Bataille de Deir ez-Zor (depuis 2014)

Bataille de Deir ez-Zor
Description de cette image, également commentée ci-après

Situation à Deir ez-Zor

Informations générales
Date - en cours
(3 ans, 3 mois et 4 jours)
Lieu Deir ez-Zor
Issue En cours
Belligérants
Drapeau de la Syrie République arabe syrienne InfoboxHez.PNGHezbollah
Drapeau de la Russie Russie
Drapeau de l'État islamique État islamique
Commandants
Drapeau de la Syrie Issam Zahreddine
Drapeau de la Syrie Souheil al-Hassan
Drapeau de la Syrie Izzadin Ibrahim †
Drapeau de la Russie Valeri Assapov †
Forces en présence
3 000 à 7 000 hommes[1],[2],,[4] 2 500 à 10 000 hommes[5],[1],[6]
Pertes
63 morts au moins[9],[10]
(du 3 au 8 décembre 2014)

200 morts au moins[11]
(du 16 au 21 janvier 2016)

127 morts au moins[12]
(du 14 janvier au 14 février 2017)

57 morts au moins[13]
(du 3 au 10 septembre 2017)
111 morts au moins[9],[10]
(du 3 au 8 décembre 2014)

110 morts au moins[11]
(du 16 au 21 janvier 2016)

241 morts au moins[12]
(du 14 janvier au 14 février 2017)

174 morts au moins[13]
(du 3 au 10 septembre 2017)
Civils :
334 morts au moins
(du 22 mai au 16 septembre 2017)[7]
643 morts au moins
(du 10 septembre au 18 octobre 2017)[8]

Guerre civile syrienne

Coordonnées 35° 20′ nord, 40° 09′ est

Géolocalisation sur la carte : Syrie

(Voir situation sur carte : Syrie)
Bataille de Deir ez-Zor

La bataille de Deir ez-Zor a lieu lors de la guerre civile syrienne. Après l'offensive de Deir ez-Zor, les rebelles du Front al-Nosra et du Front islamique sont chassés du gouvernorat de Deir ez-Zor par l'État islamique qui prend le contrôle de la quasi-totalité de la province. Seule la partie ouest de la ville de Deir ez-Zor, ainsi que l'aéroport situé au sud-est, demeure aux mains du régime syrien. Les loyalistes et les djihadistes poursuivent alors les combats pour tenter de s'emparer de la ville.

Déroulement

Escarmouches de juillet à novembre 2014

Le 14 juillet 2014, le Front al-Nosra abandonne ses positions à Deir ez-Zor, qui sont conquises par l'État islamique[14]. Le « Front de la victoire » transfère presque toutes ses forces dans le gouvernorat d'Idleb, certains rebelles rejoignent l'EI[1].

Le 18 juillet, les forces loyalistes et l'État islamique s'affrontent près de l'aéroport de Deir ez-Zor. L'armée syrienne riposte par plusieurs bombardements[15].

Les 2, 3 et 8 septembre, l'EI attaque l'aéroport, et mène des incursions au sud-est de la ville les 3 et 6 septembre. Ces attaques sont repoussées, les loyalistes regagnent même du terrain dans les quartiers sud-est le 6 septembre[1]. Le 5 septembre, le général Issam Zahreddine reçoit 600 gardes républicains de la 104e brigade parachutiste en renfort[1]. Ces derniers viennent renforcer la 137e brigade de l'armée syrienne, déjà éprouvée par les combats.

Le 15 septembre, le dernier pont de la ville de Deir ez-Zor est détruit, probablement par les loyalistes[16].

Le 13 octobre, les loyalistes lancent une offensive et s'emparent le 27 de la vaste île de Hawijet Sakr, au sud-est de la ville[1]. Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), au moins 25 djihadistes et 20 loyalistes sont tués le 14 et le 17 octobre[17],[18].

Le 23 novembre, un avion syrien est abattu par les djihadistes près de la ville[19]. Des combats ont aussi lieu dans la zone d'Hwayjet Sakar, où au moins 5 hommes de l'EI sont tués et 11 blessés[20]. Le lendemain dans la même zone, au moins deux soldats syriens sont tués et leur cadavres décapités ; un chef de l'EI est également blessé[21] et 13 autres djihadistes sont tués par des frappes aériennes[22].

Offensive de l'État islamique en décembre 2014

Le 1er décembre 2014, l'État islamique lance une offensive dont le but principal est de prendre l'aéroport de Deir ez-Zor. Celui-ci est stratégique car il s'agit de la seule base aérienne du régime pour les avions et les hélicoptères dans l'est de la Syrie, c'est également la seule voie de ravitaillement alimentaire pour les troupes loyalistes presque encerclées à Deir ez-Zor[23]. L'EI attaque les villages d'al-Mariyah et al-Jafra situés à l'est de la ville, près le base aérienne, ainsi que l'île de Hawijet Sakr[1].

La nuit du 3 au 4 décembre, une attaque-suicide au véhicule piégé à al-Masemekeh, des tirs d'artillerie sur le village d'al-Jafra et des combats à Hwayjet al-Mariyah provoquent la mort d'au moins 19 soldats et miliciens loyalistes, ainsi que sept djihadistes selon l'OSDH. Les hommes de l'EI s'emparent de deux chars, d'un véhicule blindé, de pièces d'artillerie et d'armes automatiques[24],[25],[26].

Le 4, malgré dix frappes de l'aviation syrienne, les djihadistes progressent à Hweja Saker et s'emparent des villages d'al-Jafra et al-Mariyah, 24 soldats syriens sont capturés puis décapités[27],[28],[29],[1].

Le 5, les djihadistes attaquent la montagne de Deir ez-Zor, au sud de la ville, où les loyalistes disposent d'un radar et d'une batterie d'artillerie. Les assaillants progressent et s'emparent de quelques pièces[30]. Au matin du 6 décembre, au moins 16 soldats et 9 djihadistes ont été tués selon l'OSDH[31].

Pour l'OSDH, le bilan des combats des 3, 4 et 5 décembre est d'au moins 60 à 70 djihadistes — dont 33 Syriens, 2 Français et 1 Tunisien — et 51 militaires et miliciens loyalistes tués[32],[33],[23].

La nuit du 5 au 6, l'EI attaque l'aéroport depuis le village d'al-Jafra. Après des tirs d'artillerie et l'envoi d'un véhicule piégé kamikaze, les djihadistes lancent l'assaut et s'emparent de la base d'un bataillon de missiles de l'armée, située sur une colline au sud-est de l'aéroport[31],[23]. Mais selon l'OSDH, la progression des djihadistes vers l'aéroport est ensuite stoppée par d'intenses bombardements et l'utilisation par les loyalistes de gaz de chlore. Les hommes de l'EI reculent également dans les montagnes[34]. Le 6, les loyalistes reprennent pied à al-Mariyah[1].

Le 7 décembre, malgré l'arrivée de renforts les djihadistes sont repoussés : ils abandonnent le terrain gagné dans la montagne et l'aéroport, ainsi que la base du bataillon de missiles. Selon l'OSDH, les combats ont alors fait plus de 100 morts chez les djihadistes et 59 pour les loyalistes depuis le début de l'offensive[35],[9],[36].

Le 8 décembre, les combats se poursuivent autour de l'aéroport. L'aviation syrienne mène au moins 11 raids à Deir ez-Zor et ses environs et un kamikaze de l'EI se fait sauter avec un véhicule piégé. Selon l'OSDH, le bilan de la journée est d'au moins huit morts pour l'armée syrienne et 11 tués du côté de l'EI[37],[38],[10].

