Bois-le-Duc

Bois-le-Duc
Blason de Bois-le-Duc
Héraldique.
Drapeau de Bois-le-Duc
Drapeau.
Bois-le-Duc
La cathédrale de Bois-le-Duc, construite de 1220 à 1530.
Noms
Nom néerlandais ’s-Hertogenbosch
Administration
Pays Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas
Province Drapeau de la province de Brabant-Septentrional Brabant-Septentrional
Bourgmestre
Mandat
Jack Mikkers (VVD)
2017-2023
Code postal 5200-5249
Indicatif téléphonique +(31)
Démographie
Gentilé Boisiens, Boisiennes
Population 154 205 hab. (2019[1])
Densité 1 309 hab./km2
Géographie
Coordonnées 51° 42′ 00″ nord, 5° 19′ 00″ est
Superficie 11 781 ha = 117,81 km2
Localisation
Localisation de Bois-le-Duc
Géolocalisation sur la carte : Brabant-Septentrional
Voir sur la carte administrative de la zone Brabant-Septentrional
City locator 14.svg
Bois-le-Duc
Géolocalisation sur la carte : Pays-Bas
Voir sur la carte administrative des Pays-Bas
City locator 14.svg
Bois-le-Duc
Géolocalisation sur la carte : Pays-Bas
Voir sur la carte topographique des Pays-Bas
City locator 14.svg
Bois-le-Duc
Liens
Site web www.s-hertogenbosch.nl

Bois-le-Duc (en néerlandais : 's-Hertogenbosch /ˌsɛrtoːɣə(n)ˈbɔs/ ou officieusement Den Bosch /dɛmˈbɔs/ « Le Bois », en allemand : Herzogenbusch, en espagnol : Bolduque, en latin : Silva Ducis) est une commune et ville néerlandaise, chef-lieu de la province du Brabant-Septentrional. Comptant 154 205 habitants en 2019, elle est la quatrième commune en nombre d'habitants au niveau provincial après Eindhoven, Tilbourg et Bréda, couvrant une superficie de 117,81 km2 dont 7,82 km2 d'eau.

Histoire

Origines

Bois-le-Duc est l'une des quatre villes principales du duché de Brabant, les autres étant Bruxelles, Louvain et Anvers. Elle est fondée en 1185 par le duc Henri Ier de Brabant, au confluent de l’Aa et du Dommel, qui à partir de là forment ensemble la Dieze. La cathédrale Saint-Jean y est érigée en style gothique flamboyant. Elle est le lieu de pèlerinage marial le plus grand des Pays-Bas. L'image miraculeuse de la Sainte-Vierge s'appelle la Douce Mère (de Zoete Moeder).

Moyen Âge

Les bois et forêts de chêne de la contrée forestière environnante, outre la glandée automnale et leurs exploitations hivernales par coupes, fournissent des tans, utilisé pour le tannage des peaux. L'industrie des cuirs, encore renommées au XXe siècle en est la lointaine héritière des corporations de tanneurs.

Temps modernes

Carte de la ville de Bois-le-Duc et ses environs par Willem et Johannes Blaeu, en 1649.

Dès le XVe siècle, des membres de la famille de Cupere jouent un rôle notable à Bois-le-Duc : elle détiennent des terres, dirigent la ville et s'y font inhumer. Cette présence dure longtemps, avec au XIXe siècle encore un membre de cette famille, dont le nom se transforme en de Kuyper, à la fonction de bourgmestre.

Brede Haven.

Une communauté Adamite y aurait vécu au XVIe siècle, époque où la ville est surnommée « la petite Rome », comptant alors plus de trente églises et chapelles[2]. Elle aurait inspiré Le Jardin des délices au peintre Jérôme Bosch[3]. Comme ce peintre est traditionnellement dénommé par son prénom propre et celui de son père Hacquen ou Aken, éventuellement celui de son grand-père, l'usage pour qualifier sa production picturale lui fait banalement porter un dérivé flamand de sa ville natale.

Révolution et Empire, XIXe siècle

En 1794, Bois-le-Duc est prise par les troupes Françaises.

La ville est la préfecture de l'ancien département français des Bouches-du-Rhin lors de l'annexion par le Premier Empire de France du royaume de Hollande, sous Napoléon Ier en 1810. Par syncope, Bois-le-Duc donne son nom au bolduc, ruban servant à l'emballage des paquets-cadeaux fabriqué dans cette ville, et peut-être au surnom Bolduc, patronyme courant au Québec.

Époque contemporaine

Le camp de concentration nazi de Bois-le-Duc, l'un des rares en dehors de l'Allemagne et de l'Autriche, se trouve à proximité de la ville, à Vught. De janvier 1943 à septembre 1944, environ 30 000 prisonniers sont internés.

La commune de Bois-le-Duc est agrandie à deux reprises à la fin du XXe siècle. En 1971, les communes d'Empel en Meerwijk et Engelen — qui récupère déjà, en 1922, les territoire des l'ancienne commune de Bokhoven — fusionnent avec Bois-le-Duc, gardant le nom du chef-lieu provincial. En 1996, la commune de Rosmalen est ajoutée à son territoire. Dernièrement, en 2015, les villages de Nuland en Vinkel de l'ancienne commune de Maasdonk sont rattachés à Bois-le-Duc. Le village de Geffen est rattaché à la commune d'Oss.

Culture et patrimoine

Lieux et monuments

Les principaux lieux culturels de Bois-le-Duc incluent ;

Vue panoramique de Bois-le-Duc.

Sport

Bois-le-Duc accueille chaque année le tournoi de tennis de Rosmalen ainsi qu'un concours international de saut d'obstacles (Équitation) et a été la ville de départ du Tour de France cycliste en 1996. De plus, l'équipe locale de basket-ball, du nom de Eiffel Towers Den Bosch, possède l'un des plus beaux palmarès du pays, et a atteint la finale de la Coupe Saporta en 1979.

Requiem pour Jérôme Bosch

En octobre 2016, le compositeur allemand Detlev Glanert écrit son Requiem for Hieronymus Bosch, commande de l'Orchestre royal du Concertgebouw d'Amsterdam, à l'occasion des 500 ans de la mort du peintre Jérôme Bosch. L'œuvre est écrite pour un récitant, quatre solistes vocaux, orgue, chœur et orchestre. Elle est créée à Bois-le-Duc, ville natale du peintre, ainsi qu'à Amsterdam[4].

Personnalités liées à la commune

Transports

La gare de 's-Hertogenbosch telle qu'elle existe de 1896 à 1944.

La ville est desservie par les autoroutes A2, A59 et A62, ainsi que par les lignes de chemin de fer d'Utrecht à Boxtel et de Tilbourg à Nimègue. Ces deux lignes desservent la gare de 's-Hertogenbosch (inaugurée en 1868), la seconde uniquement la gare de 's-Hertogenbosch-Oost (inaugurée en 1987).

Économie

La ville accueille notamment le siège social de Quintiq, éditeur néerlandais.

Jumelages

La ville de Bois-le-Duc est jumelée avec[5] :

Notes et références

Voir aussi

Liens externes