Canton de Noyon

Canton de Noyon
Canton de Noyon
Situation du canton de Noyon dans le département de Oise.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Oise
Arrondissement(s) Compiègne
Bureau centralisateur Noyon
Conseillersdépartementaux Michel Guiniot
Nathalie Jorand
2015-2021
Code canton 60 17
Histoire de la division
Création 15 février 1790[1]
Modification(s) 23 vendémiaire an X[2],[3]

(15 octobre 1801)

22 mars 2015[4]

Démographie
Population 33 114 hab. (2016)
Densité 124 hab./km2
Géographie
Superficie 266,98 km2
Subdivisions
Communes 42

Le canton de Noyon est un canton français situé dans le département de l'Oise et la région Hauts-de-France.

Géographie

Ce canton est organisé autour de Noyon dans l'arrondissement de Compiègne.

Histoire

Par décret du 20 février 2014, le nombre de cantons du département est divisé par deux, avec mise en application aux élections départementales de mars 2015. Le canton de Noyon est conservé et s'agrandit. Il passe de 23 à 42 communes[4].

Représentation

Représentation avant 2015

Liste des conseillers généraux successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1833 1835
(démission)
Charles Martin Antoine II
Lallouette
(1782-1837)
  Propriétaire
Maire de Noyon (1830-1834 et 1835-1837) puis de Dreslincourt
Elu en 1836 dans le Canton de Ribécourt-Dreslincourt
1835 1836
(démission)
Louis-Xavier Villain   Juge de paix à Noyon
6 août 1836 novembre 1836 Charles Louis Joseph
Mony
  Maire de Noyon
1836 1852 Adolphe de Grattier
de Gratterie de Beaurains[5]
  Conseiller à la Cour d'appel d'Amiens
Propriétaire du château de Beaurains
Maire de Morlincourt
1852 1861 Jules Audebert[6]   Ancien notaire, propriétaire du château de Cuise-la-Motte
Maire de Noyon (1848 → 1861)
1861 1865 Louis Édouard
Sézille de Biarre[7]
  Chef d'escadron d'état-major en retraite
Maire de Noyon (1861 → 1865)
Démissionnaire peu avant sa mort
1865 1886[8] Baron
François de Graffenried de Villars[9]
Droite Baron
Capitaine des Grenadiers au 7e régiment d'infanterie de la Garde
Propriétaire à Carlepont
Mort en fonction
1886[10] 1930 Ernest Noël[11],[12],[13],[14] Républicain
(GD)
Directeur d’une usine de produits chimiques à Noyon
Député de l'Oise (1893 → 1906)
Sénateur de l'Oise (1906 → 1930)
Maire de Noyon (1888 → 1925)
Président du Conseil général de l'Oise (1904 → 1930)
Mort en fonction
1931[15] 1937 Jules Magnier[16],[17],[18] Rad. Directeur d'école publique à Noyon
Maire de Noyon (1925 → 1935)
1937 1940 Arthur Terteaux Rad. Instituteur honoraire à Noyon
1945 1953 Maurice Dufour DVD puis
RPF
Premier adjoint au maire de Noyon
Mort en fonction
1953 1961 Achille Granthomme RS puis
UNR
Maire de Noyon (1947 → 1959)
1961 1998 Max Brézillon DVD puis
UDR puis RPR
Directeur d'entreprise
Conseiller municipal de Noyon
1998 2004 Pierre Descaves[19] FN Expert comptable
Député de l'Oise (1986 → 1988)
Conseiller municipal de Noyon (1989 → 2001)
Conseiller régional [Quand ?]
2004 2015 Patrick Deguise DVG puis PS Maire de Pont-l'Évêque (1989 → 2008)
puis Maire de Noyon (2008 → )

Sources : Feuilles au vent, chroniques du Pays d'Oise, de J.Mermet - https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5829951p/f226.image.r=BOULARD

