Bronislaw Kaminski

Bronislaw Kaminski
Bronislaw Kaminski

Naissance
Vitebsk, Biélorussie
Décès (à 45 ans)
Łódź, Pologne
Origine Russe
Allemand
Allégeance Flag of the Soviet Union (1936–1955).svg URSS (1917-1930)
Flag of the German Reich (1935–1945).svg Troisième Reich (1941-1944)
Arme Red Army flag.svg Armée rouge (1917-1930)
Flag of the Schutzstaffel.svg Waffen-SS (1944)
Grade SS-Brigadeführer
Années de service 1917-1944
Commandement 29e division SS de grenadiers RONA
Conflits Guerre civile russe
Seconde Guerre mondiale
Faits d'armes Répression de l'insurrection de Varsovie
Distinctions Croix de fer

Bronislaw Wladislawowitsch Kaminski (graphie allemande du russe : Бронислав Владиславович КаминскийBronislav Vladislavovitch Kaminski, né à Vitebsk en 1899 et décédé en 1944) était le chef de la brigade Kaminski (russe : Бригада Каминского, aussi appelée armée de libération nationale de la Russie, Русская Освободительная Народная Армия en russe), une milice russe alliée à la Wehrmacht qui combattait à ses côtés les troupes soviétiques, avant de devenir une division de la Waffen-SS[1].

Biographie

Bronislaw Kaminski a des origines polonaises par son père et allemandes par sa mère. Il naît à Vitebsk dans le gouvernement de Vitebsk. En 1917, il entre à l'Université polytechnique de Saint-Pétersbourg Pierre-le-Grand, mais bientôt rejoint l'Armée rouge. Membre du parti communiste. Après la guerre civile il reprend ses études. Diplômé de l'Institut du génie chimique de Petrograd il travaille à l'usine de produits chimiques.

Pour la critique de la collectivisation il est chassé des rangs du parti communiste en 1935. Arrêté en 1937, il est déporté dans l'oblast d'Omsk, puis transféré à Chadrinsk dans l'oblast de Kourgan.

Le 28 mars 1940, il devient agent du NKVD de la section de traitement des affaires trotskistes de Chadrinsk. Liberé au début de 1941, il est assigné à résidence à Lokot dans l'oblast de Briansk.

Lorsque la République Lokot est formée dans une partie du territoire de l'URSS, occupée par les forces armées allemandes à l'époque de la Seconde Guerre mondiale on le nomme adjoint du maire Konstantin Voskoboïnik. Le 19 août 1942, après la mort au combat de Voskoboïnik, le général Rudolf Schmidt, commandant la 2e Panzerarmee, nomme Bronislaw Kaminski au poste de nouveau maire de la République Lokot, qui exista jusqu'en août 1943. Leonid Rein dans son livre The Kings and the Pawns: Collaboration in Byelorussia during World War II écrit que l'historien allemand Rolf Michaelis (Russen in der Waffen-SS, 2002, Berlin) avance l'idée que Kaminski n'était pas étranger a la mort de Voskoboïnik[2].

Kaminski commandait une milice[3] qui atteignit les 20 000 hommes. Elle fut intégrée début 1944 dans la Waffen-SS par Himmler pour devenir la 29e Waffen-Grenadier-Division de la SS (russische Nr. 1). Elle se fera tristement remarquer lors de sa participation au massacre de Wola et à la destruction du ghetto de Varsovie, où ses membres feront preuve d'une extrême cruauté. Kaminski sera arrêté par les Allemands à Łódź et traduit devant une cour martiale, où il sera condamné à mort.

Décorations reçues

  • Croix de fer 1re classe (27 janvier 1944)
  • Croix de fer 2e classe (27 janvier 1944)
  • Badge anti-partisan (31 juillet 1944)
  • Médaille Ostvolk (1944)
  • Médaille Ostvolk 2e classe (1944)

Notes et références

  1. (en)Gordon Williamson, The Waffen-SS (4): 24. to 38. Divisions, & Volunteer Legions, Bloomsbury Publishing, (ISBN 9781780965789, lire en ligne), p. 15
  2. (en)Leonid Rein, The Kings And The Pawns: Collaboration in Byelorussia during World War II, Berghahn Books, (ISBN 9781782380481, lire en ligne), p. 317
  3. Chris McNab, Hitler’s Elite: The SS 1939-45, Bloomsbury Publishing, (ISBN 978-1-472-80644-4, lire en ligne), p. 348

Voir aussi

Liens externes