul et amer.

Zemo, satisfait, son but étant partiellement atteint, finit dans un centre de détention. Stark rentre à la base des Avengers aider Rhodes à faire de la rééducation pour remarcher grâce à un appareil de sa conception. Il reçoit une lettre de Rogers, lui expliquant que même s'ils sont en désaccord, il répondra présent si le monde a besoin des Avengers, la lettre étant accompagnée d'un vieux téléphone portable à clapet. Au même moment, Rogers s'introduit au Raft et aide Wilson, Barton, Maximoff et Lang à s'évader.

Scène inter-générique

Rogers et Barnes sont dans un laboratoire ultra-moderne du Wakanda. Bucky décide de retourner en sommeil cryogénique le temps d'être déconditionné et libre des ordres programmés par HYDRA. Rogers prévient T'Challa que la présence de Bucky sur son territoire pourrait causer des problèmes, mais le souverain est confiant et révèle que les moyens de défense offerts par le Wakanda sont suffisamment efficaces pour tenir le coup.

Scène post-générique

Peter Parker, dans sa chambre, a le visage encore contusionné de son affrontement en Allemagne avec l'équipe de Rogers. Il examine le lance-toile de son costume créé par Tony Stark et déclenche l'interface holographique.

Fiche technique

Information icon with gradient background.svg Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données IMDb.

Distribution

Information icon with gradient background.svg Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données IMDb.

Source et légende : version française (VF) sur AlloDoublage et RS Doublage ; version québécoise (VQ) sur Doublage.qc.ca

Production

Genèse et développement

En , Anthony et Joe Russo signent un contrat pour réaliser ce film, alors que Captain America : Le Soldat de l'hiver (qu'ils ont également réalisé) n'est même pas encore sorti. Le retour des scénaristes Christopher Markus et Stephen McFeely est également confirmé[3],[4]. Ces derniers révèlent qu'ils travaillent sur le script depuis 2013[5]. En , Variety rapporte que le film sera inspiré de la série de comics Civil War parue dès 2006 et que Robert Downey Jr. est en négociations pour y apparaitre[6]. Quelques jours plus tard, Marvel Studios annonce le titre du film, Captain America: Civil War, et confirme la présence de Robert Downey Jr. en Iron Man[7]. Le budget du film envisagé a commencé à dépasser celui de tous les autres films Marvel et la production est devenue une source de tension entre Kevin Feige, président de Marvel Studios, et Isaac Perlmutter, principal actionnaire de Marvel Entertainment connu pour négocier très strictement les budgets. Les directeurs de Disney sont alors intervenus et ont fait en sorte que le contrôle créatif des films Marvel Studios soit confié à Feige et Louis D'Esposito, dissolvant le comité créatif des studios - comptant Alan Fine, Dan Buckley, Brian Bendis et Joe Quesada[8].

À la suite du piratage de Sony Pictures Entertainment en , des courriels secrets sont dévoilés et montrent que Marvel a tenté de négocier avec Sony/Columbia pour que le personnage de Spider-Man (dont les droits d'apparition au cinéma appartiennent à Sony) apparaisse dans Captain America: Civil War. Les négociations n'ont cependant pas abouti. Finalement, le , Sony annonce l'officialisation d'un partenariat avec Marvel Studios. Le personnage de Spider-Man repartant sur un reboot, fera sa première apparition dans Captain America: Civil War. L'acteur Andrew Garfield ne reviendra pas dans le rôle de Spider-Man, ce sera Tom Holland qui le remplacera dans ce film ainsi que dans les prochains films mettant en scène ce personnage.

En juin 2015, Kevin Feige, le CEO de Marvel Studios, a confirmé dans une conférence que Spider-Man apparaitra dans Captain America: Civil War.

Une nouvelle bande-annonce du film est dévoilée lors du 50e Super Bowl, le 7 février 2016, révélant Black Panther[10]. Une nouvelle bande annonce est révélée le 10 mars 2016, montrant le costume de Spider-Man.

Distribution des rôles

Acteurs du film lors de l'avant première à Londres.

En , Chadwick Boseman est confirmé dans le rôle de la Panthère noire,[12].

En , l'acteur allemand Daniel Brühl est annoncé au casting, dans le rôle de Baron Zemo.

En , la présence de Scarlett Johansson est confirmée pour incarner pour la 5e fois Natasha Romanoff.

En , Jeremy Renner rejoint le casting, incarnant pour la 4e fois Clint Barton[14].

