Basket-ball et patronages

Basket-ball et patronages
Description de cette image, également commentée ci-après
L'Alsace de Bagnolet, championne de France 1967.
Généralités
Sport Basket-ball
Création 1907
Organisateur(s) FGSPF (1921-1948)
FSF (1949-1967)
FSCF depuis 1968
Périodicité Annuelle
Statut des participants Amateur

Palmarès
Plus titré(s)

Alsace de Bagnolet
(17 victoires)

ASVEL
(12 victoires)

Basket-ball et patronages coexistent en France depuis la fin du XIXe siècle. Le basket-ball introduit en France par la Young Men's Christian Association doit largement sa diffusion et son développement aux patronages catholiques. Jusqu'à l'introduction du professionnalisme, ceux-ci dominent largement le palmarès des championnats de France et aujourd'hui encore une partie des clubs de Pro A sont d'anciens patros. Ils ont aussi fourni au basket national une partie de l'équipe de France et de ses plus grands dirigeants.

La coupe de France masculine des patronages

Le basketball et les patronages

Armand Thibaudeau, secrétaire général de la FGSPF.

Le premier match de basket-ball, introduit en France par la Young Men's Christian Association (YMCA), se joue à Paris rue de Trévise dans les locaux de l'Union chrétienne de jeunes gens (UCJG) le [1], cinq ans avant que Paul Michaux ne fédère les patronages catholiques parisiens. Ce sport ne s'implante que progressivement dans ce milieu dont le football reste longtemps le jeu sportif électif, vigoureusement défendu dès 1905 par Charles Simon, secrétaire général de la Fédération gymnastique et sportive des patronages de France (FGSPF). Deux ans plus tard, à l'initiative de l'abbé Guèdré, celle-ci prend aussi en compte le basket[J 1] mieux adapté à l’environnement urbain des cours de presbytères, moins perturbant que le football pour le voisinage immédiat et plus policé : contacts interdits, obligation de lever le bras pour le fautif, etc. Les foyers franco-américains du soldat organisés par l'YMCA en arrière du front dans les cantonnements confortent son expansion chez les poilus de la Grande Guerre[2].

Maître Guy Fournet, président de la FSF et avocat de la FFBB.

L'action de Charles Simon, tombé au champ d'honneur en 1915, débouche après l'armistice sur la création de la Fédération française de football (FFF). Alors que cette victoire morale signe le glas de la suprématie de la FGSPF sur ce sport, celle-ci devient l’élément moteur du développement du basket et son nouveau secrétaire général, Armand Thibaudeau, y investit une grande partie de son énergie. Dans l’ombre de Charles Simon, il s'est d’abord consacré au football dont il a gravi tous les grades d’arbitrage au sein du Comité français interfédéral (CFI)[J2 1] ; c’est ainsi qu’il lui revient d'arbitrer la seconde édition de la finale de la Coupe de France[3] mais, déjà, il s’intéresse également aux premiers pas du basket dont il a bien mesuré tout l’intérêt pour les patronages.

Le recrutement de Jacques Perrier comme permanent à la FSF après les Jeux de Londres[N 1] est à porter à son crédit et l'attachement des patronages au basket survit à sa disparition en 1958. Depuis la création d'un poste d'aumônier fédéral par l'épiscopat pour la Fédération sportive de France (FSF) en 1948, trois d'entre eux sont issus du basket : le chanoine Jean Wolff major de l’école de Joinville et capitaine de l'équipe de basket de Championnet Sport[J 2], René Dersoir basketteur de l’Avenir de Rennes nommé en 1987[J 3] et Bernard Lemoine[4] également de l’Avenir de Rennes[J 4] qui lui succède en 1993[5]. Maître Guy Fournet, président de la fédération des patronages de 1965 à 1972, est aussi membre du comité directeur de la FFBB et son avocat.

Palmarès masculin

Créée le [N 2] la coupe fédérale se joue pour la première fois en salle en 1939[J2 2]. En 1990 une rencontre historique regroupe les quatre plus grands patronages au palais omnisports de Paris-Bercy (POPB)[J 5]. La FSCF organise également des coupes pour les minimes, cadets/cadettes et vétérans masculins et féminines[J 6].

