César du cinéma

César
Image associée à la récompense
Statuette du prix César[a].

42e cérémonie des César
Prix remis César
Description Récompense l'excellence des productions cinématographiques françaises
Organisateur Académie des arts et techniques du cinéma
Pays Drapeau de la France France
Date de création
Site officiel www.academie-cinema.org

Les César du cinéma[b] sont des récompenses cinématographiques créées en 1976 et remises annuellement à Paris, à des professionnels du 7e art dans diverses catégories pour saluer les meilleures productions françaises[c]. Ils sont souvent cités comme étant l'équivalent français des Oscars aux États-Unis.

La cérémonie des César constitue la première remise de prix d'importance en France, et la plus ancienne dans le domaine de l'audiovisuel et du spectacle. Les Molières pour le théâtre, les Victoires de la musique pour la variété, le jazz ou le classique ainsi que les Sept d'or pour la télévision (aujourd'hui disparus) ont été élaborés sur le même modèle.

Les trophées sont des compressions métalliques, conçues en 1975 par le sculpteur César, qui leur a donné son nom. C'est également un clin d'œil à leurs homologues américains, les Oscars, à la consonance proche, et au film de Marcel Pagnol César[réf. nécessaire].

Histoire

En 1975, Georges Cravenne créa l'Académie des arts et techniques du cinéma qui eut, dès le départ, pour vocation de récompenser les réalisations et les travaux artistiques les plus remarquables du cinéma, afin d'avoir un équivalent français aux Oscars américains dont il était un fervent admirateur.

Ainsi, le eut lieu la 1re cérémonie des César — dite aussi « Nuit des César » — sous la présidence de Jean Gabin, quelques mois avant sa mort. Le nom de la récompense vient du sculpteur César, concepteur du trophée remis aux vainqueurs dans chaque catégorie (proche du terme « Oscar » avec le même nombre de lettres). Il est aussi un hommage indirect à Raimu, grand acteur français et interprète de la trilogie marseillaise de Marcel Pagnol dans laquelle il campe le personnage de César.

Les César du cinéma remplacent les Étoiles de cristal décernées de 1955 à 1975. D'autres prix ont récompensé le cinéma français par le passé. De 1934 à 1986, le Grand prix du cinéma français a primé un film par an. Dans les années 1950, les Victoires du cinéma français étaient décernées chaque année en juin. Mais cette récompense n'a pas rencontré d'engouement populaire et a disparu en 1964, date de sa dernière édition.

À l'origine, seuls 13 César étaient distribués. Aujourd'hui, les trophées sont décernés dans 21 catégories compétitives[d] avec l'apparition du meilleur premier film en 1982, des meilleurs espoirs féminin et masculin en 1983, du meilleur film documentaire en 2007 et du meilleur film d'animation en 2011 (ce dernier inclut depuis 2014 les courts métrages). Les César récompensant la meilleure affiche et le meilleur producteur ont, quant à eux, disparus. Certains prix sont gérés par l'académie mais remis en marge de la cérémonie par les professionnels du cinéma, comme le Prix Daniel Toscan du Plantier (au cours du Dîner des producteurs). Même chose pour le Trophée César & Techniques qui récompense les entreprises.

Trophée

icône image Images externes
Le sculpteur César posant avec la première version du trophée, uniquement remis en 1976
Les acteurs Michel Galabru et Annie Girardot posant avec la nouvelle version du trophée en 1977
L'équipe de Timbuktu posant avec les 8 trophées gagnés en 2015

Les trophées sont des compressions d'objets métalliques, conçues en 1975 par le sculpteur César, ami de Georges Cravenne qui leur a donné son nom, clin d'œil aux Oscars à la consonance proche et au film César de Pagnol[1]. Ce sont des pièces creuses, en bronze naturel poli, alors que les Oscars sont plaqués d'or, ces derniers ayant directement inspiré le sculpteur pour son premier trophée en 1976, une bobine de film entourant une silhouette[2]. Devant l'accueil mitigé des acteurs, il réalise en 1977 une compression de 29 cm de hauteur sur une base de 8 sur 8 cm, pesant 3,6 kg, trophée toujours remis aujourd'hui et réalisé dans la fonderie d'art Bocquel en Normandie[3]. Si la valeur du César n'a pas été officiellement dévoilée, elle serait estimée à 1 500 euros[4].

Processus de vote

Règlement

La classification du métrage cinématographique se fait selon le règlement du CNC, un long métrage doit faire 60 minutes. Pour être éligible, un film doit avoir été exploité au moins une semaine à Paris du 1er janvier au 31 décembre l’année précédant la cérémonie (sauf les courts métrages au créneau différent). Le film doit être majoritairement de production française, il peut même être non francophone. Sinon, le film doit concourir au César du meilleur film étranger. Depuis 2013, un film étranger, s'il est francophone et coproduit en partie en France, peut être nommé dans n'importe quelle catégorie des César (sauf logiquement celle du meilleur film).

Les nommés sont au nombre de cinq pour toutes les disciplines, sauf pour les Césars du meilleur film, du meilleur film étranger, du meilleur film d'animation, du meilleur réalisateur, du meilleur acteur et de la meilleure actrice. Dans ces catégories, les nommés sont passés au nombre de sept (depuis 2009 pour le meilleur film et le meilleur film étranger et 2012 pour les autres disciplines). L'académie impose un quota de courts métrages pour la catégorie meilleur film d'animation et un quota de deux films étrangers francophones, exploités en France dans l'année, pour le César du meilleur film étranger.

Avant les années 2010, aucune restriction particulière n'existait sur le cumul de récompenses et de nominations : un professionnel pouvait recevoir plusieurs mentions pour différents films dans une même catégorie car seul comptait le suffrage majoritaire. De même, un comédien pouvait être nommé pour un même long métrage dans deux catégories d'interprétation distinctes : premier ou second rôle et espoir. Les critiques quant à la concentration supposée des nominations sur un nombre restreint de personnes et un déséquilibre des palmarès, émises à la suite du cas exceptionnel de la double victoire de Tahar Rahim comme meilleur acteur et meilleur espoir et la double nomination comme meilleur acteur de François Cluzet en 2010[e], ont poussé l'académie à modifier le règlement[5],[6]. Depuis la 36e cérémonie des César, une personnalité (acteur, réalisateur, producteur, scénariste, compositeur, technicien) ne peut être nommée qu'une seule fois et pour une seule œuvre par catégorie, même si elle a participé à plusieurs films éligibles dans l'année. Au premier tour de vote, elle peut être proposée à la récompense pour plusieurs longs métrages. Néanmoins, seul le film pour lequel elle recevra le plus de suffrages lui vaudra la nomination. Quant à un acteur, il ne peut, pour un même rôle, être nommé dans plusieurs catégories d'interprétation. Il ne reçoit désormais de nomination que dans une seule et unique catégorie (premier, second rôle ou espoir) : celle dans laquelle il aura obtenu le nombre le plus élevé de citations lors du premier tour de vote.

Cette polémique du cumul concerne depuis 2017 les films et le règlement a, en ce sens, été modifié une nouvelle fois : un long métrage ne peut être nommé que dans une seule catégorie récompensant le film (soit pour un seul titre le César du meilleur film, du meilleur documentaire ou du meilleur film d'aninmation mais avec malgré tout la possibilité de figurer à la fois dans les catégories du meilleur film et du meilleur premier film à l'instar de Divines en 2017 ou Les Garçons et Guillaume, à table ! en 2014 qui remporta les deux statuettes). Quant au César du meilleur réalisateur, il récompense désormais une personne différente de celui du meilleur film, revenant uniquement au producteur à l'instar des Oscars[f].

Les César du meilleur espoir masculin et féminin passent une étape intermédiaire, les directeurs de casting de l'académie choisissent un maximum de 16 acteurs débutants, nommés révélations, une liste indicative pour faciliter le choix des 5 nommés. Il est néanmoins possible de voter pour n'importe quel interprète débutant même s'il ne fait pas partie des révélations.

Les courts métrages, les courts métrages d'animation et le Trophée César & Techniques ont des étapes de présélections, chacune supervisée par un comité éponyme (des personnes spécialisés dans le domaine), facilitant le premier tour de vote face au nombre de candidats très élevés.

Pour le César d'honneur, le lauréat est choisi par le président ou le secrétaire général de l'académie. Il n'y a ainsi aucune procédure de vote ou de nomination.