Représentation à partir de 2015

Conseillers départementaux successifs
Période élective Mandat Identité Nuance Qualité
2015 2021 2015 en cours Michel Guiniot   FN Ancien artisan-commerçant
Conseiller régional, conseiller municipal de Noyon
2015 en cours Nathalie Jorand d'Hollande   FN Attachée de direction

À l'issue du 1er tour des élections départementales de 2015, deux binômes sont en ballotage : Michel Guiniot et Nathalie Jorand (FN, 41,74 %) et Patrick Deguise et Caroline Duquenne-Horc (Union de la Gauche, 31,17 %). Le taux de participation est de 52,65 % (11 586 votants sur 22 004 inscrits)[20] contre 51,32 % au niveau départemental[21] et 50,17 % au niveau national[22]. Au second tour, Michel Guiniot et Nathalie Jorand (FN) sont élus avec 51,46 % des suffrages exprimés et un taux de participation de 55,4 % (5 686 voix pour 12 190 votants et 22 003 inscrits)[23].

Composition

Composition avant 2015

Situation du canton de Noyon dans le département de l'Oise avant 2015.

Le canton de Noyon regroupait 23 communes et comptait 24 527 habitants (recensement de 2012 de la population municipale).

Liste des communes du canton
Nom Code
Insee
Intercommunalité Population
(dernière pop. légale)
Noyon
(chef-lieu)
CC du Pays Noyonnais ()
Appilly CC du Pays Noyonnais ()
Babœuf CC du Pays Noyonnais ()
Beaurains-lès-Noyon CC du Pays Noyonnais ()
Béhéricourt CC du Pays Noyonnais ()
Brétigny CC du Pays Noyonnais ()
Caisnes CC du Pays Noyonnais ()
Cuts CC du Pays Noyonnais ()
Genvry CC du Pays Noyonnais ()
Grandrû CC du Pays Noyonnais ()
Larbroye CC du Pays Noyonnais ()
Mondescourt CC du Pays Noyonnais ()
Morlincourt CC du Pays Noyonnais ()
Passel CC du Pays Noyonnais ()
Pont-l'Évêque CC du Pays Noyonnais ()
Pontoise-lès-Noyon CC du Pays Noyonnais ()
Porquéricourt CC du Pays Noyonnais ()
Salency CC du Pays Noyonnais ()
Sempigny CC du Pays Noyonnais ()
Suzoy CC du Pays Noyonnais ()
Varesnes CC du Pays Noyonnais ()
Vauchelles CC du Pays Noyonnais ()
Ville CC du Pays Noyonnais ()

Composition à partir de 2015

Le canton de Noyon est désormais formé de 42 communes[4].

Liste des communes du canton
Nom Code
Insee
Intercommunalité Population
(dernière pop. légale)
Noyon
(bureau centralisateur)
CC du Pays Noyonnais ()
Appilly CC du Pays Noyonnais ()
Babœuf CC du Pays Noyonnais ()
Beaugies-sous-Bois CC du Pays Noyonnais ()
Beaurains-lès-Noyon CC du Pays Noyonnais ()
Béhéricourt CC du Pays Noyonnais ()
Berlancourt CC du Pays Noyonnais ()
Brétigny CC du Pays Noyonnais ()
Bussy CC du Pays Noyonnais ()
Caisnes CC du Pays Noyonnais ()
Campagne CC du Pays Noyonnais ()
Carlepont CC du Pays Noyonnais ()
Catigny CC du Pays Noyonnais ()
Crisolles CC du Pays Noyonnais ()
Cuts CC du Pays Noyonnais ()
Flavy-le-Meldeux CC du Pays Noyonnais ()
Fréniches CC du Pays Noyonnais ()
Frétoy-le-Château CC du Pays Noyonnais ()
Genvry CC du Pays Noyonnais ()
Golancourt CC du Pays Noyonnais ()
Grandrû CC du Pays Noyonnais ()
Guiscard CC du Pays Noyonnais ()
Larbroye CC du Pays Noyonnais ()
Libermont CC du Pays Noyonnais ()
Maucourt CC du Pays Noyonnais ()
Mondescourt CC du Pays Noyonnais ()
Morlincourt CC du Pays Noyonnais ()
Muirancourt CC du Pays Noyonnais ()


