Bernard Grasset (éditeur)

Bernard Grasset
Biographie
Naissance
Décès
(à 74 ans)
Paris
Sépulture
Nationalité
Activité
Parentèle
Autres informations
Condamnation

Bernard Grasset, né le à Chambéry et mort le à Paris, est un éditeur français.

Biographie

Origines et études

Fils d’Eugène Grasset, avocat originaire de Montpellier à Chambéry, et de Marie Ubertin, fille d’un receveur de l’enregistrement, ce n’est qu’à la mort de son père en 1896 que Bernard Grasset est emmené à Montpellier par son oncle Joseph Grasset, professeur à la faculté de médecine. Là, il entreprend des études en sciences économiques couronnées par un doctorat, puis monte à Paris, où il fréquente le Café Vachette. Il y rencontre Jean Moréas, Émile Faguet et Jean Giraudoux[réf. souhaitée].

Carrière jusqu'à la Seconde Guerre mondiale

En 1907, Bernard Grasset fonde les « Éditions Nouvelles » au 49, rue Gay-Lussac (où il s’est installé en arrivant à Paris). Le premier livre qu’il publie est le roman d’Henry Rigal, Mounette. Il doit son premier gros succès au livre de pastiches signé Paul Reboux et Charles Muller : À la manière de…édité dans la collection « Cahiers Rouges ». Surviennent ensuite deux Goncourt consécutifs, en 1911 et en 1912, Monsieur des Lourdines d’Alphonse de Châteaubriant et Filles de la pluie d’André Savignon. Il s’installe alors au 61, rue des Saints-Pères où les éditions Grasset sont toujours.

En 1913, Bernard Grasset publie à compte d’auteur le premier volume d' À la recherche du temps perdu de Marcel Proust, Du côté de chez Swann, sans l'avoir lu. L’année 1920 ouvre pour lui une période faste puisqu'il lance les « Quatre M » : André Maurois, François Mauriac, Henry de Montherlant et Paul Morand. En 1921, il confie à Daniel Halevy ce qui deviendra la collection « Les Cahiers verts », dont le premier titre – et premier succès – sera Maria Chapdelaine de Louis Hémon.

De nombreux auteurs rejoignent les Éditions Grasset : Raymond Radiguet avec Le Diable au corps, Blaise Cendrars avec L'Or. La merveilleuse histoire du général Johann August Suter, Jean Guéhenno avec Caliban Parle, Jean Giono et sa Colline, Philippe Soupault avec Les Frères Durandeau, Joseph Delteil avec Sur le fleuve Amour, Ramuz et La Grande Peur dans la montagne, ou encore André Malraux et La Tentation de l’Occident, Joseph Peyré qui assure neuf titres à l'éditeur, dont Sang et lumières qui obtient le Prix Goncourt en 1935.

Grand fumeur et dépressif, il fréquente la clinique du château de Garches, sur les conseils de Jacques Lacan. En 1934, il doit répondre de sa santé mentale devant un tribunal, alors que ses sœurs veulent l'expulser de sa maison. La tentative échoue[1].

Seconde Guerre mondiale

Pendant la Seconde Guerre mondiale, comme la plupart des éditeurs français de l'époque, il a plus ou moins « collaboré » avec l’occupant allemand, sous peine d'interdiction de tel ou tel titre ou de privation de papier. Bernard Grasset se distingue cependant par son zèle, écrivant en 1940 trois lettres, où il soutient la censure de l'occupant et déclare : « Je suis un Français authentique sans nul alliages malsains que l'Allemagne condamne à juste titre » ; cependant, ces lettres ne sont pas envoyées. En 1940, il lance la collection « À la recherche de la France », qui publie cinq auteurs prisés des Nazis, dont Pierre Drieu la Rochelle. Les défenseurs de Bernard Grasset estiment que cela avait pour but d'amadouer la Gestapo[1].