Le 10 décembre, l'aviation syrienne mène dix raids dans les environs de Deir ez-Zor[39],[40],[41]. Le même jour, les djihadistes envoient un char T-55 bourré 6 tonnes d'explosifs sur l'aéroport afin de faire une brèche dans les lignes loyalistes, mais l'attaque échoue[1]. Dans la nuit du 11 au 12, un kamikaze se fait exploser près de l'aéroport ; l'aviation syrienne continue également ses frappes et les combats se poursuivent près de l'aéroport et de la zone de Hweja Saker où les djihadistes lancent un nouvel assaut dans lequel ils perdent au moins douze hommes[42],[43],[44],[45]. Les 12 et 13, de nouveaux assauts de l'EI sont repoussés[1]. Le 17, les loyalistes progressent vers le village d'al-Jafra[46]. Puis le 18, ils reprennent Al-Mariyah et la base des missiles[1].

Le soir du 20 décembre 2014, l'EI lance un nouvel assaut sur l'aéroport, il est cependant repoussé et selon l'OSDH au moins 20 djihadistes et deux soldats loyalistes sont tués[47],[48]. Les djihadistes progressent à nouveau sur quelques points le 24[49].

Phase d'affrontements ponctuels en 2015

Après l'échec de l'offensive de l'EI en décembre, la bataille de Deir ez-Zor connaît une nouvelle phase d'escarmouches et d'affrontements ponctuels.

Du 2 au 4 janvier 2015, les loyalistes repoussent une attaque contre la base de la 137e brigade. Le 4 janvier, le village d'Ayash est attaqué et pris en partie par l'EI, d'autres assauts les 14, 16 et 17 février sont en revanche repoussés et l'armée reprend une partie de la localité le 16 mars[1].

Le 26 janvier 2015, au moins 20 hommes de l'État islamique et un nombre inconnu de soldats loyalistes sont tués selon l'OSDH dans un combat près de l'aéroport. Les loyalistes progressent dans la zone d'al-Mazare[50],[51],[52].

Le 27 février, l'armée syrienne reprend complètement Al-Mariyah puis prend le champ pétrolier d'Al-Thayyam le 12 mars, au sud, suivi de l'usine électrique et la base du champ pétrolier le 29 mars[1]. Le 23 mars, la télévision nationale affirme que 19 hommes de l'EI ont été tués par l'armée dans la province[53]. Le 30 mars, au moins 23 hommes de l'EI sont tués dans les montagnes d'al-Tharda[54]. Puis, le 20 avril, les loyalistes font une nouvelle poussée à Hawijet Sakr dont ils contrôlent la plus grande partie[1].

Le 22 avril, au sud de Deir ez-Zer, l'EI s'empare d'une douzaine d'habitations dans la ville de Mayadine, dont plusieurs appartenant à des officiers syriens ou des membres du parti Baas[55]. Le 29, dans cette même ville, une explosion dans une usine d'explosifs fait au moins 25 tués et 20 blessés parmi les hommes de l'EI[56],[57].

En avril, le général Zahreddine et les gardes républicains sont rappelés à Damas à la suite de revers pour l'armée syrienne dans le nord du pays[1].

Le 4 mai, l'État islamique lance une nouvelle offensive. Le 5, les djihadistes effectuent plusieurs incursions à l'est de la ville, dans les quartiers d'al-Sinaa, al-Rasafa et al-Ommal et sur l'aéroport[58],[59]. Au moins quatre loyalistes sont tués et décapités par l'EI, dont le général Maala, chef de la défense aérienne de l'aéroport de Deir ez-Zor ; 15 djihadistes sont également tués dans les combats, ainsi qu'un enfant[60],[61]. Le 8, des assauts sont lancés al-Mariyah, à Hawijet Sakr, et au nord de la ville[1]. Le 12, les loyalistes se retirent de l'île de Hawijet Sakr et les djihadistes s'emparent du nord d'al-Jafra[1]. Les assauts sur l'aéroport les 12 et 14 mai sont en revanche repoussés. En dix jours, les combats ont fait au moins 34 morts chez les loyalistes et plus de 28 du côté des djihadistes selon l'OSDH[62].

Le 14 mai, le régime renvoie le général Zahreddine et la 104e brigade républicaine à Deir ez-Zor[1]. Mais ces forces sont ensuite redéployées à Hassaké fin juin[63],[64].

Le 9 septembre 2015, l'EI s'empare d'un poste militaire à environ un kilomètre de l'aéroport. Selon l'OSDH, 18 soldats du régime sont tués, les djihadistes comptabilisent 36 morts, dont deux kamikazes, et plus de 50 blessés[65],[66].

Le 28 septembre 2015, les raids aérien du régime syrien reprennent et font 23 morts et 50 blessés dans la province de Deir ez-Zor, notamment à Mayadine où un marché a été bombardé, tuant femmes et enfants[67].

Fin octobre, le major-général Izzadin Ibrahim meurt dans un accident de voiture à Deir ez-Zor[68],[69].

Le 6 décembre, selon l'OSDH, une position de l'armée syrienne est touchée pour la première fois par des bombes de la coalition, les frappes ont lieu à deux kilomètres du village d'Ayache, à l'ouest de Deir ez-Zor ; quatre soldats sont tués et 13 blessés. Le régime syrien confirme la frappe et condamne « l'agression flagrante des forces de la coalition ». Mais le colonel Steve Warren, porte-parole de la coalition, conteste ces déclarations et affirme qu'aucune frappe n'a été menée ce jour-là à moins de 55 kilomètres de Deir ez-Zor[70].

Le matin du 23 décembre, l'EI envoie trois véhicules-suicide sur des positions du régime à l'est : au moins 11 soldats et miliciens loyalistes sont tués et 20 sont blessés selon l'OSDH[71]. Les djihadistes lancent ensuite l'assaut et s'emparent d'un quartier industriel ; au total 26 soldats et miliciens loyalistes sont tués ainsi que 12 hommes de l'EI[72],[73].

Offensive de l'État islamique en janvier 2016

Situation à Deir ez-Zor, en janvier 2016.

Le 16 janvier 2016, une grande offensive est lancée par l'État islamique au nord et à l'ouest de Deir ez-Zor. Le premier jour, les combats font au moins 50 à 75 morts parmi les forces loyalistes et 42 tués du côté des djihadistes, dont 12 kamikazes. Au moins 85 civils issus des familles des combattants loyalistes sont également tués selon l'OSDH et 400 autres sont enlevés. L'agence de presse du régime syrien, Sana, parle de son côté de 280 civils massacrés par les djihadistes. L'EI revendique la prise du quartier d'Al-Baghaliyeh et selon l'OSDH, les djihadistes avancent et contrôlent désormais 60 % de la ville[74],[75],[76],[77],[78],[79],[80]. Les bilans de l'OSDH et de l'agence Sana sont cependant contestés par des militants du réseau d’informations DeirEzzor24, anti-Bachar el-Assad et anti-EI, qui affirment que seulement 12 civils ont été tués par un bombardement du régime syrien, que la plupart des victimes sont des militaires et des soldats loyalistes et qu'aucune preuve ne permet d'établir que des civils ont été massacrés ou enlevés[81]. Selon l'OSDH cependant, 270 des 400 otages — principalement les femmes, les enfants et les vieillards — sont relâchés le 19 janvier après avoir été interrogés[82].

