Bert Olmstead

Bert Olmstead
Description de cette image, également commentée ci-après
Bert Olmstead vers 1944-1946.
Surnom(s) Dirty Bertie
Nationalité Drapeau du Canada Canada
Naissance ,
Sceptre (Canada)
Décès ,
High River (Canada)
Entraîneur chef décédé
A entraîné Seals d'Oakland (LNH)
Canucks de Vancouver (WHL)
Activité 1965-1968
Joueur décédé
Position Ailier droit
Tirait de la gauche
A joué pour LNH
Black Hawks de Chicago
Canadiens de Montréal
Maple Leafs de Toronto
USHL
Pla-Mors de Kansas City
Sea Gulls de Milwaukee
Carrière pro. 1946-1962

Temple de la renommée : 1985

Murray Albert Olmstead (né le à Sceptre, en Saskatchewan, au Canada — mort le à High River, en Alberta, au Canada) est un joueur professionnel canadien de hockey sur glace qui évoluait au poste d'ailier droit. Il joue en tant que professionnel entre 1946 et 1962 en jouant avec les Black Hawks de Chicago, les Canadiens de Montréal et les Maple Leafs de Toronto de la Ligue nationale de hockey. Après sa carrière joueur, il devient entraîneur des Canucks de Vancouver dans la Western Hockey League et des Seals d'Oakland dans la LNH.

Il remporte la Coupe Stanley en 1953, 1956, 1957 et 1958 avec Montréal puis en 1962 lors de sa dernière saison avec Toronto. Il est admis au Temple de la renommée du hockey en 1985.

Biographie

Ses débuts

Murray Albert Olmstead naît le à Sceptre, une petite ville de moins de 200 habitants, en Saskatchewan, au Canada[1]. En 1944, alors qu'il n'a que 18 ans, il joue pour les Canucks de Moose Jaw dans la Ligue de hockey junior de la Saskatchewan. Son équipe remporte le championnat puis les séries de la ligue. Ils gagnant par la suite la finale de la Coupe Abbott et deviennent la meilleure équipe de l'ouest du Canada en perdant uniquement une rencontre en 16 matchs[1]. Ils jouent alors la finale de la Coupe Memorial 1945 contre les St. Michael's Majors de Toronto de l'Association de hockey de l'Ontario. La finale se joue au meilleur des sept matchs mais l'équipe de Toronto sort championne après cinq rencontres[2]. Olmstead participe à 17 des matchs de son équipe lors des phases de qualification puis de la finale de la Coupe et inscrit 18 buts au total[1],[3].

Alors qu'en 1944-1945, Olmstead n'inscrit que 3 points en 16 rencontres, il devient un joueur important de son équipe pour la saison suivante en inscrivant 24 buts et en comptant 19 passes décisives. Son équipe finit une nouvelle fois en tête de la ligue puis remporte les séries mais ne parviennent pas à la finale de la Coupe Memorial 1946[3]. Après seulement deux saisons jouées en junior, Olmstead rejoint la ligue américaine de l'United States Hockey League et il s'aligne alors pour les Pla-Mors de Kansas City[3].

L'équipe des Pla-Mors est affiliée aux Black Hawks de Chicago de la Ligue nationale de hockey[4]. À la fin de cette première saison, la nouvelle équipe du jeune Olmstead remporte les séries éliminatoires de l'USHL[5]. Les Pla-Mors perdent lors de la saison suivante au premier tour des séries contre les Huskies de Houston, futurs champions[6].

Les débuts dans la LNH

Olmstead commence la saison 1948-1949 dans l'USHL avec les Pla-Mors mais joue également avec les Black Hawks de Chicago pour 9 matchs de la saison de la LNH. Au cours de la saison régulière de l'USHL, Olmstead inscrit 77 points dont 33 buts en 52 rencontres ; il est le dixième buteur de la ligue, sixième passeur et septième pointeur[7]. Son équipe perd cependant au premier tour des séries[8]. Dans la LNH, il joue sur une ligne avec Bep Guidolin et Metro Prystai, un ancien de Moose Jaw. Olmstead réalise deux passes décisives en neuf matchs mais il impressionne suffisamment l'entraîneur de Chicago, Charlie Conacher, pour qu'il lui donne une place dans l'équipe pour la saison 1949-1950[1]. Son équipe finit dernière de la saison régulière avec seulement 22 victoires en 70 rencontres[9]. Olmstead inscrit 49 points pour les siens et ne manque pas un match de la saison[3].

