Canton d'Angoulême-1

Canton d'Angoulême-1
Canton d'Angoulême-1
Situation du canton d'Angoulême-1 dans le département de Charente.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Charente
Arrondissement(s) Angoulême
Bureau centralisateur Angoulême
Conseillersdépartementaux Agnès Bel
Samuel Cazenave
2015-2021
Code canton 16 01
Histoire de la division
Création ?, 22 mars 2015[1]
Disparition 1982
Démographie
Population 18 570 hab. (2017)
Subdivisions
Communes 1 + fraction Angoulême

Le canton d'Angoulême-1 est une division administrative française du département de la Charente recréée par le décret du 20 février 2014 et entrant en vigueur lors des élections départementales de 2015.

Histoire

Jusqu'en 1982, la commune d'Angoulême est divisée en deux cantons : Angoulême-I et Angoulême-II.

Le décret no 82-25 du 15 janvier 1982 portant modification et création de cantons dans le département de la Charente remplace ces deux cantons par trois nouveaux cantons[2] :

Un nouveau découpage territorial de la Charente entre en vigueur en mars 2015, défini par le décret du 20 février 2014[1], en application des lois du (loi organique 2013-402 et loi 2013-403)[3]. Les conseillers départementaux sont, à compter de ces élections, élus au scrutin majoritaire binominal mixte. Les électeurs de chaque canton élisent au Conseil départemental, nouvelle appellation du Conseil général, deux membres de sexe différent, qui se présentent en binôme de candidats. Les conseillers départementaux sont élus pour 6 ans au scrutin binominal majoritaire à deux tours, l'accès au second tour nécessitant 12,5 % des inscrits au 1er tour. En outre la totalité des conseillers départementaux est renouvelée. Ce nouveau mode de scrutin nécessite un redécoupage des cantons dont le nombre est divisé par deux avec arrondi à l'unité impaire supérieure si ce nombre n'est pas entier impair, assorti de conditions de seuils minimaux[4]. Dans la Charente, le nombre de cantons passe ainsi de 35 à 19.

Composition depuis 2015

Liste des communes du canton
Nom Code
Insee
Intercommunalité Population
(dernière pop. légale)
Angoulême
(chef-lieu)
CA du Grand Angoulême Fraction : 14 727(2015)
Commune : ()
Fléac CA du Grand Angoulême ()

Le canton d'Angoulême-1 comprend[1] :

  1. Une commune entière,
  2. La partie de la commune d'Angoulême située à l'ouest d'une ligne définie par l'axe des voies et limites suivantes : à partir de la limite territoriale de la commune de Saint-Yrieix-sur-Charente, cours de la Charente, pont Saint-Cybard, rue de Bordeaux, avenue de Cognac, rue Léonard-Jarraud, rue de la Corderie, place Perrot, rue de Montmoreau, voie de l'Europe jusqu'à l'intersection de la rue Pierre-Grenet, rue Pierre-Grenet, ligne droite dans le prolongement de la rue Pierre-Grenet jusqu'à l'intersection du boulevard de Bigorre et de la rue du Petit-Montbron, chemin des Eaux-Claires au pont Valto, jusqu'à la limite territoriale de la commune de La Couronne.

En 2014, la population municipale du nouveau canton était de 18 498 habitants[5].