Vote

Les votants aux César se déterminent sur deux tours de scrutin par correspondance : le premier pour élaborer les nominations, déterminées selon le nombre majoritaire de noms ou de titres proposés dans chaque catégorie, le second pour élire les gagnants par scrutin uninominal[7].

Les votants sont des professionnels au nombre actuel de 4509, repartis en 10 collèges (acteurs, réalisateurs, auteurs, techniciens, producteurs, distributeurs / vendeurs internationaux, exploitants, , industries techniques, directeurs de casting / attachés de presse / agents artistiques et membres associés). Les collèges les plus importants sont ceux des techniciens (29 %), des réalisateurs (17 %) et des acteurs (14 %)[8].

Les critères pour être votant sont les suivants : justifier d'un parcours professionnel relativement conséquent dans le cinéma (au moins 2 films récents) et obtenir un double parrainage de membres actuels de l'Académie des arts et techniques du cinéma. Sont dispensés de ces formalités les nommés ou les lauréats des éditions précédentes. Néanmoins, une cotisation annuelle est demandée à chaque membre pour rester dans l'académie. Le versement de cette cotisation permet de financer l'institution et de répondre à ses besoins pour le déroulement du vote, l'organisation de la soirée et la projection ou visionnage des films éligibles par les votants[9]. L'académie est dirigée par l'association pour la promotion du cinéma, une institution rassemblant une cinquantaine de personnes. Seuls peuvent y figurer certains professionnels et les personnalités françaises lauréates d'un Oscar.

Pour que les votants constituent les nominations au premier tour de vote, l'Académie recense chaque année les films sortis en France et établit un guide des œuvres et des professionnels éligibles, français et étrangers[10]. Contrairement aux Oscars où chaque membre vote au premier tour uniquement dans la catégorie qui le concerne (les acteurs votent pour les premiers et les seconds rôles, les réalisateurs pour le meilleur réalisateur, les scénaristes pour le meilleur scénario original et adapté etc.), il n'existe aucune restriction de ce type aux Césars : quel que soit son collège, chaque votant désigne, dès le premier tour, les candidats dans toutes les catégories en jeu[g].

Le visionnage de films se fait par des projections privés et publiques si le film est encore exploité. Depuis la 30e cérémonie des César en 2005, même si Paul Vecchiali situe le début en 2003[11], l'académie a mis en place le coffret DVD César pour faciliter la procédure[12] et pour répondre au lobbying de certains producteurs qui envoyaient leurs films en VHS[13].

Ce coffret contient des productions françaises ou majoritairement françaises (également quelques films étrangers pour le César adéquat), ainsi que l'intégralité des courts métrages en compétition[14],[15]. Le coût à débourser par une société de production afin de faire figurer un film dans ce coffret varie entre 4 500 et 5 000 mais peut atteindre 7 000 [17] voir 10 000 [13]. Le coffret est ensuite envoyé en décembre avec le catalogue de films éligibles aux votants. Le vote ne se limite pas aux films présents dans le coffret car seuls y figurent les longs métrages, sortis en salles suffisamment tôt (jusqu'au début de l'automne) et dont la production s'est acquittée des frais d'inscription. D'autres œuvres éligibles, sorties tard dans l'année (jusqu'au 31 décembre) ou dont le producteur n'a pas souhaité figurer dans le coffret, sont néanmoins recensées dans le guide des films de l'Académie. L'initiative du coffret DVD permet surtout aux votants de visionner des films de tous types, du blockbuster au film avec une exploitation assez confidentielle. Ce processus permet de réduire les inégalités et les différences liées au box-office ou au réseau de distribution en salles. Même si le coût est considéré comme élevé par plusieurs producteurs comme Emmanuel Chaumet et Charles Gillibert. D'où la demande des Inrocks de remplacer ce coffret par une plateforme fermée de films en streaming, à la manière de l'académie des Lumières[17]. Un autre reproche est que les films inclus dans le coffret sont très rapidement piratés, malgré les mesures prises (avertissements, cryptage des DVD…)[18],[19],[20].

Après la révélation des nominations, fin janvier, commence le second tour de vote où chaque votant porte, là aussi, son suffrage dans toutes les catégories en jeu (comme au second tour des Oscars). Des séances de rattrapage des films cités sont organisées pour les retardataires aux cinémas Les 3 Luxembourg dans le Quartier latin et Le Balzac, à proximité des Champs-Élysées, dans le 8e arrondissement de Paris[21]. Chaque année, un déjeuner des nommés a lieu quelques semaines avant la cérémonie pour qu'ils viennent recevoir leurs certificats de nominations. Depuis quelques années, les nommés sont interviewés par des critiques de cinéma sollicités par l'académie (depuis quelques années, c'est Danièle Heymann et Christophe D'Yvoire qui s'en chargent).

Déroulement

Chaque année, une personnalité du cinéma est choisie pour présider la cérémonie. Il s'agit d'un réalisateur ou d'un acteur avec une renommée nationale importante, voire une renommée internationale. Le président peut même être étranger. Le titre est surtout honorifique. Contrairement aux festivals internationaux, le président de la cérémonie n'est pas à la tête du jury qui décerne les trophées. Il n'a aucun droit spécifique sur le processus de votes ou la désignation des lauréats. Le plus souvent, il a pour mission d'introduire la cérémonie par un discours. Puis il la clôt en remettant le César du meilleur film. Seules deux cérémonies n'ont pas eu de président. En 2003, Maurice Pialat avait été désigné à ce poste mais meurt le 11 janvier, suivi un mois plus tard par le président de l'académie Daniel Toscan du Plantier. Un important hommage sera alors rendu aux deux hommes au cours de la soirée[22]. En 2017, Roman Polanski accepte dans un premier temps de présider la soirée mais cette nomination entraîne une vive protestation dans les milieux féministes, largement relayée par les médias. Cette polémique contraint le cinéaste à ne pas donner suite à la proposition qu'il avait un temps acceptée et l'académie décide de ne désigner aucun remplaçant[23].

Lors de la cérémonie, le ministre de la Culture et la Communication est systématiquement présent[24]. Après la succession de plusieurs animateurs-vedettes à la présentation (Pierre Tchernia, Jacques Martin, Michel Drucker, Frédéric Mitterrand…), la soirée est, depuis les années 1990, animée par une personnalité populaire, s'étant illustrée dans l'humour ou sur le grand comme le petit écran (Antoine de Caunes, Gad Elmaleh, Valérie Lemercier…). Le maître de cérémonie fait appel à plusieurs intervenants différents, des célébrités, pour annoncer les nominations, ouvrir l'enveloppe, annoncer le nom du lauréat et remettre les trophées.

Comme toute émission télévisée, une personne est réalisateur de la retransmission des César. C'est souvent un réalisateur de téléfilms ou de documentaires qui s'en charge. Depuis 2000, la cérémonie est réalisée par Jérôme Revon, personnalité avec une carrière prolifique dans les événements télévisuels.

Après plusieurs lieux d'accueil successifs comme le Palais des Congrès, la salle Pleyel, le théâtre de l'Empire et le théâtre des Champs-Élysées, la cérémonie se déroule annuellement au théâtre du Châtelet depuis 2002. En 2017, la cérémonie revient à la salle Pleyel, le Châtelet étant en travaux de rénovation jusqu'en 2019[25]. De 1976 à 1993, elle est télédiffusée en direct sur Antenne 2 puis sur Canal+, en clair, le seul prime-time de l'année non crypté, depuis 1994.

Les audiences de la cérémonie des César varient d'année en année mais depuis une dizaine d'années, elles attirent plus de 2 millions de téléspectateurs et ont 10 voir 15 % de parts de marché[26] (à titre de comparaison, les Oscars attirent en moyenne 20 à 30 % de parts de marché[27]). La cérémonie de 2012 détient le record d'audience des différentes éditions (et également de la chaîne Canal +) avec 3 936 000 téléspectateurs et 18 % en part de marché.

Catégories de récompenses

En gras sont indiquées les catégories actuellement décernées.

