Capitole (cinéma)

Capitole (cinéma)

Le Capitole est un cinéma lausannois construit en 1928. Il s'agit du plus ancien cinéma de Lausanne[1] et, avec 867 places, de la plus grande salle de cinéma en activité de Suisse[2],[3].

En 2010, la ville de Lausanne achète la salle pour la sauvegarder et la mettre à la disposition de la Cinémathèque suisse[4].

Historique

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (mars 2017)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

La construction du « Théâtre Capitole » – c’est son nom d’origine – est décidée en décembre 1927 par la Société anonyme du Capitole. Les plans sont dessinés par l’architecte lausannois Charles Thévenaz et la construction confiée à MM. Oyez, Chessex et Cie. Les travaux durent cinq mois et demi et coûtent 800 000 francs ; ils sont documentés par un film étonnant – La construction du plus beau cinéma de Lausanne, le Capitole – conservé à la Cinémathèque Suisse. Sis au 6 de l’avenue du Théâtre (parcelle n° 6069), l’établissement occupe une superficie d’environ 1200 m2 et est inauguré le 29 décembre 1928. Le 30 décembre 1928 est diffusé le film La conquête dramatique du Cervin (Der Kampf ums Matterhorn), de Mario Bonnard et Nunzio Malasomma,[6]. En raison de l’Hôtel de la Paix qui le surplombe depuis la rue Benjamin Constant, le bâtiment est soumis à une servitude limitant sa hauteur. À cela s’ajoute la déclivité importante du terrain. Ces contraintes engagent Charles Thévenaz à « adopter une solution un peu spéciale » (selon ses propres termes rapportés par le Bulletin technique de la Suisse romande n°10, 17 mai 1930). Contrairement aux « palaces » de l’époque – pensez au Roxy de New York avec sa grande façade et ses colonnes doriques ! – le Capitole se déploie ainsi en largeur et non en hauteur, afin d’épouser au mieux la pente de l’avenue du Théâtre.

La salle d’origine comptait 1077 places : 802 au parterre et 275 sur la galerie. Pour répondre aux critères de confort modernes – et à l’augmentation de la taille des spectateurs ! – elle en compte aujourd’hui 867. Les luminaires entourant la scène ont été supprimés lors des grandes transformations des années 1950, qui ont vu le passage à un écran panoramique.

Pour répondre à la mode et au goût de l’époque qui ont sensiblement changé depuis l’entre-deux-guerres, le Capitole est rénové à deux reprises: au début des années 1950 et surtout en 1959. C’est l’architecte neuchâtelois Gérald Pauchard – connu pour avoir « rationalisé » de nombreuses salles de Suisse romande – qui signe les plans.

Le bâtiment de Charles Thévenaz est simplifié, les éléments décoratifs épurés. L’une des transformations les plus visibles est le passage de trois à cinq entrées frontales. Depuis, si l’on excepte un remplacement complet des fauteuils et des tapis en 1981 et une adaptation constante aux nouvelles technologies de projection et de sonorisation, aucune transformation majeure n’a été entreprise.

Notes et références

  1. Page consacrée au Capitole sur le site officiel de la ville de Lausanne (page consultée le 26 septembre 2011).
  2. Page d'accueil du site officiel du Capitole (page consultée le 26 septembre 2011).
  3. Julien Burri, « Une ode aux salles obscures suisses », Le Temps, 19 novembre 2016 (page consultée le 19 novembre 2016).
  4. « Le Capitole un patrimoine d'exception », communiqué de la ville de Lausanne du 27.04.2010 et « Cinéma Capitole: signature de l’acte de vente vendredi 16 juillet 2010 », communiqué de la ville de Lausanne du 16.07.2010
  5. Scriptorium, 30 décembre 1928, Tribunne de Lausanne, (page 2)

Liens externes