Camp Brun

Camp Brun

Le camp Brun est un bagne de Nouvelle-Calédonie, établi en 1887 sur la propriété d'un colon récalcitrant, Gratien Brun, sur la commune de Bouloupari.

Classé comme bagne disciplinaire, il abritait entre 130 et 180 récidivistes ou « transportés » jugés dangereux[1].

Organisé comme un enfer, il a été surnommé camp de l'horreur, camp de l'abattoir, camp de la mort lente[2],[3],[4].

Comme l'ensemble du bagne de Nouvelle-Calédonie, il ferme en 1895.

Notes et références

Annexes

Article connexe