Boris Bergman

Boris Bergman
Informations générales
Nom de naissance Boris Bergman
Naissance (73 ans)
Londres, Royaume-Uni
Activité principale Parolier, écrivain, acteur, dramaturge, réalisateur, scénariste
Genre musical Pop, rock, chanson française, comédie musicale
Années actives 1967

Boris Bergman, d'origine russe, né à Londres le , est un parolier, écrivain, acteur et dramaturge britannique[1].

Il est notamment connu comme parolier des premiers succès d'Alain Bashung.

Biographie

Les parents de Boris, juifs ashkénazes[2], viennent d'Ukraine, Odessa et Kiev. Arrêté et incarcéré à Drancy, son père Barouch Jacob Bergman a échappé à la déportation[3]. Boris arrive en France avec ses parents à 14 ans déjà passionné par l'écriture. Il fait ses débuts de parolier en écrivant sa première chanson, Nocturne, pour Eva en 1967 et, dès 1968, le succès est au rendez-vous lorsqu'il écrit le texte anglais Rain and Tears pour Aphrodite's Child. Il devient alors l'auteur d'une multitude de chansons pour les artistes les plus divers dont Richard Anthony (L’An 2005), Dalida (Darladirladada), France Gall (Les Années folles, La Manille et la Révolution, Shakespeare et Pire encore), Juliette Gréco (Les Feuilles de tabac, Le Roi Misère), Patrick Juvet (Sonia), Marie Laforêt (Pourquoi les hommes pleurent), Catherine Lara (Dernière édition), Herbert Léonard (Mon cœur est comme une rivière), Mireille Mathieu (Ma mélodie d'amour, 1976), Nana Mouskouri (Mon enfant) et surtout Nicoletta qui fera un tube avec Fio Maravilla (1973).

En 1973, Bergman écrit, sur une musique de Bernard Liamis, Un train qui part, que Marie défend pour Monaco au Concours Eurovision de la chanson où elle arrive 8e. Il récidive à l'Eurovision en 1975 en écrivant, toujours pour Monaco, Une chanson c'est une lettre sur une musique d'André Popp et interprétée par Sophie qui se place en 13e position. Il écrit aussi pour la chanteuse québécoise Nicole Martin la chanson Ce serait dommage en 1974. Représentant le Québec au Festival de la Rose d'Or d'Antibes avec ce titre, Nicole Martin remporte d'ailleurs un premier prix d'interprétation cette année-là.

Son anglophilie le conduit naturellement, dans la mouvance de l'époque, à écrire les adaptations françaises de succès anglophones. On lui doit notamment l'adaptation de Speak Softly Love (Love Theme from The Godfather), la chanson du film Le Parrain qui s'intitule en français Parle plus bas. Mais au fil de collaborations plus engagées avec des chanteurs comme Maurice Dulac et Christophe, c'est au début des années 1980, avec Alain Bashung, que son style trouve sa plénitude au travers des succès que sont Gaby oh Gaby et Vertige de l’amour. Il apparaît alors comme le double du chanteur à tel point que les deux hommes vont se brouiller dès 1981 après que le journal Libération ait consacré un grand portrait à Boris Bergman, chose qu'Alain Bashung aurait mal vécue. Après trois ans de brouille, les deux hommes se retrouvent pour l'album Passé le Rio Grande en 1986 puis pour l'album Novice en 1989. Les deux hommes se séparent en 1990 sans quasiment se revoir, Jean Fauque prenant la place de Bergman comme parolier[Note 1].

Dans un documentaire sur la chanson française réalisé par Philippe Manœuvre et diffusé sur Canal+, Boris Bergman affirme « Je n'ai jamais écrit AVEC Bashung, j'ai écrit POUR Bashung ».

Bergman rend hommage à son ancien complice à la mort de ce dernier, notamment dans un article paru dans Libération[4].

