Bombe de décompression

Une bombe de décompression est un type de fichier malveillant qui consiste en un fichier compressé dont la décompression mobilise tellement de ressources qu'il peut faire geler le système. Elle peut aussi être utilisée pour occuper l'antivirus pendant qu'un virus plus traditionnel est introduit.

Bombe simple (ou bombe à données répétées)

Il s'agit d'un simple fichier compressé, placé à un endroit quelconque du disque dur, d'une taille relativement légère (n'excédant pas une dizaine de mégaoctets), qui contient après décompression des données d'une taille beaucoup plus importante (plusieurs gigaoctets). Pour ce faire, on remplit intégralement, sur plusieurs gigaoctets, un fichier binaire d'une même donnée (0 ou 1). Ainsi, une fois compressé, il sera très léger.

Lors d'une analyse ce fichier va être analysé par l'antivirus pour peu que celui-ci supporte l'analyse de fichiers compressés (ce qui est le cas pour pratiquement tous les antivirus en 2015). Pour cela, l'antivirus va devoir extraire les fichiers de l'archive dans une zone temporaire, afin de les analyser un par un. Là est la source du problème : lorsqu'on extrait ce fichier ce sont plusieurs gigaoctets de données qui doivent être extraits et copiés dans cette zone. Ce processus de décompression occupe toute la mémoire temporaire qui lui est dédiée et créé un déni de service (ou DoS) en accaparant toutes les ressources du processeur.

Certains antivirus sont cependant capables de reconnaître les bombes de décompression avant qu'elles ne soient décompressées.

Bombe complexe

Une bombe complexe est un fichier compressé dont l'en-tête est incorrect.

Bombe simple à série de fichiers

Cette bombe est en fait plusieurs bombes identiques les unes dans les autres. Certains formats de compression permettent de compresser un grand nombre de fois un même fichier dans une seule archive sans augmenter la taille finale de l'archive. On compressera donc plusieurs milliers voire millions de bombes simples dans un fichier compressé, et la taille de la bombe finale différera peu de celle d'une unique bombe simple. La taille des fichiers décompressés lors de l'explosion de la bombe peut alors atteindre plusieurs centaines de pétaoctets.

Un exemple de ce type de bombe est le fichier 42.zip, un fichier ZIP de 42 kilooctets, qui contient un fichier de 4,3 gigaoctets répété à 165 exemplaires (par groupe de 16 sur 5 niveaux de profondeur), soit un total de 4,5 pétaoctets après décompression[1].

Autres bombes

Ce problème touchant tous les types de fichiers compressés, il est ainsi possible de créer des bombes à image (picture bomb : un seul pixel est répété sur une image de plusieurs millions de pixels de côté).

Voir aussi

Références