Bataille de Kos

Bataille de Kos
Description de cette image, également commentée ci-après
Bombardiers allemands Junkers Ju 88 au-dessus de Kos.
Informations générales
Date 3 -
Lieu Kos, Mer Égée
Issue Victoire allemande
Belligérants
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Drapeau du Royaume d'Italie Royaume d'Italie
Drapeau de l'Afrique du Sud Afrique du Sud
Drapeau de l'Allemagne nazie Reich allemand
Commandants
Drapeau du Royaume-Uni L.R.F. Kenyon
Drapeau de l'Italie Felice Leggio
Drapeau de l'Allemagne Friedrich-Wilhelm Müller
Pertes
Britanniques:
1 388 prisonniers
Italiens:
3 145 prisonniers
91 officiers exécutés
15 tués
70 blessés

Seconde Guerre mondiale

Batailles

Campagne des Balkans
Invasion de l'Albanie · Guerre italo-grecque · Invasion de la Yougoslavie · Opération Châtiment · Bataille de Grèce · Opération Abstention · Bataille de Crète


Campagnes d'Afrique, du Moyen-Orient et de Méditerranée


Front d'Europe de l'Ouest


Front d'Europe de l'Est


Bataille de l'Atlantique


Guerre du Pacifique


Guerre sino-japonaise
Coordonnées 36° 47′ 27″ nord, 27° 04′ 16″ est

Géolocalisation sur la carte : Grèce

(Voir situation sur carte : Grèce)
Bataille de Kos

La bataille de Kos (Μάχη της Κω) est livrée lors de la campagne du Dodécanèse durant la Seconde Guerre mondiale. Elle résulte en une occupation allemande de l'île de Kos.

Contexte

Article détaillé : Campagne du Dodécanèse.

À la suite de la capitulation de l'Italie en septembre 1943, les forces allemandes dans les Balkans tentent de désarmer les unités italiennes. Dans le même temps, les Alliés, sous l'impulsion du Premier ministre britannique Winston Churchill, cherchent à occuper l'archipel du Dodécanèse. Les îles du Dodécanèse, sous contrôle italien depuis 1912, sont stratégiquement situées dans le sud-est de la mer Égée, Churchill espérant les utiliser comme base contre les positions allemandes dans les Balkans, et comme un moyen de pression afin de pousser la Turquie neutre à rejoindre la guerre du côté des Alliés.

Kos s'avère être l'objectif principal des Britanniques du fait de la présence d'un aérodrome sur l'île, qui pourrait être ainsi utilisé par les avions de la Royal Air Force.

La bataille

Les débarquements britanniques

Le 14 septembre, des parachutistes britanniques sont largués au-dessus de l'île et sont accueillis par la garnison italienne. Pendant ce temps, une patrouille de Spitfire fournit une couverture aux avions de transport et aux navires.

Les forces britanniques de Kos sont ainsi au total composées de 1 500 hommes, dont 680 de la compagnie de parachutiste, le reste étant des hommes de la RAF, auxquelles s'ajoutent 3 500 Italiens.

Le bombardement aérien allemand

Le X Fliegerkorps de la Luftwaffe, comprenant des Messerschmitt Bf 109 et des Junkers Ju 88, commence à larguer des bombes sur l'île le 18 septembre. En même temps, des renforts d'avions arrivent, offrant aux Allemands 362 appareils opérationnels dans la zone le 1er octobre. La défense anti-aérienne italienne, négligeable, ne parvient pas à abattre les avions ennemis.

Les débarquements allemands (Opération Ours Polaire)

Le 3 octobre, à 4h00 du matin, les Allemands débarquent dans le cadre de l’opération Ours Polaire (Unternehmen Eisbär), et atteignent les faubourgs de la capitale de l'île dans la journée.

Deux jours plus tôt, le 1er octobre, la RAF avait pourtant observé une concentration de navires dans les ports de Crète (10 navires), flottille qui en fait aller transporter les soldats de la 22e division d'infanterie allemande. Les Britanniques se retirent de la ville durant la nuit, et se rendent le lendemain. Les Allemands capturent ainsi 1 388 soldats britanniques et 3 145 Italiens. Le 3 octobre, les Allemands exécutent le gouverneur de l'île, le colonel Felice Legio, suivant un ordre d'Adolf Hitler d'abattre tous les officiers italiens capturés.

Conséquences

La capture de Kos par les Allemands eut des conséquences désastreuses pour les opérations britanniques dans les îles du Dodécanèse. Privés de couverture aérienne, les Alliés furent dans le long terme incapable de tenir les autres îles, tandis que les Allemands, grâce à leur avantage, prennent Leros un mois plus tard et s'emparent de l'ensemble de l'archipel à la fin novembre.

Annexes

Notes et références

Bibliographie

  • (en) Jeffrey Holland, The Aegean Mission: Allied Operations in the Dodecanese, 1943, United Kingdom, Greenwood Press, (ISBN 978-0-313-26283-8)
  • (en) Peter Schenk, Kampf um die Ägäis. Die Kriegsmarine in den griechischen Gewässern 1941-1945, Germany, Mittler & Sohn, (ISBN 978-3-8132-0699-9)
  • (en) Anthony Rogers, Churchill's Folly: Leros and the Aegean — The Last Great British Defeat of World War II, Athens, Iolkos, (ISBN 978-960-426-434-6)
  • (en) Viscount Cunningham of Hyndhope, A Sailor's Odyssey - (Autobiography), England, Hutchinson & Co. (Publishers) Ltd,
  • (en) Isabella Insolvibile, Kos 1943-1948: La strage, la storia, Italy, Edizioni Scientifiche Italiane, (ISBN 978-88-495-2082-8)
  • Ανδρουλάκης, Γεώργιος, Ημέρες πολέμου στην Κω, Το χρονικό της στρατιωτικής καταιγίδας - 1943, Ιωλκός, Αθήνα 2013, (ISBN 978-960-426-698-2)

Lien interne