Bounce music

Bounce music
Origines stylistiques Dirty South
Origines culturelles Début des années 1990 ; États-Unis (La Nouvelle-Orléans)
Instruments typiques Platines, échantillonneur, chant

Genres dérivés

Melbourne bounce

Genres associés

Miami bass

La bounce music est un genre musical énergique et sous-genre du Dirty South ayant émergé à la fin des années 1980[1].

Caractéristiques

La bounce est caractérisée par des chants Indiens de Mardi gras et danses fréquemment très sensuelles, notamment. Ces chants sont habituellement effectués lors du Triggerman beat repris des chansons Drag Rap des Showboys, Brown Beat de Cameron Paul, et Rock The Beat de Derek B[2]. Le son de la bounce est marqué par le recyclage et l'imitation d'échantillons issus de Drag Rap comme notamment le cri par intermittence du mot « break »[3].

Histoire

Le hip-hop commence à émerger hors du Bronx, et l'une de ces nouvelles localités est La Nouvelle-Orléans. Les producteurs locaux et dirigeants de labels indépendant s'essayent au hip-hop, et une nouvelle génération est alors lancée. Kevin « MC T. Tucker » Ventry, l'un des premiers artistes de bounce, attire l'attention de la ville en 1991 avec son style de rap « défini par une préférence pour les refrains chantés… et l'usage de nombreux samples utilisés en fond[4] », deux des caractéristiques qui définiront la bounce music. Le sous-genre se popularise dans la ville et attire l'éloge de la presse spécialisée, tandis que de nouveaux artistes issus de La Nouvelle-Orléans commencent à se populariser dans tout le pays (les États-Unis). À la première moitié des années 1990, No Limit Records et Cash Money Records, labels dirigés par Master P et Birdman respectivement, prennent le devant de la scène[5].

Influence

Le genre réussit à maintenir sa popularité à La Nouvelle-Orléans (la « capitale mondiale de la bounce ») et au sud des États-Unis. La musique de La Nouvelle-Orléans est traditionnellement jouée par des artistes gays et transgenres, garantissant à la bounce music une place importante au sein de la scène hip-hop LGBT[6],[7].

Comme le crunk, la Miami bass, le Baltimore club et la Juke music, la bounce est une forme significativement régionale de musique dance urbaine. Néanmoins, la bounce inspirera d'autres nombreux sous-genres du rap et se popularisera même auprès du grand public. Des artistes crunk originaires d'Atlanta, comme Lil' Jon et les Ying Yang Twins, incorporent fréquemment des chants bounce à leurs chansons (comme Shake It Like A Salt Shaker) et son argot connexe (comme twerk). La chanson à succès Like a Pimp de David Banner, natif du Mississippi, se construit autour d'un Triggerman beat orienté chopped and screwed[8]. Les mixtapes de DJ Paul des Three 6 Mafia incorporent également un son bounce. DJ Paul est l'un des artistes bounce les plus importants en dehors de la Louisiane en collaboration avec La Chat, Gangsta Boo et au sein de son propre groupe Three 6 Mafia[9]. Get Me Bodied de Beyoncé (2007) est également un exemple de bounce music[10].

Notes et références

  1. (en) Matt Miller, « Dirty Decade: Rap Music and the U.S. South, 1997–2007 », Southern Spaces, .
  2. (en) Bonisteel, Sara (28 août 2006). Bounce 101: A Primer to the New Orleans Sound. FOX News.
  3. (en) Serwer, Jesse (28 novembre 2007). What is it? Bounce. XLR8R.
  4. (en) Matt Miller, Bounce: Rap Music and Local Identity in New Orleans, Amherst, University of Massachusetts Press,
  5. (en) Matt Miller, Bounce: Rap Music and Local Identity in New Orleans, Amherst, University of Massachusetts Press, .
  6. (en) John McDonnell, « Scene and heard: Bounce and 'sissy rap' », The Guardian, Londres, .
  7. (en) Jonathan Dee, « New Orleans’s Gender-Bending Rap », New York Times, .
  8. (en) Rodney Carmichael, « David Banner: Power moves », Creative Loafing, .
  9. (en) « About DJ Paul », MTV (consulté le 18 mai 2013).
  10. (en) Spera, Keith (19 juillet 2010). Ogden exhibit chronicles the originators of New Orleans 'bounce' rap. Times-Picayune.

Liens externes

  • (en) Fensterstock, Alison (1er décembre 2012). Sissy Bounce Rap from New Orleans. Norient.
  • (en) Documentaire de Ya Heard Me Bounce, coproduit par It's All Good In The Hood TV, John et Glenda Robert.