Beyssac

Beyssac
L'ancienne chartreuse de Glandier.
L'ancienne chartreuse de Glandier.
Blason de Beyssac
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Corrèze
Arrondissement Brive-la-Gaillarde
Canton Uzerche
Intercommunalité CC du Pays de Lubersac-Pompadour
Maire
Mandat
Serge Langlade
2014-2020
Code postal 19230
Code commune 19024
Démographie
Gentilé Beyssacois
Population
municipale
626 hab. (2015 en diminution de 10,19 % par rapport à 2010)
Densité 29 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 22′ 15″ nord, 1° 24′ 15″ est
Altitude Min. 215 m
Max. 432 m
Superficie 21,32 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Corrèze

Voir sur la carte administrative de la Corrèze
City locator 14.svg
Beyssac

Géolocalisation sur la carte : Corrèze

Voir sur la carte topographique de la Corrèze
City locator 14.svg
Beyssac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Beyssac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Beyssac

Beyssac (Baissac en occitan) est une commune française située dans le département de la Corrèze en région Nouvelle-Aquitaine.

Ses habitants sont appelés les Beyssacois et les Beyssacoises.

Géographie

Localisation

La Loyre en limites de Beyssac et Orgnac-sur-Vézère.

Commune limitée à l'est et au sud-est par la Loyre, un affluent de la Vézère.

Histoire

Sur cette commune se trouve une vaste propriété appelée Les Monts, où naquit Innocent VI qui fut pape en Avignon.

Politique et administration

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1977 2008 Lucien Renaudie RPR puis UMP Exploitant agricole
mars 2008 2014 Serge Sartre[1]    
mars 2014 en cours Serge Langlade DVD Agriculteur

Démographie

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population

effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[3].

En 2015, la commune comptait 626 habitants[Note 1], en diminution de 10,19 % par rapport à 2010 (Corrèze : -0,69 %, France hors Mayotte : +2,44 %).
Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
970 811 812 948 965 978 1 055 1 062 1 130
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 017 990 1 040 1 015 1 126 1 070 1 090 1 124 1 302
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 263 1 254 1 234 1 009 1 283 1 277 1 311 1 090 1 106
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
820 843 766 827 811 727 782 700 630
2015 - - - - - - - -
626 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie

Culture locale et patrimoine

Lieux et monuments

Article détaillé : Chartreuse de Glandier.

La chartreuse de Glandier (ou du Glandier) est une ancienne chartreuse transformée en centre d'accueil pour personnes handicapées. Cette ancienne chartreuse fut connue comme étant comme le lieu central de l'affaire Lafarge, concernant une jeune femme d'origine aristocratique accusée d'avoir empoisonnée son époux, maître de forge, sous Louis-Philippe. Cet établissement a accueilli de jeunes enfants belges issus de la région de Liège pendant la Première Guerre mondiale. Rentrés chez eux ils donnèrent le nom de "Glandier" à la troupe scoute qu'ils avaient formée en 1913. Ce groupe scout très dynamique n'a jamais cessé ses activités et est toujours très actif en 2016.

Personnalités liées à la commune

Héraldique

Blason de Beyssac Blason De gueules au lion d'argent, à la bande d'azur brochant sur le tout, au chef de gueules soutenu d'une divise cousue d'azur et chargé de trois coquilles d'argent.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi

Bibliographie

Articles connexes

Liens externes

Notes et références

Notes

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références

  1. Site de la préfecture, consulté le 20 août 2008
  2. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.