Boun Oum

Boun Oum
Boun Oum en 1971.
Boun Oum en 1971.
Fonctions
Premier ministre du Royaume du Laos

(1 an, 10 mois et 30 jours)
Monarque Sisavang Vong
Prédécesseur Souvannarath
Successeur Phoui Sananikone

(1 an, 6 mois et 10 jours)
Monarque Savang Vatthana
Prédécesseur Souvanna Phouma
Successeur Souvanna Phouma
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Champassak, protectorat du Laos (Indochine française)
Date de décès (à 68 ans)
Lieu de décès Meudon, Hauts-de-Seine (France)
Nationalité laotienne

Boun Oum
Chefs du gouvernement du Laos
Mom Bouaphanh Na Champassak

Boun Oum, appelé en lao Chao Boun Oum (Prince Boun Oum, ou Chao Boun Oum na Champassak ບຸນອຸ້ມ ນະ ຈຳປາສັກ), est un homme politique laotien. Né le 12 décembre 1912 à Don Talad, au Laos, et décédé le 17 mars 1980 à Meudon, en France, prince héréditaire de Champassak, au sud du Laos, il a été premier ministre du Royaume du Laos de 1948 à 1949 et de 1960 à 1962[1].

Origines familiales et formation

Boun Oum était le fils aîné de Chao Buarabarna Rajadhaniya, Prince de Champasak et de sa quatrième épouse, la princesse Sudhisaramuni. Il va d'abord à l'école de la pagode Vat Liep, puis à l'École de droit à Vientiane et entre en 1935 dans l'administration coloniale, où il est d'abord Chao Muang (sous-préfet) à Keng Kok, puis inspecteur des affaires politiques et administratives du sud-Laos[2]. [version vraie: Chao Boun-oum était né de la 2e épouse de Rajdanaï, nommée Chao Nang Southsamone. Celle-ci a en tout quatre enfants à savoir, Bou-oum, Boun-om,Boun-Pom, et Boun-Nia.]. Quant à Chao Boun-Eua, il est né de la 3e épouse (Mom Va). Chao Siromé, et Soudachanh sont nés de 4e épouse (Chao Nang Chanh)[3]

Rôle politique

En 1945, après le coup de force japonais du 9 mars et la formation du gouvernement des Lao Issara, Boun Oum participe avec le grade de lieutenant aux opérations de guérilla menées par des commandos français parachutés dans le sud du pays, ce qui permet aux Français de reprendre Paksé, la métropole du sud-Laos[4],[5]. Lorsque la France accorde au Laos l'autonomie interne dans le cadre de l'Union française en août 1946, un protocole secret garantissait à Boun Oum le poste à vie d'inspecteur général du Royaume, et en échange, il renonçait à ses droits sur le trône de Champassak au bénéfice du roi du Laos unifié Sisavang Vong[6]. Par la suite, il sera l'une des têtes de file de la droite laotienne et occupera le poste de premier ministre, en 1948-1949 et en 1960-1962. Savengh Pinnith le qualifie de « féodal jouisseur »[2].

Après 1962, il se retire de la vie politique. En 1975, après le coup d'État communiste et l'assassinat de son frère Boun Om, il se réfugie en France, où il meurt en 1980.

Plaque du cimetière de Meudon

Descendance

En 1943, Boun Oum s'est marié avec Mom Bouaphanh dont il a eu six fils et trois filles : les princes Keo Champhonesak, Saysanasak, Keo Halusak, Simoungkhounsak, Vannahsak, Vongdasak, et les princesses Petchninchindasak, Keosondarasak et Keomanisak. Il succède à son père à la tête de la maison de Champassak en juin 1946 mais le 27 août, il renonce à ses droits afin de permettre la création d'un Laos unifié sous l'égide du roi de Luang Prabang Sisavang Vong.

Notes et références

  1. Royal Ark
  2. a et b Savengh Phinnith, Phou Ngeun Souk-Aloun, Vannida Tongchanh, Histoire du Pays lao, de la préhistoire à la république, L'Harmattan, 1998, p. 135
  3. source: AP,2001- investigations à Ubon, auprès d'une descendante de la lignée du roi Khamsouk 1862-1907)
  4. Martin Stuart-Fox, A history of Laos, Cambridge university press, 1997, p. 60-61
  5. Jean Deuve, Guérilla au Laos, L'Harmattan, 1997 (1re édition en 1966, sous le nom de Michel Caply), p. 105-106, 168 et 213.
  6. Stuart-Fox, p. 66

Articles connexes