Bataille de La Puerta (1818)

Troisième bataille de La Puerta, ou de Sémen
Informations générales
Date 16 mars 1818
Lieu Quebrada (gorges) de La Puerta, État de Guárico
Issue Victoire royaliste, déroute de Bolivar
Belligérants
Flag of Spain (1785-1873 and 1875-1931).svg Couronne d'Espagne, Armée pacificatrice Flag of Venezuela (1817 and 1859).svg Indépendantistes vénézuéliens
Union jack Légion britannique[1]
Commandants
Pablo Morillo
Pablo Morillo y Morillo.jpg
Simón Bolívar
Simon Bolivar 1.jpg
Forces en présence
Armée royaliste
  • 2600 soldats
Armée patriotique
  • 4500 soldats
  • 2000 cavaliers

Campagne du Centre
(Guerre d'indépendance du Venezuela)

Batailles

La Hogaza  · Flecheras  · Calabozo  · La Uriosa · El Sombrero · La Puerta · Ortiz  · Cojedes  · Laguna de los Patos

La bataille de La Puerta, connue au Venezuela comme la bataille de Sémen, est un affrontement survenu le dans les gorges de La Puerta, près du fleuve Sémen et de San Juan de Los Morros, dans l'actuel État de Guárico, à deux lieues de la Villa de Cura de Aragua, entre les troupes de Simón Bolívar, qui avait entrepris la Campagne du centre (dont l'objectif était d'atteindre Caracas), et l'armée espagnole commandée par Pablo Morillo.

(Aujourd'hui, La Puerta est une paroisse de la municipalité de Valera, dans l'État de Trujillo).

Le champ de bataille

Le champ de bataille[2] est, à peu de chose près, le même que celui où José Tomás Boves défit à deux reprises les patriotes vénézuéliens, en 1814. L'endroit est dit La Puerta car il s'agit d'une dépression, à la limite d'une région montagneuse, au fond de laquelle coule le Guárico, et par où passe également la route qui mène des Valles (litt. les Vaux) aux Llanos (litt. les Plats). La bataille fut livrée sur un plateau croisé par un petit cours d'eau, le Sémen, affluent du Guárico, qui s'écoule des montagnes, formant l'accident appelé Morro de San Juan. La route bifurque vers les deux précipices du Morro de San Juan : l'occidental, appelé Quebradaseca (litt. la « Gorge sèche »), et l'oriental, où passe le ruisseau Sémen. À l'est du cours d'eau, entre les deux précipices, se trouve une petite plaine striée de tranchées cultivées et bordée par des collines. Le chemin oriental est fermé au sud par le village de San Juan de Los Morros.

Déroulement

La première phase de la bataille trouve son point culminant peu après midi, lorsque les forces de Tomas Morales, composées des 1400 soldats royalistes qui formaient l'avant-garde, doivent se replier sur le chemin oriental, en luttant contre 3500 soldats républicains. En première ligne, le général Pablo Morillo lui-même est blessé au ventre par un coup de lance. Néanmoins, il prend la tête de la charge de l'escadron de cavalerie, dirigeant l'attaque en personne, et exaltant le moral de ses troupes. Durant cette seconde phase de la bataille, la division de Morillo, composée de 1200 hommes, réussit à contre-attaquer depuis la Quebradaseca, mettant en déroute la ligne de 2000 soldats républicains, et à rallier les forces de Morales, finissant par mettre en fuite et par disperser les restes de l'armée patriotique.

Miguel de la Torre assure le commandement de l'armée royaliste en l'absence de son général en chef, blessé. Pablo Morillo ne perd pas une occasion de montrer la confiance qu'il place dans les milices du pays, et est transporté en civière par 30 loyalistes vénézuéliens, soldats du bataillon de Pardos, jusqu'à la ville de Valencia. Avant de quitter le champ de bataille, Morillo donne le fameux ordre à ses commandants (que certains attribuent à l'humanité du général de brigade Ramón Correa, et d'autres à la gravité des blessures de Morillo), contraire à la guerre à mort : « Sálvense los prisioneros y respétense sus vidas » (« Secourez les prisonniers et respectez leurs vies »).

De cette façon, Pablo Morillo obtient une victoire décisive qui lui permet de conserver le contrôle de la région de la Capitainerie générale du Venezuela, Caracas.

Forces de Pablo Morillo

Regimientos Realistas

Commandant en chef

Officiers d'Etat-Major

Unités et Commandants

Division de Morales

Droite

  • Bataillon Barinas
  • cavalerie de Dragons du pays

Gauche

  • Bataillon expéditionnaire Victoria
  • escadron des Guides du General

Division de Morillo

  • Bataillon expéditionnaire Union (Valencey)
  • Milices de Pardos de Valencia
  • escadron expéditionnaire de cavalerie et d'artillerie volante

Forces de Simón Bolívar

Flag of Venezuela (1817 and 1859).svg

Commandant en chef

Officiers d'Etat-Major

Unités et Commandants

Première Ligne (Urdaneta)

Droite (Anzoategui)

  • Bataillon de Ligne de la Garde d'Honneur
  • Bataillon de Chasseurs de la Garde d'Honneur

Centre

  • Bataillon Valeroso (Torres)

Gauche

  • Bataillon Barlovento (Valdés)
  • Bataillon Barcelona

Seconde Ligne (Cavalerie en colonnes de brigade)

  • Droite- escadrons de Monagas
  • Centre- escadrons de Vasquez
  • Gauche- escadrons de Zaraza

Conséquences

Pablo Morillo fait échouer l'ultime effort de la Campagne du Centre de Simón Bolívar en détruisant l'armée indépendantiste qui se dirigeait vers Caracas. Morillo récupère de ses blessures dans le courant de mai et se voit accorder par Ferdinand VII le titre nobiliaire de marquis de La Puerta, qui s'ajoute à son titre de comte de Carthagène.

Voir également

Notes et références

  1. Trois bataillons anglais font partie de l'armée [1]
  2. Plan de bataille [2]