Récompenses spéciales

Les cérémonies

Édition[28] Date[28] Lieu[28] Diffuseur[28] Réalisateur de la cérémonie[28] Président[29] Maîtres de cérémonie[30][réf. insuffisante] Meilleur film
1re 3 avril 1976 Palais des Congrès Antenne 2 Jean-Pierre Spiero Jean Gabin Pierre Tchernia Le Vieux Fusil
2e 19 février 1977 Salle Pleyel [réf. nécessaire] Lino Ventura Monsieur Klein
3e 4 février 1978 Pierre Badel Jeanne Moreau Providence
4e 3 février 1979 Georges Folgoas Charles Vanel Pierre Tchernia, Jean-Claude Brialy L'Argent des autres
5e 2 février 1980 Jean Marais Pierre Tchernia, Peter Ustinov Tess
6e 31 janvier 1981 Palais des Congrès Bernard Lion Yves Montand Pierre Tchernia Le Dernier Métro
7e 27 février 1982 Salle Pleyel Alexandre Tarta Orson Welles Jacques Martin, Pierre Tchernia La Guerre du feu
8e 26 février 1983 Le Grand Rex Catherine Deneuve Jean-Claude Brialy La Balance
9e 3 mars 1984 Théâtre de l'Empire Maurice Dugowson Gene Kelly Léon Zitrone À nos amours
Le Bal
10e 2 mars 1985 Simone Signoret Pierre Tchernia Les Ripoux
11e 22 février 1986 Palais des Congrès Madeleine Renaud et Jean-Louis Barrault Michel Drucker Trois hommes et un couffin
12e 7 mars 1987 Sean Connery Michel Drucker, Pierre Tchernia Thérèse
13e 12 mars 1988 Miloš Forman Michel Drucker et Jane Birkin Au revoir les enfants
14e 4 mars 1989 Théâtre de l'Empire Peter Ustinov Pierre Tchernia Camille Claudel
15e 4 mars 1990 Théâtre des Champs-Élysées Kirk Douglas Ève Ruggiéri Trop belle pour toi
16e 9 mars 1991 Christian Vidalie Sophia Loren Richard Bohringer Cyrano de Bergerac
17e 22 février 1992 Palais des Congrès Maurice Dugowson Michèle Morgan Frédéric Mitterrand Tous les matins du monde
18e 8 mars 1993 Théâtre des Champs-Élysées France 2 Marcello Mastroianni Les Nuits fauves
19e 26 février 1994 Canal+ (en clair) Jean-Louis Cap Gérard Depardieu Fabrice Luchini et Clémentine Célarié Smoking / No Smoking
20e 25 février 1995 Palais des Congrès Maurice Dugowson Alain Delon Jean-Claude Brialy et Pierre Tchernia[réf. à confirmer] Les Roseaux sauvages
21e 3 février 1996 Théâtre des Champs-Élysées Renaud Le Van Kim Philippe Noiret Antoine de Caunes La Haine
22e 8 février 1997 Annie Girardot Ridicule
23e 28 février 1998 Juliette Binoche On connaît la chanson
24e 6 mars 1999 Isabelle Huppert La Vie rêvée des anges
25e 19 février 2000 Jérôme Revon Alain Delon Alain Chabat Vénus Beauté (Institut)
26e 24 février 2001 Daniel Auteuil Édouard Baer Le Goût des autres
27e 2 mars 2002 Théâtre du Châtelet Nathalie Baye Le Fabuleux Destin d'Amélie Poulain
28e 22 février 2003 Pas de président[o],[31] Géraldine Pailhas Le Pianiste
29e 21 février 2004 Fanny Ardant Gad Elmaleh Les Invasions barbares
30e 26 février 2005 Isabelle Adjani L'Esquive
31e 25 février 2006 Carole Bouquet Valérie Lemercier De battre mon cœur s'est arrêté
32e 24 février 2007 Claude Brasseur Lady Chatterley
33e 22 février 2008 Jean Rochefort Antoine de Caunes La Graine et le Mulet
34e 27 février 2009 Charlotte Gainsbourg Séraphine
35e 27 février 2010 Marion Cotillard Valérie Lemercier et Gad Elmaleh Un prophète
36e 25 février 2011 Jodie Foster Antoine de Caunes Des hommes et des dieux
37e 24 février 2012 Guillaume Canet The Artist
38e 22 février 2013 Jamel Debbouze Amour
39e 28 février 2014 François Cluzet Cécile de France Les Garçons et Guillaume, à table !
40e 20 février 2015 Dany Boon Édouard Baer Timbuktu
41e 26 février 2016 Claude Lelouch Florence Foresti Fatima
42e 24 février 2017 Salle Pleyel[p],[25] Pas de président[q],[32] Jérôme Commandeur Elle
43e 2 mars 2018

Moments forts

Controverses

Les César suscitent parfois la controverse. Il leur est souvent reproché un fonctionnement endogame et un élitisme qui rejetteraient systématiquement les goûts du grand public, excluant les comédies (genre populaire par excellence) ou les gros succès du box-office. En 2009, est sérieusement envisagée la création d'un César du box-office ou de la comédie après la quasi-absence des nominations de Bienvenue chez les Ch'tis, le plus gros succès français d'exploitation en salles.

Comme meilleur film, les Césars ont cependant plusieurs fois récompensé des comédies (Les Ripoux, Trois hommes et un couffin, Smoking / No Smoking, Ridicule, On connaît la chanson, Le Goût des autres, Les Garçons et Guillaume, à table !) et de gros succès populaires (Le Vieux Fusil, Le Dernier Métro, Cyrano de Bergerac, Le Fabuleux Destin d'Amélie Poulain). Depuis sa création, la cérémonie met régulièrement à l'honneur des acteurs pour des prestations comiques à l'instar de Michel Serrault (La Cage aux folles), Michel Boujenah (Trois hommes et un couffin), Valérie Lemercier (Les Visiteurs), Eddy Mitchell (Le Bonheur est dans le pré), Fanny Ardant (Pédale douce), Catherine Frot et Jean-Pierre Darroussin (Un air de famille), Jacques Villeret et Daniel Prévost (Le Dîner de cons), Sara Forestier (Le Nom des gens), Omar Sy (Intouchables), Guillaume de Tonquédec et Valérie Benguigui (Le Prénom) ou encore Sandrine Kiberlain (9 mois ferme).

Contrairement aux polémiques sur l'élitisme des César, il est rare qu'un échec commercial, même pour les productions apparentées au cinéma d'auteur, soit récompensé[38].

Comme aux Oscars, plusieurs grandes figures du cinéma ne furent jamais récompensées à l'instar de Georges Lautner, connu pour ses nombreuses collaborations avec le scénariste et dialoguiste Michel Audiard à l'origine de films tels que Les Tontons flingueurs, Flic ou Voyou ou encore Le Professionnel, véritables pépites du cinéma populaire français. Son travail n'a pourtant jamais été distingué (aucune nomination et pas le moindre César d'honneur). Dans un autre type de cinéma, ce fut également le cas de Pierre Étaix et même de Robert Bresson. Le sort d'Henri Verneuil, dont le talent de metteur en scène est largement reconnu, est à peine plus enviable (un César d'honneur pour l'ensemble de sa carrière en 1996).

Par ailleurs, n'ont jamais reçu le César du meilleur réalisateur, nonobstant leur contribution majeure à l'histoire du cinéma français et mondial quatre piliers de la Nouvelle Vague : Jean-Luc Godard (2 nominations infructueuses mais 2 Césars d'honneur), Jacques Rivette (une seule nomination), Éric Rohmer (une seule nomination dans cette catégorie mais quatre autres pour le meilleur scénario et le meilleur film) et Claude Chabrol (2 nominations). D'autres grands réalisateurs français et internationaux furent également nommés sans succès à cette récompense : Luis Buñuel (une fois), Krzysztof Kieślowski (2 fois), Costa-Gavras (2 fois), Miloš Forman (une fois), Pierre Schoendoerffer (une fois), Aki Kaurismäki (une fois) ou encore Claude Miller (7 nominations sans la moindre victoire).

Nommée une seule et unique fois à ce prix, Agnès Varda eut légèrement plus de chance que ses confrères en recevant les Césars des meilleurs court métrage et long métrage documentaire (respectivement en 1984 pour Ulysse et en 2009 pour Les Plages d'Agnès), en plus d'un César d'honneur en 2001. De même, Maurice Pialat ne fut jamais distingué comme meilleur metteur en scène (trois nominations) mais obtint malgré tout le César du meilleur film pour À nos amours en 1984.

