Bazoches-lès-Bray

Bazoches-lès-Bray
Bazoches-lès-Bray
Blason de Bazoches-lès-Bray
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Seine-et-Marne
Arrondissement Provins
Canton Provins
Intercommunalité Communauté de communes de la Bassée - Montois
Maire
Mandat
Bernard Beaudet
2014-2020
Code postal 77118
Code commune 77025
Démographie
Gentilé Bazochois
Population
municipale
861 hab. (2016 en augmentation de 4,24 % par rapport à 2011)
Densité 38 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 23′ 58″ nord, 3° 11′ 21″ est
Altitude Min. 50 m
Max. 129 m
Superficie 22,68 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Seine-et-Marne

Voir sur la carte administrative de Seine-et-Marne
City locator 14.svg
Bazoches-lès-Bray

Géolocalisation sur la carte : Île-de-France

Voir sur la carte topographique d'Île-de-France
City locator 14.svg
Bazoches-lès-Bray

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bazoches-lès-Bray

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bazoches-lès-Bray
Liens
Site web mairie-bazoches-les-bray.fr

Bazoches-lès-Bray est une commune française située dans le département de Seine-et-Marne en région Île-de-France.

Ses habitants sont appelés les Bazochois.

Géographie

Localisation

La commune, qui borde la Seine en rive gauche (côté sud), est située au sud-est du département de Seine-et-Marne, en limite du département de l'Yonne.

Bray-sur-Seine se trouve à 5 kilomètres à l’est, Provins à 25 kilomètres au nord-est et Montereau-Fault-Yonne à 18 kilomètres à l'ouest. Paris est à environ 95 kilomètres au nord-ouest.

Communes limitrophes

Hydrographie

Le système hydrographique de la commune se compose de :

  • la Seine sert de limite de commune au nord, avec Vimpelles au nord-ouest et St-Sauveur-lès-Bray au nord-est. Un bras mort à la jonction des trois communes forme une grande boucle presque fermée[1], abandonnée depuis les années 1970-1980 avec la mise en chenal de la Seine ; la circulation de son eau a été restaurée en le reliant à la Seine par 115m de rivière artificielle en 2015[2].
    • le Conduit, 7,5 km[3], qui conflue avec la Seine ;
  • l’ancien canal de dérivation de Bray à la Tombe, désaffecté depuis 1979, coupe la commune d’est en ouest. Le terrain entre ce canal et la Seine est abondamment couvert par plusieurs étangs dont cinq de bonne taille (environ 53 ha, 39 ha, 29 ha, 20 ha et 6,8 ha). Un lieu-dit nommé les Sablières en indique l’usage ancien d’extraction de sable[1] ;

Voies de communication et transports

Transports collectifs : Cars Moreau ligne 2 (Montereau - Bray).

Urbanisme

Occupation des sols

Le territoire de la commune se réparti[Note 1] en 62,9 % de terres arables, 13,3 % de forêts, 7,8 % de zones agricoles hétérogènes[Note 2], 7,7 % d’eaux continentales[Note 3], 5,9 % de mines, décharges et chantiers et 2,4 % de zones urbanisées [5].

Lieux-dits et écarts

De façon générale, la route départementale D411 (Nogent-sur-SeineMontereau-Fault-Yonne) divise la commune entre les « Hauts » au sud et les « Bas » au nord et jusqu'à la Seine.

Si les lieux-dits et écarts sont nombreux (162)[6]., les hameaux sont rares : les Beaumonts, la Grande Bosse (écluse), le Bout des Voies, la Motte, la Grande Prée, la Rompure, les Réaudins et Tarot[1].

Toponymie

Basochia, Basoches, Bazoches-lez-Bray.

Du latin basilica, « salle d'assemblée ».

Histoire

Ancien village fortifié au Moyen Âge, certaines rues ont conservé les noms des lieux qu'ils représentaient.

Ainsi, tout autour du village, se trouvent les quatre rues « des Fossés ».