Représentation

Représentation conseillers généraux de 1833 à 1982

Liste des conseillers généraux successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1833 1838 Pierre Philippe de Lambert[6]
(1769-1847)
  Propriétaire à Magnac-Lavalette
Maire d'Angoulême (1830-1833)
1838[7] 1845 Paul Joseph Normand de La Tranchade   Officier de cavalerie en retraite
Maire d'Angoulême (1837-1841 et 1847-1855)
1845 1848 Philippe Albert Centre gauche Magistrat
Député (1830-1831, 1834-1842 et 1846-1848)
1848 1855 Paul Joseph Normand de La Tranchade   Maire d'Angoulême (1837-1841 et 1847-1855)
1855 1864 Pierre Antony Cheneusac   Directeur de l'usine à gaz
Maire d'Angoulême (1848-1849)
1864 1871 Jean-Edmond Laroche-Joubert Appel au peuple Négociant, fabricant de papier
Juge au Tribunal de commerce d'Angoulême
Conseiller municipal d'Angoulême
Député (1868-1870 et 1876-1884)
1871 1877 Paul Sazerac de Forge Droite Maire d'Angoulême (1864-1870)
1877 1883
(décès)[8]
Jean Hippolyte Broquisse Républicain Maire d'Angoulême (1875-1879)
1883 1907 Edgard Laroche-Joubert Conservateur Industriel
Adjoint au Maire d'Angoulême
Député (1884-1906)
1907 1913 Alexandre Débouchaud
(1860-1932)[9]
Républicain Docteur en droit, créateur de l'industrie du feutre en Charente
1913 1925 Jacques Debouchaud
(fils du précédent)
Républicain-RG Industriel à Angoulême
1925 1940 Gustave Guillon Rad.ind. Ingénieur des Arts et Métiers
Maire d'Angoulême (1925-1941)
1943 1945 René Cognasse
(1884-1952)
? Industriel, Président du conseil d'administration de la Maison des métiers, conseiller municipal d'Angoulême
Nommé membre de la Commission administrative départementale en 1941[10]
Nommé conseiller départemental en 1943[11].
1945 1949 Isidore Trinquet
(1894-?)
PCF Camelot puis commerçant (marchand de cirage) à Angoulême (La Grand-Font)
1949 1961 Henri Thébault RPF
puis CNIP
Instituteur
Maire d'Angoulême (1955-1958 et 1959-1970)
Elu en 1964 dans le Canton de Mauron (Morbihan)
1961 1967 Roger Baudrin DVD Notaire honoraire
Maire d'Angoulême (1947-1955)
1967 1979 Roland Chiron
(1920-2010)[12]
CNIP Avocat et journaliste
Maire d'Angoulême (1970-1977)
Conseiller régional (1974-1977)
1979 1985 Jean-Pierre Brunet PS Commercial
Premier Adjoint au maire d'Angoulême (1977-1989)

Conseillers d'arrondissement de 1833 à 1940

Liste des conseillers d'arrondissement successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1871 1907 Alexandre Débouchaud
(1830-1914)
Républicain Industriel (fabricant de feutres) à Nersac
1907 1910 Marcel Nouel Républicain Médecin, propriétaire à Mougnac, maire de La Couronne
1910 1919 Edmond Laroche-Joubert Droite Industriel (fabricant de papier) à Angoulême
Député (1924-1928)
1919 1931
(démission)
Achille Puet Républicain
puis Radical
Avocat, conseiller municipal d'Angoulême
1931 1940 Jean Danton Radical Ancien professeur d'école normale, conseiller municipal d'Angoulême
1940       Les conseils d'arrondissement ont été suspendus par la loi du 12 octobre 1940
et n'ont jamais été réactivés

Sources : Journal "La Charente" https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/cb32740226x/date&rk=21459;2.

Représentation : conseillers départementaux depuis 2015

Conseillers départementaux successifs
Période élective Mandat Identité Nuance Qualité
2015 2021 2015 en cours Agnès Bel   DVD Conseillère municipale de Fléac
2015 en cours Samuel Cazenave   UDI Ancien Premier adjoint au maire d'Angoulême
4ème Vice-Président du Conseil départemental

À l'issue du 1er tour des élections départementales de 2015, deux binômes sont en ballotage : Agnès Bel et Samuel Cazenave (Union de la Droite, 42,54 %) et David Comet et Nadine Villeneuve (Union de la Gauche, 23,28 %). Le taux de participation est de 43,09 % (5 275 votants sur 12 241 inscrits)[13] contre 50,21 % au niveau départemental[14]et 50,17 % au niveau national[15].

