CQFD (journal)

CQFD
Titre du mensuel CQFD.

Pays Drapeau de la France France
Langue Français
Périodicité Mensuel
Genre Généraliste
Presse alternative
Date de fondation Avril 2003
Ville d’édition Marseille

Directeur de publication Lionel Raymond (2003-)[1]

Nicolas Arraitz[2]
Iffik Le Guen

Directeur de la rédaction Pas de directeur de rédaction.
Rédacteur en chef Pas de rédacteur en chef, mais un comité de rédaction.
ISSN 1761-8061
Site web cqfd-journal.org

CQFD (sigle de Ce qu'il faut dire, détruire, développer, par rétroacronymie du CQFD utilisé en mathématiques) se présente comme un « mensuel de critique et d'expérimentation sociales »[3].

Contenu, diffusion et financement

Fondée en 2003 autour du journaliste professionnel Olivier Cyran, transfuge de Charlie Hebdo[2], la rédaction de CQFD, sise à Marseille, se compose essentiellement de chômeurs[4],[5] et se présente comme un « mensuel marseillais d’enquête et de critique sociales »[6].

Ce mensuel aborde des sujets liés à la pauvreté, aux mouvements sociaux[7], à toutes les résistances sociales parmi les salariés, dans les périphéries urbaines et aussi dans le milieu agricole. Il présente régulièrement des expériences d'organisation nouvelle concernant les modes de vie. Il est impliqué dans la critique du capitalisme et des médias[8]. Ses articles traitent des sujets les plus variés, locaux, nationaux ou internationaux : le chômage, les luttes sociales passées sous silence, le culte du travail, les discriminations, les expulsions, les violences policières, les faux amis, les guerres, les syndicats pro-patronaux, les usagers pris en otage, les prisons, les DRH, la croissance[2].

La diffusion moyenne était, en 2011[Passage à actualiser], de 6 000 exemplaires[9].

Sans publicité[4],[5],[2], ne tirant ses seuls revenus que de ses ventes et de ses abonnés[2] (elle est en outre gratuite pour les personnes incarcérées[5]), la revue connaît, depuis sa création, des problèmes de financement[10]. En novembre 2017, elle lance un appel à abonnements pour sa survie[11],[5],[12].

Collaborateurs

Il existe une catégorie consacrée à ce sujet : Collaborateur de CQFD.

Parmi les signatures, Sébastien Fontenelle[8], Éric Hazan[8], Olivier Cyran[8], Noël Godin[13] ou encore Jean-Pierre Levaray[14]. Jean-Marc Rouillan y écrit après sa mise en semi-liberté en décembre 2007[15].

On y trouve par ailleurs des dessins de Charb, Luz, Jul, Honoré, Tignous[16] ou Rémi[17].

Controverses

En novembre 2003, CQFD publie un article, « Une croix-rouge sous un képi bleu », où il dénonce ce qu'il estime être une collusion entre la Croix-Rouge et la police[18]. Le président de la Croix-Rouge, Marc Gentilini, juge insuffisante la publication qui lui est faite d'un droit de réponse et déclenche une action en justice. Le tribunal correctionnel de Paris condamne le journal à 500 euros d'amende[19].

Publications

En mai 2006, CQFD créé les Éditions le Chien rouge, lesquelles publient[20],[5] :

  • Le manifeste des chômeurs heureux, d'un collectif de chômeurs berlinois, 2006, (ISBN 2-916542-00-0).
  • En route mauvaise troupe, de Jacques Vaché, 2006, (ISBN 2-916542-01-9).
  • L'Instinct de mort, de Jacques Mesrine, 2006, (notice BnF no FRBNF40953056).
  • La ville sans nom, de Bruno Le Dantec, 2007, (ISBN 978-2-916542-03-4).
  • Dialogue entre un prêtre et un moribond, de Sade, 2007, (ISBN 978-2-916542-04-1).
  • C'est facile de se moquer, recueil de dessins de Berth, 2008, (ISBN 978-2-9165-42-05-8).
  • Barcelone, l'espoir clandestin, de Julio Sanz Oller, 2008, (ISBN 978-2-916542-08-9).
  • L'Abrégé du « Capital » de Karl Marx, de Carlo Cafiero, 2008, (ISBN 978-2-916542-10-2).
  • Vive le feu ! Affable chronique des temps sarkoziques, de Sébastien Fontenelle, 2009, (notice BnF no FRBNF42098661).
  • Sauvage !, de Rémi, 2010, (notice BnF no FRBNF43599415).

