Boucheron

Boucheron
logo de Boucheron

Création 1858
Fondateurs Frédéric Boucheron
Personnages clés Frédéric Boucheron, Louis Boucheron, Fred et Gérard Boucheron, Alain Boucheron,
Action New York Stock Exchange
Siège social Paris
Drapeau de France France
Direction Hélène Poulit-Duquesne
Actionnaires Kering
Activité Orfévrerie, Haute-Joaillerie, Joaillerie, Haute Horlogerie, Horlogerie, Parfums, Accessoires
Société mère Kering
Site web www.boucheron.com
La boutique Place Vendôme à Paris
La vitrine du magasin Place Vendôme

Boucheron est un joaillier français installé place Vendôme à Paris depuis plus d'un siècle, qui appartient au groupe Kering.

Considéré comme l'un des plus prestigieux et plus chers joailliers, Boucheron est la plus ancienne maison de joaillerie installée Place Vendôme. Avec des modèles de bagues mythiques, Boucheron représente le haut de gamme du luxe et du raffinement français.

Histoire

Débuts et expansion

Frédéric Boucheron ouvre sa première boutique en 1858 dans la galerie de Valois, au Palais-Royal. Quelques années plus tard, il ouvre un atelier. En 1865, il s'adjoint son neveu Georges Radius, qui restera dans la maison jusqu'en 1919.

La maison Boucheron remporte une médaille d'or à l'exposition universelle de Paris en 1867, puis un grand prix à celle de 1878 où il expose le collier baptisé « Feuillage », composé de diamants et de saphirs dont un en pendentif de 159 carats, commandé par sa cliente américaine Marie-Louise Mackay (1843-1928), épouse de l'industriel John William Mackay. À l'exposition universelle de 1889 il présente des diamants gravés et des colliers dits « point d'interrogation » qui ont un grand succès. En 1893, Frédéric Boucheron s’installe au 26 place Vendôme dans la résidence de la Comtesse de Castiglione. Puis il ouvre une boutique à Moscou la même année et en 1911 confie à Tillanders la gestion de son stock. Celui-ci s'installe à Saint-Pétersbourg jusqu'en 1917. En 1900, Frédéric Boucheron remporte une médaille d'or et un grand prix à l'exposition universelle de Paris. En 1903, c'est l'ouverture d'un magasin à Londres et d'un bureau à New York. Il recrute entre autres orfèvres, Joé Descomps-Cormier.

Son fils Louis succède à Frédéric Boucheron à sa mort en 1902. Louis Boucheron parraine en 1934 l'installation du jeune joaillier Pierre Sterlé qui conçoit déjà pour lui des bijoux. L'entreprise est reprise par les petits-fils, Fred et Gérard en 1959 puis Alain Boucheron en 1971. Boucheron s'implante également au Japon dans les années 1970.

Rachat et développements contemporains

La société familiale est vendue en 1994 à la société Schweizerhall puis, en 2000, elle est reprise par le groupe Gucci. Elle appartient aujourd'hui au groupe Kering.

En 2001, Tom Ford recrute Solange Azagury-Partridge comme directrice de création : ses pièces sont exposées en 2004 au musée des Arts décoratifs de Paris, et font aujourd'hui partie du fonds[1].

En 2005, la société ouvre sa première boutique à Shanghai ainsi qu’à Dubaï, puis à Hong Kong et à Kuala Lumpur.

La maison a travaillé en collaboration avec le designer Alexander McQueen pour créer une version Haute Joaillerie de son sac emblématique Novak, en utilisant le motif fétiche du serpent Boucheron comme fermoir. Le maître horloger Girard-Perregaux est partenaire dans la fabrication de montres depuis 2007. Les montres Boucheron sont donc dotées d’un mouvement de manufacture suisse.

Les collections Boucheron en joaillerie mettent en relief le travail joaillier sur la matière : plissés ou facettés, polis ou satinés, ors et pierres précieuses qui vont du rouge des rubis au vert acidulé des péridots[2],[3].

En remplacement de Pierre Bouissou, l'ancienne directrice International Business and Client Development de Cartier International Hélène Poulit-Duquesne a été nommée présidente directrice générale de la marque Boucheron au mois de juillet 2015, rattachée au groupe Kering[4].

En mai 2016, on compte 53 boutiques Boucheron dans le monde.

Clients prestigieux

Le « collier Feuillage pour Mme Mackay » (1878).

Notes et références

  1. Les Arts décoratifs, fonds Solange Azagury-Partridge, en ligne.
  2. (fr) Gilles Neret, Boucheron, le joaillier du temps, office du livre Editions, (ISBN 2880012775)
  3. (fr) Guy Lucas de Peslouan, La capture de l'éclat, Paris, Cercle d'art Éditions, (ISBN 2702207715)
  4. Annonce Kering sur Capital.fr, en ligne.
  5. Sylvie Yeu, « India song », Vanity Fair n°25, juillet 2015, pages 128-133.

Bibliographie

  • Vincent Meylan, Archives secrètes Boucheron : de 1858 à nos jours, Paris, Editions Télémaque, 2009, (ISBN 978-2753301009).

Lien externe