Benjamin Crémieux

Benjamin Crémieux
Crémieux, Benjamin.png
Biographie
Naissance
Décès
(à 55 ans)
Buchenwald
Nationalité
Activités
Conjoint
Enfant
Autres informations
Conflit

Benjamin Crémieux, né le 1er décembre 1888 à Narbonne en France et mort le 14 avril 1944 au camp de concentration de Buchenwald en Allemagne, est un critique littéraire et traducteur français de religion juive et un déporté-résistant[1]. Il est l'oncle de Jean-Louis Crémieux-Brilhac.

Biographie

Jeunes années

Benjamin Esdras Crémieux est né le 1er décembre 1888 au 30 de la rue du Pont-des-Marchands à Narbonne, où une plaque commémorative a été installée en son honneur. Il est issu d'une famille juive qui s'était réfugiée en France dès le XIVe siècle.

Littérature

En 1921, Benjamin Crémieux publie son premier roman autobiographique, Le Premier de la classe, où il relate son adolescence narbonnaise et ses études au collège Victor-Hugo. Le roman obtient la bourse américaine Blumenthal. Agrégé, puis docteur ès lettres, la carrière de Benjamin Crémieux est celle d’un intellectuel brillant, universitaire, chargé de missions diplomatiques, mais aussi découvreur passionné de la nouveauté littéraire. C'est Jean Paulhan qui l'invite à collaborer à la Nouvelle Revue française. À la même époque, il révèle Pirandello au public parisien, en faisant jouer ses plus importantes pièces.

S’égrènent ensuite maints travaux critiques, dont la littérature italienne moderne est le sujet de prédilection[2]. En 1930, son troisième ouvrage, un peu à part dans sa production, est un récit narbonnais intitulé La Grenouille et les Trois Nourrices, publié à Carcassonne, dans la collection À la Porte d’Aude, et dédié à la mémoire de François Baron, Louis Huilliet et Georges Piglowski, trois de ses amis narbonnais morts à la guerre. De 1930 à 1933, il sera le critique théâtral de l'hebdomadaire Je suis partout.

Dans l’Université du temps, aux yeux des idéologues racistes, Benjamin Crémieux, qui occupe notamment dans les années 1940 le poste de secrétaire général du PEN club français, incarne le cosmopolitisme de l’intellectuel juif. Aussi est-il souvent désigné comme tel à la vindicte fascisante. Il publie le 1er mai 1942 avec René Milhaud un manifeste contre la politique anti-juive de Vichy.

Entré en 1941 dans la Résistance à la suite de son fils Francis avec le mouvement Combat, il organise à Marseille, sous le pseudonyme de Lamy, un réseau de renseignements. Il est parmi les recruteurs du Noyautage des administrations publiques. Arrêté en avril 1943, il est transféré à la prison de Fresnes puis, au début de l’année suivante, au camp de concentration de Buchenwald, où il meurt d'épuisement le 14 avril 1944.

Hommages

En 1947, David Rousset consacre le huitième chapitre de son récit L'Univers concentrationnaire à Benjamin Crémieux (« J'étends mon lit dans les ténèbres »).

En 1945, lorsqu'elle apprend sa mort, la romancière et traductrice Marie-Anne Comnène fait paraître chez Gallimard son huitième roman, intitulé France, qu'elle dédie à son mari, Benjamin Crémieux.

Œuvres

  • Du côté de Marcel Proust suivi de Lettres inédites de Marcel Proust à Benjamin Crémieux, 1919
  • Le Premier de la classe, 1921
  • Le Professeur d'Energie, in Les Nouvelles littéraires du 10 avril 1924, n° consacré au « Jubilé d'Anatole France »
  • L'Esprit européen dans la littérature d'aujourd'hui, 1926
  • Une conspiratrice en 1830, ou le Souper sans la Belgiojoso , 1928
  • Panorama de la littérature italienne contemporaine, 1928
  • La Grenouille et les Trois Nourrices, 1930
  • Littérature italienne, 1931
  • Benjamin Crémieux, XXe Siècle, première série, Paris, Éditions Gallimard, coll. « Cahiers de la NRF », (1re éd. 1924) (ISBN 9782070129331)
  • Benjamin Crémieux, Inquiétude et Reconstruction. Essai sur la littérature d'après-guerre, Paris, Éditions Gallimard, coll. « Cahiers de la NRF », (1re éd. 1931) (ISBN 9782070131976)

Notes et références

  1. « Benjamin Crémieux, un éminent narbonnais, grand critique littéraire et romancier… », sur Contre-Regards, (consulté le 1er mai 2016)
  2. En 1911, il est ainsi responsable de l'Office d’information, de relations et d’échanges à l'Institut français de Florence.

Liens externes