Mode de diffusion

CQFD utilise principalement trois modes de diffusion :

Voir aussi

Bibliographie

Articles connexes

CQFD fait partie de la presse alternative et indépendante[21]. Ce journal est comparable en cela à :

Liens externes

Notes et références

  1. CQFD. Ce qu'il faut dire, détruire, développer (Marseille). sur le site bibliographienationale.bnf.fr 2003.
  2. a b c d et e Jean-Baptiste Ferrière, CQFD : 5 ans de critique sociale - Le mensuel Ce Qu’il Faut Dire, Détruire, Découvrir... fête cinq ans d’indépendance éditoriale, Regards, 24 avril 2008, lire en ligne.
  3. Nicolas Arraitz, Julien Bordier, Mathieu Léonard, Gilles Lucas, « Ce Qu'il Faut Dire, Détruire, Développer... », Variations, revue de critique et d'expérimentation sociales, 18|2013, [lire en ligne], [PDF][lire en ligne].
  4. a b et c Interview de François Maliet, membre du comité de rédaction de CQFD.
  5. a b c d et e Rédaction, CQFD, le mensuel de l’extrême-gauche, crie famine, Observatoire du journalisme, 30 novembre 2017, lire en ligne.
  6. Olivier Pironet, Compléments documentaires, Le Monde diplomatique, Manière de voir, n°158, avril-mai 2018, lire en ligne.
  7. Jacques-Olivier Teyssier, CQFD : un journal alternatif aussi par ses pratiques, sur Acrimed, 17 mai 2004.
  8. a b c et d « Les médias dans le mensuel CQFD (2006-2010) », Acrimed, 26 avril 2010.
  9. AFP, « La presse satirique survit difficilement », Le Figaro,‎ (ISSN 0182-5852, lire en ligne).
  10. CQFD a besoin d’abonnés. Vite !, Acrimed, 17 septembre 2008.
  11. SOS d'un canin en détresse, sur CQFD, 3 novembre 2017.
  12. Le mensuel « CQFD » lance un SOS pour survivre, Libération, 8 novembre 2017.
  13. Articles de Noël Godin sur cqfd-journal.org/.
  14. Articles de Jean-Pierre Levaray sur cqfd-journal.org.
  15. Alain Salles, Jean-Marc Rouillan, cofondateur d'Action directe, en semi-liberté, Le Monde, 7 décembre 2007, lire en ligne.
  16. Rédaction, CQFD. Un « Charlie » marseillais, Libération, 28 mai 2003, lire en ligne.
  17. Rémi, sur cqfd-journal.org].
  18. Une croix-rouge sous un képi bleu, CQFD, n°6, novembre 2003, lire en ligne.
  19. Françoise Lazare, Des titres qui sont l'objet de condamnations judiciaires, Le Monde, 9 mars 2005, lire en ligne.
  20. Marseille : le Chien rouge sur catalogue.bnf.fr.
  21. CQFD est ainsi listé comme média indépendant dans le Petit cours d'autodéfense intellectuelle de Normand Baillargeon publié en 2005.
  22. La feuille, info
  23. par Jacques-Olivier Teyssier, La feuille de Villeneuve-sur-lot, un hebdo artisanal et autofinancé sur Acrimed, 9 mars 2005.
  24. Rédaction, La Brique dans la vitrine, CQFD n°107 (janvier 2013), lire en ligne.
  25. Martin Brésis, « Du Ravi au Postillon : portraits de journaux locaux irrévérencieux », Les Inrocks,‎ (lire en ligne).

Liens externes

  • Site officiel depuis le numéro 83 (novembre 2010)
  • Site officiel contenant les archives des numéros 2 à 82