Tirlemont

(Redirigé depuis Bataille de Tirlemont (1793))

Tirlemont
(nl) Tienen
Tirlemont
Hennemarkt (marché aux poules) en 1858.
Blason de Tirlemont
Héraldique
Drapeau de Tirlemont
Drapeau
Administration
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Région Drapeau de la Région flamande Région flamande
Communauté Drapeau de la Flandre Communauté flamande
Province Drapeau du Brabant flamand Province du Brabant flamand
Arrondissement Louvain
Bourgmestre Katrien Partyka (CD&V) (2019-24)
Majorité CD&V, OpenVLD, N-VA, Groen (2019-24)
Sièges
CD&V
SP.A
N-VA
OpenVLD
Tienen Vooruit !
Groen
Vlaams Belang
31 (2019-24)
8
5
5
4
4
3
2
Section Code postal
Tirlemont
Bost
Gossoncourt
Hakendover
Kumtich
Oorbeek
Oplinter
Hautem-Sainte-Marguerite
Vissenaken
3300
3300
3300
3300
3300
3300
3300
3300
3300
Code INS 24107
Zone téléphonique 016
Démographie
Gentilé Tirlemontois(e)
Population
– Hommes
– Femmes
Densité
34 675 ()
48,31 %
51,69 %
483 hab./km2
Pyramide des âges
– 0–17 ans
– 18–64 ans
– 65 ans et +
()
17,65 %
61,92 %
20,43 %
Étrangers 2,79 % ()
Taux de chômage 6,74 % (octobre 2013)
Revenu annuel moyen 15 238 €/hab. (2011)
Géographie
Coordonnées 50° 48′ nord, 4° 56′ est
Superficie
– Surface agricole
– Bois
– Terrains bâtis
– Divers
71,77 km2 (2005)
74,28 %
1,59 %
22,53 %
1,60 %
Localisation
Localisation de Tirlemont

Géolocalisation sur la carte : Belgique

Voir la carte administrative de Belgique
City locator 14.svg
Tirlemont

Géolocalisation sur la carte : Belgique

Voir la carte topographique de Belgique
City locator 14.svg
Tirlemont
Liens
Site officiel www.tienen.be

Tirlemont (en néerlandais Tienen) est une ville néerlandophone de Belgique située en Région flamande dans la province du Brabant flamand. La ville compte 32 340 habitants (2008).

Tirlemont s'étale sur plus de 7 000 ha et est située sur la Grande Gette. Cette rivière fut rendue navigable en 1525 jusqu'à la ville même, ce qui fit perdre beaucoup d'influence à Léau.

Tirlemont est également la principale marque historique de sucre en Belgique, à l'instar de Béghin-Say en France.

Histoire

Tirlemont et ses défenses au XVIIIe siècle, carte de Naudin.

Au XIVe siècle, Messire Gillis de Goidenhove, chevalier du quartier de Tirlemont, faisait partie du Conseil souverain de Brabant[1].

Plusieurs épisodes de combats eurent lieu à Tirlemont pendant le XVIIIe siècle. L'armée révolutionnaire levée par les États belgiques unis contre le pouvoir autrichien battit l'armée impériale à Turnhout et s'empara de Tirlemont en 1789. Les 20 et 21 novembre 1792 une bataille eut lieu entre les armées françaises du général Dumouriez et celles de la Première Coalition, mais aussi le 15 mars 1793 ou la ville fut prise par les généraux de Valence et Francisco de Miranda commandé par Dumouriez et opposés aux mêmes forces.

Héraldique

Blason Tirlemont.svg
La ville possède des armoiries qui lui ont été octroyées les 15 janvier 1841 et 16 septembre 1981. Tirlemont est l'une des plus anciennes villes de Belgique et a reçu le droit de cité en 1168. Le symbole le plus ancien de Tirlemont était l'Agneau pascal ou Agnus Dei. L'agneau est apparu sur les pièces frappées dans la ville au XIIe siècle et également sur le plus ancien sceau connu datant de 1229. Sur le sceau, l'agneau porte un collier avec un petit écu avec une barre. L'origine de ce petit écu n'est pas connue, mais, selon la légende, le duc Jan van Brabant l'a accordé à la ville au XIIIe siècle. Un sceau ultérieur, datant de 1398, montre également un Agnus Dei avec les armoiries susmentionnés.

Les grands sceaux de la fin du XIVe siècle montrent maintenant que deux agneaux sont des supports de l'écu, la même composition ayant été utilisée au début du XIXe siècle comme armoiries officielles de la ville.