La personnalité la plus boudée par la cérémonie reste sans conteste François Ozon dont l'ensemble des films aura cumulé 44 nominations, dont 13 citations à titre personnel, mais encore aucun César remporté par lui et ses comédiens[39]. Seul son chef opérateur Pascal Marti a la chance de soulever le César de la meilleure photographie en 2017 pour Frantz.

Récompenses et nominations multiples

Films

Les 5 César majeurs

24 films furent nommés aux cinq César majeur (meilleur film, meilleur réalisateur, meilleur scénario, meilleur acteur et meilleure actrice). Les deux seuls films à avoir reçu les cinq César dits majeurs sont Le Dernier Métro de François Truffaut en 1981 et Amour de Michael Haneke en 2013.

Les films les plus primés

Liste des films les plus primés depuis la première cérémonie des César en 1976[40] :

  • 10 César
    • Le Dernier Métro (en 1981) : meilleur film, meilleur réalisateur (François Truffaut), meilleur acteur (Gérard Depardieu), meilleure actrice (Catherine Deneuve), meilleur scénario (François Truffaut et Suzanne Schiffman), meilleure musique (Georges Delerue), meilleur montage (Martine Barraqué-Currie), meilleur son (Michel Laurent), meilleurs décors (Jean-Pierre Kohut-Svelko) et meilleure photo (Nestor Almendros).
    • Cyrano de Bergerac (en 1991) : meilleur film, meilleur réalisateur (Jean-Paul Rappeneau), meilleur acteur (Gérard Depardieu), meilleur second rôle masculin (Jacques Weber), meilleure photo (Pierre Lhomme), meilleur son (Pierre Gamet et Dominique Hennequin), meilleurs décors (Ezio Frigerio), meilleurs costumes (Franca Squarciapino), meilleur montage (Noëlle Boisson) et meilleure musique (Jean-Claude Petit).
  • 9 César
    • Un prophète (en 2010) : meilleur film, meilleur réalisateur (Jacques Audiard), meilleur acteur (Tahar Rahim), meilleur acteur dans un second rôle (Niels Arestrup), meilleur espoir masculin (Tahar Rahim), meilleure photographie (Stéphane Fontaine), meilleur montage (Juliette Welfling), meilleur scénario original (Jacques Audiard, Thomas Bidegain, Abdel Raouf Dafri et Nicolas Peufaillit) et meilleurs décors (Michel Barthélemy).
  • 8 César
    • De battre mon cœur s'est arrêté (en 2006) : meilleur film, meilleur réalisateur (Jacques Audiard), meilleur second rôle masculin (Niels Arestrup), meilleur espoir féminin (Linh-Dan Pham), meilleure musique (Alexandre Desplat), meilleure adaptation (Jacques Audiard et Tonino Benacquista), meilleure photo (Stéphane Fontaine) et meilleur montage (Juliette Welfling).
  • 7 César
    • Providence (en 1978) : meilleur film, meilleur réalisateur (Alain Resnais), meilleur scénario (David Mercer), meilleure musique (Miklos Rosza), meilleurs décors (Jacques Saulnier), meilleur montage (Albert Jurgenson) et meilleur son (René Magnol et Jacques Maumont).
    • Au revoir les enfants (en 1988) : meilleur film, meilleur réalisateur (Louis Malle), meilleur scénario (Louis Malle), meilleure photo (Renato Berta), meilleur son (Jean-Claude Laureux et Claude Villand), meilleurs décors (Willy Holt) et meilleur montage (Emmanuelle Castro).
    • Tous les matins du monde (en 1992) : meilleur film, meilleur réalisateur (Alain Corneau), meilleur second rôle féminin (Anne Brochet), meilleure photo (Yves Angelo), meilleur son (Pierre Gamet, Gérard Lamps, Anne Le Campion et Pierre Verany), meilleure musique (Jordi Savall) et meilleurs costumes (Corinne Jorry).
    • On connaît la chanson (en 1998) : meilleur film, meilleur scénario (Agnès Jaoui et Jean-Pierre Bacri), meilleur acteur (André Dussollier), meilleur second rôle masculin (Jean-Pierre Bacri), meilleur second rôle féminin (Agnès Jaoui), meilleur montage (Hervé de Luze) et meilleur son (Pierre Lenoir et Jean-Pierre Laforce).
    • Le Pianiste (en 2003) : meilleur film, meilleur réalisateur (Roman Polanski), meilleur acteur (Adrien Brody), meilleure musique (Wojciech Kilar), meilleure photo (Pavel Edelman), meilleurs décors (Allan Starski) et meilleur son (Jean-Marie Blondel, Gérard Hardy et Dan Humphreys).
    • Séraphine (en 2009) : meilleur film, meilleure actrice (Yolande Moreau), meilleur scénario original (Martin Provost et Marc Abdelnour), meilleurs costumes (Madeline Fontaine), meilleure musique (Michael Galasso), meilleure photo (Laurent Brunet) et meilleurs décors (Thierry François).
    • Timbuktu (en 2015) : meilleur film, meilleur réalisateur (Abderrahmane Sissako), meilleur scénario original (Abderrahmane Sissako et Kessen Tall), meilleure photographie (Sofian El Fani), meilleur son (Philippe Welsh, Roman Dymny et Thierry Delor), meilleure musique (Amine Bouhafa) et meilleur montage (Nadia Ben Rachid).
  • 6 César
    • Thérèse (en 1987) : meilleur film, meilleur réalisateur (Alain Cavalier), meilleur scénario (Alain Cavalier et Camille de Casabianca), meilleur espoir féminin (Catherine Mouchet), meilleure photo (Philippe Rousselot) et meilleur montage (Isabelle Dedieu).
    • The Artist (en 2012) : meilleur film, meilleur réalisateur (Michel Hazanavicius), meilleure actrice (Bérénice Bejo), meilleure photo (Guillaume Schiffman), meilleurs décors (Laurence Bennett) et meilleure musique (Ludovic Bource).
  • 5 César
    • Tchao Pantin (en 1985) : meilleur acteur (Coluche), meilleur espoir et meilleur second rôle masculin (Richard Anconina), meilleure photo (Bruno Nuytten), meilleur son (Gérard Lamps et Jean Labussière).
    • Camille Claudel (en 1989) : meilleur film, meilleure actrice (Isabelle Adjani), meilleure photo (Pierre Lhomme), meilleurs décors (Bernard Vezat), meilleurs costumes (Dominique Borg).
    • Trop belle pour toi (en 1990) : meilleur film, meilleur réalisateur (Bertrand Blier), meilleure actrice (Carole Bouquet), meilleur scénario (Bertrand Blier), meilleur montage (Claudine Merlin).
    • Indochine (en 1993) : meilleure actrice (Catherine Deneuve), meilleur second rôle féminin (Dominique Blanc), meilleure photo (François Cantonné), meilleurs décors (Jacques Bufnoir), meilleur son (Dominique Hennequin et Guillaume Sciama).
    • Smoking / No Smoking (en 1994) : meilleur film, meilleur réalisateur (Alain Resnais), meilleur acteur (Pierre Arditi), meilleur scénario (Jean-Pierre Bacri et Agnès Jaoui), meilleurs décors (Jacques Saulnier).
    • La Reine Margot (en 1995) : meilleure actrice (Isabelle Adjani), meilleur second rôle masculin (Jean-Hugues Anglade), meilleur second rôle féminin (Virna Lisi), meilleure photo (Philippe Rousselot), meilleurs costumes (Moidele Bickel).
    • Microcosmos (en 1997) : meilleur producteur (Jacques Perrin), meilleure photo (Claude Nuridsany, Marie Pérennou), meilleure musique (Bruno Coulais), meilleur montage (Marie-Josèphe Yoyotte et Florence Ricard), meilleur son (Philippe Barbeau).
    • Un long dimanche de fiançailles (en 2005) : meilleur second rôle féminin (Marion Cotillard), meilleur espoir masculin (Gaspard Ulliel), meilleure photo (Bruno Delbonnel), meilleurs décors (Alice Bonetto), meilleurs costumes (Madeline Fontaine).
    • Lady Chatterley (en 2007) : meilleur film, meilleure actrice (Marina Hands), meilleure adaptation (Pascale Ferran, Roger Bohbot et Pierre Trividic), meilleure photo (Julien Hirsch), meilleurs costumes (Marie-Claude Altot).
    • La Môme (en 2008) : meilleure actrice (Marion Cotillard), meilleur son (Laurent Zeilig, Pascal Villard et Jean-Paul Hurler), meilleure photo (Tetsuo Nagata), meilleurs décors (Olivier Raoux), meilleurs costumes (Marit Allen).
    • Amour (en 2013) : meilleur film, meilleur réalisateur (Michael Haneke), meilleur acteur (Jean-Louis-Trintignant), meilleure actrice (Emmanuelle Riva), meilleur scénario original (Michael Haneke).
    • Les Garçons et Guillaume, à table ! (en 2014) : meilleur film, meilleur acteur (Guillaume Gallienne), meilleur premier film, meilleure adaptation (Guillaume Gallienne), meilleur montage (Valérie Deseine).
  • 4 César
    • Que la fête commence (en 1976) : meilleur réalisateur (Bertrand Tavernier), meilleur second rôle masculin (Jean Rochefort), meilleur scénario original (Jean Aurenche, Bertrand Tavernier), meilleur décor (Pierre Guffroy).
    • Garde à vue (en 1982) : meilleur acteur (Michel Serrault), meilleur second rôle masculin (Guy Marchand), meilleur scénario original (Claude Miller et Michel Audiard), meilleur montage (Albert Jurgenson).
    • L'Été meurtrier (en 1984) : meilleure actrice (Isabelle Adjani), meilleur second rôle féminin (Suzanne Flon), meilleure adaptation (Sébastien Japrisot), meilleure montage (Jacques Witta).
    • La Vie est un long fleuve tranquille (en 1989) : meilleur second rôle féminin (Hélène Vincent), meilleur espoir féminin (Catherine Jacob), meilleur scénario original (Étienne Chatiliez), meilleure première œuvre.
    • Delicatessen (en 1992) : meilleure première œuvre, meilleur scénario original (Marc Caro et Jean-Pierre Jeunet), meilleur montage (Hervé Schneid), meilleurs décors (Jean-Philippe Carp).
    • Les Nuits fauves (en 1993) : meilleur film, meilleure première œuvre, meilleur espoir féminin (Romane Bohringer), meilleur montage (Lise Beaulieu).
    • Les Roseaux Sauvages (en 1995) : meilleur film, meilleur réalisateur (André Téchiné), meilleur scénario (André Téchiné), meilleur espoir féminin (Elodie Bouchez).
    • Ridicule (en 1997) : meilleur film, meilleur réalisateur (Patrice Leconte), meilleurs décors (Yvan Maussion), meilleurs costumes (Christian Gasc).
    • Vénus Beauté (Institut) (en 2000) : meilleur film, meilleur réalisateur (Tonie Marshall), meilleur scénario original (Tonie Marshall), meilleur espoir féminin (Audrey Tautou).
    • Harry, un ami qui vous veut du bien (en 2001) : meilleur réalisateur (Dominik Moll), meilleur acteur (Sergi Lopez), meilleur son (Gerard Lamps), meilleur montage (Yannick Kergoat).
    • Le Goût des autres (en 2001) : meilleur film, meilleur second rôle masculin (Gerard Lanvin), meilleur second rôle féminin (Anne Alvaro), meilleur scénario original (Agnès Jaoui et Jean-Pierre Bacri).
    • Le Fabuleux Destin d'Amélie Poulain (en 2002) : meilleur film, meilleur réalisateur (Jean-Pierre Jeunet), meilleurs décors (Aline Bonetto), meilleure musique (Yann Tiersen).
    • L'Esquive (en 2005) : meilleur film, meilleur réalisateur (Abdellatif Kechiche), meilleur scénario original (Abdellatif Kechiche), meilleur espoir féminin (Sara Forestier).
    • Ne le dis à personne (en 2007) : meilleur acteur (François Cluzet), meilleur réalisateur (Guillaume Canet), meilleur montage (Hervé de Luze), meilleure musique (M).
    • La Graine et le Mulet (en 2008) : meilleur film, meilleur réalisateur (Abdellatif Kechiche), meilleur espoir féminin (Hafsia Herzi), meilleur scénario original (Abdellatif Kechiche).
    • The Ghost Writer (en 2011) : meilleur réalisateur (Roman Polanski), meilleure adaptation (Roman Polanski), meilleur montage (Hervé de Luze), meilleure musique (Alexandre Desplat).
    • Marguerite (en 2016) : meilleure actrice (Catherine Frot), meilleurs décors (Martin Kurel), meilleurs costumes (Pierre-Jean Larroque), meilleur son (François Musy).
    • Mustang (en 2016) : meilleur premier film, meilleur scénario original (Deniz Gamze Ergüven et Alice Winocour), meilleure musique (Warren Ellis), meilleur montage (Mathilde Van de Moortel).