Match de basket masculin en plein air en 1928.
Équipe de basket FGSPF : la Jeune France de Cholet en 1938.
Édition Vainqueur Finaliste Score Lieu de la compétition
1921-1922 Sportive Ivry-Port Légion Saint-Charles Chennevières 15-9 Gentilly
1922-1923 Sportive Ivry-Port ICAM de Lille 28-22 Roubaix
1923-1924 AS Saint-Hippolyte Paris CS Plaisance 21-14 Paris (Bon Conseil)
1924-1925 CS Plaisance AS Saint-Hippolyte Paris 25-19 Paris (Arènes de Lutèce)
1925-1926 AS Bon Conseil Paris AS Saint-Hippolyte Paris 28-23 Paris (Bon Conseil)
1926-1927 CS Plaisance Cercle Saint-Étienne Mulhouse 26-14 Paris (Arènes de Lutèce)
1927-1928 AS Saint-Hippolyte Paris CS Plaisance 38-29 Orléans
1928-1929 CS Plaisance Rhône sportif Lyon 40-19 Dijon
1929-1930 AS Saint-Hippolyte Paris CS Plaisance 26-24 Paris (Championnet)
1930-1931 AS Saint-Hippolyte Paris AS Bon Conseil 25-12 Paris (Jean Bouin)
1931-1932 AS Saint-Hippolyte Paris JA Charleville 39-34 Reims
1932-1933 Saint-Charles Alfortville CS Plaisance 37-30 Paris (Roland-Garros)
1933-1934 Saint-Charles Alfortville AS Saint-Hippolyte Paris 27-22 Paris (Championnet)
1934-1935 AS Saint-Hippolyte Paris Rhône sportif Lyon 40-25 Auxerre
1935-1936 JA Charleville AS Saint-Hippolyte Paris 32-28 Reims
1936-1937 Championnet Sports Paris Saint-Charles Alfortville 33-26 Paris (Championnet)
1937-1938 Saint-Charles Alfortville Illkirch-Graffenstaden 35-28 Strasbourg
1938-1939 Saint-Charles Alfortville Championnet Sports 38-34 Paris (Coubertin)
1939-1940 Non attribué Annulé
1940-1941 Non attribué Annulé
1941-1942 Saint-Charles Alfortville AS Lorraine Nancy 49-28 Paris
1942-1943 Saint-Charles Alfortville AS Lorraine Nancy 29-21 Châlons-sur-Marne
1943-1944 Saint-Charles Alfortville AS Saint-Rogatien de Nantes 35-25 Paris (Championnet)
1944-1945 Éveil Sainte-Marie de la Guillotière Lyon Championnet-Sport
1945-1946 Éveil Sainte-Marie de la Guillotière Lyon Jeanne d'Arc de Ménilmontant 39-24 Paris
1946-1947 Éveil Sainte-Marie de la Guillotière Lyon Jeanne d'Arc de Ménilmontant 28-24 Alès
1947-1948 Championnet Sports Paris Cadets Saint-Étienne Toulouse 41-33 Angers
1948-1949 Association sportive Villeurbanne Éveil Lyonnais Championnet Sport 40-28 La Roche-sur-Yon
1949-1950 Association sportive Villeurbanne Éveil Lyonnais Hirondelles des Coutures 38-21 Alès
1950-1951 Championnet Sports Paris CEP Lorient 46-30 Fougères
1951-1952 Association sportive Villeurbanne Éveil Lyonnais Championnet Sport 59-45 Lyon
1952-1953 Association sportive Villeurbanne Éveil Lyonnais La Martiale Limoges 72-31 Limoges
1953-1954 Association sportive Villeurbanne Éveil Lyonnais CEP Lorient 66-50 Angers
1954-1955 Association sportive Villeurbanne Éveil Lyonnais Saint-Thomas d'Aquin Le Havre 47-44 Chartres
1955-1956 Association sportive Villeurbanne Éveil Lyonnais Saint-Thomas d'Aquin Le Havre 69-57 Le Havre
1956-1957 Association sportive Villeurbanne Éveil Lyonnais Saint-Thomas d'Aquin Le Havre 61-54 Chartres
1957-1958 CO Briochin Saint-Brieuc Saint-Thomas d'Aquin Le Havre 69-62 Saint-Brieuc
1958-1959 Association sportive Villeurbanne Éveil Lyonnais Alsace de Bagnolet 75-71 Villeurbanne
1959-1960 Alsace de Bagnolet Saint-Charles d'Alfortville 67-65 Paris
1960-1961 Alsace de Bagnolet Saint-Charles d'Alfortville 100-65 Bagnolet
1961-1962 Alsace de Bagnolet Jeunes de Saint-Augustin Bordeaux 83-59 Bordeaux
1962-1963 Alsace de Bagnolet La Vendéenne La Roche-sur-Yon 108-86 La Roche-sur-Yon