Passel CC du Pays Noyonnais ()
Le Plessis-Patte-d'Oie CC du Pays Noyonnais ()
Pont-l'Évêque CC du Pays Noyonnais ()
Pontoise-lès-Noyon CC du Pays Noyonnais ()
Porquéricourt CC du Pays Noyonnais ()
Quesmy CC du Pays Noyonnais ()
Salency CC du Pays Noyonnais ()
Sempigny CC du Pays Noyonnais ()
Sermaize CC du Pays Noyonnais ()
Suzoy CC du Pays Noyonnais ()
Varesnes CC du Pays Noyonnais ()
Vauchelles CC du Pays Noyonnais ()
Ville CC du Pays Noyonnais ()
Villeselve CC du Pays Noyonnais ()

Démographie

1962 1968 1975 1982 1990 1999 2009
16 40619 17722 08122 85624 19824 829-
Nombre retenu à partir de 1962 : population sans doubles comptes.
Population municipale à partir de 2006
(Sources : INSEE et cassini)

En 2014, la population municipale du nouveau canton était de 33 239 habitants[24].

Notes et références

  1. Louis Marie Prudhomme (1798), p. 60
  2. Notice communale de Noyon sur le site de l'EHESS.
  3. Bernard Gaudillère (1995), p. 810.
  4. a b et c Décret no 2014-196 du 20 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département de l'Oise.
  5. « De Grattier, Louis Adolphe Léonard », base Léonore, ministère français de la Culture.
  6. Jean-Yves Bonnard, « Marie-Louis-Jules Audebert, le maire éclairé : En février 1848, une révolution populaire mettait à bas la Monarchie de Juillet. L’abdication de Louis-Philippe, roi des Français, donna naissance à la IIe République qui porta à sa tête Louis-Napoléon Bonaparte. À Noyon, le nouveau régime se caractérisa par l’élection de Jules Audebert comme maire », Vivre Noyon, no 62,‎ , p. 10 (lire en ligne [PDF], consulté le 27 décembre 2017).
  7. Jean-Yves Bonnard, « Sézille de Biarre, un nom, deux maires de Noyon : Famille aux nombreuses attaches noyonnaises, les Sézille de Biarre donneront deux maires à la ville de Noyon au cours du XIXe siècle sous deux régimes politiques : la monarchie et l’empire. », Vivre Noyon, no 81,‎ juillet/août 2016, p. 16 (lire en ligne [PDF], consulté le 27 décembre 2017).
  8. « Décret de convocation des électeurs », Journal officiel de la République française, no 69,‎ , p. 1158 (lire en ligne, consulté le 27 décembre 2017) sur Gallica.
  9. « Graffenried de; François », base Léonore, ministère français de la Culture.
  10. « Avis d'élections », Journal officiel de la République française, no 88,‎ , p. 1491 (lire en ligne, consulté le 27 décembre 2017) sur Gallica.
  11. « Ernest Noël », sur Sycomore, base de données des députés de l'Assemblée nationale.
  12. « Noël, Charles Ernest », base Léonore, ministère français de la Culture.
  13. « L’hommage du Sénat à Charles-Ernest Noël, l’ancien maire de Noyon », Le Parisien, édition de l'Oise,‎ (lire en ligne, consulté le 27 décembre 2017).
  14. Jean-Yves Bonnard, « Ernest Noël, sénateur-maire de Noyon (1re partie) Les conquêtes politiques : Le 13 janvier 1931, le président du Sénat Paul Doumer rendait un hommage solennel à la mémoire d’Ernest Noël décédé le 25 décembre 1930 : « Il n’a jamais eu d’autre préoccupation que de servir l’intérêt public ». Quelques mois plus tard, devenu président de la république, il accepta de parrainer le comité d’honneur formé pour ériger un monument en l’honneur de l’illustre Noyonnais. Jules Magnier, alors maire de Noyon, lança un appel à la générosité de ses concitoyens : « C’est pour la ville de Noyon un devoir et un honneur d’attirer votre attention sur la vie exemplaire du grand Citoyen et du grand Français qui vient de disparaître, M. E. Noël, et de faire appel à vos sentiments de justice et de gratitude pour perpétuer la mémoire de cet homme de bien ». », Vivre Noyon, no 36,‎ juillet/août 2016, p. 16 (lire en ligne [PDF], consulté le 27 décembre 2017).