L'EI attaque également le quartier de Ayach, la base de la brigade 137 et l’Hôtel Fourat Al-Cham, au nord-ouest et à l'ouest de Deir ez-Zor[81]. Le soir du 17 janvier, les djihadistes s'emparent du dépôt d'armes de la base 137, au nord-ouest de la ville, ce qui ne représente cependant pas une grande prise, celui-ci ayant déjà été pillé en décembre 2013[83]. Le 18 janvier, les djihadistes profitent d'une tempête de sable — qui empêche l'aviation du régime d'intervenir — pour poursuivre leur avancée[84],[85]. Au soir du 18 janvier, le bilan de l'offensive est selon l'OSDH d'au moins 120 morts du côté des loyalistes et 70 tués du côté des djihadistes, dont 28 kamikazes[86],[87]. Puis le 21 janvier, le bilan de l'OSDH passe à 200 morts au moins pour les loyalistes, dont 48 prisonniers exécutés, de 110 tués au moins du côté de l'EI, dont 30 kamikazes, et de 42 civils tués par les frappes aériennes loyalistes et russes, dont neuf enfants et quatre femmes[11],[88].

À cette période, 200 000 civils sont encerclés à Deir ez-Zor, les habitants souffrent d'une pénurie alimentaire, ils sont difficilement approvisionnés en eau et l'électricité est coupée depuis un an[80]. Seuls les soldats du régime sont régulièrement approvisionnés en vivres par avions, aux dépens de la population[89]. Selon un infirmier de la ville, en un an 70 personnes sont mortes à Deir ez-Zor de faim ou des suites de maladies qui auraient pu être facilement traitées dans des conditions normales[89]. Le Programme alimentaire mondial (PAM) effectue alors un premier largage d'aide humanitaire le 24 février, mais l'ONU reconnaît le lendemain l'échec de l'opération : sur les 21 palettes contenant chacune une tonne de vivres, 10 ne sont pas retrouvées, 4 sont détruites et les 7 autres atterrissent dans des zones inaccessibles[90]. Un nouveau largage d'aide humanitaire est effectué le 10 avril, cette fois avec succès ; 22 palettes sur 26 sont récupérées, soit assez pour nourrir 2 500 personnes en un mois[91]. Au total, 177 largages aériens sont ensuite effectués par le PAM entre avril 2016 et janvier 2017[92].

Phase d'affrontements ponctuels en 2016

Les combats reprennent en mars 2016. Le 23, l'EI progresse au nord de l'aéroport, dans le quartier d'al-Sina'aa — ou al-Senaúh — lors d'affrontements qui font au moins 20 morts dans les rangs loyalistes et neuf chez les djihadistes selon l'OSDH[93]. Le 2 avril, au moins 40 hommes de l'EI sont encore tués selon l'OSDH par des frappes aériennes vraisemblablement russes sur un village au nord-ouest de Deir ez-Zor[94]. Le 4 avril, l'EI mène une nouvelle attaque contre l'aéroport et le village d'al-Jufrah[95]. Le 19 avril, les djihadistes progressent dans la zone industrielle, au sud de la ville[96] et le 20 avril, ils contrôlent entièrement le quartier d'al-Sina'aa[97],[98].

Le 14 mai, l'EI s'empare d'un hôpital à Deir ez-Zor et selon l'OSDH, au moins 20 soldats syriens et six djihadistes sont tués[99]. L'hôpital est repris quelques heures plus tard par les loyalistes et l'OSDH monte son bilan à au moins 50 morts et 3 prisonniers côté EI et 35 morts côté régime. Les patients et le personnel médical s'en sortent sain et sauf[100],[101],[102].

Le 25 juin, trois raids aériens syrio-russes visent la localité d'al-Kouriyé, au sud-est de Deir ez-Zor, et font au moins 82 morts — 58 civils et 24 personnes non-identifiées — selon l'OSDH[103]. Puis le 15 septembre, d'autres raids tuent 23 civils et en blessent 30 autres dans la ville de Mayadine[104].

Le 17 septembre, l'État islamique attaque le bataillon d'artillerie sur le mont al-Tharda, près de l'aéroport. Les forces du régime reculent et se regroupent pour contre-attaquer. Les forces aériennes de la coalition interviennent alors mais elles bombardent par erreur les positions loyalistes. L'EI annonce ensuite, via Amaq, s'être emparé du mont al-Tharda. Selon le ministère russe de la défense, 62 soldats syriens sont tués et une centaine blessés par quatre frappes effectuées par deux F-16 et deux A-10. L'OSDH donne de son côté un bilan d'au moins 90 morts en citant une source militaire. La coalition reconnaît une erreur dans un communiqué et affirme qu'elle pensait frapper des combattants de l'État islamique. Le 19 septembre, le Royaume-Uni et l'Australie reconnaissent leur participation dans les frappes de Deir ez-Zor. Le ministère russe des affaires étrangères déclare quant à lui que cette bavure est « entre la négligence criminelle et la complicité directe avec les terroristes de Daech ». De son côté, Bachar el-Assad accuse les États-Unis d'avoir intentionnellement visé ses soldats[105] [106],[107],[108],[109],[110],[111],[112],[113]. Le 29 novembre, le Pentagone reconnaît sa responsabilité dans le bombardement et précise que les appareils qui avaient participé à ce raid étaient américains, britanniques, danois et australiens[114].

Offensive de l'État islamique en janvier 2017

Situation à Deir ez-Zor à la fin du mois de janvier 2017.

Le 14 janvier 2017, renforcé par des armes, des munitions et des véhicules capturés lors de la troisième bataille de Palmyre, l'État islamique lance une nouvelle offensive majeure contre les positions du régime du général Issam Zahreddine[115][116],[117]. Le premier jour, plusieurs kamikazes se font exploser et au moins 12 soldats syriens et 20 djihadistes sont tués selon l'OSDH[116],. Le 15 janvier, les djihadistes gagnent du terrain malgré plus de 120 frappes aériennes et s'emparent du mont Tardah et de plusieurs collines surplombant l'aéroport de Deir ez-Zor[118],[115]. En contrôlant ces hauteurs à proximité de l'aéroport, les djihadistes empêchent alors les loyalistes de dépêcher des avions et des hélicoptères à Deir ez-Zor pour ravitailler les assiégés[119],[115]. Les forces de l'EI profitent également pendant plusieurs jours d'un épais brouillard qui empêche l'aviation syrio-russe de les cibler[119]. Le 16 janvier, les troupes de l'État islamique parviennent à couper en deux les positions loyalistes et à encercler l'aéroport qui se retrouve isolé du reste de la ville[120],[121],[115],[119],. Les quartiers de Deir ez-Zor se retrouvent alors privés de tout ravitaillement en vivres ; la voie vers l'aéroport étant désormais coupée, tandis que le Programme alimentaire mondial (PAM) doit suspendre ses largages de vivres à cause des combats[122],[115]. À cette période, 80 000 à 93 500 civils sont encore présents dans la poche de Deir ez-Zor tenue par le régime, 200 000 autres se sont enfuis depuis le début du siège en 2014[123],[124]. Les 17 et 18 janvier, les forces du régime parviennent cependant à acheminer quelques renforts via l'aéroport, dont des hommes du Hezbollah[125]. Puis le 22 janvier, des hélicoptères parviennent à déposer une centaine de gardes républicains de la 104e brigade en renfort sur la base de la 137e brigade, au sud-ouest de la ville. L'armée syrienne ordonne également aux habitants de se rendre sur la ligne de front pour s'enrôler ; des adolescents auraient notamment été incorporés de force dans des milices[125],[123]. Les combats se poursuivent, mais les forces du régime parviennent à stabiliser la situation. Le 31 janvier, le PAM peut reprendre ses largages de nourriture et d'aide humanitaire[124]. Les loyalistes tentent ensuite de reprendre l'initiative, mais malgré plusieurs tentatives, ils ne parviennent pas à rétablir la jonction entre l'aéroport et les quartiers d'Al-Joura et d'Al-Qoussour[117].