La manière dont certaines critiques ont perçu sa collaboration avec Bashung le fait sourire aujourd'hui : « Certains journalistes de ce que j’appelais « le triangle des bermudas », c’est-à-dire, des gens de chez Télérama, Libé et Les Inrocks, m’ont un peu « chahuté ». Pour eux, j’étais l’auteur qui avait fait les vilaines chansons de Bashung. Pour les intégristes de Bashung, sa vie commence à partir de Play blessures. Mais comme j’ai fait l’album Novice en 1989 (7 chansons en tout), ils sont bien emmerdés d’avouer que c’est le même homme qui a écrit Gaby Oh ! Gaby ! et Vertige de l’amour. »[Note 2]. Bashung l'appelle « le fou chanté », en référence au fou chantant[3].

Tout en continuant à écrire pour d'autres chanteurs (Alain Chamfort, Paul Personne, Lio, Maxime Le Forestier, Venice, Rod Barthet), il apparaît comme acteur à la télévision dans Au nom de tous les miens de Robert Enrico (1983) ou au cinéma dans des films comme Jésus de Montréal de Denys Arcand (1989) et Personne ne m'aime de Marion Vernoux (1994).

En 1991, il signe les adaptations françaises des chansons du film d'animation de Don Bluth Rock-o-rico et participe au doublage des voix de la version française (BO Rock-o-rico).

En 2006, en hommage à Serge Gainsbourg décédé le , Boris Bergman adapte en anglais 14 de ses chansons interprétées, entre autres, par Marianne Faithfull, Franz Ferdinand, Placebo et Jane Birkin.

En novembre 2008, il s'inspire d'une nouvelle de Tchekhov pour créer et mettre en scène « une comédie musicale minimaliste » (sic)[5], Yalta 1916, une pièce musicale acoustique présentée au Théâtre de l'Épée de Bois à Paris (12e arr.)[Note 3].

L'année 2009 est marquée par sa collaboration avec Bruno Letort sur un projet de comédie musicale baptisée Sakurajima (Le Kabaret au fond du volcan) et par sa présence comme auteur[6], dans l'album On trace la route de Christophe Maé sorti en .

En 2011, il participe à l'écriture des paroles de l'album Grizzly (ça c'est vraiment moi) de Louis Bertignac.

Sur une musique de David Salkin, il écrit les paroles de L'Enfer et Moi, chanson qu'Amandine Bourgeois défend au Concours Eurovision de la chanson 2013 qui se déroule à Malmö (Suède) le . Amandine Bourgeois est classée à la 23e place sur 26 participants.

En 2013, il écrit deux chansons pour son amie Zouzou[Note 4] qui revient à la chanson avec l'album En vers libre produit par Stéphane Vilar et le guitariste Denys Lable (disque Big Beat/Naïve).

En 2014, Rod Barthet et Boris Bergman sont de nouveau réunis sur l'album de Rod Barthet, Les Filles à l'écoute.

Au cours de sa carrière, il a écrit plus de 1 000 chansons[2].

Discographie

Chanteur

Collaborations

Compilation

Filmographie

Acteur

Longs métrages
Courts métrages
Télévision

Réalisateur et scénariste

Théâtre

Bibliographie

Romans

Collaborations

  • Vincent Perrot (préface de Boris Bergman) : B.O.F. Musiques et compositeurs du cinéma français, essai, Éditions Dreamland, 2002 (ISBN 2910027937).
  • Katya Legendre avec Yann Queffélec et Boris Bergman pour les légendes des photos de Katya Legendre : A.N.A.T.O.L.E, portraits de personnalités posant avec le poupon Anatole, Éditions Terrail, Paris, 2007 (ISBN 2879393426)
  • Pierre Mikaïloff (préface de Boris Bergman) : Alain Bashung, vertige de la vie, biographie, Éditions Alphée, 2009 (ISBN 9782753804821), présentation en ligne

Notes et références

Notes

  1. C'est ce qu'explique la biographie Bashung, l'imprudent de Bruno Lesprit et Olivier Nuc (2010).
  2. Interview sur le site Zik Addict.
  3. Le Bois de Vincennes fait partie du 12e arrondissement de Paris et n'appartient pas à la Ville de Vincennes, coordonnées : Théâtre de l'Épée de Bois/Théâtre du Soleil : La Cartoucherie, Route du Champ de manœuvre, 75012 Paris.
  4. Témoignage de Zouzou, invitée de Barbara Carlotti dans son émission radio Cosmic fantaisie diffusée le sur France Inter.
  5. Sa dernière apparition sur une scène.

Références

Liens externes