Bavares

Bavares

Les Bavares, ou Babares, sont une confédération de peuplades libyques de Maurétanie Césarienne.

Les Bavares sont principalement connus par des documents épigraphiques et littéraires romains des IIIe, IVe et Ve siècles. Les documents les désignent soit comme des populations montagnardes semi-nomades, soit comme des populations sédentaires. Gens des massifs Babors-Guergour qui dominent la région de Sitifis, ils sont voisins des Baquates et des Macénites.

La première trace qui peut être datée du règne de Sévère Alexandre est une inscription relatant un colloquium entre un légat romain et un prince baquate après une victoire romaine. La dissolution de la Legio III Augusta en 238, avait rendu impossible une répression rapide. Fait nouveau, les révoltés poussèrent jusqu'aux confins numido-maurétaniens, où des combats sont signalés et où des trésors furent enfouis.

Des combats menés par les Bavares orientaux sont mentionnés en 254, mais ils restent cantonnés par la puissance romaine dans leurs montagnes et coupés de la plaine. Ils décident alors de former une coalition avec d'autres peuples. Les Romains gagnent plusieurs batailles mais n'arrivent pas à venir complètement à bout de la menace bavare, tant en Maurétanie qu'en Numidie. La guerre dura jusqu’en 260, animée par les Bavares du sud de l’Oranie, rejoints par d’autres peuples. On trouve des Bavares derrière Firmus lors du soulèvement du IIIe siècle.

Un exemple nous permet de saisir la situation des Bavares au IVe siècle : ville d’Altava, était composée de populations bavares sédentaires, aux noms romains mais aux institutions pérégrines à une époque où la romanisation semble s'estomper dans la région.

Bibliographie

  • Marcel Bénabou, La Résistance africaine à la romanisation, La Découverte, Paris, 2005.
  • Gabriel Camps, « Les Bavares, peuples de Maurétanie Césarienne », Revue Africaine, 99, 1955, p. 241-288.
  • Claude Lepelley (dir.), Rome et l’intégration de l’Empire, 44 av. J.-C. – 260 ap., Tome 2, Approches régionales du Haut-Empire romain, Nouvelles Clio, 1998.
  • Pierre Salama, « Nouveaux témoignages de l'œuvre des Sévères dans la Maurétanie Césarienne », Libyca Archéologie, Épigraphie, t. 1, 1953, p. 231 - 261.