Bronski Beat

Bronski Beat
Pays d'origine Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Genre musical Synthpop[1], hi-NRG[2], new wave[3]
Années actives 19831995, depuis 2016
Labels London Records
Composition du groupe
Membres Steve Bronski
Ian Donaldson
Stephen Granville
Anciens membres Jimmy Somerville
Larry Steinbachek
John Foster
Jonathan Hellyer

Bronski Beat est un groupe de synthpop et new wave britannique, originaire de Londres. Formé en 1983, le groupe est surtout connu pour ses morceaux Smalltown Boy et Why?.

Biographie

Débuts et The Age of Consent (1983-1985)

Bronski Beat est formé en 1983 lorsque Jimmy Somerville, Steve Bronski (tous deux de Glasgow) et Larry Steinbachek (de Southend) ont partagé un appartement de trois chambres à Lancaster House à Brixton. Steinbachek avait entendu Somerville chanter lors de la réalisation de Framed Youth: The Revenge of the Teenage Perverts et a suggéré qu'ils fassent de la musique. Ils jouent d'abord publiquement lors d'un festival des arts September in the Pink. Le trio était mécontent de la nature inoffensive des interprètes homosexuels contemporains et cherchait à être plus ouvert et politique[4].

Bronski Beat signe un contrat d'enregistrement avec London Records en 1984 après avoir fait seulement neuf concerts en direct. Le premier single du groupe, Smalltown Boy (au sujet d'un adolescent gay quittant sa famille et fuyant sa ville natale) est un succès, culminant à la troisième place au Royaume-Uni, et atteint le sommet des charts en Belgique et aux Pays-Bas[5],[6],[7],[8]. Le single était accompagné d'une vidéo promotionnelle dirigée par Bernard Rose, montrant Somerville essayant de se lier d'amitié avec un plongeur attirant dans une piscine, puis être attaqué par les camarades homophobes du plongeur, être retourné à sa famille par la police et ayant à quitter la maison. Le policier est joué par Colin Bell, le directeur du marketing de London Records. Smalltown Boy atteint la 48e place des charts aux États-Unis, et culmine à la 7e place en Australie[9].

Le single qui suit, Why?, adopte un style hi-NRG, et est plus lyriquement axé sur les préjugés anti-gay. Il atteint également le statut Top 10 au Royaume-Uni, atteignant la 6e place, et est devient un autre hit du Top 10 pour le groupe en Australie, Suisse, Allemagne, France et les Pays-Bas.

À la fin de 1984, le trio sort un album intitulé The Age of Consent. La pochette intérieure de l'album liste les âges variables du consentement mutuel pour les rapports homosexuels dans différentes nations autour du monde[10]. À l'époque, l'âge de consentement pour les actes sexuels entre les hommes au Royaume-Uni était de 21 contre 16 pour les actes hétérosexuels, avec plusieurs autres pays ayant des lois plus libérales sur le sexe gay. L'album culmine à la 4e place dans la carte britannique d'albums, 36e aux États-Unis, et à la 12e en Australie. À la même époque, le groupe est mis en vedette au Pits and Perverts, un concert à la salle de bal électrique à Londres pour recueillir des fonds pour les lesbiennes et les gays qui soutiennent la campagne des mineurs. Cet événement est présenté dans le film Pride (2014). Le troisième single, sorti avant Noël 1984, était un renouveau de It Ain't Necessarily So, le classique de George et Ira Gershwin (de Porgy et Bess). La chanson questionne l'authenticité des contes bibliques. Il atteint également le Top 20 au Royaume-Uni.

En 1985, le trio s'est joint à Marc Almond pour enregistrer une version de I Feel Love de Donna Summer. La version complète est en fait un medley qui a également incorporé d'un extrait de Summer Love to Love You Baby et John Leyton Johnny Remember Me. Il est un grand succès, atteignant la 3ème place au Royaume-Uni et égalant la performance des charts de Smalltown Boy[11]. Bien que l'original ait été l'une des chansons préférées de Marc Almond, il n'avait jamais lu les paroles et chante donc incorrectement What’ll it be, what’ll it be, you and me au lieu de Falling free, falling free, falling free sur le disque fini.