Selon l'OSDH, du 14 janvier au 14 février 2017, les combats ont fait au moins 127 morts côté régime, 241 côté EI, ainsi que 105 civils tués dont 23 enfants et 24 femmes[12],[126]. Parmi les civils, 59 — dont 10 enfants et 14 femmes — ont été tués par les bombardements du régime et de la Russie et 46 — dont 13 enfants et 10 femmes — par les tirs de l'État islamique[12]. Le média pro-régime syrien Al-Masdar News donne quant à lui un bilan de 76 morts pour l'armée et plus de 200 tués du côté des djihadistes le 18 janvier[127]. Tandis que le réseau d’informations DeirEzzor24, pro-opposition, chiffre le nombre des tués du côté des loyalistes à 200[123]. Des exactions sont également commises par les djihadistes : selon DeirEzzor24, une dizaine de soldats sont exécutés en étant écrasés par des chars[128] et selon l'OSDH, six têtes tranchées sont exposées dans les rues de la ville de Mayadine, au sud-est de Deir ez-Zor, le 18 janvier[129].

En janvier, le régime bénéficie cependant du ralliement de cheikh Nawaf al-Bachir, chef de la confédération tribale des Baggara, une des plus importantes de l'Est syrien, qui après avoir rallié l'opposition à Istanbul en 2012 fait officiellement acte de repentance et aurait entrepris de former une milice destinée à être envoyée à Deir ez-Zor[117].

Offensive loyaliste et rupture du siège en septembre 2017

Article détaillé : Offensive de la Badiya.
Situation à Deir ez-Zor, fin septembre 2017.

À partir de mai 2017, l'armée syrienne lance une offensive d'envergure contre l'État islamique dans le désert syrien[130]. Le 3 septembre, elle fait une percée à l'est d'Al-Soukhna et se rapproche de Deir ez-Zor par l'ouest, reprenant au passage le champ pétrolier d'Al-Kharata[131],[132]. En fin de journée, elle arrive à une dizaine de kilomètres de la base de la Brigade 137 et combat pour tenter de briser le siège de la ville[131]. Le 4 septembre 2017, les troupes syriennes sont à 3 kilomètres de la ville assiégée selon les médias syriens, et à 12 kilomètres de l'aéroport sur un autre axe d'attaque selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH)[131]. Les troupes syriennes utilisent les frappes aériennes et l'artillerie lourde de manière intensive[133]. Dans la matinée, la frégate russe Amiral Essen tire des missiles Kalibr depuis la Méditerranée contre une zone fortifiée près du village d'Al-Choula, au sud-ouest de Deir ez-Zor[134],[135]. Le même jour, Moscou annonce la mort de deux de ses soldats causés par des tirs d'artillerie de l'EI[130]. Malgré les renforts de combattants étrangers, les contre-attaques de l'État islamique échouent[133] et le 5 septembre, après une ultime poussée des chars à rouleaux de déminage, le siège des quartiers ouest est brisé près de la base de la brigade 137, à l'ouest de la ville[136]. Les troupes du général Souheil al-Hassan commencent alors à opérer leur jonction avec les 7 000 hommes du général Issam Zahreddine assiégés depuis trois ans à Deir ez-Zor ; cependant les djihadistes contrôlent toujours 60 % de la ville et l'aéroport reste encerclé[136].

Le 5 septembre un Soukhoï Su-34 et un Soukhoï Su-35 bombardent un poste de commandement souterrain de l'État islamique près de Deir ez-Zor[137]. Trois jours plus tard, la Russie affirme qu'une quarantaine de djihadistes, dont quatre chefs ont été tués dans cette frappe, avec parmi eux Abou Mouhammad al Chimali, chef des combattants étrangers, et surtout Gulmurod Khalimov, le « Ministre de la guerre » de l'État islamique, qui grièvement touché, aurait succombé à ses blessures dans la région d'al-Mouhassane, à une vingtaine de kilomètres au sud-est de Deir ez-Zor[137].

Le 7 septembre, le régime fait convoyer vers Deir ez-Zor une quarantaine de camions du Croissant-Rouge afin de ravitailler la population qui souffre de pénuries[5],[138]. Un convoi de l'ONU, constitué de 12 camions du Croissant-Rouge, entre à son tour dans la ville le 15 septembre[139]. À cette période, 90 000 civils se trouvent dans la partie de Deir ez-Zor tenue par le loyalistes, le nombre de ceux étant présents dans la partie occupée par l'État islamique étant alors estimé entre 10 000 et 50 000[140]. La Russie expédie également 175 démineurs[5].

Le 8 septembre, les forces du régime lancent l'offensive pour tenter de briser le siège de l'aéroport : elles reprennent la localité d'Al-Choula, située à 40 kilomètres au sud-ouest de Deir ez-Zer, puis attaquent par le sud ; en fin de journée les loyalistes affrontent les djihadistes dans un cimetière à un kilomètre de l'aéroport[141]. Le 9 septembre, le siège de l'aéroport militaire est brisé[142]. Le champ pétrolier d'al-Taym, au sud de la ville, est également repris[143]. Selon l'OSDH, du 3 au 10 septembre, les combats à Deir ez-Zor ont fait au moins 57 morts, dont onze officiers, dans les rangs des loyalistes, contre au moins 174 morts, dont 29 kamikazes, du côté des djihadistes[13].

Le régime syrien prépare ensuite l'offensive pour reprendre le reste de la ville et achemine des renforts à Deir ez-Zor[144]. Son objectif est alors de l'encercler[145]. Le 10 septembre, le mont al-Tharda, à l'ouest de l'aéroport, est repris par les loyalistes[146]. Ces derniers reprennent également le contrôle total de l'autoroute reliant Damas à Deir ez-Zor[146]. Le 14 septembre, après avoir progressé dans la banlieue d'al-Boughaliya, au nord-ouest, les forces régime occupent 65 % de la ville de Deir ez-Zor[147].

Offensive des loyalistes et des Forces démocratiques syrienne, à partir de septembre 2017

Article détaillé : Offensive de Deir ez-Zor (2017).
Conférence de presse des Forces démocratiques syriennes, tenue par Ahmad Abou Khawla, chef du Conseil militaire de Deir ez-Zor, annonçant le début de l'offensive, le 9 septembre 2017.

Face à la progression des troupes du régime syrien, les Forces démocratiques syriennes (FDS), soutenues par la coalition menée par les États-Unis, lancent également une offensive le 9 septembre contre l'État islamique dans les régions au nord de Deir ez-Zor[142]. Dès le 10 septembre, elles arrivent à 7 kilomètres des rives de l'Euphrate, face à la ville qui s'étend de l'autre côté du fleuve[148]. Le 11 septembre, des responsables tribaux liés aux FDS, annoncent dans un communiqué leur intention de créer à Deir ez-Zor un « comité civil chargé d'administrer la ville immédiatement après sa libération »[149]. Mais le 14 septembre, la coalition affirme que l'offensive ne prévoit pas une entrée des FDS dans la ville[150].

