Belgica Regia

Belgica Regia

Belgica Regia pouvait désigner, sous l'Ancien Régime, la totalité des anciens Pays-Bas ou seulement la partie méridionale de la région, soit les provinces belges[1]; ceci surtout à partir des ducs de Bourgogne[2] et jusqu'à la domination autrichienne.

Leo Belgicus, carte datée de 1617

Des cartes du XVIe siècle dénomment « Lion belgique », ou Leo belgicus, les territoires englobant plus ou moins ce que l'on appela plus tard le Benelux plus le nord de la France, moins la principauté de Liège englobée de fait dans les cartes géographiques, mais indépendante politiquement. La partie des anciens Pays-Bas devenue indépendante porta parfois le titre de Belgica Foederata (les Belgique fédérées) pour désigner la fédération des Provinces Unies[1] et pour signifier que ce pays était constitué en fédération.

Guillaume Ier d'Orange-Nassau, chef de la lutte contre la domination espagnole, appela l'une de ses filles, Catherine-Belgique, ce nom étant choisi comme symbole de la lutte pour l'unité et l'indépendance nationale. Mais il s'agissait aussi bien d'un qualificatif que d'un substantif. Ainsi, en 1789, ce nom fut choisi comme qualificatif dans la dénomination de la république née de l'insurrection contre la domination autrichienne qui fut appelée « États belgiques unis ».

Finalement, lors de la révolution belge de 1830, Belgica ou Belgique devint un substantif pour désigner l'État indépendant finalement reconnu par les puissances internationales.

Notes et références

  1. a et b Belgica Regia & Belgica Foederata, Joan Blaeu, P. C. J. van der Krogt, Ed. Taschen, 2006 (ISBN 9783822851036)
  2. Catalogue des manuscrits de la Bibliothèque royale des Ducs de Bourgogne, Ed. C. Muquardt, 1842