Équipe d'Espagne de football à la Coupe du monde 2002

(Redirigé depuis Campagne 2000-2002 de l'équipe d'Espagne de football)

Équipe d'Espagne de football à la Coupe du monde 2002

Fédération RFEF

Class. FIFA / Elo 8e[1]
Organisateur(s) Drapeau : Corée du Sud Corée du Sud et Drapeau : Japon Japon
Participation 11e
Meilleure performance 4e (1950)
Sélectionneur Drapeau : Espagne José Antonio Camacho
Capitaine Fernando Hierro
Meilleur buteur Raúl (3)
Fernando Morientes (3)
Maillots
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Domicile
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Extérieur
Équipe d'Espagne de football à la Coupe du monde

Cet article relate le parcours de l'Espagne lors de la Coupe du monde de football 2002 organisée en Corée du Sud et au Japon du 31 mai au .

La Roja s'est qualifiée pour cette coupe du monde en terminant première et invaincue du groupe 7 de la zone Europe.

Lors du premier tour de l'épreuve, la sélection espagnole termine à la première place de son groupe grâce à trois victoires sur la Slovénie, le Paraguay et l'Afrique du Sud. En huitièmes de finale, elle a besoin de la séance des tirs-aux-buts pour se défaire de l'Irlande. Son parcours s'achève en quarts-de-finale où elle est battue par un des deux pays organisateurs, la Corée du Sud. Celle-ci s'impose aux tirs-aux buts au terme d'un match marqué par des polémiques sur l'arbitrage.

L'Espagne, en atteignant les quarts-de-finale, réalise alors une de ses meilleures performances en coupe du monde. C'est en effet la quatrième fois, après 1934, 1986 et 1994 que la Roja atteint ce stade de la compétition[note 1], la meilleure performance du pays à cette date étant une quatrième place obtenue en 1950[note 2].

Qualification

Groupe 7 de la zone Europe

Les qualifications pour la coupe du monde de 2002 débutent en septembre 2000[2]. Pour son premier match, l'Espagne s'impose en Bosnie-Herzégovine[3] et prend donc la tête de son groupe avec Israël. Dès le match suivant, l'Espagne prend de l'avance au classement grâce à sa victoire contre Israël[4]. La sélection fait ensuite match nul en Autriche[5] et bat le Liechtenstein 5 à 0[6]. Fin avril 2001, l'Espagne est cependant deuxième au classement avec 10 points en 4 matchs alors que l'Autriche en a 11 mais avec 5 matchs joués. En juin 2001, l'Espagne bat la Bosnie[7] et fait match nul en Israël[8]. La Roja reprend la tête du classement, l'Autriche ne jouant pas lors de cette période. En septembre, la sélection ibérique prend définitivement la tête de son groupe en battant l'Autriche 4 à 0 à Valence[9] puis le Liechstenstein 2 à 0[10]. La sélection espagnole termine donc son groupe de qualification en tête de son groupe avec 20 points en 8 matchs avec une différence de buts de + 17[2], l'Autriche étant deuxième avec 15 points[2]. L'Autriche est ensuite éliminée lors des barrages de la zone Europe par la Turquie (1-0 puis 5-0).

Classement
Rang Équipe Pts J G N P Bp Bc Diff Résultats (▼ dom., ► ext.) Drapeau : Espagne Drapeau : Autriche Drapeau : Israël Drapeau : Bosnie-Herzégovine Drapeau : Liechtenstein
1 Drapeau : Espagne Espagne 20 8 6 2 0 21 4 +17 Drapeau : Espagne Espagne 4-0 2-0 4-1 5-0
2 Drapeau : Autriche Autriche 15 8 4 3 1 10 8 +2 Drapeau : Autriche Autriche 1-1 2-1 2-0 2-0
3 Drapeau : Israël Israël 12 8 3 3 2 11 7 +4 Drapeau : Israël Israël 1-1 1-1 3-1 2-0
4 Drapeau : Bosnie-Herzégovine Bosnie-Herzégovine 8 8 2 2 4 12 12 0 Drapeau : Bosnie-Herzégovine Bosnie-Herzégovine 1-2 1-1 0-0 5-0
5 Drapeau : Liechtenstein Liechtenstein 0 8 0 0 8 0 23 -23 Drapeau : Liechtenstein Liechtenstein 0-2 0-1 0-3 0-3