Les frappes aérienne s'intensifient également dans la région de Deir ez-Zor, faisant de nombreuses victimes civiles : selon l'OSDH au moins 34 civils, dont neuf enfants, sont tués par l'aviation russe le 10 septembre dans des raids contre des ferrys aux abords du village d'al-Boulil, au sud-est de la ville[146] ; le 11 septembre, au moins 19 civils sont encore tués par l'aviation russe dans le village d'al-Khrayta[151] ; le 12 septembre, au moins 12 civils, dont cinq enfants, trouvent la mort dans une frappe de la coalition dans le village d'al-Chahabat, tandis que les avions russes tuent au moins sept civils dans le villages de Hawayej Ziab et 16 autres, dont cinq enfants, dans la région de Zaghir Chamiyah lors de bombardements contre des tentes sur les rives de l'Euphrate[152] ; le 14 septembre, au moins 13 civils sont tués par des raids russes à Mayadine et 26 autres dans des frappes menées contre d'autres localités, aussi bien par la Russie que par la coalition[147].

Le 15 septembre, les Forces démocratiques syriennes avertissent le régime syrien et le somment de ne pas faire traverser l'Euphrate à ses troupes ; le commandant Ahmad Abou Khawla déclare alors : « Nous avons informé le régime et la Russie que nous arrivions sur la rive de l'Euphrate. [...] Nous ne laisserons par le régime et ses milices traverser vers la rive orientale du fleuve. [...] Chaque village situé sur la rive orientale de l'Euphrate jusqu'à la frontière irako-syrienne est un objectif pour nos forces »[153]. Le lendemain, pour la première fois à Deir ez-Zor, les FDS sont bombardées par les forces aériennes de la Russie ou du régime syrien, au nord-est de la ville, dans la zone industrielle ; les FDS affirment déplorer six blessés[154]. Les États-Unis et les FDS accusent la Russie, qui dément[155].

Le 17 septembre, les loyalistes reprennent le village d'al-Jafra, à l'est de l'aéroport, et atteignent les rives de l'Euphrate ; les djihadistes se retrouvent alors à leur tour presque encerclés et acculés contre le fleuve[156]. Le 18 septembre, malgré les avertissements des FDS, les troupes du régime syrien franchissent l'Euphrate au sud-est de Deir ez-Zor[157]. Le même jour, les loyalistes s'emparent de l'île d'Hawija Sakr, à l'est de Deir ez-Zor, qui est alors contrôlée à 75 % par le régime selon l'OSDH[158],[159],[160].

Hélicoptères russes Mi-8 à Deir ez-Zor, le 15 septembre 2017.

Selon l'OSDH, du 18 au 25 septembre, les combats sur la rive est de l'Euphrate font au moins 79 morts dans les rangs loyalistes, dont sept soldats russes[161],[162],[163]. Le 21 septembre, la Russie accuse à son tour les FDS d'avoir tiré à l'artillerie et au mortier contre les troupes gouvernementales et d'avoir ouvert des barrages en amont de l'Euphrate pour gêner la traversée du fleuve : Moscou avertit alors Washington qu'une riposte sera menée en cas de nouvel incident[164].

Les troupes du régime avancent également au nord-ouest de Deir ez-Zor et progressent le long de l'Euphrate ; le 17 septembre, elles reprennent la petite ville d'Ayyache[165],[166]. Le 20 septembre, les localités d'al-Masrab, al-Tabni, al-Turayif, al-Buwytiyah et Khan Zahra sont reconquises à leur tour[167]. Enfin, le 23 septembre, les loyalistes reprennent Madan ; toute la rive ouest de l'Euphrate, de Deir ez-Zor à Raqqa, est alors contrôlée par le régime[168],[169].

Le 24 septembre, le général russe Valeri Assapov, conseiller militaire auprès de l'armée syrienne, est tué près de Deir ez-Zor par un tir de mortier de l'État islamique[170],[171].

Cependant le 28 septembre, les troupes de l'État islamique mènent une contre-attaque au sud d'al-Soukhna : elles reprennent le village d'al-Choula et coupent la route reliant Deir ez-Zor à al-Soukhna[172],[173]. Selon l'OSDH, au moins 73 soldats et miliciens du régime sont tués dans cette action[173] ; l'État islamique revendique pour sa part une centaine de tués[174]. Selon le Hezbollah, l'axe routier est à nouveau sous contrôle le 29 septembre[174].

Selon l'OSDH, au moins 60 civils sont tués le 4 octobre par des raids de l'aviation russe contre des bateaux et des canots pneumatiques qui transportaient des dizaines de familles venues de la ville d'al-Ashara en train de traverser le fleuve pour échapper aux combats[175]. Au moins 38 habitants de Deir ez-Zor sont aussi tués le même jour dans des bombardements russes[176]. Le 6 octobre, au moins 14 civils de Mahkane sont encore tués par des avions russes en essayant de franchir le fleuve sur des radeaux de fortune[176]. Au total, au moins 191 civils trouvent la mort dans des bombardements dans le gouvernorat de Deir ez-Zor entre le 29 septembre et le 4 octobre 2017[177].

Le 17 octobre, les troupes loyalistes font une nouvelle poussée dans la ville de Deir ez-Zor, qu'elles contrôlent alors à 92 % selon l'OSDH[178]. Mais le 18 octobre, le commandant en chef de la garnison de Deir ez-Zor, le major-général Issam Zahreddine, est tué à l'intérieur de la ville par l'explosion d'une mine[179].

Les pertes

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), au moins 334 civils, dont 69 femmes et 75 enfants, sont tués par les frappes aériennes de la Russie et du régime syrien à Deir ez-Zor et ses environs, entre le 22 mai et le 16 septembre 2017[7]. Au cours de la même période, l'OSDH recense également à Mayadine la mort de 288 civils, dont 85 femmes et 103 enfants, causées par les frappes aériennes du régime syrien, de la Russie et de la coalition, ainsi que la mort d'au moins 170 civils, dont 18 femmes et 44 enfants dans d'autres localités du gouvernorat de Deir ez-Zor[7].

Entre le 10 septembre et le 18 octobre 2017, l'OSDH fait état de la mort d'au moins 643 civils dans le gouvernorat de Deir ez-Zor, dont 128 femmes et 154 enfants, et 1 670 blessés[8] :

  • 448 morts au moins, dont 93 femmes et 91 enfants, causés par les forces aériennes du régime syrien et de la Russie[8] ;
  • 130 morts au moins, dont 22 femmes et 46 enfants, causés par les forces aériennes de la coalition[8] ;
  • 31 morts au moins, dont 7 femmes et 13 enfants, causés par les tirs d'artillerie du régime[8] ;
  • 34 morts au moins, dont 6 femmes et 4 enfants, exécutés ou tués par balles par les troupes du régime[8].

Liens externes

Voir aussi

  • Frantz Glasman, Deïr ez-Zor, à l’est de la Syrie. Des islamistes, des tribus et du pétrole…, Un œil sur la Syrie, 8 décembre 2013.
  • Grégoire Chambaz, La bataille de Deir Ez Zor, un exemple de la guerre moderne, Courrier d'Orient, 14 mai 2015.
  • Fabrice Balanche, Deir el-Zor : un pont russo-americain contre l’EI ?, Libération, 17 mai 2016.
  • Guillaume Perrier, Syrie : contre Daech, Deir ez-Zor sera la bataille finale, Europe 1 le JDD, 25 juillet 2017.

Vidéographie

Cartes des combats

  • Cartes des combats réalisées par Agathocle de Syracuse.