En avril 2015, Elizabeth Olsen rejoint officiellement le casting signant ainsi sa troisième apparition dans l'univers Cinématographique Marvel dans le rôle de Wanda Maximoff[15].

En mai 2015, Martin Freeman intègre le casting dans un rôle non dévoilé. Dans la même semaine, Paul Bettany (la Vision dans Avengers : L’Ère d'Ultron), Paul Rudd (Ant-Man dans le film homonyme) et William Hurt (le général Ross dans L’Incroyable Hulk) intègrent officiellement le casting pour reprendre leurs rôles respectifs[17].

En juin 2015, Robert Downey Jr. confirme que Mark Ruffalo fera partie du casting et reprendra son rôle de Hulk. Cependant, la production ne l'a pas encore confirmé comme ayant une grande apparition, il s'agirait pour le moment d'un simple caméo[18]. Ruffalo révèle finalement en septembre 2015 que Hulk devait bien apparaître dans le film, mais le casting étant déjà très fourni, et les plans pour le futur du personnage après les événements de l'Ère d'Ultron étant « trop gros », il a finalement été supprimé afin de permettre le développement dans un film ultérieur[19].

Tournage

Tournage du film à Downtown Atlanta.

Le tournage débute le aux Pinewood Atlanta Studios dans l'État de Géorgie[20]. Le reste du tournage aura lieu à Porto Rico et Berlin[21].

Le film est le premier à utiliser une caméra Arri IMAX 2D pour certaines séquences[22],[20].

Le tournage s'est terminé le [23] à Berlin.

Musique

Captain America: Civil War
Original Motion Picture Soundtrack

Bande originale de Henry Jackman
Sortie
Durée 69:09
Genre musique de film
Label Hollywood Records, Marvel Music

Bandes originales de l'univers cinématographique Marvel

Le compositeur Henry Jackman, qui a déjà composé la bande originale de Captain America : Le Soldat de l'Hiver, revient pour la musique de la suite[24].

Liste des titres
No TitreInterprètes Durée
1. Siberian Overture 2:56
2. Lagos 2:10
3. Consequences 2:22
4. Ancestral Call 2:37
5. Zemo 3:09
6. The Tunnel 3:51
7. Celestial Bodies 1:44
8. Boot Up 5:16
9. New Recruit 1:47
10. Empowered 1:59
11. Standoff 4:01
12. Civil War 4:26
13. Larger Than Life 3:40
14. Catastrophe 2:36
15. Revealed 5:38
16. Making Amends 1:34
17. Fracture 4:00
18. Clash 3:54
19. Closure 5:32
20. Cap's Promise 3:46
21. Adagio 2:18

Accueil

Sortie

Le film est sorti le en France, puis le au Royaume-Uni et le aux États-Unis et au Canada. Une avant première a eu lieu au Grand Rex le en présence de l'équipe du film.

À noter que lors de cette avant première, les scènes post-génériques n'ont pas été dévoilées.