Les films les plus nommés

Les récompenses obtenues sont affichés.

  • 13 nominations
    • Subway (en 1986) : meilleur acteur (Christophe Lambert), meilleur son (Gérard Lamps, Harald Maury, Harrik Maury, Luc Perini), meilleurs décors (Alexandre Tauner)
    • Cyrano de Bergerac (en 1991) : 10 César
    • Le Fabuleux Destin d'Amélie Poulain (en 2002) : meilleur film, meilleur réalisateur (Jean-Pierre Jeunet), meilleurs décors (Aline Bonetto), meilleure musique (Yann Tiersen)
    • Un prophète (en 2010) : 9 César
    • Polisse (en 2012) : meilleur montage, meilleur espoir féminin (Naidra Ayadi)
    • Camille redouble (en 2013) : Pas de récompense
  • 12 nominations
  • 11 nominations
    • Trop belle pour toi (en 1990) : 5 César
    • Van Gogh (en 1992) : meilleur acteur (Jacques Dutronc)
    • Tous les matins du monde (en 1992) : 7 César
    • Nelly et Monsieur Arnaud (en 1996) : meilleur réalisateur (Claude Sautet), meilleur acteur (Michel Serrault)
    • Ceux qui m'aiment prendront le train (en 1999) : meilleur réalisateur (Patrice Chéreau), meilleure actrice dans un second rôle (Dominique Blanc), meilleure photo (Eric Gautier)
    • Bon voyage (en 2004) : meilleur espoir masculin (Gregori Derangère), meilleure photographie (Thierry Arbogast), Meilleurs décors (Catherine Leterrier et Jacques Rouxel)
    • La Môme (en 2008) : 5 César
    • Un secret (en 2008) : meilleure actrice dans un second rôle (Julie Depardieu)
    • À l’origine (en 2010) : meilleure actrice dans un second rôle (Emmanuelle Devos)
    • Des hommes et des dieux (en 2011) : meilleur film, meilleur acteur dans un second rôle (Michael Lonsdale), meilleure photo (Caroline Champetier)
    • Marguerite (en 2016) : 4 César
    • Trois souvenirs de ma jeunesse (en 2016) : meilleur réalisateur (Arnaud Desplechin)
    • Elle (en 2017) : meilleur film, meilleure actrice (Isabelle Huppert)
    • Frantz (en 2017) : meilleure photographie (Pascal Marti)

Personnalités les plus récompensées

  • 9 César : Jacques Audiard (4 du meilleur scénario ou adaptation, 2 du meilleur réalisateur, 2 du meilleur film, 1 du meilleur premier film). Il est l'homme le plus récompensé de l'histoire des César.
  • 8 César : Roman Polanski (4 du meilleur réalisateur, 2 du meilleur film, 2 de la meilleure adaptation).
  • 7 César : Gérard Lamps (meilleur son).
  • 6 César : Dominique Hennequin (meilleur son), Agnès Jaoui (4 du meilleur scénario ou adaptation, 1 du meilleur second rôle féminin, 1 du meilleur film). Cette dernière est donc la femme la plus sacrée aux César.
  • 5 César : Isabelle Adjani (meilleure actrice), Alain Resnais (3 du meilleur film, 2 du meilleur réalisateur), Bertrand Tavernier (3 du meilleur scénario ou adaptation et 2 du meilleur réalisateur), Jean-Pierre Bacri (4 du meilleur scénario ou adaptation, 1 du meilleur second rôle masculin), Juliette Welfling (meilleur montage).
  • 4 César : Nathalie Baye (2 de la meilleure actrice, 2 du meilleur second rôle féminin), Dominique Blanc (1 de la meilleure actrice, 3 du meilleur second rôle féminin), Guillaume Gallienne (1 du meilleur film, 1 du meilleur acteur, 1 du meilleur premier film, 1 de la meilleure adaptation), Noëlle Boisson (meilleur montage), Christian Gasc (meilleurs costumes), Pierre Gamet (meilleur son), Ettore Scola (2 du meilleur film étranger, u/1 du meilleur film et 1 du meilleur réalisateur).