Reportages photographiques

Notes et références

  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q, r et s Grégoire Chambaz, La bataille de Deir Ez Zor, un exemple de la guerre moderne, Courrier d'Orient, 14 mai 2015.
  2. Leith Fadel, Syrian Army, Hezbollah plan to liberate Deir Ezzor after Palmyra, Al-Masdar News, 12 mars 2016.
  3. Paul Khalifeh, Syrie: les enjeux cruciaux de la bataille du désert, RFI, 26 mai 2017.
  4. a, b et c Georges Malbrunot, En Syrie, le régime à l'assaut de Deir ez-Zor, Le Figaro, 11 septembre 2017.
  5. Madjid Zerrouky, En Syrie, course-poursuite dans l’Est contre l’EI, Le Monde, 17 mai 2017.
  6. a, b et c “Liberating Deir Ezzor” raises the number of casualties to about 800 –about half of them are children and women– in 17 weeks of intense aerial bombardment, OSDH, 16 septembre 2017.
  7. a, b, c, d, e et f About 40 days of the Grand Battle of Deir Ezzor…the regime forces manage to recover more than 52 cities, towns and villages and tale the control of about 150 km of the Euphrates banks, OSDH, 18 octobre 2017.
  8. a, b et c AFP : Syrie: l'armée bloque l’avancée jihadiste à Deir el-Zor
  9. a, b et c OSDH
  10. a, b et c About 440 killed and executed during the past 5 days in Der-Ezzor, OSDH, 21 janvier 2015.
  11. a, b, c et d أكثر من 470 مدني وعنصر استشهدوا وقتلوا خلال أول شهر من الهجوم الأعنف على دير الزور وقوات النظام تفشل في التقدم وفك الحصارين عنه, OSDH, 14 février 2017.
  12. a, b et c After a week of breaking the siege on the media, the regime forces managed actually to break the siege of neighborhoods in the city, OSDH, 11 septembre 2017.
  13. RFI : Syrie: l'État islamique contrôle désormais la moitié de Deir Ezzor
  14. Reuters : Combats en Syrie autour de l'aéroport de Daïr az Zour
  15. Le Monde et AFP : Syrie : la ville de Deir Ezzor « en état de siège »
  16. OSDH : Final death toll for Tuesday 14/10/2014
  17. OSDH : Final death toll for Friday 17/10/2014, approximately 226 people killed in Syria.
  18. OSDH : IS militants shoot down a warplane in Deir Ezzor
  19. OSDH : 14 ISIS killed and wounded in Hweja Saker in Der-Ezzor
  20. OSDH : 9 IS militants at least killed in Deir Ezzor
  21. OSDH : 22 fighters from ISIS killed by IEDs, and air strikes in Der-Ezzor
  22. a, b et c AFP : Syrie: l'EI s'empare d'une partie de l'aéroport militaire de Deir Ezzor
  23. OSDH : 19 members from the regime forces and NDF killed in Deir Ezzor
  24. Le Parisien : Syrie: 19 soldats tués dans l'est par les jihadistes
  25. : OSDH : Final death toll for Wednesday 03/12/2014, approximately 129 people killed in Syria.
  26. OSDH : 10 air strikes on Der-Ezzor amid advanced for the IS towards the military airport
  27. AFP : Syrie : l'EI se rapproche de l'aéroport militaire de Deir el-Zor
  28. OSDH : ISIS takes control on al-Jafra village and kills no less than 30 soldiers in regime forces
  29. OSDH
  30. a et b OSDH, 6 décembre.
  31. OSDH : 111 killed in 3 days of violent clashes between regime forces and ISIS in Der-Ezzor
  32. OSDH : 192 قضوا أمس، بينهم 64 من قوات النظام والمسلحين الموالين لها، و109 من تنظيم “الدولة الإسلامية” والكتائب المقاتلة والكتائب الإسلامية وجبهة النصرة.
  33. OSDH : Regime forces use Chlorine gas to stop ISIS advances in Der-Ezzor military airport
  34. ATS : Syrie: le régime repousse un raid des djihadistes à Deir Ezzor
  35. OSDH : Reinforcement arrives on IS in the vicinity of the airbase of Deir Ezzor
  36. OSDH : An IS militant blew himself up the vicinity of the airbase of Deir Ezzor
  37. OSDH : 11 air raids on areas in Deir Ezzor, and IS militants close Internet café in areas around the airbase
  38. OSDH : Warplanes carry out 9 raids at least on Deir Ezzor, and 3 civilians at least killed in Aleppo
  39. OSDH: Unknown gunmen open fire on al- Maghesleh checkpoint in al- Atareb, while clashes renews in the city of Deir Ezzor
  40. OSDH
  41. OSDH : The regime warplanes attack different areas in the province of Deir Ezzor
  42. OSDH : An Arabic fighter in ISIS detonates himself in a car around Der-Ezzor military airport
  43. OSDH : 9 militants killed in the province of Deir Ezzor today, while a mass grave found in its countryside
  44. OSDH
  45. OSDH : The regime forces advance in Deir Ezzor
  46. AFP : Syrie : 20 jihadistes tués en tentant de prendre une base aérienne dans l'est
  47. OSDH : 20 IS militants killed in Deir Ezzor Airbase clashes today
  48. OSDH : IS seizes some military points in the vicinity of Deir Ezzor airbase
  49. OSDH : 9 IS militant die in Deir Ezzor
  50. OSDH : 20 ISIS killed by clashes against regime forces around Der-Ezzor military airport
  51. OSDH : The regime forces capture farmlands in the north of Deir Ezzor airbase
  52. Reuters : Syrie-Les djihadistes de l'EI lancent des attaques plus à l'ouest
  53. OSDH : 23 IS militants killed around Der-Ezzor
  54. OSDH : IS seizes 12 houses in the city of al- Mayadin, while several shells land on al- A’zamiyyi neighborhood in Aleppo
  55. AFP : Forte explosion dans l'est de la Syrie: 25 morts au sein de l'EI
  56. OSDH : 40 militants in IS killed by an explosion of a warehouse for IEDs in al-Myadin city
  57. AFP : Syrie: offensive de l'EI dans la ville stratégique de Deir el-Zor
  58. Wassim Nasr, twitter
  59. OSDH : IS whips and exiles one of its jurist in al- Mayadin, while 19 regime members and 15 IS militants killed in the last 24 hours
  60. Romain Caillet, twitter.
  61. OSDH : IS takes control over Hwayjet Sakar area in Deir Ezzor and kills 34 members of the regime forces
  62. Leith Fadel, Republican Guard Arrives in Al-Hasakah City to Forestall ISIS Advance, Al-Masdar News, 27 juin 2014.
  63. L'EI avance face à l'armée syrienne à Hassaké, AFP, 14 juillet 2015.
  64. Syrie: le régime perd du terrain, la Russie défend son soutien, AFP, 10 septembre 2015.
  65. Syrie: l'EI s'approche d'un aéroport militaire, Le Figaro avec AFP, 10 septembre 2015.
  66. lefigaro.fr, « Syrie: au moins 23 civils tués sur un marché » (consulté le 29 septembre 2015)
  67. Hassan Hassan, twitter.
  68. A regime forces General killed in Deir Ezzor and clashes renewed in the northern countryside of Al-Quneitra, OSDH, 27 octobre 2015.
  69. Syrie : la coalition dément avoir tué 4 soldats dans un bombardement, Le Point avec AFP, 7 décembre 2015.