Lors de la saison suivante, il commence la saison avec Chicago mais participe également à une douzaine de rencontres avec les Sea Gulls de Milwaukee dans l'USHL. Le 2 décembre 1950, il est échangé en compagnie de Vic Stasiuk aux Red Wings de Détroit contre Lee Fogolin et Steve Black. Cependant, Olmstead ne se rend pas à Détroit et finalement le 19 décembre, il est une nouvelle fois échangé contre Léo Gravelle des Canadiens de Montréal[10]. Finalement, il ne joue que 39 rencontres lors de cette saison 1950-1951 avec les Canadiens mais avec 38 points, il est le troisième compteur de son équipe derrière Maurice Richard et Elmer Lach qui comptent respectivement 66 et 45 points[11]. Troisièmes de la saison régulière, les Canadiens jouent les Séries éliminatoires de la Coupe Stanley en étant opposés au premier tour à Détroit, meilleure équipe de la saison régulière[12]. Ils remportent le premier match sur le score de 3-2, le deuxième but de Montréal étant inscrit par Olmstead[13]. Après une victoire de Montréal puis deux de Détroit au Forum de Montréal, les joueurs des Canadiens gagnent les deux rencontres suivantes pour accéder à la finale de la Coupe Stanley contre les Maple Leafs de Toronto. Après avoir perdu le premier match, les Canadiens s'imposent 3-2 mais il s'agit de la seule victoire de l'équipe de Montréal, les Maple Leafs gagnant la série 4-1[14]. Les cinq rencontres de la finale se concluent avec plus de 60 minutes de jeu[15].

Suite de sa carrière

En 1953-1954, lors d'une victoire 12-1 contre Chicago le 9 janvier, Olmstead égale un record détenu jusque-là par Maurice Richard en comptant huit points, 4 buts et 4 passes[16]. Il détient un autre record des Canadiens pour avoir récolté trois aides en seulement 44 secondes, soit à min 42 s, min 8 s et min 26 s de la deuxième période, sur les trois buts de Jean Béliveau, dans une victoire à domicile des Canadiens 4-2 contre les Bruins de Boston, le 5 novembre 1955[17]. Le dernier but de l'équipe est inscrit lors de la troisième période, toujours par Béliveau assisté de Olmstead. Le record n'est que pour les Canadiens puisque le 23 mars 1952, Bill Mosienko inscrit trois buts en 21 secondes, à chaque fois aidé par Gus Bodnar[18].

Il meurt le même si l'annonce de sa mort n'est rendu publique que le 18 novembre[19].

Statistiques

Pour les significations des abréviations, voir statistiques du hockey sur glace.

Statistiques par saison[3]
Saison Équipe Ligue Saison régulière Séries éliminatoires
PJ  B   A  Pts Pun PJ  B   A  Pts Pun
1944-1945 Canucks de Moose Jaw LHJS 16 0 3 3 8 4 2 0 2 8
1945 Canucks de Moose Jaw Coupe Memorial - - - - - 17 10 8 18 18
1945-1946 Canucks de Moose Jaw LHJS 18 24 19 43 32 4 0 1 1 6
1946 Canucks de Moose Jaw Coupe Memorial - - - - - 8 2 8 10 6
1946-1947 Pla-Mors de Kansas City USHL 60 27 15 42 34 12 2 3 5 4
1947-1948 Pla-Mors de Kansas City USHL 66 26 26 52 42 7 1 4 5 0
1948-1949 Black Hawks de Chicago LNH 9 0 2 2 4 - - - - -
1948-1949 Pla-Mors de Kansas City USHL 52 33 44 77 54 2 0 1 1 0
1949-1950 Black Hawks de Chicago LNH 70 20 29 49 40 - - - - -
1950-1951 Black Hawks de Chicago LNH 15 2 1 3 0 - - - - -
1950-1951 Sea Gulls de Milwaukee USHL 12 8 7 15 11 - - - - -
1950-1951 Canadiens de Montréal LNH 39 16 22 38 50 11 2 4 6 9
1951-1952 Canadiens de Montréal LNH 69 7 28 35 49 11 0 1 1 4
1952-1953 Canadiens de Montréal LNH 69 17 28 45 83 12 2 2 4 4
1953-1954 Canadiens de Montréal LNH 70 15 37 52 85 11 0 1 1 19
1955-1956 Canadiens de Montréal LNH 70 10 48 58 103 12 0 4 4 21
1955-1956 Canadiens de Montréal LNH 70 14 56 70 94 10 4 10 14 8
1956-1957 Canadiens de Montréal LNH 64 15 33 48 74 10 0 9 9 13
1957-1958 Canadiens de Montréal LNH 57 9 28 37 71 9 0 3 3 0
1958-1959 Maple Leafs de Toronto LNH 70 10 31 41 74 12 4 2 6 13
1959-1960 Maple Leafs de Toronto LNH 53 15 21 36 63 10 3 4 7 0
1960-1961 Maple Leafs de Toronto LNH 67 18 34 52 84 3 1 2 3 10
1961-1962 Maple Leafs de Toronto LNH 56 13 23 36 10 4 0 1 1 0
Totaux LNH 848 181 421 602 884 115 16 43 59 101