Les personnalités étrangères comptabilisant le plus de César sont Clint Eastwood (3 Césars du meilleur film étranger et un César d'honneur), Ettore Scola (2 Césars du meilleur film étranger, un César du meilleur film et un César du meilleur réalisateur) ainsi que Pedro Almodóvar et Ken Loach (2 Césars du meilleur film étranger et un César du meilleur film de l'Union européenne chacun) et Michael Haneke et Abderrahmane Sissako (avec chacun un César du meilleur film, un du meilleur réalisateur et un du meilleur scénario original).

Réalisateurs

  • Réalisateurs les plus récompensés aux César :
  • Roman Polanski : 4 nominations et 4 César (Tess, Le Pianiste, The Ghost Writer, La Vénus à la fourrure)
  • Alain Resnais : 8 nominations et 2 César (Providence, Smoking / No smoking)
  • Bertrand Tavernier : 7 nominations et 2 César (Que la fête commence, Capitaine Conan)
  • Jacques Audiard : 6 nominations et 2 César (De battre mon cœur s'est arrêté, Un prophète)
  • Jean-Jacques Annaud : 4 nominations et 2 César (La Guerre du feu, L’Ours)
  • Claude Sautet : 4 nominations et 2 César (Un cœur en hiver, Nelly et Monsieur Arnaud)
  • Abdellatif Kechiche : 3 nominations et 2 César (L'Esquive, La Graine et le Mulet)

Acteurs

La personnalité cumulant le plus grand nombre de victoires aux César (hommes et femmes réunis) est Isabelle Adjani, qui a remporté 5 César de la meilleure actrice sur 8 nominations. La célébrité ayant reçu le plus grand nombre de nominations aux César est Gérard Depardieu avec 17 citations au titre de « Meilleur acteur » (2 victoires : en 1981 et 1991). Il est suivi par Isabelle Huppert avec 16 nominations dont quatorze dans la catégorie « Meilleure actrice » (2 victoires : en 1996 et 2017). Le comédien le plus primé aux César est Michel Serrault avec 3 César du meilleur acteur remportés sur 8 nominations.

Liste des acteurs et des actrices les plus récompensés et les plus nommés aux César (premier, second rôles, espoirs et César honorifiques confondus)[41].

  • Hommes :
    • Michel Serrault : 8 nominations et 3 César du meilleur acteur (La Cage aux folles, Garde à vue, Nelly et Monsieur Arnaud)
    • Mathieu Amalric : 4 nominations et 3 César : 2 du meilleur acteur (Rois et Reine, Le Scaphandre et le Papillon) et un du meilleur espoir masculin (Comment je me suis disputé...(ma vie sexuelle))
    • André Dussollier : 8 nominations et 3 César : un du meilleur acteur (On connaît la chanson) et 2 du meilleur second rôle (Un cœur en hiver, La Chambre des officiers)
    • Jean Rochefort : 6 nominations et 3 César : un du meilleur acteur (Le Crabe-tambour), un du meilleur second rôle (Quel la fête commence) et un César d'honneur en 1999
    • Niels Arestrup : 5 nominations et 3 César du meilleur second rôle (De battre mon cœur s'est arrêté, Un prophète, Quai d'Orsay)
    • Jean Carmet : 5 nominations et 3 César : 2 du meilleur second rôle (Les Misérables, Merci la vie) et un César d'honneur en 1994
    • Gérard Depardieu : 17 nominations et 2 César du meilleur acteur (Le Dernier Métro, Cyrano de Bergerac)
    • Daniel Auteuil : 12 nominations et 2 César du meilleur acteur (Jean de Florette, La Fille sur le pont)
  • Femmes :
    • Isabelle Adjani : 8 nominations et 5 César de la meilleure actrice (Possession, L’Été meurtrier, Camille Claudel, La Reine Margot, La Journée de la jupe)
    • Nathalie Baye : 10 nominations et 4 César : 2 de la meilleure actrice (La Balance, Le Petit Lieutenant) et 2 du meilleur second rôle (Sauve qui peut (la vie), Une étrange affaire)
    • Dominique Blanc : 9 nominations et 4 César : 1 de la meilleure actrice (Stand-by) et 3 du meilleur second rôle (Milou en mai, Indochine, Ceux qui m’aiment prendront le train)
    • Annie Girardot : 4 nominations et 3 César : 1 de la meilleure actrice (Docteur Françoise Gailland) et 2 du meilleur second rôle (Les Misérables, La Pianiste)
    • Yolande Moreau : 4 nominations et 3 César : 2 de la meilleure actrice (Quand la mer monte..., Séraphine) et 1 du meilleur premier film (Quand la mer monte...)
    • Julie Depardieu : 4 nominations et 3 César : 2 du meilleur second rôle (La Petite Lili, Un secret) et un du meilleur espoir féminin (La Petite Lili)
    • Jeanne Moreau : 3 nominations et 3 César : 1 de la meilleure actrice (La Vieille qui marchait dans la mer) et 2 César d'honneur (un en 1995 et un en 2008 pour célébrer ses 60 ans de carrière)
    • Isabelle Huppert : 16 nominations et 2 César de la meilleure actrice (La Cérémonie, Elle)
    • Catherine Deneuve : 13 nominations et 2 César de la meilleure actrice (Le Dernier Métro, Indochine)
    • Karin Viard : 8 nominations et 2 César : 1 de la meilleure actrice (Haut les cœurs !) et 1 du meilleur second rôle (Embrassez qui vous voudrez)
    • Sabine Azéma : 7 nominations et 2 César de la meilleure actrice (Un dimanche à la campagne, Mélo)
    • Marion Cotillard : 7 nominations et 2 César : 1 de la meilleure actrice (La Môme) et 1 du meilleur second rôle (Un long dimanche de fiançailles)

Scénaristes

  • Auteurs, scénaristes et dialoguistes les plus récompensés aux César :
    • Jacques Audiard : 6 nominations et 4 César (Sur mes lèvres, De battre mon cœur s'est arrêté, Un prophète, De rouille et d'os)
    • Jean-Pierre Bacri et Agnès Jaoui : 5 nominations et 4 César (Smoking / No Smoking, Un air de famille, On connaît la chanson, Le Goût des autres)
    • Bertrand Tavernier : 10 nominations et 3 César (Que la fête commence, Le Juge et l'Assassin, Un dimanche à la campagne)
    • Bertrand Blier : 6 nominations et 3 César (Buffet froid, Notre histoire, Trop belle pour toi)
    • Jean Aurenche : 4 nominations et 3 César (Que la fête commence, Le Juge et l'Assassin, L'Étoile du Nord)
    • Coline Serreau : 3 nominations et 2 César (Trois hommes et un couffin, La Crise)
    • Abdellatif Kechiche : 3 nominations et 2 César (L'Esquive, La Graine et le Mulet)
    • Roman Polanski : 3 nominations et 2 César (The Ghost Writer, Carnage)
    • Tonino Benacquista : 2 nominations et 2 César (Sur mes lèvres, De battre mon cœur s'est arrêté)
    • Thomas Bidegain : 3 nominations et 2 César (Un prophète, De rouille et d'os)

Techniciens

Chefs techniciens les plus récompensés aux César :