  70. Syrie: onze combattants pro-régime tués à Deir ez-Zor, AFP, 23 décembre 2015.
  71. Syrie: l'EI élargi son contrôle dans l'est et tue 26 combattants prorégime (OSDH), AFP, 24 décembre 2015.
  72. Romain Caillet, l'EI affirme s'être emparé de la zone industrielle de Deir ez-Zor, située près de l'aéroport de la ville, twitter, 23 décembre 2015.
  73. Syrie : 35 combattants du régime tués dans une attaque de l'EI, AFP, 16 janvier 2016.
  74. Syrie: violents combats entre le régime et l'EI, une centaine de morts, AFP, 16 janvier 2016.
  75. Syrie : 85 civils tués dans une attaque de l’EI à Deir Ezzor, Le Monde, 16 janvier 2016.
  76. Paul Khalifeh, Syrie: le groupe EI commet un massacre près de Deir Ezzor, RFI, 17 janvier 2016.
  77. 135 person from the regime forces and gunmen loyal to them and Baathists and their families were killed and executed when the “Islamic State” controlled Al-Bghiliyyeh neighborhood in Deir Ezzor, OSDH, 17 janvier 2016.
  78. “Islamic State” organization kidnap 400 people from Deir Ezzor city and take them to the western countryside of Deir Ezzor and Al-Raqqah countryside, OSDH, 17 janvier 2016.
  79. a et b Luc Mathieu, Nouveau massacre de l'État islamique dans l'Est syrien, Libération, 17 janvier 2016.
  80. a et b Benjamin Barthe, En Syrie, l’État islamique à la conquête de Deir ez-Zor, Le Monde, 18 janvier 2016.
  81. Syrie : l'organisation État islamique libère 270 otages, Le Point avec AFP, 20 janvier 2016.
  82. Romain Caillet, 1, 2, twitter, 17 janvier 2016.
  83. Le groupe EI profite d'une tempête de sable pour avancer dans l'est de la Syrie, La Presse Canadienne, 18 janvier 2016.
  84. Jean-Marc Lafon, 1, twitter, 19 janvier 2016.
  85. 190 قتيلاً من قوات النظام والمسلحين الموالين لها وتنظيم “الدولة الإسلامية” وعشرات الجرحى خلال تقدم الأخير في مدينة دير الزور, OSDH, 19 janvier 2016.
  86. 190 killed during clashes between IS and regime forces in Der-Ezzor, OSDH, 19 janvier 2016.
  87. Hamdi Alhkshali et Tim Lister, Hundreds dead as ISIS makes gains in strategic Syrian city, CNN, 23 janvier 2016.
  88. a et b Luc Mathieu, Deir el-Zor, cité assaillie par la faim, Libération, 28 février 2016.
  89. Syrie: échec du premier largage d'aide aérien, Le Figaro avec AFP, 25 février 2016.
  90. Syrie : premier largage d’aide alimentaire à Deir ez-Zor, Le Monde avec AFP, 11 avril 2016.
  91. Damas envoie des renforts à Deir Ezzor, livraisons de vivres suspendues, AFP, 17 janvier 2017.
  92. The “Islamic State” advances in al-Sina’aa neighborhood in Deir Ezzor and Arab groups-leaders in the organization killed, OSDH 23 mars 2016.
  93. L’armée syrienne s’empare d’al-Qaryatayn et les rebelles d’al-Eis, OLJ, 4 avril 2016.
  94. Ongoing clashes in the vicinity of Deir Ezzor Airbase, OSDH, 4 avril 2016.
  95. Daech gagne du terrain à Deir Azzor, 24 heures, 20 avril 2016.
  96. The “Islamic State” control al-Senaúh neighborhood, getting closer to Deir Ezzor Airbase, OSDH, 20 avril 2016.
  97. Syrie: avancée de l'EI à Deir Ezzor, Le Figaro avec AFP, 20 avril 2016.
  98. Syrie : l’État islamique s’empare d’un hôpital à Deir ez-Zor, Le Monde avec AFP, 14 mai 2016.
  99. 50 IS killed during clashes in Der-Ezzor city, OSDH, 16 mai 2016.
  100. Syrie: combats meurtriers autour d'un hôpital brièvement pris par l'EI, AFP, 14 mai 2016.
  101. The regime forces regain control of al-Asaad Hospital and its vicinity in Deir Ezzor city, OSDH, 15 mai 2016.
  102. Syrie: plus de 80 morts après les raids sur Deir Ezzor, AFP, 26 juin 2016.
  103. lefigaro.fr, « Syrie: 23 civils tués dans des raids aériens » (consulté le 15 septembre 2016)
  104. Sputnik, « Moscou: la bavure US en Syrie «à la limite de la complicité avec Daech» », sur fr.sputniknews.com (consulté le 21 septembre 2016)
  105. Russes et Syriens accusent la coalition internationale d’avoir frappé l’armée syrienne, Le Monde, 17 septembre 2016.
  106. Syrie: la coalition internationale croit frapper l'EI, des dizaines de soldats syriens tués, AFP, 17 septembre 2016.
  107. Syrie: la coalition internationale frappe par erreur une position du régime, RFI, 18 septembre 2016.
  108. Lina Kennouche, Maintenir l’EI à Deir ez-Zor pour une victoire à Mossoul, OLJ, 19 septembre 2016.
  109. Le Royaume-Uni a participé aux frappes contre l'armée syrienne, Le Figaro avec Reuters, 19 septembre 2016.
  110. Raid américain en Syrie: une "agression flagrante", accuse Assad, AFP, 19 septembre 2016.
  111. Valerie Dekimpe, Comment la coalition américaine peut-elle se tromper de cible en Syrie?, Slate, 19 septembre 2016.
  112. Assad accuse Washington d'avoir visé "intentionnellement" ses positions en Syrie, France 24 avec AFP, 22 septembre 2016.
  113. La coalition anti-EI reconnaît un bombardement par erreur de forces du régime syrien, AFP, 29 novembre 2016.
  114. a, b, c, d et e Maxime Macé, Syrie: l'armée loyaliste dans une situation critique à Deir Ezzor face aux djihadistes de Daech, France Soir, 18 janvier 2017.
  115. a et b Syrie : 30 morts dans des combats entre armée et djihadistes à Deir ez-Zor, Le Monde avec AFP et Reuters, 14 janvier 2017.
  116. a, b et c Benjamin Barthe, L’Etat islamique accroît sa pression sur l’armée syrienne à Deir ez-Zor, Le Monde, 9 février 2017.
  117. Syrie : le groupe Etat islamique gagne du terrain face au régime à Deir Ezzor, Libération avec AFP, 15 janvier 2017.
  118. a, b et c [vidéo] SYRIE : Pourquoi le groupe État islamique passe à l’offensive à Deïr Ez-zor, France 24, 18 janvier 2017.
  119. Syrie: participation rebelle aux pourparlers d'Astana, l'EI avance dans l'est, AFP, 16 janvier 2017.
  120. Paul Antonopoulos, ISIS successfully splits Deir Ezzor enclave in two, Al-Masdar News, 16 janvier 2017.
  121. Damas envoie des renforts à Deir Ezzor, livraisons de vivres suspendues, AFP, 17 janvier 2017.
  122. a, b et c Luc Mathieu, En Syrie, l'Etat islamique relance l'offensive sur Deir el-Zor, Libération, 19 janvier 2017.
  123. a et b Syrie: reprise du largage d'aide humanitaire, Le Figaro avec Reuters, 31 janvier 2017.
  124. a et b Madjid Zerrouky, L’EI lance une offensive majeure à Deir ez-Zor en Syrie, Le Monde, 18 janvier 2017.
  125. Massacre committed by the Russian warplanes in Deir Ezzor raises the death toll to 400, including about 100 children, citizen women and men, OSDH, 30 janvier 2017.