Après que Louis Brun, son bras droit depuis 32 ans, ait été assassiné par son épouse en raison de ses infidélités, il appelle à ses côtés René Jouglet, un ancien instituteur proche du PCF. Sans que Bernard Grasset le sache, ce-dernier est cependant rancunier : romancier, plusieurs de ses manuscrits avaient été refusés par l'éditeur. René Jouglet se retournera contre son patron lors de son procès. Bernard Grasset épouse par ailleurs Aymée Fausto Lamare, rencontrée lors d'un dîner[1].

Ami et éditeur de l'écrivain allemand Friedrich Sieburg, il publie son ouvrage Dieu est-il français ? en 1930 et il invite l'écrivain à Paris en 1941.

En 1923, il engage par relations le fils d'un banquier, âgé de vingt ans, pour apprendre le métier, sans le salarier, au départ. Ce jeune homme, Henry Muller racontera ses souvenirs sur Grasset dans Trois pas en arrière, prix Marcelin Cazes 1952. Son patronyme donnera lieu à la rumeur de « l’associé allemand » bien que la famille Muller fût française. Il fréquente des officiers de l’armée allemande, déjeune avec eux à la brasserie Lipp.

Il reçoit ses amis à Garches et est surnommé le César de Garchtesgaden, par allusion à Berchtesgaden, résidence d'Hitler.

Il publia certains auteurs qui devinrent par la suite collaborationnistes comme Fernand de Brinon (France-Allemagne (1918-1934) en 1934), Jacques Doriot (Refaire la France en 1938 et Je suis un homme du Maréchal en 1941), Abel Bonnard (Le Bouquet du monde en 1938 et L’Amour et l’Amitié en 1939), puis Jacques Chardonne, Georges Blond (L’Angleterre en guerre : récit d’un marin en guerre en 1941 et L’épopée silencieuse : service à la mer, 1939-1940 en 1942). En ce qui concerne Pierre Drieu la Rochelle, cet auteur essentiellement publié par Gallimard et directeur de la NRF, publia chez Grasset Mesure de la France, en 1922, et Ne plus attendre, en 1941.

Les Principes d’action d'Adolf Hitler furent publiés en 1936, avec une préface soulignant que « cette publication n'entraîne aucune adhésion de la part de l'éditeur aux principes qui y sont exprimés, ne répondant qu'à une nécessité de documentation », cette même année il avait obtenu l'accord de Maurice Thorez et Léon Trotsky pour le même type de document. Il publia dans cette même période Ernst Glaser et Ernst Erich Noth, écrivains allemands anti-fascistes, qui avaient choisi de fuir leur pays pour se réfugier en France.

Il refusa en 1942 la demande des Allemands de rééditer Mein Kampf, qui avait été publié par l’éditeur Sorlot. Il publie également le gaulliste François Mauriac.

Après la Libération

En 1944, il est accusé de « collaboration », sur dénonciation anonyme. Il est condamné par la Chambre civique le 20 mai 1948 à la dégradation nationale à vie et à la confiscation de ses biens[1]. Lors de son procès, le quota de publications imposées par l’occupant fut établi à 1 %[2][réf. insuffisante].

Dans le journal Combat, il écrit pour sa défense : « Je n'ai jamais cru un le moindre mot de ce qu'écrivains. Je n'avais d'autre objectif que de réintégrer ma maison. J'ai écrit des blagues, parce que j'avais intérêt à écrire des blagues ». Lors de son procès à la Chambre civile de la Seine, il implore le jury de lui laisser son entreprise : « Cette maison est l'œuvre de ma vie, je vous supplie de me la rendre entière ». Plusieurs journaux se font écho de la partialité du procès : ainsi, pour La Croix, il s'agit d'« un monument d'erreurs et d'invraisemblances », pour La Gazette de Lausanne c'est « un scandaleux procès » et pour La Bataille « rarement procédure ne fut entachée de plus d'irrégularités ». À sa décharge, sont notamment mis en avant qu'il n'a pas fait partie du Groupe Collaboration, qu'il n'y a eu aucun témoin à charge lors de son procès et qu'il a subi des mesures vexatoires des Allemands pour avoir publié par avant des auteurs antifascistes. Pour l'historien Pascal Fouché, « il est difficile d'absoudre Grasset pour certains écrits largement tendancieux », ayant notamment évoqué une vie d'Adolf Hitler « uniquement tendue vers la grandeur et l'ordre allemand » ou encore une interview au journal La Gerbe, dans laquelle il souhaite l'arrivée d'un « ordre nouveau ». Pascal Fouché poursuit : « En allant à Vichy pour essayer de se faire nommer représentant de l'édition française, Grasset s'est mouillé plus que les autres »[1].

