Bazoncourt

Bazoncourt
Berlize, Vaucremont
Bazoncourt
Église Saint-Christophe.
Blason de Bazoncourt Berlize, Vaucremont
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Moselle
Arrondissement Metz
Canton Le Pays messin
Intercommunalité Communauté de communes Haut Chemin-Pays de Pange
Maire
Mandat
Dominique Bertrand
2014-2020
Code postal 57530
Code commune 57055
Démographie
Gentilé Bazoncourtois
Population
municipale
542 hab. (2016 en augmentation de 8,62 % par rapport à 2011)
Densité 41 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 03′ 06″ nord, 6° 22′ 05″ est
Altitude Min. 215 m
Max. 337 m
Superficie 13,21 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte administrative de la Moselle
City locator 14.svg
Bazoncourt
Berlize, Vaucremont

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte topographique de la Moselle
City locator 14.svg
Bazoncourt
Berlize, Vaucremont

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bazoncourt
Berlize, Vaucremont

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bazoncourt
Berlize, Vaucremont
Liens
Site web bazoncourt.com

Bazoncourt est une commune française située dans le département de la Moselle en région Grand Est. Ses habitants sont appelés les Bazoncourtois[1].

Géographie

La commune, située sur la rive droite de la Nied française, est constituée des trois villages de Bazoncourt, Berlize et Vaucremont, de deux fermes éloignées Fresnois et Fourcheux et d’un moulin. C’est un village fleuri décoré d’une fleur. Berlize est un village-rue typiquement lorrain.

Carte de la commune.

Toponymie

  • Anciennes mentions : Busonis curtis (973), Basonis curtis (977), Bissoncourt (1210), Basoncort (1239), Bazoncort (1274), Baizoncourt (1299), Bazencourt (1756), Basonhofen (1915-1918), Basenhofen (1940-1944).
  • En Lorrain : Besonco.

Histoire

  • Anciennement Bosonis-Curtis (le champ de Bozon) mentionné pour la première fois en 875.
  • Bazoncourt dépendait de l’ancien Saulnois-en-pays-messin. Vaucremont dépendait du Ban Saint-Pierre.
  • Possession des abbayes Sainte-Glossinde et Saint-Pierre de Metz.
  • Pillé et incendié en 1404 et 1444 ; le château fort fut détruit en 1677 par Charles V de Lorraine.
  • Le dernier seigneur de Bazoncourt était M. de Courten. Sa famille a fait don du terrain du Bosquet, de celui du foyer rural, du clocher de l’église et des caves de l’ancien château à la commune. La rue principale porte son nom.
  • Bazoncourt absorbe Fourcheux et Frenoi entre 1790 et 1794. Un décret de Napoléon, établi le à Moscou, réunit les communes de Berlize et Vaucremont à Bazoncourt[2],[3].

Politique et administration

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
an VIII 1806 François Simon    
1806   Claude Maire    
mars 1971 mars 1995 Jean Pierson    
mars 1995 2008 Olivier Leick    
mars 2008 En cours Dominique Bertrand    

Population et société

Démographie

Évolution démographique

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[5].

En 2016, la commune comptait 542 habitants[Note 1], en augmentation de 8,62 % par rapport à 2011 (Moselle : +0,01 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1861 1866 1871
182189205568587574516546469
1875 1880 1885 1890 1895 1900 1905 1910 1921
471491481480463433421370377
1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982
340329316233256275265271421
1990 1999 2004 2009 2014 2016 - - -
433469478492532542---
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 50,8 % d’hommes (0 à 14 ans = 21,6 %, 15 à 29 ans = 14,8 %, 30 à 44 ans = 23,2 %, 45 à 59 ans = 24,4 %, plus de 60 ans = 16 %) ;
  • 49,2 % de femmes (0 à 14 ans = 21,5 %, 15 à 29 ans = 12,4 %, 30 à 44 ans = 24,8 %, 45 à 59 ans = 27,3 %, plus de 60 ans = 14,1 %).

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (15 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (20,6 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (50,8 % contre 48,4 % au niveau national et 49 % au niveau départemental).

Pyramide des âges à Bazoncourt en 2007 en pourcentage[8]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,0 
90 ans ou +
0,0 
4,8 
75 à 89 ans
2,9 
11,2 
60 à 74 ans
11,2 
24,4 
45 à 59 ans
27,3 
23,2 
30 à 44 ans
24,8 
14,8 
15 à 29 ans
12,4 
21,6 
0 à 14 ans
21,5 
Pyramide des âges du département de la Moselle en 2007 en pourcentage[9]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90 ans ou +
0,7 
5,4 
75 à 89 ans
8,6 
12,6 
60 à 74 ans
13,6 
21,7 
45 à 59 ans
21,3 
21,7 
30 à 44 ans
20,6 
20,2 
15 à 29 ans
18,4 
18,3 
0 à 14 ans
16,7 

Enseignement

La scolarisation des enfants de Bazoncourt est faite en regroupement pédagogique avec les communes de Sanry-sur-Nied et de Sorbey, chacune disposant d’une école.