  126. Leith Fadel, Deir Ezzor battle proves costly for ISIS amid reports of 200+ killed, Al-Masdar News, 18 janvier 2017.
  127. Syrie : les assiégés de Deir Ezzor terrifiés par l'assaut de l'EI, AFP, 18 janvier 2017.
  128. The “Islamic State” organization hangs six heads of beheaded regime soldiers in the eastern countryside of Deir Ezzor, OSDH, 18 janvier 2017.
  129. a et b Benjamin Barthe, En Syrie, l’armée d’Assad à la reconquête de Deir ez-Zor, Le Monde, 5 septembre 2017.
  130. a, b et c L'armée syrienne près de Deir Ezzor pour la bataille décisive contre l'EI, AFP, 4 septembre 2017.
  131. Paul Khalifeh, Syrie: soutenue par ses alliés, l'armée syrienne cingle vers Deir Ezzor, RFI, 4 septembre 2017.
  132. a et b Syrie: l'EI résiste près de Deir Ezzor face aux forces du régime, AFP, 5 septembre 2017.
  133. Fin du siège de Deir ez-Zor : le Kremlin salue "une victoire stratégique très importante", AFP, 5 septembre 2017.
  134. L'armée syrienne a brisé le siège de l'EI à Deir Ezzor, AFP, 5 septembre 2017.
  135. a et b L'armée syrienne brise le siège de l'EI à Deir Ezzor, AFP, 5 septembre 2017.
  136. a et b Syrie: des chefs de l'EI tués dans un raid aérien russe, Le Figaro avec Reuters, 8 septembre 2017.
  137. Syrie: après le siège de l'EI, fini les privations à Deir Ezzor, AFP, 10 septembre 2017.
  138. En Syrie, un premier convoi humanitaire onusien entre dans Deir ez-Zor, Le Monde avec AFP, 15 septembre 2017.
  139. Syrie: un conseil civil pour gérer Deir ez-Zor ?, Le Figaro avec AFP, 11 septembre 2017.
  140. Syrie: assaut pour briser le siège par l'EI de l'aéroport de Deir ez-Zor, AFP, 8 septembre 2017.
  141. a et b Syrie: l'armée brise le siège de l'EI à l'aéroport de Deir Ezzor, AFP, 9 septembre 2017.
  142. Syrie: assaut de forces arabo-kurdes pour chasser l'EI de l'est de Deir Ezzor, AFP, 9 septembre 2017.
  143. Syrie: renforts de l'armée à Deir Ezzor pour un nouvel assaut contre l'EI, AFP, 11 septembre 2017.
  144. L'armée syrienne cherche à encercler l'EI à Deir ez-Zor, Le Figaro avec AFP, 13 septembre 2017.
  145. a, b et c Syrie: au moins 34 civils tués dans des raids russes près de Deir Ezzor, AFP, 10 septembre 2017.
  146. a et b Syrie: 39 civils tués dans des raids aériens dans la province de Deir Ezzor, AFP, 14 septembre 2017.
  147. Syrie: des forces soutenues par Washington proches de Deir Ezzor, AFP, 10 septembre 2017.
  148. Syrie: un conseil civil pour gérer Deir ez-Zor ?, Le Figaro avec AFP, 11 septembre 2017.
  149. Les FDS ne prévoient pas d'entrer dans Deir ez-Zor, AFP, 14 septembre 2017.
  150. Syrie : 19 civils tués dans des raids aériens près de Deir Ezzor, Europe 1 avec AFP, 11 septembre 2017.
  151. Des dizaines de nouvelles victimes civiles dans des raids en Syrie, AFP, 12 septembre 2017.
  152. Tom Perry, Sarah Dadouch et Christian Lowe, Les FDS fixent une "ligne rouge" aux forces pro-Assad, Reuters, 15 septembre 2017.
  153. Syrie: une force alliée à Washington accuse Moscou de l’avoir bombardée, AFP, 16 septembre 2017.
  154. Des soldats des FDS blessés : Washington accuse l'armée russe, Le Point avec AFP, 16 septembre 2017.
  155. L'armée syrienne se rapproche de l'EI à Deir ez-Zor, OLJ avec Reuters, 17 septembre 2017.
  156. Syrie: l'armée franchit l'Euphrate, l'EI quasi-assiégé à Deir Ezzor, AFP, 18 septembre 2017.
  157. The regime forces control Hawija Sakr and work with the Russians on rehabilitating the military base of Deir Ezzor and new groups arrives to the eastern bank of the Euphrates River, OSDH, 18 septembre 2017.
  158. After they besieged the “Islamic State” organization in the city … the regime forces with the Russian support extend their scope of control to about 75% of the area of Deir Ezzor, OSDH, 19 septembre 2017.
  159. Paul Khalifeh, Syrie: l'armée franchit l'Euphrate à Deir Ezzor pour prendre l'EI à revers, RFI, 19 septembre 2017.
  160. In its repel attacks, ISIS kills at least 79 members of the regime forces and their allied militiamen including 7 Russians in the eastern banks of the Euphrates River, OSDH, 25 septembre 2017.
  161. Syrie : trois soldats russes tués dans des combats avec l'EI, selon l'OSDH, AFP, 20 septembre 2017.
  162. More than 32 of the regime forces, Russian and clan forces were killed in about 4 days of violent clashes east of Euphrates and the organization wanders with some of their bodies, OSDH, 23 septembre 2017.
  163. Syrie: Moscou avertit Washington après des tirs rebelles contre le régime, Le Figaro avec AFP, 21 septembre 2017.
  164. Leith Fadel, Updated map from Deir Ezzor battle after Ayyash’s liberation, Al-Masdars News, 18 septembre 2017.
  165. A Deir Ezzor, la vie reprend lentement après le siège de l'EI, AFP, 22 septembre 2017.
  166. Elite Syrian forces make massive advance up west Euphrates bank amid major ISIS collapse, Al-Masdars News, 20 septembre 2017.
  167. Andrew Illingworth, BREAKING: Syrian Army liberates Ma’adan, entire western Euphrates bank north of Deir Ezzor from ISIS, Al-Masdars News, 23 septembre 2017.
  168. Paul Khalifeh, Syrie: le groupe Etat islamique perd la localité de Maadan, RFI, 24 septembre 2017.
  169. Syrie: un général russe tué par l'EI, Le Figaro avec AFP, 24 septembre 2017.
  170. Isabelle Mandraud, La mort d’un général russe en Syrie avive les tensions entre Moscou et Washington, Le Monde, 27 septembre 2017.
  171. Ellen Francis et Laila Bassam, Attaque de l'EI en Syrie au sud-ouest de Daïr az Zour, Reuters, 28 septembre 2017.
  172. a et b Syrie: 73 combattants du régime tués dans des attaques de l'EI, AFP, 29 septembre 2017.
  173. a et b Jack Stubbs, Sarah Dadouch et Laïla Bassam, Lavrov reconnaît des "problèmes" avec les Américains en Syrie, Reuters, 29 septembre 2017.
  174. Syrie: 60 civils tués dans des frappes russes, Le Figaro avec Reuters, 5 octobre 2017.
  175. a et b Syrie: 14 civils fuyant les violences tués dans des raids russes (ONG), AFP, 6 octobre 2017.
  176. A new massacre carried out by warplanes in Deir Ezzor raises the civilian death toll to 191 in 6 days, OSDH, 5 octobre 2017.
  177. The regime forces achieve rapid advancement in Deir Ezzor city at the expense of the “Islamic State” organization and control more than 92% of the city, OSDH, 17 octobre 2017.
  178. Décès du commandant des forces syriennes à Deir ez-Zor, Le Figaro avec Reuters, 18 juillet 2017.