On note aussi la rue Neuve qui fut la première à être pavée ; la rue de l'Auditoire, allusion à la maison de l'auditoire, ancienne maison publique, aujourd'hui maison d'habitation située sur la place de l'Église ; la rue des Roises relative au rouissage du chanvre, une des activités du village à l'époque pré-industrielle. Cette activité de rouissage du chanvre aurait donné au village pendant plusieurs siècles le surnom de « village des Fous » (lieu-dit « Tournefou » en bordure de la Seine) à cause des effets du travail du chanvre qui est de la même famille de plantes que le cannabis.

Politique et administration

Liste des maires

La mairie-école.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
décembre 1947 mars 1977 André Charle   agriculteur
mars 1977 mars 1983 Jean-Paul Savourat   agriculteur
mars 1983 mars 2014 Jean-Louis Charle   agriculteur
mars 2014 En cours Bernard Beaudet[7]   Mécanicien navigant retraité

Jumelages

Comme toutes les communes dépendant de Bray-sur-Seine, la commune de Bazoches-lès-Bray est jumelée à Hemsbach (Allemagne). Les échanges sont fréquents et cordiaux entre ces deux régions d'Europe.

Politique environnementale

Population et société

Démographie

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[8]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[9].

En 2016, la commune comptait 861 habitants[Note 4], en augmentation de 4,24 % par rapport à 2011 (Seine-et-Marne : +4,43 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
597615626668682732728817842
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
829803822785755732710711686
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
647643617530570541493517496
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
490507514568672768778813848
2016 - - - - - - - -
861--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2006[11].)
Histogramme de l'évolution démographique

Sports

Manifestations culturelles et festivités

Économie

Activité essentiellement axée sur la culture céréalière, pendant l'après-guerre l'élevage du mouton s’est également pratiqué à Bazoches sur une assez grande échelle – mais ce mode de vie est maintenant complètement révolu.

Une zone forestière le long de la vallée de la Seine fut longtemps exploitée à l'époque où chaque ménage possédait une cuisinière à bois, mais aujourd'hui la plupart des parcelles sont laissées à l'abandon. On voit néanmoins depuis quelque temps que çà et là des coupes y sont effectuées. Il existe à Bazoches un fort potentiel énergétique avec le bois pour faire du papier, du chauffage ou du bois d'œuvre[réf. nécessaire]. La terre y est riche et la culture céréalière y est pratiquée depuis des siècles. Une épaisse couche de tourbe est disponible en beaucoup d'endroits[12][réf. nécessaire].

Actuellement, les sables déposés par la Seine au cours des âges sont extraits dans des sablières, ce qui fournit des revenus à la commune.

Culture locale et patrimoine

L'église Saint-Pierre-Saint-Paul.

Lieux et monuments

  • Église dédiée à saint Pierre et saint Paul, autel de la Sainte Vierge du XIVe siècle.
  • Grand lavoir communal construit en 1856 irrigué par le ruisseau de la Motte (rue du lavoir).
  • Calvaire ancien face au cimetière communal (probablement du XIXe siècle).
  • Ensemble fluvial VNF et écluse de La Grande Bosse (commune de Vimpelles).
  • Bords de Seine et lieux de pêche en Seine ou dans le canal désaffecté.
  • À la motte castrale de « la Motte de Rieux » des vestiges sont visibles d'une ancienne fortification féodale. S’y trouvaient un château détruit par un incendie en 1750, une ferme et un moulin à grains. Là sont les sources d'un petit ruisseau qui traverse la commune en irriguant le lavoir ; ce petit cours d’eau coule ensuite à l'ouest dans la commune mitoyenne de Balloy puis, passant sous le canal, transite à l'est de Gravon où il conflue avec la Seine dans un bras mort. Il semblerait également que ce fut l’emplacement d'une villa romaine ou d'un camp romain pour légionnaires, étant donné la forme géométrique à angles droits de chaque côté de l'entrée du fossé de défense ; ceci n'est pas une disposition habituelle des IXe et Xe siècles où les fossés des châteaux-forts étaient toujours circulaires[13].
Par ailleurs, il existe sur le site des fragments de ciment rose, ce qui est une marque de la présence romaine (présence due à la source très probablement). Le site se trouverait sur le tracé d'une voie romaine qui reliait Troyes avec Lillebonne dans la Seine-Maritime, en passant par Lutèce. Et non loin de la « voie du Perré » qui reliait Rome avec Londres par Dunkerque ou Boulogne, il reste un tronçon de cette voie romaine dans la commune de Montigny-le-Guesdier, deux ponts de pierre (comme neufs) subsistent toujours au passage de l'Oreuse en limite des communes d'Évry et Gisy non loin de Sens le long de la D23 dans le département de l'Yonne[13].

