Bataille de Hassaké (mai-juin 2015)

Bataille de Hassaké (mai-juin 2015)
Bataille de Hassaké
Informations générales
Date 30 mai -
Lieu Hassaké
Issue Victoire des loyalistes et des YPG
Belligérants
Drapeau de la Syrie République arabe syrienne

Flag of Syrian Kurdistan.svg PYD

Conseil militaire syriaque.jpg MFS
Drapeau de l'État islamique État islamique
Forces en présence
inconnues inconnues
Pertes
71 morts au moins[2]
11 morts au moins[3]
82 morts au moins[2],[3]
Civils : 3 morts au moins[1]

Guerre civile syrienne

Coordonnées 36° 29′ 00″ nord, 40° 45′ 00″ est

Géolocalisation sur la carte : Syrie

(Voir situation sur carte : Syrie)
Bataille de Hassaké

La première bataille de Hassaké a lieu lors de la guerre civile syrienne. Le , l'État islamique lance une offensive sur la ville tenue par les forces loyalistes syriennes. Elle est repoussée le 7 juin.

Prélude

En mai 2015, la ville d'Hassaké est tenue à 70% par les forces du régime syrien, dont le centre-ville, le reste est tenu par les Kurdes des YPG et les chrétiens du Conseil militaire syriaque (MFS). La population d'Hassaké est alors constituée à 50% d'Arabes, à 40% de Kurdes et à 10% de chrétiens. Face à la menace de l'État islamique au sud, une sorte de pacte de non-agression est observé entre les loyalistes et les Kurdes[4].

Cependant cette cohabitation ne se fait pas sans heurt et des affrontements éclatent ponctuellement. Ainsi le , les « muqanaain », des miliciens pro-régime, exécutent six membres des Assayech, la police kurde, pour avoir arrêté auparavant 10 membres d'une milice loyaliste[4]. Quelques heures plus tard, les Kurdes ripostent, au moins huit combattants des YPG sont tués et quatre autres capturés tandis que les loyalistes laissent au moins neuf morts et 25 prisonniers[5],[6],[7],[8],[9],[10],[11]. Le 30 janvier, les prisonniers de deux camps sont échangés[12].

À Hassaké, les loyalistes imposent un service militaire obligatoire, chaque famille doit fournir un combattant, âgé de 18 à 30 ans[4].

Déroulement

Le , les djihadistes de l'État islamique attaquent les positions du régime syrien au sud et au sud-est de la ville d'Hassaké. Le contrôle de cette ville, capitale du gouvernorat d'Hassaké, est alors partagé ; les forces loyalistes syriennes tiennent le sud tandis que les Kurdes des YPG et les chrétiens du Conseil militaire syriaque (MFS) tiennent le nord et l'ouest[13].

L'offensive commence avec les explosions de plusieurs camions piégés conduits par des kamikazes. Les djihadistes avancent, ils prennent une station d’électricité et coupent le courant dans la cité. Le 3 juin, selon l'OSDH, l'État islamique envoie plus de 400 hommes en renfort depuis la ville de Deir ez-Zor et le soir du 4 juin, les djihadistes ne sont plus qu'à 500 mètres de l'entrée sud de la ville d'Hassaké[13],[14],[15].

Le 5 juin, les djihadistes ont pris la prison d'Al-Ahdath, la compagnie d'électricité, le village d'al-Dawadia et plusieurs zones au sud de la ville. Selon l'OSDH, les pertes sont alors d'au moins 71 militaires et miliciens loyalistes tués, 3 civils, tandis que 59 djihadistes sont morts dans les combats, dont 11 kamikazes. De plus, 43 hommes de l'EI ont également été tués plus au sud, dans des bombardements sur la ville d'al-Shadadi (ou Chadadé)[1],[2].

De leur côté, les Kurdes des YPG restent inactifs au début de la bataille et refusent de soutenir les forces loyalistes. Cette position est cependant critiquée par des dignitaires de la ville et après plusieurs jours de négociations, les Kurdes finissent par engager le combat le 6 juin dans la soirée, à la périphérie de leurs quartiers, du côté ouest[16]. Selon l'OSDH, 11 combattants kurdes et 23 djihadistes sont tués dans ces affrontements[3]. Pour intervenir, les YPG auraient demandé à être reconnus comme la principale force militaire de la ville, un contrôle accru de la ville, des checkpoint, le démantèlement des « muqanaain », et une livraison de matériel, mais ces mesures ne seront pas appliquées après la bataille[4].

Le 7 juin, les loyalistes regagnent du terrain et les djihadistes sont repoussés à deux kilomètres de la ville. La station d'électricité et la prison sont reprises mais les combats se poursuivent à proximité[16],[17].

Notes et références

  1. a et b OSDH : Clashes continue around al-Hasakah city, 176 were killed during 6 days of IS attacks
  2. a, b et c AFP : Daesh multiplie les assauts contre la ville d'Hassaké
  3. a, b et c OSDH : YPG shares in repelling an attack on the city of al- Hasakah, and more than 30 fighters killed in the clashes
  4. a, b, c et d Charles Marlot, Hassakeh, résumé de la guerre en Syrie, Le Figaro, 1er septembre 2015.
  5. AP : Les forces syriennes affrontent les unités kurdes
  6. Reuters : http://www.zonebourse.com/actualite-bourse/Premiers-combats-importants-entre-Kurdes-et-pro-Assad-en-Syrie--19709301/
  7. OSDH : YPG fighters take control over the area expanded from the roundabout Tal Hajar to the northern entrance of al- Hasakah City
  8. OLJ : Combats inédits entre Kurdes et forces syriennes à Hassaka
  9. OSDH : Clashes continue between regime forces and YPG in al-Hasakah, no less than 14 killed from both sides
  10. AFP : Syrie: 18 morts dans des combats inédits entre Kurdes et armée
  11. Un œil sur la Syrie : Fin de la lune de miel ou simple éclipse dans les relations entre le régime syrien et le PYD ?
  12. OSDH : YPG and regime forces exchange dozens of prisoners
  13. a et b AFP : Syrie: le groupe État islamique aux portes d’une grande ville du nord-est
  14. RFI : Syrie: après Palmyre, Hassaka en péril
  15. OSDH : Dozens of fighters killed and wounded in clashes in al- Ahdath Prison area, while IS brings 400 militants to the battlefronts of south of al- Hasakah
  16. a et b OLJ et AFP : En Syrie, la coalition frappe l'EI au bénéfice des rebelles et d'el-Qaëda
  17. OSDH : 24 barrel bombs dropped on a town in Daraa in the last 24 hours, while the regime forces advance in south of al- Hasakah