Bombardement de Pyongyang

Bombardement de Pyongyang
Informations générales
Date 1950-1952
Lieu Pyongyang
Belligérants
Drapeau des États-Unis États-Unis Drapeau de la Corée du Nord Corée du Nord

Guerre de Corée

Batailles

Offensive nord-coréenne :
(juin 1950 - septembre 1950)
Operation Pokpoong  · Chuncheon  · Séoul (1re)  · Gorangpo  · Kaesong-Munsan  · Combat au large de Pusan · Ongjin  · Uijeongbu  · Suwon Airfield  · Air Battle of South Korea  · Andong  · Chumunjin · Osan · Pyeongtaek · Cheonan · Chochiwon · Daejeon · Sangju · Yongdong · Hwanggan · Hadong  · Notch · Périmètre de Busan
Contre-offensive de l'ONU :
(septembre 1950 - octobre 1950)
Haeju  · Incheon · Bombardement de Pyongyang · Séoul (2e)  · Colline 282  · Action of 12 October 1950  · Sariwon  · Yongju  · Kujin  · Chongju 
Intervention chinoise :
(octobre 1950 - avril 1951)
Onjong · Unsan · Pakchon  · Chongchon (Wawon) · Réservoir de Chosin (Task Force Faith ) · Séoul (3e) (Uijeongbu ) · Wonju  · Opération Thunderbolt  · Twin-Tunnels · Hoengsong  · Jipyeong-ri · Wonju (3e)  · Chuam-ni  · Wonsan  · Opération Killer  · Opération Ripper  · Maehwa-San  · Opération Courageous  · Opération Tomahawk  · Opération Rugged  · Opération Dauntless (1951)  · Offensive chinoise du printemps  · (Imjin · Yultong  · Kapyong · Soyang)
Impasse :
(août 1951 - juillet 1953)
Bloody Ridge  · Minden  · Punchbowl  · Crèvecœur · Fleuve Han · Opération Commando · Maryang San · Haktang-ni  · Polecharge  · Suncheon · Hill Eerie  · Attaque sur le barrage de Sui-ho · Old Baldy  · Opération Blaze  · White Horse  · Triangle Hill · Hook (1re)  · Hook (2e)  · Chatkol  · Vegas  · Pork Chop Hill  · Hook (3e) · Harry  · Kumsong  · Fleuve Samichon · Armistice de Panmunjeom
Post armistice :

DMZ(1966-1969)  · Raid sur la Maison Bleue · 1969 EC-121 shootdown incident  · Incident du peuplier · Infiltration de Gangneung · Guerre du crabe · 2013 in North Korea 

Le bombardement de Pyongyang est un événement militaire qui s'inscrit dans le contexte plus large de la campagne de bombardement de la Corée du Nord par l'aviation américaine, pendant une grande partie de la guerre de Corée.

Contexte

Lors d'une réunion en octobre 1949 à Séoul, le chef de la Mission militaire américaine en Corée[1], le Général W.L. Roberts, déclara : « Il y a eu de nombreuses attaques sur le territoire au Nord du 38e parallèle sur mes ordres et il y en aura bien d'autres dans les jours à venir... Désormais, l'invasion du territoire au Nord du 38e parallèle par les forces terrestres sera conduite sur les ordres de la Mission militaire américaine »[2].

Néanmoins, selon l'Organisation des nations unies, la guerre de Corée débuta officiellement le 25 juin 1950 lorsque les forces armées de la Corée du Nord franchirent le 38e parallèle, qui divisait alors le pays en deux, et envahirent la Corée du Sud. Le président américain Harry S. Truman décida de saisir l’opportunité d'endiguer "l'expansion communiste" en Asie orientale.[3]. Ainsi, le 27 juin 1950, les troupes onusiennes, menées principalement par les forces américaines, entrèrent en guerre pour soutenir la Corée du Sud.

Entre juillet 1950 et la fin de l'année 1952, selon l'historien américain Bruce Cummings, des bombardements systématiques et d'une envergure encore inégalée à l'époque furent conduits par l'aviation américaine sur la majeure partie des villes Nord coréennes en vue de la destruction de ces villes et de leurs populations, civiles comme militaires. Le napalm fut utilisé sur une plus grande échelle que pendant la guerre du Viêt Nam et ses dégâts furent aussi plus importants, en raison de la plus grande concentration de la population en Corée du Nord.