Buteurs

Pos Joueur Pays Buts
1 Raúl Drapeau : Espagne Espagne 4
2 Fernando Hierro Drapeau : Espagne Espagne 3
2 Gaizka Mendieta Drapeau : Espagne Espagne 3
4 Diego Tristán Drapeau : Espagne Espagne 2
4 Gerard Drapeau : Espagne Espagne 2
4 Fernando Morientes Drapeau : Espagne Espagne 2
7 Rubén Baraja Drapeau : Espagne Espagne 1
7 Joseba Etxeberría Drapeau : Espagne Espagne 1
7 Iván Helguera Drapeau : Espagne Espagne 1
7 Javi Moreno Drapeau : Espagne Espagne 1
7 Miguel Ángel Nadal Drapeau : Espagne Espagne 1

Raúl est le meilleur buteur de la phase de qualification de la sélection espagnole avec quatre buts inscrits contre le Liechtenstein à domicile[6], la Bosnie[7] à domicile, en Israël[8] et au Liechtenstein[10].

Fernando Hierro et Gaizka Mendieta le suivent au classement avec 3 buts. Hierro marque tout d'abord lors du match à domicile contre Israël[4] puis marque un but contre le Liechtenstein alors que Mendieta réalise lui un doublé[6]. Hierro marque ensuite un but à domicile contre la Bosnie[7] alors que Mendieta en fait de même contre l'Autriche[9].

Avec chacun deux buts, Diego Tristán, Gerard et Fernando Morientes figurent dans la suite du classement. Gerard marque un but dans les deux premiers matchs de qualification, en Bosnie[3] puis à domicile contre Israël[4]. Diego Tristán marque ensuite contre la Bosnie[7]. Contre l'Autriche, Tristán ouvre la marque, Morientes d'inscrivant ensuite un doublé[9].

Rubén Baraja, Joseba Etxeberría, Iván Helguera, Javi Moreno et Miguel Ángel Nadal sont les autres joueurs à avoir marqué un but pour leur sélection lors de ces éliminatoires. Lors du premier match, Etxeberría inscrit le but vainqueur de son équipe en Bosnie[3], Baraja égalise lors du match nul en Autriche[5], Iván Helguera ouvre le score contre le Liechtenstein[6], Javi Moreno marque le troisième but lors du match retour contre la Bosnie[7]. Enfin, Nadal marque le vingt-et-unième et dernier but de son équipe lors des qualifications en clôturant le score au Liechtenstein[10].

L'avant Coupe du monde

Matchs amicaux de préparation

Match amical Espagne Drapeau : Espagne 1 - 0 Drapeau : Mexique Mexique Stade Nuevo Colombino
Huelva, Espagne

Crystal Clear app kworldclock.png Historique des rencontres
Raúl But inscrit après 73 minutes 73e (0 - 0) Spectateurs : 20 000
Arbitrage : Drapeau : Italie Domenico Messina
Rapport
Match amical Espagne Drapeau : Espagne 1 - 1 Drapeau : Portugal Portugal Stade olympique Lluís-Companys
Barcelone, Espagne

Crystal Clear app kworldclock.png Historique des rencontres
Morientes But inscrit après 40 minutes 40e (1 - 1) Jorge Costa But inscrit après 29 minutes 29e Spectateurs : 48 200
Arbitrage : Drapeau : Roumanie Alexandru Dan Tudor
Rapport
Match amical Pays-Bas Drapeau : Pays-Bas 1 - 0 Drapeau : Espagne Espagne De Kuip
Rotterdam, Pays-Bas

Crystal Clear app kworldclock.png Historique des rencontres
F. de Boer But inscrit après 32 minutes 32e (1 - 0) Spectateurs : 40 000
Arbitrage : Drapeau : Suède Karl-Erik Nilsson
Rapport
Match amical Irlande du Nord Drapeau : Irlande du Nord 0 - 5 Drapeau : Espagne Espagne Windsor Park
Belfast, Irlande du Nord

Crystal Clear app kworldclock.png Historique des rencontres
(0 - 1) Raúl But inscrit après 22 minutes 22e, But inscrit après 54 minutes 54e
Baraja But inscrit après 48 minutes 48e
Puyol But inscrit après 69 minutes 69e
Morientes But inscrit après 78 minutes 78e
Spectateurs : 20 000
Arbitrage : Drapeau : Écosse Kenny Clark
Rapport

Joueurs retenus pour la Coupe du monde[11]