Le GR 11F traverse le village et la commune d’est en ouest.

Personnalités liées à la commune

  • André Huet, instituteur, auteur d'une monographie olographe très riche et exhaustive sur l'histoire de Bazoches-lès-Bray conservée en mairie. Ce document ne se prête plus car certains emprunteurs ont arraché des pages. Mais des copies existent. Ce document raconte l'histoire du village depuis la préhistoire. Il y figure un plan naïf de la commune qui fut dressé sur un parchemin en 1611/1612 pour servir de base à la succession d'Henri IV assassiné en mai 1610. Ce genre de plan avait sans doute été levé sur toutes les possessions de la couronne pour servir aux notaires.
  • René Baclet (1906-1986), parolier et poète qui fut lauréat du grand prix de la chanson de l'ABC et Paris presse l'intransigeant en 1937. Il fut chanté par Édith Piaf, Anny Gould, Dany Dauberson, etc. Sa plus célèbre chanson est le Gallipetant qui lui valut le grand prix de 1937.
  • Gustave Chopinet (1847-1918), homme politique français de la Troisième République.

Patrimoine naturel

Canard siffleur
Cri du canard siffleur

Bazoches-lès-Bray est concerné par quatre ZNIEFF, une SIC (directive Habitats) et une ZPS (directive Oiseaux)[14].

La zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) continentale de type 1 du « Marais du Grand Champ et bois du Chapitre »[15], de 101,3 ha, est partagée entre Bazoches-lès-Bray et Mousseaux-lès-Bray et longe la rive gauche du canal de Bray à la Motte. Elle s’étend depuis le chemin de la Grande Bosse sur Bazoches à l’ouest jusqu’à la rue du Canal sur Mousseaux à l’est, et couvre pratiquement uniquement des zones boisées et/ou marécageuses.

La ZNIEFF continentale de type 1 du « Méandre de la Grande Bosse »[16], de 40,96 ha, est partagée entre Bazoches-lès-Bray, Saint-Sauveur-lès-Bray et Vimpelles en rive droite de la Seine. Elle couvre une boucle créée par l’ancien cours de la Seine, boucle mesurant environ 1 900 m de long sur 30 à 40 m. de large, autrefois exploitée en gravière qui a depuis donné naissance à un étang au centre de la boucle et fréquenté notamment comme hivernage par le canard siffleur, le canard pilet, la sarcelle d'hiver et la nette rousse (très rare en Ile-de-France)[12], ainsi que comme habitat régulier pour d’autres espèces d’oiseaux. La partie amont de ce bras d’eau, déconnectée de la Seine en 1976, a été reconnectée au fleuve en 2015 avec l’aménagement du cours artificiel[2],[16] afin de permettre le passage du barrage de la Grande Bosse aux poissons tant migrateurs que locaux. Sur le bras d’eau se trouvent la Cordulie à corps fin (Oxygastra curtisii), la Cordulie métallique (Somatochlora metallica) et l’æschne paisible (Boyeria irene), trois espèces protégées[16].

La ZNIEFF continentale de type 1 de « La grande noue de Tournefou »[17] représente 50,45 ha en bordure de Seine uniquement sur Bazoches-lès-Bray, en amont de l’écluse de la Grande Bosse. Elle couvre un habitat forestier et de roselières (habitats déterminants) et inclut aussi des sauleraies, des plantations de peupliers, des communautés à grandes laîches, de la prairie humide et quelques zones cultivées dont les bordures présentent de la végétation spontanée. On y pratique l’agriculture, la pêche et la chasse.