1963-1964 Alsace de Bagnolet La Sportive Illkirsch-Graffenstaden 76-75 Dreux
1964-1965 Alsace de Bagnolet Jeanne d'Arc Vichy 74-67 Paris
1965-1966 Alsace de Bagnolet CES Tours 72-60 Vitré
1966-1967 Alsace de Bagnolet Les Jeunes de Saint-Augustin Bordeaux 83-59 Poitiers
1967-1968 Alsace de Bagnolet Union sportive des bleuets Agen 89-66 Agen
1968-1969 Alsace de Bagnolet Saint-Charles Charenton 116-58 Charenton
1969-1970 Alsace de Bagnolet Avenir de Rennes 103-84 Rennes
1970-1971 Étoile sportive du marais Challans Saint-Charles Charenton 92-46
1971-1972 Élan béarnais Pau-Orthez Jeune-France de Cholet 83-66 Tours
1972-1973 Élan béarnais Pau-Orthez Jeune-France de Cholet 101-92 Cognac
1973-1974 Les Jeunes de Saint-Augustin de Bordeaux Saint-Charles Charenton 127-88 Paris
1974-1975 Élan béarnais Pau-Orthez Jeune-France de Cholet 81-74 Vierzon
1975-1976 Saint-Charles Charenton Avant-Garde Saint-Denis 94-90 Tourcoing
1976-1977 Saint-Charles Charenton Cercle omnisports Metz 100-84 Paris
1977-1978 Saint-Charles Charenton Jeune garde Tourcoing 146-118 Charenton
1978-1979 Saint-Charles Charenton Sports réunis Gerwiller 127-88 Paris
1979-1980 Avenir de Rennes Avant-Garde Saint-Denis 95-80 Saint-Denis
1980-1981 Le Drapeau Fougères Saint-Charles Charenton 75-71 Paris
1981-1982 L'Hermine Nantes CEP Lorient 73-71 Lorient
1982-1983 Non attribué
1983-1984 Non attribué
1984-1985 Jeanne d'Arc Oloron Saint-Thomas d'Aquin Le Havre 93-79 Le Mans
1985-1986 CEP Poitiers
1986-1987 Jeanne d'Arc Oloron Avenir Saint-Pavin Le Mans 81-73 Saint-Étienne
1987-1988 Jeanne d'Arc Oloron US Bures-sur-Yvette 94-85 Obernai
1988-1989 ASC Avon Bayard Argentan 88-80 Angers
1989-1990 Bayard Argentan Ménilmontant patro-sports Paris 81-73 Wambrechies
1990-1991 Ménilmontant patro-sports Paris ASC Avon 85-64 Argentan
1991-1992 Saint-Thomas d'Aquin du Havre Heimersdorf 81-74 Hindisheim
1992-1993 Saint-Thomas d'Aquin du Havre C.A. Rosheim 93-89 Châlons-sur-Marne
1993-1994 C.A. Rosheim Saint-Pavin Le Mans 93-80 Biarritz
1994-1995 Jeanne d'Arc Asnières C.A. Rosheim 59-54 Noyal-Muzillac[6].
1995-1996 Ménilmontant patro-sports Paris Jeanne d'Arc Asnières Morschwiller-le-bas
1996-1997 Heimersdorf Bayard Argentan [N 3]
1997-1998 Bayard Argentan Heimersdorf 97-92 Argenteuil
1998-1999 Bayard Argentan Heimersdorf 78-77
1999-2000 Bayard Argentan Saint-Pavin Le Mans 63-59
2000-2001 ESC Argenteuil Bayard Argentan [N 3] Guidel
2001-2002 Alsace de Bagnolet Bayard Argentan [N 3] Saint-Étienne
2002-2003 Ammerschwihr Saint-Pavin Le Mans [N 3] Ammerschwihr
2003-2004 Ammerschwihr Alsace de Bagnolet [N 3]
2004-2005 Alsace de Bagnolet Ammerschwihr [N 3] Blois
2005-2006 Alsace de Bagnolet Jeanne d'Arc Asnières [N 3] Pleucadeuc
2006-2007 Alsace de Bagnolet Jeanne d'Arc Asnières [N 3] Argentan
2007-2008 Alsace de Bagnolet Jeanne d'Arc Asnières [N 3] Bagnolet
2008-2009 Lesquin Guidel [N 3] Guidel
2009-2010 Alsace de Bagnolet 1 Alsace de Bagnolet 2 31-25 Lourdes
2010-2011 C.A. Obernai Alsace de Bagnolet 44-39 Obernai
2011-2012 Alsace de Bagnolet N.B.A. Bordeaux,
Bayard d'Argentan
[N 3] Bischwiller
2012-2013 J.A. Pleucadeuc Vitré
2013-2014 Picardie 1 Union Saint-Bruno (Bordeaux) Quimper
2014-2015 Saint-Dizier Union Saint-Bruno (Bordeaux) [N 4] Bischwiller
2015-2016 Saint-Dizier Montmorot [N 3] Montmorot
2016-2017 Saint-Dizier OTO Picardie [N 3] Saint-Dizier
2017-2018 OTO Picardie Union Saint-Bruno (Bordeaux) [N 3] Bagnolet
2018-2019 Union Saint-Bruno (Bordeaux) Bayard d'Argentan [N 3] Argentan