Accueil critique

  • Ouest-France : « Un film d'action impeccable avec des scènes d'anthologie, une belle lumière, de l'humour mais aussi un scénario digne d'une tragédie grecque pour ce blockbuster. »[25]
  • 20 minutes : « Des scènes de combats remarquables - notamment dans un aéroport - laissent le spectateur bouche bée. »[26]
  • Le Parisien : « Bien vu : si le film impressionne avec ses incroyables effets spéciaux, c'est en montrant que ces demi-dieux sont animés de pulsions humaines et tragiques qu'il touche au cœur. »[27]
  • Télé 7 jours : « Vu les forces en présence, avec l'ajout de petits nouveaux (...), il y a du combat dans l'air. Trop ? Heureusement, l'humour aussi a du punch. Pour autant, 2h30, c'est très long. Trop ? »
  • Télérama : « Ce sens de la vanne, ces clins d'œil (...) charment. Jamais les dialogues, drôles et vifs, ne cèdent devant l'action : ils la structurent pour mieux souligner la complicité des personnages, même quand ils se balancent des torgnoles cosmiques. »[28]
  • Paris Match : « Avec une histoire et un thème similaires, Captain America: Civil War réussit sur tous les points où Batman v Superman échoue : faire des super-héros quelque chose de plus grand, de plus intelligent, de plus sensible que ce que l’on en attend et être à la hauteur de son ambition. »[29]
  • Télé 2 semaines : « Le spectacle est ainsi largement au rendez-vous et donne l’occasion de découvrir deux personnages au potentiel élevé : le noble Black Panther, ainsi que le nouveau Spider-Man campé avec beaucoup de talent par le très jeune Tom Holland. À suivre, donc ! »[30]
  • Mad Movies : « Plutôt que de se noyer dans ce déferlement d'action, le film parvient à se trouver un pouls, une raison d'être dépassant le simple Money Shot. »[31]
  • Les Inrockuptibles : « Si le film se lance rapidement sur les rails de la grosse baston numérisée, c’est aussi là que Marvel montre sa supériorité sur DC : sans génie mais parfaitement huilé, leur film réussit à être malin, léger, tonique, fidèle aux attentes - tout ce que n’était pas Batman vs. Superman. Une implacable machine hollywoodienne, en somme. »[32]
  • Metro : « Entre deux séquences musclées d'une franche efficacité, l'ennui point ponctuellement le bout de son nez au gré des 2h28 de projection. »[33]
  • Le Monde : « Moins pesant que les dernières productions du studio DC-Warner, le film des frères Russo allie action humour, et effets de surprise. »[34]
  • Les Fiches du cinéma : « Troisième volet de la franchise, sans génie mais non sans allant, le film des frères Russo fait place nette. Un spectacle copieux, parfois impersonnel, mais à l'efficacité indéniable ».
  • Première : « La guerre civile n'est pas très meurtrière. On espérait mieux. Civil War ne représente pas un twist si majeur et explosif que ça dans le Marvel Cinematic Universe. [...] Après le balourd Avengers : L'Ere d'Ultron et le fun mais banal Ant-Man, Civil War, bien qu'imparfait, représente le super-cinéma de Disney/Marvel à son meilleur. »[35]
  • Libération : « Ce potentiel romanesque constitue aussi la limite du film, tant ces variables apparaissent combinables à l’infini jusqu’à devenir interchangeables. »[36]
  • L'Obs : « La dernière demi-heure relève un chouia le niveau de ce produit bien usiné et sans âme, qui, entre sérieux de pacotille et blagues de cour de récré, brosse son public dans le sens du poil. Stop au cinoche McDo calibré pour les geeks peu exigeants ! »
  • Le Journal du dimanche : « Plutôt que d’approfondir le débat, le film met très vite en scène l’opposition entre les deux leaders emblématiques, propice à des affrontements musclés. Pour essayer de compenser un rythme inégal et un scénario confus, qui manque de distance et d’humour. »
  • L'Express : « Cette surenchère va finir par tuer le genre en lui-même. »
  • Cinemateaser : « Dépourvu de spontanéité, Civil War n’est dirigé par aucune réelle vision de cinéaste. »
  • Écran Large : « Pauvre, techniquement à la ramasse et rarement spectaculaire, ce Civil War ne peut compter que sur le fan service pour divertir. »
  • Le Dauphiné libéré : « Une variation spectaculaire sur le choc des Titans à la sauce mythologique Marvel : comme les super héros sont immortels, c’est un peu long… »

Box-office

Le film a attiré dès sa sortie 300 000 spectateurs selon les studios Disney, le meilleur démarrage 2016 juste après Deadpool et Batman v Superman : L'Aube de la justice.

Le film a fait un excellent démarrage à l'international puisqu'il a déjà récolté 200 millions de dollars dans 37 pays avant même la sortie américaine[37].

Pays ou région Box-office Date d'arrêt du box-office Nombre de semaines
Drapeau des États-Unis États-Unis 408 084 349 $[38] 20
Drapeau de la France France 2 983 655 entrées[39],[40] 12
Alt=Image de la Terre Mondial 1 153 304 495 $[38] -