La ZNIEFF continentale de type 1 de « Zones humides de Champmorin »[12] représente 171,04 ha sur Balloy et Bazoches-lès-Bray, bordant le canal de Bray à la Tombe et dont une partie s’étend jusqu’en bordure de la Seine. D’est en ouest elle va de l’étang des sablières près des Champs Courceaux (non inclus) jusqu’aux abords de la Maison de Seine près de la D95. Elle inclut quatre des étangs cités plus haut (paragraphe “ hydrographie ”) et un bras mort de la Seine, très similaire à celui de la Grande Bosse (bras fermé en amont, étang au centre) mais celui-là en rive droite. Cette ZNIEFF est caractérisée par des zones humides, vastes plans d’eau issus d’anciennes exploitations de gravillons accompagnés de friches, de prairies et mégaphorbiaies, de tourbières et de roselières. Trois des plantes présentes sont déterminantes pour le statut de ZNIEFF : l’euphorbe de Séguier, le potamot dense ou Groenlandie dense (Groenlandia densa) et l’utriculaire citrine (Utricularia australis). Une dizaine d’espèces d’oiseaux s’y trouvent, dont la plupart utilisent le site pour leur reproduction ; à ceux déjà cités s’ajoutent entre autres la rousserolle turdoïde, la pie-grièche écorcheur (espèce localement menacée), le fuligule milouin, le grèbe castagneux... le garrot à œil d'or, espèce cavernicole inscrite à l'annexe 2 de la directive Oiseaux, profite des nichoirs installés pour sa nidification. La petite île au milieu de l’étang est colonisée par la mouette mélanocéphale et la sterne pierregarin, inscrites à l’annexe 1 de la directive Oiseaux, et la mouette rieuse.

Héraldique

Armes de Bazoches-lès-Bray

Les armes de Bazoches-lès-Bray se blasonnent ainsi :

Divisé en chevron: au premier de gueules à deux griffons affrontés d'or, au deuxième d'azur à la tour d'argent; au chevron d'argent chargé de trois molettes de sable, celle de dextre remplie d'azur, celle de senestre rempli de gueules, et brochant sur la partition.

Voir aussi

Bibliographie

Articles connexes

Liens externes

  • Site de la mairie
  • Bazoches-lès-Bray sur le site de la CC Bassée-Montois

Notes et références

Notes

  1. Statistiques de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols “Corine Land Cover”.
  2. Elles comprennent les cultures annuelles associées aux cultures permanentes, les systèmes culturaux et parcellaires complexes, les surfaces essentiellement agricoles, interrompues par des espaces naturels importants et les territoires agro-forestiers.
  3. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références

  1. a b et c Carte IGN interactive de Bazoches-lès-Bray sur geoportail.gouv.fr. Couches «cartes IGN » et « Limites administratives » activées. Vous pouvez aisément moduler la transparence des couches dans le menu « Ma sélection de données » à gauche de la carte. Zoomer en rapprochement pour passer à la carte d'état-major.
  2. a et b Anthony Laurent, Une rivière artificielle redonne vie à un bras mort de la Seine, 30/04/2015 sur lemoniteur.fr.
  3. Sandre, « Fiche cours d'eau - Le Conduit (F2402000) »
  4. Sandre, « Fiche cours d'eau - Canal 01 des Communes (F2--2902) »
  5. Site SIGES – Seine-Normandie (Système d’information pour la gestion des eaux souterraines en Seine-Normandie), consulté le 24 septembre 2018
  6. Site territoires-fr.fr consulté le 24 septembre 2018 sous le code commune 77025
  7. « Annuaire des communes de Seine-et-Marne », sur um77.fr (Union des maires de Seine-et-Marne) (consulté en février 2019).
  8. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  9. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  10. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  12. a b et c « Zones humides de Champmorin » - n° 110001275, fiche et cartographie ZNIEFF sur inpn.mnhn.fr.
  13. a et b Texte rédigé par le propriétaire de La Motte de Rieux.
  14. Bazoches-lès-Bray, fiche de la commune sur inpn.mnhn.fr.
  15. « Marais du Grand Champ et bois du Chapitre » - n° 110020223, fiche et cartographie ZNIEFF sur inpn.mnhn.fr.
  16. a b et c « Méandre de la Grande Bosse » - n° 110020222, fiche et cartographie ZNIEFF sur inpn.mnhn.fr.
  17. « La grande noue de Tournefou » - n° 110020221, fiche et cartographie ZNIEFF sur inpn.mnhn.fr.