Manifestations culturelles et festivités

La commune a plusieurs associations dynamiques : le foyer rural œuvre depuis 1964, les Joyeux baladeurs, la Confrérie de la cuisse Cochonne… Le foyer rural organise des activités pour ses adhérents ainsi que des manifestations comme la fête patronale, la célèbre fête du jambon, la Saint-Nicolas, le repas des anciens. La mairie organise une manifestation pour les enfants pour l’Épiphanie, pour les vœux de nouvelle année ainsi qu'un centre aéré en août de trois semaines pour une cinquantaine d’enfants de 4 à 11 ans de Bazoncourt et environs[2].

Culture locale et patrimoine

Lieux et monuments

Édifices civils

  • ancien château fort du XIVe siècle rebâti en 1709 ;
  • moulin à 3,5 km de Bazoncourt près de Lemud, existe depuis 875 ; construit à côté de la Nied française qui a une faible pente à cet endroit ; arrêté le 1er janvier 1950 ; c'est aujourd'hui une maison recouverte de vignes ;
  • trois cafés ont fonctionné les uns après les autres :
    • le café « Mathiotte », le plus ancien, à Vaucremont dans la maison d'Émile Guéder : les gens y jouaient à la bête ou au piquet et au temps des Vozes-notes (la Saint-Valentin en patois lorrain), on formait des couples fictifs et le dimanche suivant la jeune fille offrait des meringues au jeune homme ;
    • le café « Chez la Bibi » au 31, rue de la Forêt qui appartenait à la famille Guéder ;
    • le café « Pauline » ;
  • le chemin des Vignes est un circuit de randonnée et de découverte d'une distance de deux kilomètres et présentant une diversité botanique intéressante et une vue panoramique sur la vallée de la Nied et au-delà[2].

Édifices religieux

Chapelle Saint-Matthieu de Berlize.
  • L'église paroissiale Saint-Christophe de Bazoncourt date du XVIIIe siècle et a replacé une autre église romane. Son clocher, construit en 1858, est d'inspiration suisse. Il a été payé en partie par la famille de Courten propriétaire de l'ancien château de Bazoncourt et d'origine suisse. Trois cloches installées en 1924 remplacent celles réquisitionnées par l'état allemand[2].
  • La chapelle Saint-Matthieu de Berlize date du XIVe siècle. Elle a subi de nombreuses destructions et reconstructions. La façade nord présente un arc boutant démontrant une construction gothique. La partie la plus authentique est son chœur de forme carré[2].
  • Trois calvaires : celui situé à 100 m de la ferme de Fresnois a le plus de caractère et est le plus ancien. On raconte qu'il aurait été construit par des habitants épargnés par une épidémie de choléra ou de peste. Sur le socle est inscrit 1778. Sur une autre partie, une inscription illisible accompagnée de la date 1818. Le calvaire aurait-il été abattu à la Révolution et reconstitué ensuite en 1818 ? Le Christ a été arraché, il reste la place des clous.

À noter que les fermes de Fresnois et Fourcheux dépendent de la paroisse de Maizeroy et le moulin de Bazoncourt, de celle de Lemud, pour des raisons évidentes de proximité[2].

Personnalités liées à la commune

Albert BRONDEX, 1737-1797 né à Berlize. Il est l'auteur de 22 ouvrages dont le plus marquant est Chan Heurlin, considéré comme le joyau de la littérature messine.

Hubert VION, né à Noisseville le 10 décembre 1820 et décédé le 27 novembre 1896. Il est nommé curé de Bazoncourt en 1869 et le resta jusqu'à sa mort[10]. En 1870, il est arrêté par les allemands et condamné à mort pour espionnage. Le général allemand Manteuffel récemment nommée commandant de l'état major, refusa de ratifier cette condamnation qui fut commuée en peine de prison[11]. Maîtrisant le patois, l'abbé Vion est l'auteur de plusieurs documents sur cette langue. Lucien Adam, auteur de l'ouvrage "les patois lorrains", le cite comme référent. Dans la biographie de son œuvre magistrale "Le dictionnaire des patois lorrains romans de Moselle", Léon Zéliqzon cite le projet de dictionnaire patois de l'abbé Vion. Ce dernier eut l'audace d'adresser un compliment en patois à Guillaume II en visite dans la région, et ce, malgré l'interdiction d'employer toute autre langue que l'Allemand dans les régions annexées. Il fut membre puis Président de l'Académie de Metz[10].

Héraldique

De gueules au globe d’or, cerclé de sable et sommé d’une croix d’or

Le blason attribué à la commune est sensiblement le même que celui de la famille de Courten, dernier seigneur et propriétaire du lieu pendant deux siècles[2].

Pour approfondir

Bibliographie

  • Albert Husson, Bazoncourt.

Articles connexes

Liens externes

Notes et références

Notes

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références

  1. http://www.genealogie-metz-moselle.fr/pange/bazoncourt.html
  2. a b c d e f et g Vies Communes, no 3, CCPP, février 2009, p. 4.
  3. Louis Emmanuel de Chastellux, Le territoire du département de la Moselle : histoire et statistique, Maline, 1860, 232 p., p. 219
  4. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  8. « Évolution et structure de la population à Bazoncourt en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 2 août 2010)
  9. « Résultats du recensement de la population de la Moselle en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 2 août 2010)
  10. a et b « Bulletin communal de Bazoncourt », sur bazoncourt.com, périodique, (consulté le 31 juillet 2019)
  11. G. D'Heilli, « Gazette anecdotique, littéraire et bibliographique », bi-mensuel,‎ , p. 730 (lire en ligne)