Cédric de Pierrepont

Cédric de Pierrepont
Naissance
Ploemeur (France)
Décès (à 32 ans)
Près de Gorom-Gorom (Burkina Faso)
Mort au combat
Origine Français
Allégeance Drapeau de la France France
Arme Commando de Penfentenyo
Commando Hubert
Grade Premier maître
Années de service 2004-2019
Conflits Seconde guerre civile irakienne
Guerre civile syrienne
Guerre du Mali
Guerre du Sahel
Faits d'armes Combat de Gorom-Gorom
Distinctions Croix de la Valeur militaire
Médaille de la Défense nationale
Médaille militaire
Chevalier de la Légion d'honneur

Cédric de Pierrepont, né le à Ploemeur (France) et mort au combat dans la nuit du au près de Gorom-Gorom (Burkina Faso), est un officier marinier français des commandos Marine, membre des forces spéciales.

Biographie

Origines familiales

Cédric de Pierrepont est né en 1986 à Ploemeur, dans le Morbihan[1]. Il est le cadet d’une fratrie de cinq enfants (trois frères et une sœur).

Études et formation militaire

Il fait ses études au collège Notre-Dame-du-Pont, à Lanester (Morbihan), puis au Lycée Saint Joseph - La Salle de Lorient[2]. Il intègre la Marine nationale en 2004. Il devient fusilier marin en 2005, après être sorti major de son cours de Brevet élémentaire à l'École des fusiliers-marins de Lorient. En 2007, il passe la qualification commando.

Carrière militaire

Il est affecté au commando de Penfentenyo[3], où il est promu second maitre. En 2012, il réussit le cours de nageur de combat et intègre le commando Hubert qui dispose de groupes spécialisés dans le contre-terrorisme et la libération d’otages [4] et est considéré comme l'unité des forces spéciales la plus sélective et la plus complète de toute l'armée française. En 2018, il devient chef de groupe commando au sein de cette unité. Il est promu maître.

Au cours de ses 15 ans de service, il a servi en Méditerranée, au Levant (Irak et Syrie) et au Sahel[5].

Il est tué au combat lors de l'assaut de Gorom-Gorom dans la nuit du 9 au 10 mai 2019. Il bénéficie d'un hommage national à l'hôtel des Invalides à ParisEmmanuel Macron le nomme premier maître à titre posthume.

Mort au combat

Opération de libération d'otages

Article détaillé : Combat de Gorom-Gorom.

Dans la nuit du 9 au 10 mai 2019, des hommes du commando Hubert de la Marine nationale et du 1er RPIMa, sous le commandement du COS[6], mènent une opération de libération de deux otages français retenus prisonniers dans un campement mobile djihadiste de l'État islamique au grand Sahara près de Gorom-Gorom, dans le nord-est du Burkina Faso, à proximité de la frontière malienne[7]. Quatre terroristes sont abattus et deux seraient parvenus à prendre la fuite[8]. Ce sont finalement quatre otages (deux hommes de nationalité française et deux femmes de nationalité sud-coréenne et américaine)[9] qui seront libérés lors de cette opération "complexe" qui mobilisa "une vingtaine de soldats spécialisés dans la récupération d’otages, des drones et des hélicoptères français, ainsi que des moyens de renseignement américains"[10]. Deux officiers mariniers français du commando Hubert, les maîtres Cédric de Pierrepont (32 ans) et Alain Bertoncello (28 ans), perdront la vie au cours de l'assaut final qui donna lieu à des échanges de tirs "à très courte distance"[11].

Hommage national et international

Le 10 mai 2019, plusieurs personnalités politiques et militaires ont rendu hommage au "sacrifice et au courage"[3] des maîtres Cédric de Pierrepont et Alain Bertoncello, dont le président de la République Emmanuel Macron, qui "s’incline avec émotion devant le sacrifice de ces soldats"[12], le ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian, la ministre des Armées Florence Parly, le chef d'état-major de la Marine nationale, Christophe Prazuck, l'ancien président de la République François Hollande.[13] Au cours de la conférence de presse organisée après l’opération de libération des otages, le chef d'état-major des armées, le général Lecointre, "profondément ému", déclare : « Je salue la mémoire des maîtres Cédric de Pierrepont et Alain Bertoncello. La France a perdu deux de ses fils et nous avons perdus deux de nos frères »[14].