Au second tour, Agnès Bel et Samuel Cazenave (Union de la Droite) sont élus avec 60,71 % des suffrages exprimés et un taux de participation de 43,35 % (2 964 voix pour 5 306 votants et 12 241 inscrits)[16].

Samuel Cazenave a démissionné de son poste de premier adjoint au maire en mars 2018.

Voir aussi

Notes et références

  1. a b et c Décret no 2014-195 du 20 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département de la Charente, sur Légifrance (consulté le 28 avril 2014)
  2. « Décret n°82-25 du 15 janvier 1982 portant modification et création de cantons dans le département de la Charente (Angouleme et Ruelle) », sur http://www.legifrance.gouv.fr/ (consulté le 3 juillet 2015)
  3. « Loi no  2013-403 du 17 mai 2013 relative à l'élection des conseillers départementaux, des conseillers municipaux et des conseillers communautaires, et modifiant le calendrier électoral », JORF no 0114 du 18 mai 2013 p. 8242, (consulté le 28 avril 2014)
  4. Article 4 de la loi du 17 mai 2013 modifiant l'article L 191 -1 du code électoral.
  5. Populations légales 2012 des cantons - découpage 2015, sur le site de l'Insee
  6. http://www.culture.gouv.fr/LH/LH094/PG/FRDAFAN83_OL1457061V001.htm
  7. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k4428517s/f1.item.r=canton.zoom
  8. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k63668859/f7.item.r=canton.zoom
  9. Créateur de l'Industrie de Feutre en Charente. Fondateur d'une des dynasties industrielles les plus notables du pays charentais, il doit sa réussite à son invention du feutre en continu qui transforme radicalement l'ancien moulin familial. Le feutre en continu permet en effet un séchage plus rationnel du papier en continu dont le développement, à partir des années 1830, est à la base de toute l'industrie papetière et de l'essor spectaculaire de la grande presse au XIXème siècle. La société DEBOUCHAUD est créée en 1834, elle accompagne dès lors l'expansion papetière des environs d'Angoulême grâce à des accords avec les grands groupes en formation, notamment ceux des LACROIX et des ALAMIGEON. Une longue lignée de DEBOUCHAUD gère ensuite l'usine familiale : François-Aimé (1821-1890) Alexandre (1830-1932) Georges (1846-1904) Jacques (1860-1932) Pierre (1896-1993) En 1966, la société fusionne avec trois autres feutriers, Dordet, Régnier et Weiller pour constituer la COFPA au Gond-Pontouvre. Documentation Darcanges (Extrait du Dictionnaire biographique des Charentais : et de ceux qui ont illustré les Charentes / coordination par François Julien-Labruyère...- Paris : le Croît vif, 2005 - Auteur de l'article : François Julien-Labruyère - Directeur de l'Académie de Saintonge) Les Débouchaud avaient exercé pendant le XVIIIè siècle, le métier de tisserand et apprêteur d'étoffes. En 1834, il y a cent ans, Jean-Alexandre DEBOUCHAUD, prévoyant le développement de l'industrie papetière et parallèlement, du feutre de papeterie, acheta, avec A.PHILIPIER, le matériel de filature spécial destiné à la fabrication des feutres. Ce matériel fut monté dans sa propre maison où, un peu plus tard, il fut rejoint par les métiers à tisser sur lesquels, parmi les premiers, il réalisa la fabrication des feutres en circulaire. Ce matériel, dont on peut encore voir les vestiges dansla maison familiale, y travailla pendant de longues années. Nés au contact de l'industrie papetière charentaise, les feutres DEBOUCHAUD et Cie participèrent au développement de l'industrie française du papier et supplantèrent bientôt dans la Maison la fabrication des étoffes, qui disparut même complètement pour permettre la spécialisation. En 1896, Alexandre, Georges et Jacques DEBOUCHAUD constituèrent avec leurs associés l'actuelle Société DEBOUCHAUD et Cie qui, aux feutres de papeterie, ajouta ceux nécessités