Distinctions

Récompenses 

Notes et références

Notes

Références

  1. (en) Justin Kroll, « 'Captain America 3' Takes Shape at Marvel (Exclusive) » [archive du ], Variety, (consulté le 21 janvier 2014)
  2. (en) Steve Weintraub, « Directors Joe & Anthony Russo Confirm They'll Direct Captain America 3; Say They're Breaking the Story Now with Screenwriters Christopher Markus & Stephen McFeely » [archive du ], Collider, (consulté le 14 mars 2014)
  3. (en) « Screenwriters Christopher Markus and Stephen McFeely Talk CAPTAIN AMERICA 3; Reveal They’ve Been Working on it Since Late 2013 », sur Collider, (consulté le 10 janvier 2015)
  4. (en) « Robert Downey Jr. to Join ‘Captain America 3′ (EXCLUSIVE) », sur Variety, (consulté le 10 janvier 2015)
  5. (en) « Marvel Pits Captain America & Iron Man in a Cinematic Civil War », sur Marvel.com, (consulté le 10 janvier 2015)
  6. (en) « How Captain America 3 Caused a ‘Civil War’ Within Marvel Itself »,
  7. (en) « New Captain America: Civil War Super Bowl trailer: "you chose the wrong side" », sur The Verge (consulté le 8 février 2016)
  8. (en) « Chadwick Boseman to Star in Marvel's Black Panther », sur Marvel.com, (consulté le 10 janvier 2015)
  9. « Captain America : Jeremy Renner confirmé pour Civil War », sur Actuciné (consulté le 7 mars 2015)
  10. « Scarlet Witch rejoint la Civil War », (consulté le 15 avril 2015)
  11. (en) « Marvel Studios Begins Production on Marvel's 'Captain America: Civil War »,
  12. « Hulk sera-t-il dans la Civil War ? », sur premiere.fr (consulté le 3 juillet 2015)
  13. (en) Rob Keyes, « Captain America: Civil War Script Did Include Hulk But Not Anymore », .
  14. a et b (en) « ‘Captain America: Civil War’ First to Use New Imax/Arri 2D Camera », sur Variety (consulté le 2 mai 2015)
  15. (en) B-96 Chicago. (). Kevin Costner & Anthony Mackie Talk "Black or White"YouTube. Consulté le . La scène se produit à 9:45.
  16. « ‘Captain America: Civil War” Sera le Premier Film Marvel à Tirer en IMAX », sur Nouvelles aujourd'hui, (consulté le 2 mai 2015)
  17. « Captain America 3 Civil War : Le tournage est terminé ! », sur Nouvelles aujourd'hui, (consulté le 24 août 2015)
  18. (en) Russ Burlingame, « Exclusive: Captain America 3 Directors Talk Villains And Who Is Returning », (consulté le 12 mai 2015)
  19. G.K., « Civil War, un défi de narration », sur Ouest-France, (consulté le 30 avril 2016)
  20. Caroline Vié, « «Captain America: Civil War»: Plein de super-héros (et super ego) à gérer », sur 20 minutes, (consulté le 30 avril 2016)
  21. Renaud Baronian, « «Captain America : Civil War» : quand les Avengers se déchirent », sur Le Parisien, (consulté le 30 avril 2016)
  22. Cécile Mury, « Captain America : Civil War », sur Télérama, (consulté le 30 avril 2016)
  23. Clément Mathieu, « Captain America: Civil War - la critique », sur Paris Match, (consulté le 30 avril 2016)
  24. « Faut-il aller voir Captain America : Civil War ? Notre avis », sur Télé 2 semaines, (consulté le 30 avril 2016)
  25. Alexandre Poncet, « Les Derniers Héros - Captain America : Civil War », sur Mad Movies, (consulté le 30 avril 2016)
  26. Jacky Goldberg, « Pourquoi “Captain America: Civil War” surpasse largement “Batman vs. Superman” », sur Les Inrockuptibles, (consulté le 30 avril 2016)
  27. Marilyne Letertre, « Faut-il (ou pas) se précipiter voir "Captain America : Civil War" ? », sur Metro, (consulté le 30 avril 2016)
  28. Thomas Sotinel, « « Captain America: Civil War » : de la supériorité des super-héros Disney-Marvel », sur Le Monde, (consulté le 30 avril 2016)
  29. Sylvestre Picard, « Captain America : Civil War, Marvel à son meilleur », sur Première, (consulté le 30 avril 2016)
  30. Clémentine Gallot, « «Civil War», querelle de superpouvoirs », sur Libération, (consulté le 30 avril 2016)
  31. Alain Grasset, « Captain America: Civil War, 200 millions de recettes dans le Monde ! », (consulté le 2 mai 2016)
  32. a et b (en) « Captain America : Civil War  », sur Box Office Mojo (consulté le 27 octobre 2016)
  33. « Captain America: Civil War », sur jpbox-office.com (consulté le 29 avril 2016)
  34. « CBO : CAPTAIN AMERICA : CIVIL WAR », sur cbo-boxoffice.com (Consulté le 19 février 2017)

Liens externes