Le président du Burkina Faso, Roch Marc Christian Kaboré, un porte-parole du département d'État des États-Unis[15] puis le président Donald Trump, ont également salué le sacrifice des soldats français et la libération des otages [16].

Un hommage national présidé par Emmanuel Macron leur a été rendu le mardi 14 mai 2019 aux Invalides[17]. Au cours de la cérémonie, les deux commandos Marine ont été faits chevaliers de la Légion d'honneur par le Président de la République [18].

Décorations

À titre posthume (2019)

Pendant l'active[19]

Vie privée

Cédric de Pierrepont vivait depuis deux ans avec Florence Charton, une orthodontiste originaire de Quillan, dans l’Aude[20]. Pacsé depuis deux mois, le couple était provisoirement installé à La Seyne-sur-Mer, dans le Var[21].

Ses obsèques sont célébrées en l'église Notre-Dame de Larmor-Plage (Morbihan) le 15 mai 2019[22].

Notes et références

  1. « Burkina Faso: quatre otages libérés, deux militaires français tués - RFI », sur RFI Afrique (consulté le 10 mai 2019)
  2. « Morbihan. Décès du militaire Cédric de Pierrepont : ses proches sous le choc », Le Télégramme, 10 mai 2019
  3. a et b Marine nationale, « Mort de deux commandos marine », Communiqué,‎ (lire en ligne)
  4. Marine nationale, « Force maritime des fusiliers marins et commandos » (lire en ligne)
  5. Luc Mathieu, Burkina Faso : deux soldats français tués, quatre otages sauvés, Libération, 10 mai 2019.
  6. « Le chef des opérations spéciales fait le récit du sauvetage des otages », Le Journal du Dimanche, 11 mai 2019
  7. « Burkina: l'armée française libère quatre otages, deux militaires tués », sur Bourse Direct (consulté le 10 mai 2019)
  8. « Deux Français enlevés au Bénin libérés par l’armée au Burkina Faso », sur www.lefigaro.fr, (consulté le 10 mai 2019)
  9. « French troops free hostages in Burkina Faso », BBC News, 10 mai 2019. « American hostage freed in dramatic raid in Burkina Faso », NBC News, 11 mai 2019
  10. « Une opération de sauvetage complexe, deux militaires français tués : le récit de la libération des otages au Burkina Faso », Le Monde, 10 mai 2019
  11. « Le récit de l'opération de la dernière chance pour libérer les otages au Burkina Faso », sur Le Huffington Post, (consulté le 10 mai 2019). Voir également : Cédric de Pierrepont et Alain Bertoncello, deux soldats d'exception, Paris Match, 17 mai 2019
  12. « Qui étaient Cédric de Pierrepont et Alain Bertoncello, les deux militaires qui se sont sacrifiés pour sauver deux otages français au Sahel », sur www.lefigaro.fr, (consulté le 10 mai 2019)
  13. « Deux militaires français tués au Burkina Faso lors de la libération de deux touristes », sur FIGARO, (consulté le 10 mai 2019)
  14. « Otages libérés au Burkina Faso: Le récit de l’opération de sauvetage conduite par les forces spéciales françaises », 20 Minutes, 10 mai 2019
  15. « French military frees hostages in Burkina Faso, two commandos killed », Agence Reuters, 10 mai 2019
  16. « Donald Trump au Figaro: les Français ont fait «un super boulot» au Burkina Faso », Le Figaro, 13 mai 2019
  17. L’hommage de Macron à Cédric de Pierrepont et Alain Bertoncello : « Une vie donnée n’est pas une vie perdue », L'Obs, 14 mai 2019. « L'hommage national pour les deux militaires français tués au Burkina Faso aura lieu mardi aux Invalides », sur FIGARO, (consulté le 10 mai 2019)
  18. Allocution d'Emmanuel Macron - Hommage national aux premiers maîtres Cédric de Pierrefont et Alain Bertoncello , 14 mai 2019
  19. Biographie de Cédric de Pierrepont communiquée par le ministère des armées
  20. « Cédric de Pierrepont, l'un des militaires tués au Burkina Faso, avait des attaches à Quillan et dans les P.-O. », L'Independant, 11 mai 2019
  21. « J'ai perdu l'amour de ma vie, témoigne la compagne de Cédric de Pierrepont », BFMTV, 12 mai 2019
  22. « Émotion et recueillement aux obsèques de Cédric de Pierrepont, tué au Burkina Faso », La Croix, 15 mai 2019