Pendant le règne de Napoléon, la ville reçut des armoiries le 25 mars 1813, qui ne montraient que l'écu, avec dans le coin supérieur une lettre N avec une étoile, symbole d'une ville du second rang. Aucun support n'a été utilisé.
Blasonnement : D'azur à la fasce d'argent. Supports : deux moutons d'argent tenant chacun une bannière aux armes de l'écu, les trabes d'or avec bocquets d'argent, le tout reposant sur un tertre de sinople.
  • Délibération communale : 26 février 1981
  • Arrêté royal : 16 septembre 1981
  • Moniteur belge : 6 octobre 1981 sans le blasonnement et 4 janvier 1995
Source du blasonnement : Heraldy of the World[2].



Blason ville fr Tirlemont-Empire.svg
Les armoiries de Tirlemont de 1813 à 1841.
Blasonnement : D'argent à la fasce d'azur; franc quartier des villes de seconde classe qui est d'azur à un N d'or surmonté d'une étoile rayonnante du même et pour livrées les couleurs de l'écu.



Économie

Tirlemont est connue pour son industrie sucrière. C'est la raison pour laquelle on la surnomme la « ville sucrière ». Le groupe sucrier Raffinerie tirlemontoise (faisant partie du groupe allemand Südzucker Group), Tiense Suikerraffinaderij en néerlandais, y a son siège social. Il emploie plus de 1 800 personnes dans ses quatre raffineries belges, dont une se trouve à Tirlemont.

Démographie

Évolution démographique

Elle comptait, au , 35 040 habitants (16 925 hommes et 18 115 femmes), soit une densité de 488,23 habitants/km²[3] pour une superficie de 71,77 km².

Graphe de l'évolution de la population de la commune (la commune de Tirlemont étant née de la fusion des anciennes communes de Tirlemont, de Bost, de Gossoncourt, de Hakendover, de Kumtich, de Oorbeek, de Oplinter, de Hautem-Sainte-Marguerite et de Vissenaken, les données ci-après intègrent les neuf communes dans les données avant 1977).

  • Source : DGS - Remarque: 1806 jusqu'à 1970=recensement; depuis 1971=nombre d'habitants chaque 1er janvier[4]

Culture

Église Notre-Dame-Ten-Poel.

Tirlemont accueille chaque année le Suikerrock, festival de musique rock[note 1].

Monuments

Église Saint-Germain - Son clocher est inscrit au Patrimoine mondial de l'UNESCO

Communes fusionnées

Tirlemont, Bost, Goetsenhoven, Hakendover, Kumtich, Oorbeek, Oplinter, Hautem-Sainte-Marguerite et Vissenaken.

Célébrités

Voir la catégorie : naissance à Tirlemont.
Voir la catégorie : décès à Tirlemont.
  • Fernand Ledoux, comédien, né dans la commune
  • Julien Bergé, raffineur et fabricant de sucre
  • Joseph van den Berghe de Binckum, chevalier (1804-1872), fondateur en 1836 de l'industrie sucrière tirlemontoise
  • Jacques-Joseph Gilain (1792-1863), fondateur des Société anonyme des ateliers de construction J.J. Gilain (exportation de machines à vapeur)
  • Louis Michel, (né le 2 septembre 1947), homme politique, député européen, ministre d'État, ex-commissaire européen au Développement et à l'Aide humanitaire dans la Commission Barroso.
  • Tom Van Imschoot (né le 4 septembre 1981), joueur du RAEC Mons

Notes et références

Note

  1. Les dernières dates du Suikerrock étaient Madness (2014), ZZ Top (2010), John Fogerty (2010), Status Quo (2009), Simple Minds (2009) et Deep Purple (2008). En 2016, il y a eu David Gilmour les 27 et 28 juillet et à nouveau Deep Purple le 29 juillet[5]. En 2018, Alanis Morissette était en tête d'affiche du Suikerrock

Références

  1. Philippe de L'Espinoy, Prelats, barons, chevaliers, Escviers, viles, franchises et officiers principaulx de ceste illustre Duché de Brabant, distincte par offices, recuillie hors des vieulx Registres, Lettres et Cartelaines des Monastères et Villes dès l'an 1300, & la enuiron, Iean vanden Kerckhove, Gand, 1628.
  2. https://www.heraldry-wiki.com/heraldrywiki/index.php?title=Tienen
  3. http://www.ibz.rrn.fgov.be/fileadmin/user_upload/fr/pop/statistiques/stat-1-1_f.pdf
  4. http://www.ibz.rrn.fgov.be/fileadmin/user_upload/fr/pop/statistiques/population-bevolking-20190101.pdf
  5. Site officiel du festival Suikerrock.

Pour compléter

Articles connexes

  • Commanderie, baillie et prieuré hospitaliers de la langue de France, commanderie de Tirlemont constituée en 1773[1].
  • Famille Thienen, seigneurs de Tirlemont pendant le haut Moyen Âge

Liens externes

  1. Eugène Mannier, Ordre de Malte : Les commanderies du grand-prieuré de France d'après les documents inédits conservés aux Archives nationales à Paris, Aubry & Dumoulin, , 808 p. (présentation en ligne), p. 762-765