La liste des 23 joueurs retenus est annoncée par le sélectionneur José Antonio Camacho le . Au moment de cette annonce, 18 joueurs[note 3] semblent certain d'en faire partie à la suite d'une déclaration de Camacho un mois auparavant[12]. La sélection finale annoncée, les cinq joueurs s'ajoutant aux 18 sont Ricardo López, Enrique Romero, Xavi Hernández, Luis Enrique et Albert Luque, ce dernier ayant comme particularité d'être le seul joueur de l'équipe à n'avoir encore jamais évolué en sélection[13]. Les absents notables sont alors le défenseur Manuel Pablo, Josep Guardiola, ainsi que Sergi, capitaine du FC Barcelone, tous trois blessés[13]. Camacho déclare à propos de Guardiola qu'« il était un des élus »[13]. Quelques jours plus tard, le gardien Santiago Cañizares se sectionne un tendon en voulant ramasser une bouteille de parfum et doit donc déclarer forfait[14]. Il est remplacé numériquement par Pedro Contreras et Iker Casillas devient alors titulaire au poste de gardien[15].


Numéro / Nom Équipe Sél. (but) Date de naissance J. Soccer.svg Yellow card.svg Yellow card.svgRed card.svg Red card.svg
Gardiens de but
1 Iker Casillas Drapeau de l'Espagne Real Madrid CF 13 (0) (1981-5-20) (âgé de 21 ans) 5 0 0 0 0
13 Ricardo López Drapeau de l'Espagne Real Valladolid 1 (0) (1971-12-31) (âgé de 30 ans) 0 0 0 0 0
23 Pedro Contreras Drapeau de l'Espagne Málaga CF 1 (0) (1972-1-7) (âgé de 30 ans) 0 0 0 0 0
Défenseurs
2 Curro Torres Drapeau de l'Espagne Valence CF 4 (0) (1976-12-27) (âgé de 25 ans) 1 0 0 0 0
3 Juanfran Drapeau de l'Espagne Celta Vigo 7 (0) (1976-7-15) (âgé de 25 ans) 3 0 1 0 0
5 Carles Puyol Drapeau de l'Espagne FC Barcelone 8 (1) (1978-4-13) (âgé de 24 ans) 4 0 0 0 0
6 Fernando Hierro Capitaine Drapeau de l'Espagne Real Madrid CF 85 (27) (1968-3-23) (âgé de 34 ans) 4 2 1 0 0
15 Enrique Romero Drapeau de l'Espagne Deportivo La Corogne 3 (0) (1971-6-23) (âgé de 30 ans) 3 0 0 0 0
20 Miguel Ángel Nadal Drapeau de l'Espagne RCD Majorque 58 (3) (1966-7-28) (âgé de 35 ans) 4 0 0 0 0
Milieux de terrain
4 Iván Helguera Drapeau de l'Espagne Real Madrid CF 22 (2) (1975-3-28) (âgé de 27 ans) 5 0 0 0 0
8 Rubén Baraja Drapeau de l'Espagne Valence CF 10 (3) (1975-7-11) (âgé de 26 ans) 4 0 2 0 0
14 David Albelda Drapeau de l'Espagne Valence CF 2 (0) (1974-12-7) (âgé de 27 ans) 2 0 0 0 0
16 Gaizka Mendieta Drapeau de l'Italie SS Lazio 32 (7) (1974-3-27) (âgé de 28 ans) 3 1 0 0 0
17 Juan Carlos Valerón Drapeau de l'Espagne Deportivo La Corogne 21 (0) (1975-6-17) (âgé de 26 ans) 4 1 1 0 0
18 Sergio González Drapeau de l'Espagne Deportivo La Corogne 5 (0) (1976-11-10) (âgé de 25 ans) 1 0 0 0 0
19 Xavi Hernández Drapeau de l'Espagne FC Barcelone 3 (0) (1980-1-25) (âgé de 22 ans) 2 0 0 0 0
21 Luis Enrique Drapeau de l'Espagne FC Barcelone 57 (12) (1970-5-8) (âgé de 32 ans) 5 0 0 0 0
22 Joaquín Drapeau de l'Espagne Betis 3 (0) (1981-7-21) (âgé de 20 ans) 2 0 0 0 0
Attaquants
7 Raúl Drapeau de l'Espagne Real Madrid CF 51 (25) (1977-6-27) (âgé de 24 ans) 4 3 0 0 0
9 Fernando Morientes Drapeau de l'Espagne Real Madrid CF 19 (14) (1976-4-5) (âgé de 26 ans) 5 3 1 0 0
10 Diego Tristán Drapeau de l'Espagne Deportivo La Corogne 7 (2) (1976-1-5) (âgé de 26 ans) 2 0 0 0 0
11 Javier de Pedro Drapeau de l'Espagne Real Sociedad 5 (1) (1973-8-4) (âgé de 28 ans) 4 0 1 0 0
12 Albert Luque Drapeau de l'Espagne RCD Majorque 0 (0) (1978-3-11) (âgé de 24 ans) 3 0 0 0 0
Sélectionneur
José Antonio Camacho (1955-6-8) (âgé de 46 ans)

