Bernard Noël (acteur)

Bernard Gaston Jean Noël
Description de l'image Bernard Noël .jpg.
Nom de naissance Bernard Gaston Jean Noël
Naissance
Saint-Dizier, Haute-Marne, France
Nationalité Drapeau de la France Française
Décès (à 45 ans)
Chavanges, Aube, France
Profession Acteur

Bernard Noël, né le à Saint-Dizier et mort le à Chavanges, était un comédien français.

Biographie

Formé au Conservatoire de Nancy, puis au Conservatoire national supérieur d'art dramatique de Paris en 1948, il est engagé à la Comédie-Française, où il ne reste que trois ans. Jean Vilar l'engage pour les premiers festivals d'Avignon[1].

Au cinéma, il tourne peu de films : Le Feu follet de Louis Malle, La Ronde de Roger Vadim, Une femme mariée de Jean-Luc Godard. Mais il est connu et apprécié du grand public pour ses grands rôles à la télévision, à l'époque de l'ORTF, en particulier celui de Vidocq, feuilleton en 13 épisodes de 26 minutes réalisé par Marcel Bluwal et Claude Loursais en 1967. Après la mort de Bernard Noël, le rôle sera repris par Claude Brasseur, pour une autre série intitulée Les Nouvelles Aventures de Vidocq.

Grand, brun et séduisant, il laisse le souvenir d'un acteur d'une qualité que les gens du métier et le public s'accordaient à lui reconnaître. Atteint d'un cancer des voies biliaires, cet homme plein de vie disparaît à l'âge de 45 ans, le . Il est inhumé au cimetière de Chavanges dans l'Aube.

Il était l'époux de l'actrice Sylvia Saurel.

Deux biographies ont été publiées :

  • Bernard Noël, prince et brigand de comédie, écrite par Patrice Ducher (2006), est une analyse sur la carrière du comédien. Éd. Pascal.
  • Sur mes chemins de Bernard Noël, itinéraire d'une carrière inachevée, écrite par Pascal Colas (2015), est une biographie suivant le comédien de sa naissance à sa mort prématurée. Éd. BoD-Books on Demand

Doublages : Marlon Brando dans La Vengeance aux deux visages, Les Révoltés du Bounty et Le Vilain Américain.

Il fait aussi les commentaires de quelques films érotiques et Arsène Lupin à la radio pour R.T.L.[réf. souhaitée]

Il a un fils, Rémy, adopté après sa mort par le comédien Claude Rich[2].

Filmographie

Cinéma

Télévision

Théâtre

Notes et références

  1. Télé 7 Jours n°448, semaine du 23 au 29 novembre 1968, page 49, article de Paulette Durieux.
  2. Armelle Héliot, « Claude Rich, l'éternité d'un gentilhomme », Le Figaro, samedi 22 juillet 2017, page 13.

Voir aussi

Liens externes