Le groupe et leur producteur Mike Thorne retourent en studio au début de 1985 pour enregistrer un nouveau single, Run from Love, et PolyGram (la maison mère de London Records à cette époque) avait pressé un certain nombre de singles promotion et une version 12" de la chanson et les a envoyés à la radio et les magasins de disques au Royaume-Uni. Toutefois, le single est stoppé pour cause de tensions dans la bande, à la fois personnelles et politiques, ce qui pousse Somerville à quitter le groupe l'été de cette année. Run From Love est par la suite publié sous forme de remix sur le disque de Bronski Beat, Hundreds and Thousands, une compilation principalement de remixes (LP) et de faves B (comme bonus sur la version CD) ainsi que le hit I Feel Love. Somerville forme The Communards avec Richard Coles (qui avait déjà participé au saxophone dans la chanson It Ain't Necessarilly So), tandis que les autres membres de Bronski Beat recherchaient un nouveau chanteur.

Après Somerville et Truthdare Doubledare (1985-1994)

Bronski Beat recrute John Foster comme remplaçant de Somerville (Foster est crédité comme Jon Jon). Un single, Hit that Perfect Beat, est publié en novembre 1985, atteignant la 3e place au Royaume-Uni[11]. Il réitère ce succès en Australie[9]. Un deuxième single, C'mon C'mon, également enregistré au Royaume-Uni Top 20 et un album, Truthdare Doubledare, sorti en mai 1986, culmine au la 18e place au Royaume-Uni. Le film Clins d'œil sur un adieu (1986) inclut les chansons de Bronski Beat Love and Money, Smalltown Boy et Why?. Au cours de cette période, le groupe fait équipe avec le producteur Mark Cunningham sur le premier single de BBC Children In Need, une reprise de David Bowie Heroes, sorti en 1986 sous le nom de The County Line.

Foster quitte le groupe en 1987. Après le départ de Foster, Bronski Beat commence à travailler sur leur prochain album, Out and About. Les pistes sont enregistrées aux studios Berry Street à Londres, avec l'ingénieur Brian Pugsley. Certains des titres de chanson étaient The Final Spin et Peace and Love. Ce dernier titre contient une apparition de la chanteuse de Strawberry Switchblade, Rose McDowall, et est apparue sur plusieurs sites internet en 2006. L'une des autres chansons du projet European Boy est enregistrée en 1987 par le groupe disco Splash. Le chanteur de Splash était l'ancien chanteur de Tight Fit, Steve Grant. Steinbachek et Bronski ont fait de nombreuses tournées avec leurs nouveaux titres et ont obtenu de superbes critiques, mais le projet est abandonné lorsque le groupe est abandonné par London Records. En 1987, Bronski Beat et Somerville participent à un concert de réunion pour la « Journée internationale du sida », soutenue par New Order, à l'Académie Brixton de Londres.

En 1989, Jonathan Hellyer devient le chanteur et le groupe fait une tournée aux États-Unis et en Europe avec la choriste Annie Conway. Ils réalisent un petit succès avec la chanson Cha Cha Heels, une collaboration unique chantée par l'actrice et chanteuse américaine Eartha Kitt, qui a culminé au la 32ème place au Royaume-Uni. La chanson a été à l'origine écrite pour l'acteur et chanteur Divine, qui était incapable d'enregistrer la chanson avant sa mort en 1988. 1990-91 voit Bronski Beat produire trois autres singles sur le label Zomba, I'm Gonna Run Away, One More Chance et What More Can I Say. Les singles ont été produits par Mike Thorne.

Rainbow Nation et dissolution (1994-1995)

Foster et Bronski Beat se sont retrouvés en 1994, et sortent une version techno de la chanson Why?, nommée Tell Me Why '94, et une version acoustique de Smalltown Boy, nommé Smalltown Boy '94 sur le label allemand ZYX Music. L'album Rainbow Nation a été produit l'année suivante avec Hellyer revenant en tant que chanteur, car Foster avait abandonné le projet et Ian Donaldson a été pris pour faire des claviers et des programmations. Bronski Beat s'est ensuite dissous, Steve Bronski étant devenu producteur pour d'autres artistes. Larry Steinbachek est devenu le directeur musical de la compagnie de théâtre de Michael Laub, Remote Control Productions.

En 2007, Bronski remixe la chanson Stranger to None par le groupe britannique de rock alternatif All Living Fear. Quatre différents mixs ont été faits, dont un apparaissant sur leur album rétrospectif, Fifteen Years After. Bronski a également remixé la piste Flowers in the Morning par le groupe électronique nord-irlandais Electrobronze en 2007, en changeant le style de la chanson du classique au Hi-NRG disco.