Capitaine = capitaine -- Gardien de butDéfenseurMilieu de terrainAttaquantSélectionneur


Avec cinq joueurs sélectionnés, le Real Madrid CF est le club le plus représenté au sein de la sélection. Il est suivi par le Deportivo La Corogne avec quatre joueurs. Le FC Barcelone et le Valence CF sont chacun représentés par trois de leurs joueurs. Le RCD Majorque compte deux sélectionnés dans la Roja. Enfin, le Real Valladolid, Málaga CF, le Celta Vigo, le Betis et la Real Sociedad ont un de leurs footballeurs incoroporés dans l'équipe nationale. Un seul club étranger figure dans cette liste, la Lazio, où évolue Gaizka Mendieta.

Compétition

Premier tour

Classement
Rang Équipe Pts J G N P Bp Bc Diff
1 Drapeau : Espagne Espagne 9 3 3 0 0 9 4 +5
2 Drapeau : Paraguay Paraguay 4 3 1 1 1 6 6 0
3 Drapeau : Afrique du Sud Afrique du Sud 4 3 1 1 1 5 5 0
4 Drapeau : Slovénie Slovénie 0 3 0 0 3 2 7 -5
Espagne Drapeau : Espagne 3 - 1 Drapeau : Slovénie Slovénie Gwangju World Cup Stadium, Gwangju
20:30 UTC+9
Crystal Clear app kworldclock.png Historique des rencontres
Raúl But inscrit après 44 minutes 44e
Valerón But inscrit après 74 minutes 74e
Hierro But inscrit après 87 minutes 87e (pen)
(1 – 0) Cimirotič But inscrit après 82 minutes 82e Spectateurs : 28 598
Arbitrage : Mohamed Guezzaz Drapeau : Maroc
(Rapport)

Espagne Drapeau : Espagne 3 - 1 Drapeau : Paraguay Paraguay Jeonju World Cup Stadium, Jeonju
18:00 UTC+9
Crystal Clear app kworldclock.png Historique des rencontres
Morientes But inscrit après 53 minutes 53e, But inscrit après 69 minutes 69e
Hierro But inscrit après 83 minutes 83e (pen)
(0 – 1) Puyol But inscrit après 10 minutes 10e (csc) Spectateurs : 24 000
Arbitrage : Gamal Al-Ghandour Drapeau : Égypte
(Rapport)

Afrique du Sud Drapeau : Afrique du Sud 2 – 3 Drapeau : Espagne Espagne Daejeon World Cup Stadium, Daejeon
20:30 UTC+9
Crystal Clear app kworldclock.png Historique des rencontres
McCarthy But inscrit après 31 minutes 31e
Radebe But inscrit après 53 minutes 53e
(1 – 2) Raúl But inscrit après 4 minutes 4e, But inscrit après 56 minutes 56e
Mendieta But inscrit après 45+1 minutes 45+1e
Spectateurs : 31 024
Arbitrage : Saad Mane Drapeau : Koweït
(Rapport)

Huitième de finale

En huitième de finale, l'Espagne est confrontée à la République d'Irlande. La République d'Irlande, au premier tour, a terminé à la deuxième place du Groupe E après avoir fait match nul contre Cameroun puis contre l'Allemagne et en battant l'Arabie saoudite. Le match est arbitré par Anders Frisk.

Lors du match, l'Espagne prend rapidement l'avantage grâce à un but de Fernando Morientes[16],[17]. À l'heure de jeu, la République d'Irlande obtient un penalty concédé par Juanfran. Iker Casillas arrête le tir de Ian Harte[17]. L'Espagne semble se satisfaire du score, comme en témoigne les sorties des attaquants Raúl et Morientes[17]. En fin de match, un deuxième penalty est sifflé pour l'Irlande pour une faute de Hierro. Cette fois, Robbie Keane le marque obtenant ainsi les prolongations[16],[17]. Aucun but n'est marqué pendant la prolongation. L'Espagne termine cependant le match à 10 en raison de la blessure de David Albelda, aucun changement n'étant alors plus possible[17],[18].

