Bataille de Ras al-Maara

Bataille de Ras al-Maara
Bataille de Ras al Maara

Informations générales
Date 13 -
Lieu Entre Ersal et Ras al-Maara
Issue indécise
Belligérants
InfoboxHez.PNGHezbollahFlag of Jabhat al-Nusra.jpg Front al-Nosra
Flag of Ahrar ash-Sham.svg Ahrar al-Cham
Forces en présence
inconnuesplusieurs centaines d'hommes[1]
Pertes
9 morts[2]
31+ blessés[3]
9 à 41 morts[2],[3]
23+ blessés[3]
~ 20 prisonniers[4]

Guerre civile syrienne

Coordonnées 33° 59′ 42″ nord, 36° 33′ 40″ est

Géolocalisation sur la carte : Syrie

(Voir situation sur carte : Syrie)
Bataille de Ras al Maara

La bataille de Ras al-Maara a lieu lors de la guerre civile syrienne.

Déroulement

Le soir du , un affrontement éclate sur la frontière entre le Liban et la Syrie. La zone des combats se situe entre la ville libanaise de Ersal et la région syrienne du Qalamoun[5]. Malgré la victoire des forces loyalistes en mars dans les montagnes du Qalamoun, les rebelles sont encore présents dans la ville d'Ersal au Liban, où se trouvent de nombreux réfugiés, et selon l'OSDH plusieurs centaines de combattants restent cachés dans les collines et les grottes, en territoire syrien[1].

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) deux hommes du Hezbollah sont tués dans ce premier combat, un membre du Hezbollah évoque quant à lui trois morts pour les forces de son mouvement, tandis que les forces du régime affirment de leur côté que trois combattants syriens ont été tués et 10 blessés[1].

Le 14 juillet, l'OSDH déclare que les combats ont au moins 16 tués morts entre Ras al Maara en Syrie et Ersal dans la nuit du 13 au 14 : « Sept membres du Hezbollah ont été tués et 31 autres ont été blessés durant les combats qui se sont poursuivis jusqu'à la nuit de dimanche à lundi. [...] Les rebelles, qui comptent dans leurs rangs le Front al-Nosra, branche syrienne d'al-Qaëda, ont enregistré au moins neuf morts et 23 blessés, dont trois graves qui ont été transportés dans un « hôpital de campagne » à Ersal »[3]. 14 islamistes de différents groupes, dont le Front al-Nosra, sont également faits prisonniers selon l'OSDH[5],[6].

Le 15 juillet, sept civils syriens, dont des enfants, sont blessés par des roquettes tirées sur Ersal. Le combats se poursuivent la nuit du 15 au 16, selon des membres du Hezbollah, 41 rebelles syriens sont tués et une vingtaine faits prisonniers. Le Hezbollah aurait toutefois abandonné le village de Nahleh[4].

Le 16 juillet, des miliciens chiites auraient tenté de s'infiltrer en territoire syrien à partir de deux villages chiites libanais le long de la frontière mais ils seraient tombés dans une embuscade tendue par al-Nosra[2].

Le 17 juillet, un membre du Hezbollah affirme que le mouvement a perdu neuf hommes dans les combats livrés pendant la semaine dans ce secteur. Et selon un responsable des forces de sécurité libanaises, 26 combattants d'al-Nosra auraient été tués au cours de cette même semaine[2].

Notes et références