  • Directeurs de la photographie :
    • Thierry Arbogast : 8 nominations et 3 César (Le Hussard sur le toit, Le Cinquième Élément, Bon Voyage)
    • Philippe Rousselot : 6 nominations et 3 César (Diva, Thérèse, La Reine Margot)
    • Yves Angelo : 6 nominations et 3 César (Nocturne indien, Tous les matins du monde, Germinal)
  • Chefs décorateurs :
    • Jacques Saulnier : 10 nominations et 3 César (Providence, Un amour de Swann, Smoking / No Smoking)
    • Alexandre Trauner : 7 nominations et 3 César (Monsieur Klein, Don Giovanni, Subway)
    • Pierre Guffroy : 5 nominations et 3 César (Que la fête commence, Pirates, Valmont)
  • Créateurs de costumes :
    • Christian Gasc : 6 nominations et 4 César (Madame Butterfly, Ridicule, Le Bossu, Les Adieux à la reine)
    • Anaïs Romand : 4 nominations et 3 César (L'Apollonide : Souvenirs de la maison close, Saint Laurent, La Danseuse)
    • Caroline de Vivaise : 3 nominations et 3 César (Germinal, Gabrielle, La Princesse de Montpensier)
    • Catherine Leterrier : 6 nominations et 2 César (Jeanne d'Arc, Coco avant Chanel)
    • Madeline Fontaine : 5 nominations et 2 César (Un long dimanche de fiancailles, Séraphine)
    • Dominique Borg : 3 nominations et 2 César (Camille Claudel, Le Pacte des loups)
  • Chefs monteurs :
    • Juliette Welfling : 8 nominations et 5 César (Regarde les hommes tomber, De battre mon cœur s'est arrêté, Le Scaphandre et le Papillon, Un prophète, De rouille et d'os)
    • Noëlle Boisson : 6 nominations et 4 César (Qu'est-ce qui fait courir David?, L'Ours, Cyrano de Bergerac, Deux Frères)
    • Hervé de Luze : 9 nominations et 3 César (On connait la chanson, Ne le dis à personne, The Ghost Writer)
    • Marie-Josèphe Yoyotte : 5 nominations et 3 César (Police Python 357, Microcosmos, Le Peuple migrateur)
  • Son :
    • Mixeur cinéma
    • Gérard Lamps : 18 nominations et 7 César (Tchao Pantin, Subway, Le Grand Bleu, Tous les matins du monde, Harry, un ami qui vous vaut du bien, Pas sur la bouche, La Marche de l'empereur)
    • Dominique Hennequin : 17 nominations et 6 César (Carmen, Monsieur Hire, Cyrano de Bergerac, Indochine, Farinelli, Le Hussard sur le toit)
    • Chef-opérateur du son
    • Pierre Gamet : 15 nominations et 4 César (Clair de femme, Cyrano de Bergerac, Tous les matins du monde, Le Hussard sur le toit)

Compositeurs

  • Compositeurs de musique de film les plus récompensés aux César :
    • Georges Delerue : 8 nominations et 3 César (Préparez vos mouchoirs, L'Amour en fuite, Le Dernier Métro)
    • Alexandre Desplat : 8 nominations et 3 César (De battre mon cœur s'est arrêté, The Ghost Writer, De rouille et d'os)
    • Bruno Coulais : 7 nominations et 3 César (Microcosmos, Himalaya, l'enfance d'un chef, Les Choristes)
    • Michel Portal : 4 nominations et 3 César (Le Retour de Martin Guerre, Les Cavaliers de l'orage, Champ d'honneur)
    • Vladimir Cosma : 6 nominations et 2 César (Diva, Le bal)
    • Tony Gatlif : 4 nominations et 2 César (Gadjo Dilo, Vengo)
    • Philippe Sarde : 11 nominations et 1 César (Barocco)
    • Éric Serra : 6 nominations et 1 César (Le grand bleu)

Personnalités nommées dans de multiples catégories

Logiquement un acteur ne peut être nommé dans plus de trois catégories (espoir, second rôle et premier rôle) et un réalisateur jusqu'à cinq (meilleur film, réalisateur, scénario, premier film, court-métrage). En passant devant ou derrière la caméra, certains ont multiplié les nominations.

  • Mathieu Kassovitz 10 nominations dans 7 catégories (3 César). Meilleur film (La Haine), meilleur réalisateur (La Haine, Les Rivières pourpres), meilleur acteur (Amen), meilleur scénario (La Haine, L'Ordre et la Morale), meilleur espoir masculin (Métisse, Regarde les hommes tomber), meilleur premier film (Métisse) et meilleur montage (La Haine).
  • Nicole Garcia : 13 nominations dans 6 catégories (1 seul César). Meilleur film (Le Fils Préféré, Place Vendôme), meilleure réalisatrice (Le Fils Préféré, Place Vendôme, Mal de pierres), meilleure actrice (Mon Oncle d'Amérique, Les Mots pour le dire, Péril en la demeure), meilleure actrice dans un second rôle (Le Cavaleur, Betty Fisher et autres histoires), meilleur scénario original ou adaptation (Place Vendôme, Mal de pierres) et meilleur premier film (Un week-end sur deux).
  • Jean-Pierre Jeunet : 10 nominations dans 6 catégories (6 César). Meilleur film (Le fabuleux destin d'Amélie Poulain, Un long dimanche de fiançailles), meilleur réalisateur (Le fabuleux destin d'Amélie Poulain, Un long dimanche de fiançailles), meilleur scénario (Delicatessen, Le fabuleux destin d'Amélie Poulain, Un long dimanche de fiançailles), meilleur premier film (Delicatessen), meilleur court-métrage de fiction (Foutaises), meilleur court-métrage d'animation (Le manège).
  • Mathieu Amalric : 9 nominations dans 6 catégories (3 César). Meilleur film (Tournée), meilleur réalisateur (Tournée), meilleur scénario original (Tournée), meilleure adaptation (La Chambre bleue) meilleur acteur (Rois et reine, Le Scaphandre et le Papillon et La Vénus à la fourrure) et meilleur espoir masculin (Comment je me suis disputé... (ma vie sexuelle))
  • Albert Dupontel : 8 nominations dans 6 catégories (1 César). Meilleur film (9 mois ferme), meilleure réalisateur (9 mois ferme), meilleur scénario (9 mois ferme), meilleure acteur (9 mois ferme, Deux jours à tuer, La Maladie de Sachs), meilleure acteur dans un second rôle (Un héros très discret), meilleur premier film (Bernie).
  • Guillaume Gallienne : 6 nominations dans 6 catégories (4 César). Meilleur film (Les Garçons et Guillaume, à table !), meilleur réalisateur (Les Garçons et Guillaume, à table !), meilleur acteur (Les Garçons et Guillaume, à table !), meilleur acteur dans un second rôle (Yves Saint Laurent), meilleure adaptation (Les Garçons et Guillaume, à table !) et meilleur premier film (Les Garçons et Guillaume, à table !).
  • Guillaume Canet : 6 nominations dans 6 catégories (1 César). Meilleur film (Ne le dis à personne), meilleur réalisateur (Ne le dis à personne), meilleur acteur (""La prochaine fois je viserai le cœur), meilleure adaptation (Ne le dis à personne), meilleure première œuvre de fiction (Mon Idole) et meilleur espoir masculin (En plein cœur).
  • Noémie Lvovsky : 11 nominations dans 5 catégories (0 César). Meilleur film ("Les Sentiments", "Camille redouble"), meilleure réalisatrice (Camille redouble), meilleur scénario (Camille redouble), meilleure actrice (Camille redouble), meilleure actrice dans un second rôle (Ma femme est une actrice, Backstage, Actrices, Les Beaux Gosses, L'Apollonide - Souvenirs de la maison close, La Belle Saison).
  • Étienne Chatiliez : 9 nominations dans 5 catégories (2 César). Meilleur film (Le bonheur est dans le pré, La vie est un long fleuve tranquille), meilleur réalisateur (Le bonheur est dans le pré), meilleur scénario original ou adaptation (La vie est un long fleuve tranquille), meilleure première œuvre (La vie est un long fleuve tranquille), meilleur film publicitaire (Eram, Free time, Le psychiatre - Brother, Les petits hommes verts - Lustucru).
  • Xavier Beauvois : 8 nominations dans 5 catégories (1 seul César). Meilleur film (Le Petit Lieutenant, Des hommes et des dieux), meilleur réalisateur (Le Petit Lieutenant, Des hommes et des dieux), meilleur scénario original (Le Petit Lieutenant, Des hommes et des dieux), meilleure première œuvre (Nord) et meilleur espoir masculin (Nord)
  • Maïwenn : 7 nominations dans 5 catégories (0 César). Meilleur film (Polisse et Mon roi), meilleure réalisatrice (Polisse et Mon roi), meilleur scénario original (Polisse), meilleur premier film (Pardonnez-moi) et meilleur espoir féminin (Pardonnez-moi).
  • Agnès Jaoui : 11 nominations dans 4 catégories (6 César). Meilleur film (Le Goût des Autres), meilleure réalisatrice (Le Goût des Autres), meilleure actrice dans un second rôle (Un air de famille, On connaît la chanson, Le Goût des autres et Comme un avion), meilleur scénario original ou adaptation avec Jean-Pierre Bacri (Smoking / No Smoking, Un air de famille, On connaît la chanson, Le Goût des autres et Comme une image).
  • Michel Blanc : 9 nominations dans 4 catégories (1 César). Meilleur acteur (Tenue de soirée, Monsieur Hire, Je vous trouve très beau, Les Témoins), meilleur acteur dans un second rôle (L'exercice de l'État), Meilleur scénario original ou adaptation (Grosse fatigue, Embrassez qui vous voudrez) et meilleur premier film (Marche à l'ombre).
  • Emmanuelle Bercot : 6 nominations dans 4 catégories (0 César). Meilleur film (La Tête haute), meilleure réalisatrice (La Tête haute), meilleure actrice (Mon Roi), meilleur scénario original ou adaptation (Polisse, Tête haute, La Fille de Brest)