Il faut alors les tirs-aux-buts pour décider du vainqueur du match. Après deux penaltys réussis de Robbie Keane et de Fernando Hierro, le premier échec de la série de tirs est l’œuvre de Matt Holland dont la frappe heurte la barre transversale de Casillas[17],[19]. Rubén Baraja donne l'avantage à l'Espagne. Casillas stoppe ensuite la tentative de David Connolly. Juanfran n'en profite pas en ratant sa cible[19]. Casillas arrête ensuite son troisième penalty du match en bloquant le tir de Kevin Kilbane puis Juan Carlos Valerón tire sur le poteau droit de Shay Given[17],[19]. Steve Finnan égalise à deux partout. Gaizka Mendieta offre la victoire à l'Espagne[16],[19]. La Roja se qualifie ainsi pour le tour suivant.


Espagne Drapeau : Espagne 1 – 1 a.p. Drapeau : Irlande Irlande Suwon World Cup Stadium, Suwon
20:30 UTC+9
Crystal Clear app kworldclock.png Historique des rencontres
Morientes But inscrit après 8 minutes 8e (1 – 0) Robbie Keane But inscrit après 90 minutes 90e (pén.) Spectateurs : 38 926
Arbitrage : Anders Frisk Drapeau : Suède
(Rapport)
Hierro Réussi
Baraja Réussi
Juanfran Manqué (saved)
Valerón Manqué
Mendieta Réussi
Tirs au but
3 - 2
RéussiRobbie Keane
ManquéHolland
Manqué (saved)Connolly
Manqué (saved)Kilbane
RéussiFinnan

Quart-de-finale

À la suite de sa victoire contre l'Irlande, José Antonio Camacho espère affronter l'Italie pour avoir un « arbitrage équitable »[20]. Malheureusement pour lui, la Corée du Sud élimine l'Italie grâce au but en or. Le résultat du match est critiqué par les Italiens, qui se disent victimes d'erreur d'arbitrage, un but ayant été refusé pour un hors-jeu et Francesco Totti ayant été expulsé pendant les prolongations[21],[22]. L'arbitre désigné pour ce match, l'Égyptien Gamal Al-Ghandour, a déjà arbitré la Roja lors du premier tour contre le Paraguay, sans qu'il y ait de problème[20].

Le match se déroule en l'absence de Raúl, blessé à l'adducteur pendant le huitième de finale[23]. Après un bon début de la Corée du Sud, le match est ensuite dominé par la sélection espagnole. En début de seconde période, à la suite d'un corner, un but est refusé à l'Espagne pour une faute dans la surface coréenne[24]. Au terme du temps réglementaire, le score étant toujours de 0 à 0, les prolongations sont donc nécessaires pour départager les deux équipes. Dès la deuxième minute, Fernando Morientes pense donner la qualification à son équipe[note 4] à la suite d'un centre de Joaquín. Cependant, l'arbitre, à tort[25], refuse le but, le ballon étant à ses yeux sorti au moment du centre. Quelques minutes plus tard, Morientes touche le poteau. La suite du match est marquée par des hors-jeu espagnols contestés.

Les deux équipes se départagent donc aux tirs-aux-buts. À ce jeu, ce sont les Coréens qui s'imposent 5 à 3, leur gardien arrêtant la frappe de Joaquín[24].

À la suite de ce match éclate une polémique sur l'arbitrage de Gamal Al-Ghandour[26]. Ainsi, Ivan Helguera déclare : «  La sélection espagnole a bien joué, elle a marqué deux buts (refusés). Mais ce qui s'est passé ici, c'est un authentique vol[24]! ». L'arbitrage fit penser à un arrangement en faveur des Sud-Coréens, cependant réfuté par la FIFA. Ghandour a d'ailleurs été accusé d’avoir reçu une voiture du vice-président de la FIFA, le Sud-Coréen Chung Mong-joon[27]. Ces allégations poussèrent Ghandour à mettre un terme à sa carrière.