  15. « Chronique électorale », Le Temps, no 25393,‎ , p. 3 (lire en ligne, consulté le 27 décembre 2017) sur Gallica.
  16. Fabien Crinon, « Jules Magnier, directeur d’école laïque (1re partie : Après avoir débuté sa carrière d’instituteur en passant douze ans dans plusieurs écoles villageoises de l’Oise, Jules Magnier est nommé en 1889 à la direction de l’école communale laïque des garçons de Noyon. Cette promotion est intervenue dans le contexte des premières lois de laïcisation de la République », Vivre Noyon, no 53,‎ , p. 14 (lire en ligne [PDF], consulté le 27 décembre 2017).
  17. Fabien Crinon, « Jules Magnier, maire de Noyon et conseiller général de l’Oise durant l’entre-deux-guerres (2e partie) : Le 11 janvier 1936, l’ancien maire de Noyon et directeur honoraire d’école Jules Magnier est nommé chevalier de la Légion d’honneur, distinction qui lui sera remise le 15 mars suivant par le colonel Achille Granthomme. La Gazette de l’Oise rapporte que le doyen de la majorité départementale est « considéré dans tous les milieux comme personnifiant le dévouement au bien public, ayant, au cours de sa laborieuse existence, consciencieusement rempli tous les devoirs qui lui incombaient. » », Vivre Noyon, no 54,‎ , p. 14 (lire en ligne [PDF], consulté le 27 décembre 2017).
  18. « Magnier, Jules », base Léonore, ministère français de la Culture.
  19. « Pierre Descaves (1924-2014) », sur Sycomore, base de données des députés de l'Assemblée nationale.
  20. « Résultats du premier tour pour le canton de Noyon », sur le site du Ministère de l'Intérieur (consulté le 27 mars 2015)
  21. « Résultats du premier tour pour le département de l'Oise », sur le site du Ministère de l'Intérieur (consulté le 27 mars 2015)
  22. « Résultats du 1er tour pour la France entière », sur le site du Ministère de l'Intérieur (consulté le 23 mars 2015)
  23. « Résultats du second tour pour le canton de Noyon », sur le site du Ministère de l'Intérieur (consulté le 1er avril 2015)
  24. Populations légales 2012 des cantons - découpage 2015, sur le site de l'Insee

Voir aussi

Bibliographie

  • Louis Marie Prudhomme, Dictionnaire géographique et méthodique de la République française en 120 départements, volume 1, Paris, Louis Marie Prudhomme, , 673 p. (lire en ligne)
  • Bernard Gaudillère, Atlas historique des circonscriptions électorales françaises, Genève, Librairie Droz SA, , 839 p. (ISBN 2600000658, lire en ligne)
  • Claude Motte,Isabelle Séguy,Christine Théré, Communes d'hier, communes d'aujourd'hui : les communes de la France, Paris, Ined, , 407 p. (ISBN 9 782733 210284).

Articles connexes

Liens externes

  • Le canton de Noyon sur le site de l'Insee
  • plan du canton de Noyon sur Mapquest
  • Localisation du canton de Noyon sur une carte de France
  • Les dossiers de l'Inventaire du patrimoine culturel sur le canton de Noyon