par de nouvelles et multiples industries. Débordant le cadre national, les feutres DEBOUCHAUD et Cie ont conquis depuis une réputation mondiale. Aujourd'hui, la Société, continuant la tradition familiale, est administrée par le fils de Jacques DEBOUCHAUD, Pierre DEBOUCHAUD (marié à Simone ALAMIGEON), dont le collaborateur immédiat est Jean GUILLAUD, Directeur des Usines. Dès le XVIII° siècle, les DEBOUCHAUD employaient les laines de leur province, laines dont ils connaissaient les rares qualités; plus tard, l'extension des besoins les obligea à faire appel aux laines étrangères, et les laines indigènes servirent alors de base aux sélections. Pour le choix des laines, pour leur travail, le personnel et les dirigeants, de père en fils, continuant le même labeur, accumulèrent une expérience complète. A l'habileté séculaire de la main-d'oeuvre, àl 'expérience continue du métier, la Société DEBOUCHAUD et Cie a ajouté depuis plusieurs années, le matériel le plus perfectionné, et d'une façon générale, tout ce que la science pouvait lui apporter, pour la plus grande satisfaction de sa fidèle clientèle La société Debouchaud est créée en 1834, elle accompagne dès lors l'expansion papetière des environs d'Angoulême grâce à des accords avec les grands groupes en formation, notamment ceux des Lacroix et des Alamigeon. Cette spécialité de fabricationdu feutre ne se limite pourtant pas aux fournitures industrielles, elle voit rapidement une diversification s'opérer à partir de ses rebuts: le feutre dur devient semelle, le feutre souple dessus de pantoufle, la charentaise est née...Une longue lignée de Débouchaud gère ensuite l'usine familiale: François-Aimé (1821-1890), Alexandre (1830-1914), Georges (1846-1904), Jacques (1860-1932) et Pierre (1896-1993). En 1966, la société fusionne avec trois autres feutriers, Dordet, Régnier et Weiller pour constituer la C O F P A au Gond-Pontouvre. Jacques Debouchaud achète en 1897 l'usine à papier de Barillon (La Couronne) et la transforme en usine de feutre. En 1899, un bureau, un nouvel atelier de fabrication sont bâtis en 1905 et un autre atelier de fabrication est édifié en 1922. Les magasins et entrepôts datent du début du 2e quart du 20e siècle.En 1966 l'usine est intégrée dans le groupe COFPA et, à la fin des années 1970, elle est vendue à Leroy-Sommer qui fabrique actuellement des pompes électriques , des pompes à chaleur et des tronçonneuses. Dans l'Illustration économique et financière de 1922 de la Charente il est fait mention des récompenses obtenues par cette société: Exposition universelle Paris 1900.membre du jury, hors concours. Bruxelles 1897,Médaille d'or. Liège 1905, diplôme d'honneur. Diplôme d'honneur Exposition franco-britannique Londres 1908; Diplôme d'honneur Exposition de Bruxelles 1919. Grand Prix Exposition de Roubaix 1911. Grand Prix exposition de Turin 1911. Grand Prix Exposition de Gand 1913. Le Prieuré de l'île d'Oléron fut leur résidence estivale et demeure toujours dans la famille
  10. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9617384f/f6.image.r=commission%20administrative
  11. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k96158886/f2.item.r=canton.zoom
  12. https://www.charentelibre.fr/2010/11/19/roland-chiron-est-mort,1007268.php
  13. « Résultats du 1er tour pour le canton d'Angoulême-1 », sur le site du Ministère de l'Intérieur (consulté le 24 mars 2015)
  14. « Résultats du 1er tour pour le département de la Charente », sur le site du Ministère de l'Intérieur (consulté le 24 mars 2015)
  15. « Résultats du 1er tour pour la France entière », sur le site du Ministère de l'Intérieur (consulté le 23 mars 2015)
  16. « Résultats du second tour pour le canton d'Angoulême-1 », sur le site du Ministère de l'Intérieur (consulté le 30 mars 2015)