Retour (depuis 2016)

En 2016, Steve Bronski s'associe de nouveau avec Ian Donaldson pour reformer Bronski Beat, et engage un nouveau chanteur, Stephen Granville. Leur quatrième et nouvel album Age of Reason, publié le 28 juillet 2017, est composé d'anciennes chansons retravaillées de leur premier album sorti en 1984, ainsi que de 3 nouveaux titres, A Flower for Dandara, I’ll Be Gone et Star, une reprise de Sylvester.

Larry Steinbachek, membre fondateur du groupe, meurt en décembre 2016 à l'âge de 56 ans des suites d'un cancer. Sa mort n'est cependant annoncée que le 12 janvier 2017[12]. Sa sœur, Louise Jones, annonce la mort de Larry en janvier 2017 à BBC News[13].

Membres

Membres actuels

  • Steve Bronski - synthétiseur, percussions (1983-1995, depuis 2016)
  • Ian Donaldson - synthétiseurs, programmation (1995, depuis 2016)
  • Stephen Granville - voix (depuis 2016)

Anciens membres

  • Larry Steinbachek - synthétiseur, percussions (1983-1995) (décédé en décembre 2016 à l'âge de 56 ans)
  • Jimmy Somerville - voix (1983-1985, 1987)
  • John Foster - voix (1985-1987, 1994-1995)
  • Jonathan Hellyer (1989-1994)

Discographie

Albums studio

Année Titre Charts (Royaume-Uni) Temps passé dans les charts Dates d'entrée et sortie charts
1984 The Age of Consent 4 53 semaines 20/10/1984 - 09/11/1985
1985 Hundreds and thousands 24 6 semaines 21/09/1985 - 26/10/1985
1986 Truthdare doubledare 18 6 semaines 10/05/1986 - 14/06/1986
2017 The Age of Reason 2017 -

Singles

Année Titre Charts (Royaume-Uni) Temps passé dans les charts Dates d'entrée et sortie charts Album
1984 Smalltown Boy 3 16 semaines 02/06/1984 - 23/02/1985 The age of consent
1984 Why? 6 12 semaines 22/09/1984 - 05/01/1985 The age of consent
1984 It ain't necessarily so 16 12 semaines 01/12/1984 - 23/02/1985 The age of consent
1985 I feel love 3 14 semaines 20/04/1985 - 27/07/1985 Hundreds and thousands
1985 Hit that perfect beat 3 14 semaines 30/11/1985 - 01/03/1986 Truthdare doubledare
1986 Come on, come on 20 7 semaines 29/03/1986 - 10/05/1986 Truthdare doubledare
1989 Cha cha heels 32 7 semaines 01/07/1989 - 12/08/1989 ...

Reprises

Notes et références

  1. Marc Andrews, Claire Isaac et David Nichols, Pop Life: Inside Smash Hits Australia 1984 - 2007, Affirm Press, (ISBN 978-0-98713-267-3), p. 39
  2. Bill Graham, « Critics Roundup 1984 », Hot Press, (consulté le 28 janvier 2017)
  3. « Out - Google Books », Books.google.com.ph (consulté le 13 mai 2017)
  4. Barney Hoskyns, « What is Bronski Beat? », SPIN,‎ , p. 41 (lire en ligne)
  5. David Roberts, British Hit Singles and Albums, Londres, Guinness World Records Limited, (ISBN 1-904994-10-5), p. 79.
  6. « Smalltown Boy - BRONSKI BEAT », VRT, Top30-2.radio2.be (consulté le 22 juillet 2013) Hoogste notering in de top 30 : 1.
  7. (nl) Nederlandse Top 40 – Bronski Beat - Smalltown Boy search results" Dutch Top 40.
  8. (nl) Dutchcharts.nl – Bronski Beat – Smalltown Boy. Mega Single Top 100.
  9. a et b David Kent, Australian Chart Book 1970–1992, St Ives, NSW, Australian Chart Book, (ISBN 0-646-11917-6).
  10. Lucy Robinson, Gay men and the left in post-war Britain: how the personal got political, Manchester University Press, (ISBN 978-0-7190-7434-9).
  11. a et b « OfficialCharts.com » (consulté le 10 janvier 2016)
  12. « Bronski Beat founding member dies », sur music-news.com,
  13. « Bronski Beat keyboardist Larry Steinbachek dies at 56 », BBC News Online, (consulté le 12 janvier 2017).