Personnalités sacrées à plusieurs reprises en une même cérémonie

Notes et références

Notes
  1. La statuette de la photographie est le César d'honneur décerné à Gérard Oury en 1993.
  2. Ainsi qu'indiqué sur le site officiel, le terme est invariable contrairement aux Oscars.
  3. Les César récompensent toujours les films sortis en salles entre le 1er janvier et le 31 décembre de l'année précédant la cérémonie. Ainsi la 42e cérémonie des César (ou César du cinéma 2017) récompensa en 2017 les films sortis en 2016.
  4. Bien que remis durant la cérémonie, le César d'honneur est une récompense spéciale, sans nominations ou votes. Le Trophée César & Techniques et le Prix Daniel Toscan du Plantier sont remis à part, dans des soirées spéciales.
  5. François Cluzet fut nommé deux fois au César du meilleur acteur la même année, pour À l'origine et Le Dernier pour la route. Dans le même temps, Tahar Rahim remporta le César du meilleur espoir et du meilleur acteur pour son rôle dans Un prophète. Ce précédant s'était déjà produit en 1984, Richard Anconina cumula le meilleur second rôle et le meilleur espoir pour Tchao Pantin ainsi qu'en 2004 pour Julie Depardieu dans La Petite Lili. D'autres doubles nominations avaient été émises et critiquées par le passé. Ainsi, Vincent Cassel avait été nommé, sans succès, comme meilleur espoir masculin et meilleur acteur en 1996 pour La Haine et Marina Hands avait remporté le César de la meilleure actrice en 2007 pour Lady Chatterley, tout en étant nommée à celui du meilleur espoir féminin pour le même rôle. La même année, Cécile de France reçut deux nominations comme meilleure actrice pour Fauteuils d'orchestre et Quand j'étais chanteur
  6. Si on croit l'article 7 du chapitre II du règlement de l'académie actualisé au .
  7. À l'exception du Trophée César & Techniques qui n'est statué que par les techniciens et du Prix Daniel Toscan du Plantier qui n'est attribué que par les nommés et lauréats des éditions postérieurs à 2008 et par l'association pour la promotion du cinéma.
  8. S'intitulait Meilleur film de l'année en 1987.
  9. S'intitulait Meilleur jeune espoir masculin de 1983 à 2004
  10. S'intitulait Meilleur jeune espoir féminin de 1983 à 2004
  11. S'intitulait Meilleure musique de 1976 à 2001 puis Meilleure musique écrite pour un film de 2002 à 2011
  12. S'intitulait Meilleure première œuvre de 1982 à 2004.
  13. Depuis 2014, le meilleur court métrage est remis avec celui du meilleur film d'animation, ce n'est pas une catégorie distincte pour l'Académie, il y a 2 vainqueurs du César du meilleur film d'animation
  14. S'intitulait Meilleur film de l'Europe communautaire
  15. Il fut initialement désigné comme président Maurice Pialat qui décéda le 11 janvier. La mort subite du président de l'académie Daniel Toscan du Plantier le 11 février fait en sorte qu'aucun président de la cérémonie est désignée. La cérémonie est dédiée à Toscan, son éloge est prononcée par Isabelle Huppert, suivit de Gérard Depardieu qui honora Pialat.
  16. Le théâtre du châtelet sera en travaux pour rénovation jusqu'en 2019 ce qui oblige au déplacement de la salle.
  17. Roman Polanski fut initialement désigné président mais renonça à la charge suite à la controverse qui suivit. L'académie ne désigna pas de remplaçants.
Références
  1. Yannick Dehée, Agnès Chauveau, Dictionnaire de la télévision française, Nouveau Monde éditions, , p. 67
  2. Robert Cravenne, Le tour du monde du cinéma français, Dixit, , p. 185
  3. « En Normandie, des fondeurs d'art coulent les César du cinéma français », sur lepoint.fr,
  4. Elsa Minot, « César 2015 : Combien coûte le trophée ? Est-il en or ? », sur telestar.fr,
  5. Charlotte Pudlowski, « Le vrai scandale des César n'est pas là où vous croyez », Slate,‎ (lire en ligne)
  6. « César 2014 : pourquoi Adèle Exarchopoulos n’est pas nommée en Meilleure actrice ? », Première,‎ (lire en ligne)
  7. « César 2013 : qui vote et comment ? », sur Slate,
  8. « Devenir Membre », sur Académie des arts et techniques du cinéma
  9. « Mais où vont les millions des César ? », sur BFM Business,
  10. « Césars contre Oscars : deux cérémonies, deux standards », Le Figaro, (consulté le 10 mars 2012)
  11. « Césars, tu me fends le coeur », sur Libération,
  12. Le vote aux Césars (site offiel de l'Académie des Césars)
  13. a et b « Être ou ne pas être dans le carton », sur Libération,
  14. « Compte Twitter de Laurent Coët » [image],
  15. « Compte Twitter de Xavier Beauvois » [image], sur Twitter,
  16. a et b « Enquête : les ambiguïtés du coffret César », sur Les Inrocks,
  17. « Intouchables piraté, les César en cause », Europe 1
  18. « Les DVD des films sélectionnés aux César sous haute surveillance », ZDNet
  19. « Jean-Pierre Jeunet César du film le plus piraté », sur Libération,
  20. Le visionnage des films (site officiel de l'Académie des César)
  21. « Comment se déroule une cérémonie des César sans président? En 42 ans, un seul précédent », sur Huffington Post,
  22. « César 2017: Il n'y aura pas de président après le retrait de Roman Polanski », sur Le Figaro,
  23. http://www.academie-cinema.org/ceremonie/ceremonie-des-cesar.html
  24. a et b « Pourquoi les César auront-ils lieu à la salle Pleyel ? », sur BFM Paris,
  25. « César 2015 audiences en légère hausse », sur TVMag / Le Figaro
  26. (en) « Academy Rattings » [PDF], sur Nielsen Rattings
  27. a, b, c, d et e « Liste des dates, lieux, diffuseurs et réalisateurs des César »
  28. « Liste des présidents des César »
  29. « Liste des maîtres de cérémonie des César », La source est néanmoins imprécise sur le statut des présentateurs lorsqu'ils sont multiples. Elle précise également qu'il n'y avait pas de présentateurs en 1994
  30. « Hommage à Toscan du Plantier et triomphe de Polanski », sur Le Monde,
  31. « Pas de président pour les Césars 2017 après la polémique autour de Polanski », sur Le Monde,
  32. https://vimeo.com/77220050 Isabelle Adjani, César 1995 de la meilleure actrice pour La Reine Margot] sur vimeo.com
  33. https://vimeo.com/77205754 Isabelle Huppert, César de la meilleure actrice 1996 pour La Cérémonie] sur vimeo.com
  34. « Mathilde Seigner dérape aux Césars », 7 sur 7, 25 février 2012.
  35. « Mathilde Seigner aux César 2012 : un comportement jugé déplacé »
  36. « Regardez le discours engagé de François Ruffin, césar du meilleur documentaire pour “Merci Patron !” », Télérama,‎ (lire en ligne)
  37. « Les César, retour sur des palmarès controversés », sur A voir A lire,
  38. « César 2015 : le bilan ! », sur Film de Culte,
  39. Films les plus primés aux César sur le site du Nouvel Obs, le 23 février 2008.
  40. « Site de Première.fr »(Archive • Wikiwix • Archive.isGoogle • Que faire ?)

Annexes

Articles connexes

Récompenses équivalentes

Liens externes