Interné dans une clinique de Ville-d'Avray, il subit plusieurs séances d'électrochocs et signe une délégation de pouvoir à son épouse pour diriger la maison d'édition. Son neveu Bernard Brivat reprend ensuite un temps la direction de la maison[1].

En 1949, sur décision du président de la République Vincent Auriol, Bernard Grasset retrouve ses droits et reprend sa maison d'édition. Il découvre, notamment, Hervé Bazin et Jacques Laurent.

En 1954, il cède le capital de sa maison d'édition à Hachette[1].

Il est inhumé au cimetière du Père-Lachaise (88e division)[3].

Au début du XXIe siècle, sa petite-nièce Marie Liang tente de réhabiliter la mémoire de Bernard Grasset[1].

Jacques-Émile Blanche a réalisé un portrait de lui[1].

La place de Bernard Grasset dans l'édition française

Dans le domaine de l’édition, Bernard Grasset fut un novateur.

  • Après la Première Guerre mondiale, Bernard Grasset joua un rôle important dans la diffusion des auteurs contemporains.
  • Il augmenta le tirage des livres (10 000 exemplaires au lieu de 2 000).
  • Il inventa la publicité littéraire, les services de presse.
  • Il modernisa la typographie du livre[4]

Ouvrages

  • Remarques sur l'action, Gallimard, 1928
  • La chose littéraire, Gallimard, 1929
  • Psychologie de l'immortalité, Gallimard, 1929
  • Introduction à la chose judiciaire, Grasset, 1930
  • Lettre à Friedrich Sieburg sur la France, Grasset, 1930
  • Introduction aux souvenirs de Georgette Leblanc, Grasset, 1931
  • Remarques sur le bonheur, Gallimard, 1931
  • Commentaires, Gallimard, 1936
  • À la recherche de la France, Grasset, 1940
  • Une rencontre (roman), Grasset, 1940
  • Les Chemins de l'écriture, Grasset, 1942
  • Aménagement de la solitude, Grasset, 1947
  • Lettre à André Gillon sur les conditions du succès en librairie, Grasset, 1951
  • Comprendre et inventer, Grasset, 1953
  • Sur le plaisir, Grasset, 1954
  • Évangile de l'édition selon Péguy, Éditions André Bonne, 1955

Notes et références

  1. a b c d e f g h et i Gaspard Dhellemmes, « Grasset, portrait hors cadre »], Vanity Fair n°59, juillet 2018, p. 98-105.
  2. Jean Bothorel, Vie et Passion d’un éditeur.
  3. Paul Bauer, Deux siècles d'histoire au Père Lachaise, Mémoire et Documents, (ISBN 978-2914611480), p. 384
  4. Bernard Grasset, précurseur Maximilien Vox, Communication et langages, Année 1971, Volume 12, Numéro 12, pp. 81-90

Bibliographie

  • Jean Bothorel, Bernard Grasset, vie et passion d'un éditeur, Grasset, 1989
  • Pascal Fouché, L’Édition française sous l'Occupation. 1940-1944, 2 volumes, Bibliothèque de littérature française contemporaine, 1987 - (ISBN 978-2-9082-95467)

Liens externes