Bombardement de la capitale

Les rares sources historiques accessibles au public rapportent qu'entre 1950 et 1952 la capitale de la Corée du Nord, Pyongyang, fut intégralement rasée sous plus de 400 000 bombes américaines, ce qui représente à l'époque une bombe par habitant. Seuls deux bâtiments encore visibles résistèrent à l'attaque américaine[4].

A la mi-décembre 1950, les forces aériennes américaines déversèrent sur Pyongyang des bombes de 500 livres, du napalm et 175 tonnes de bombes de démolition à retardement[5].

Le 3 janvier 1951 à 10h30 heure locale, une armada de 82 appareils en vol chargé de bombes incendiaires est responsable d'une grande partie de la destruction de la capitale bien que, selon un câble officiel déconfidentialisé adressé par le ministère des Affaires étrangères de la République populaire de Corée au conseil de sécurité de l'ONU, les décideurs américains aient eu conscience que la capitale n'abritait plus d'objectifs militaires[6]. Ce câble demandait également l'expresse assistance des Nations unies pour « retenir l'agresseur américain » contre des pertes civiles coréennes,[8].

Témoignages

Le général d'aviation américain Curtis LeMay déclara, après le début de la guerre : « Nous avons en quelque sorte glissé un mot sous la porte du Pentagone disant : “Laissez-nous aller là-bas (...) incendier cinq des plus grandes villes de Corée du Nord – elles ne sont pas très grandes – ça devrait régler les choses.” Eh bien, on nous a répondu par des cris – “Vous allez tuer de nombreux civils”, et “c'est trop horrible”. Pourtant, en trois ans (...), nous avons incendié toutes (sic) les villes en Corée du Nord de même qu'en Corée du Sud (...). Sur trois ans, on arrive à le faire passer, mais tuer d'un coup quelques personnes pour régler le problème, beaucoup ne peuvent pas l'encaisser ».

Le général américain William Dean, qui fut capturé par les forces communistes après la bataille de Taejon, en juillet 1950, déclara qu'il ne restait de la plupart des villes et des villages qu'il vit que « des gravats ou des ruines couverts de neige ».

Le journaliste Blaine Harden écrivit que ce bombardement fut « peut-être la partie la plus oubliée d’une guerre oubliée (...) un grand crime de guerre. Pourtant, cela montre que la haine de l’Amérique éprouvée par la Corée du Nord n’est pas toute fabriquée. Elle est enracinée dans un récit basé sur des faits, dont la Corée du Nord se souvient obsessionnellement et que les États-Unis oublient avec orgueil ».

Références

  1. (American Military Mission in Korea
  2. THE INVASION OF NORTH KOREA, An extract from Churchill and the Bomb by Ernie Trory : « At a conference with his divisional commanders in Seoul during October 1949 General Roberts, Chief of the American Military Mission in Korea, said: "Certainly there have been many attacks on the territory north of the 38th parallel on my orders, and there will be many others in the days to come ... From now on, the invasion by the land forces of the territory north of the 38th parallel is to be carried out only on the basis of orders of the American military mission" ».
  3. (en) US Enters the Korean Conflict, sur le site National Archives, section Educator Resources (Originally published in Social Education, the Journal of the National Council for the Social Studies)
  4. Eric Talmadge, AP, Corée du Nord: 64 ans après la guerre, des bombes sont encore déterrées, sur bluewin.ch, 28 juillet 2017.
  5. Beau Grosscup, Strategic Terror, The Politics and Ethics of Aerial Bombardment, Zed Books, 2006, 226 p., p. 78.
  6. (en) Cablegram dated 1951 from the Minister of Foreign Affairs of the Korean People's Democratic Republic addressed to the President of the Security Council concerning the complaint of agression against the Republic of Korea, 13 January 1951 : « The Americans were well aware that there were no military objectives left in Pyongyang: factories, plants, bridges, electric power stations, administrative buildings, hospitals, schools and all larger buildings (if it is possible to consider those as military objectives) had already been destroyed by American land and air forces. There were no military forces or establishments of the Korean people's army in Pyongyang. »
  7. Cablegram dated 1951 from the Minister of Foreign Affairs of the Korean People's Democratic Republic addressed to the President of the Security Council concerning the complaint of agression against the Republic of Korea, op. cit. :« the Korean government insistently demands that the United Nations take effective action to bridle the United States Agressor and is confident that it will do so ».

Bibliographie

Annexes

Articles connexes