Espagne Drapeau : Espagne 0 – 0 a.p. Drapeau : Corée du Sud Corée du Sud Gwangju World Cup Stadium, Gwangju
15:30 UTC+9
Crystal Clear app kworldclock.png Historique des rencontres
(0 – 0) Spectateurs : 42 114
Arbitrage : Gamal Al-Ghandour Drapeau : Égypte
(Rapport)
Hierro Réussi
Baraja Réussi
Xavi Réussi
Joaquín Manqué (saved)
Tirs au but
3 - 5
RéussiHwang Sun-hong
RéussiPark Ji-sung
RéussiSeol Ki-hyeon
RéussiAhn Jung-hwan
RéussiHong Myung-bo

L'après coupe du monde

Fernando Hierro figure dans la All-star team de la Coupe du monde qui comporte seize joueurs. Iker Casillas et Joaquín figurent dans le groupe de 7 joueurs rajoutés en vue d'obtenir une liste de 23 joueurs[28]. Le match contre la Corée du Sud est le dernier en sélection pour Fernando Hierro, Luis Enrique et Miguel Ángel Nadal.

Références

Notes
  1. En 1982, l'équipe d'Espagne est éliminée au second tour en étant dernier de son groupe, seul le premier étant qualifié pour les demi-finales.
  2. Ultérieurement, en 2010, l'équipe d'Espagne remporte pour la première fois la Coupe du monde.
  3. Les gardiens Cañizares et Casillas, les défenseurs Curro Torres, Puyol, Hierro, Nadal, Juanfran, les milieux Albelda, Baraja, Helguera, Sergio González, Valerón, Joaquin, de Pedro et Mendieta ainsi que les attaquants Morientes, Raúl et Diego Tristán.
  4. En 2002, c'est la règle du but en or qui s'applique en prolongations.
Références
  1. « Classement mondial », sur fifa.com (consulté le 13 juin 2010)
  2. a, b et c « Coupe du monde de la FIFA, Corée/Japon 2002 Qualifications », sur fifa.com (consulté le 16 juin 2010)
  3. a, b et c « Bosnie - Espagne », sur fifa.com (consulté le 14 juin 2010)
  4. a, b et c « Espagne - Israël », sur fifa.com (consulté le 14 juin 2010)
  5. a et b « Autriche - Espagne », sur fifa.com (consulté le 14 juin 2010)
  6. a, b, c et d « Espagne - Liechtenstein », sur fifa.com (consulté le 14 juin 2010)
  7. a, b, c, d et e « Espagne - Bosnie », sur fifa.com (consulté le 14 juin 2010)
  8. a et b « Israël - Espagne », sur fifa.com (consulté le 14 juin 2010)
  9. a, b et c « Espagne - Autriche », sur fifa.com (consulté le 14 juin 2010)
  10. a, b et c « Liechtenstein - Espagne », sur fifa.com (consulté le 14 juin 2010)
  11. (es) « ESPAÑA », sur elmundo.es (consulté le 13 juin 2010)
  12. (es)« Camacho despeja hoy las cinco incógnitas de los 23 », El Mundo Deportivo,‎ (lire en ligne)
  13. a, b et c (es)« La lista para el Mundial », El Mundo Deportivo,‎ (lire en ligne)
  14. (fr) « Les blessures les plus ridicules », sur lesdessousdusport.fr (consulté le 13 juin 2010)
  15. (es)« Cañizares se pierde el Mundial », El Mundo Deportivo,‎ (lire en ligne)
  16. a, b et c (es)Francesc Aguilar, « San Iker », El Mundo Deportivo,‎ (lire en ligne)
  17. a, b, c, d, e, f et g Jean-François Lauwens (avec AFP), « L'Espagne tout au bout du suspense », Le Soir,‎ (lire en ligne)
  18. (es)Francesc Aguilar, « San Iker », El Mundo Deportivo,‎ (lire en ligne)
  19. a, b, c et d (es)« Una tanda para la historia », El Mundo Deportivo,‎ (lire en ligne)
  20. a et b (it) « Camacho tifava Italia », sur gazzetta.it (consulté le 13 juin 2010)
  21. (it) «Arbitri senza formazione e autonomia», sur gazzetta.it (consulté le 13 juin 2010)
  22. (it) « Italia eliminata dall' arbitro », sur gazzetta.it (consulté le 13 juin 2010)
  23. (fr) « Raul incertain », sur dna.fr (consulté le 17 juin 2010)
  24. a, b et c (fr) « Une surprise de plus... », sur dna.fr (consulté le 17 juin 2010)
  25. « Joaquin vs Corea », sur youtube.com (consulté le 17 juin 2010)
  26. (en) « Korean miracle spoilt by refereeing farce », sur telegraph.co.uk, (consulté le 17 juin 2010)
  27. (en) « Ghandour's memory lane », sur bbc.co.uk, (consulté le 17 juin 2010)
  28. (en) « Report and statistics », sur fifa.com (consulté le 27 décembre 2010)

Lien interne