Trophées et honneurs personnels

  • 1944-1945 :
    • champion de la saison puis des séries de la LHJS avec les Canucks de Moose Jaw
    • champion de la Coupe Abbott
  • 1945-1946 : champion de la saison puis des séries de la LHJS avec les Canucks de Moose Jaw
  • 1946-1947 : champion des séries de l'USHL avec les Pla-Mors de Kansas City
  • 1952-1953 :
    • deuxième équipe d'étoiles de la LNH
    • vainqueur de la Coupe Stanley avec les Canadiens de Montréal
  • 1953-1954 : joue le match des étoiles de la LNH
  • 1955-1956 :
    • deuxième équipe d'étoiles de la LNH
    • vainqueur de la Coupe Stanley avec les Canadiens de Montréal
  • 1956-1957 :
    • joue le match des étoiles de la LNH
    • vainqueur de la Coupe Stanley avec les Canadiens de Montréal
  • 1957-1958 :
    • joue le match des étoiles de la LNH
    • vainqueur de la Coupe Stanley avec les Canadiens de Montréal
  • 1958-1959 : joue le match des étoiles de la LNH
  • 1959-1960 : joue le match des étoiles de la LNH
  • 1961-1962 : vainqueur de la Coupe Stanley avec les Maple Leafs de Toronto

Références

  1. a, b, c et d (en) Kevin Shea, « Legends of Hockey - Spotlight - One on One with Bert Olmstead », sur www.hhof.com, (consulté le 19 novembre 2015)
  2. « Le St. Michael's remporte la Coupe Mémoriale contre le Moose Jaw », La Patrie,‎ , p. 19 (lire en ligne)
  3. a, b, c, d et e Bruneau et Normand 2008, p. 736.
  4. (en) « Kansas City Pla-Mors Statistics and History », sur www.hockeydb.com (consulté le 19 novembre 2015)
  5. « Kansas City champion de la ligues E.-U. », La Patrie,‎ , p. 18 (lire en ligne)
  6. (en) « 1947-48 USHL Playoff Results », sur www.hockeydb.com (consulté le 19 novembre 2015)
  7. (en) « USHL 1948-49 League Leaders », sur www.hockeydb.com (consulté le 19 novembre 2015)
  8. (en) « 1948-49 USHL Playoff Results », sur www.hockeydb.com (consulté le 19 novembre 2015)
  9. (en) « 1949-1950 Standings », sur www.nhl.com (consulté le 22 février 2013)
  10. (en) « Olmstead to Habs As Gravelle and Cash to Wings », The Montreal Gazette,‎ , p. 18 (lire en ligne)
  11. Bruneau et Normand 2008, p. 216.
  12. Diamond 1998, p. 74.
  13. (en) « Richard gets winner in 4th overtime frame », Ottawa Citizen,‎ , p. 23 (lire en ligne)
  14. Phil Séguin, « Toronto s'assure la Coupe grâce au but de Barilko », La Patrie,‎ , p. 23 (lire en ligne)
  15. Bruneau et Normand 2008, p. 218.
  16. Phil Seguin, « Olmstead égale un record en participant à huit buts », La Patrie,‎ , p. 23 (lire en ligne)
  17. (en) NHL Official Guide & Record Book, , p. 175
  18. Phil Seguin, « Béliveau compte quatre buts et le Canadien triomphe 4-2 », La Patrie,‎ , p. 23 (lire en ligne)
  19. La Presse Canadienne, « Bert Olmstead quatre fois gagnant de la Coupe Stanley à Montréal, rend l'âme à 89 ans », sur www.nhl.com, (consulté le 19 novembre 2015)

Bibliographie

  • Pierre Bruneau et Léandre Normand, La Glorieuse Histoire des Canadiens, Montréal, Éditions de l'Homme, , 823 p. (ISBN 2-7619-1860-6)
  • (en) Dan Diamond, Total Hockey: The Official Encyclopedia of the National Hockey League, Total Sports, , 1879 p. (ISBN 978-0836271140)