Un cas particulier : l'ASVEL

A la Libération la FSF compte au moins deux patronages bien décidés à s’investir dans le basket. A Paris, Championnet-Sports qui, à peine sorti d’une glorieuse épopée dans la Résistance, remporte le titre national FFBB dès 1945 et à Lyon l'Éveil Lyonnais qui, bénéficiant du solide soutien financier d’un industriel local, Monsieur Barbier, la bat la même année en championnat fédéral affinitaire et récidive les deux années suivantes. Battue en 1948 par son adversaire historique, l’Éveil fusionne avec l'Association sportive de Villeurbanne[7] affiliée à la Fédération sportive et gymnique du travail (FSGT)[8] pour fonder l'ASVEL auquel Monsieur Barbier maintien son mécénat.

Dès l'année suivante l'ASVEL reprend le titre FSF et le garde de 1949 à 1959 (sauf 1951 et 1958)[J 7] remportant également la même année le titre national FFBB qu'elle confirme 6 fois sur la même période. La fête n'est cependant pas totale car le , elle tombe face aux Spartiates d'Oran, un autre patronage de la FSF, pour le titre de Champion de la communauté française. En 1959 à la demande de la municipalité de Villeurbanne elle quitte la FSF où elle laisse le champ libre à l'Alsace de Bagnolet de 1960 à 1970[J2 3]. Après cette rupture, l'ASVEL ne renoue avec le titre national de la FFBB qu'en 1964. Elle le remporte alors encore 11 fois : 1964, 1966, 1968, 1969, 1971, 1972, 1975, 1977, 1981, 2002, 2009, série en cours.

La Coupe de France féminine des patronages

Le Rayon sportif et le basket féminin

Article détaillé : Rayon sportif féminin.

Dès 1919 le sport catholique féminin commence à se structurer au sein du Rayon sportif féminin (RSF) sous la direction technique de Félix Mathey et de son frère Arsène, héros de la récente guerre[J2 4], qui placent immédiatement l'athlétisme et le basket parmi les pratiques majeures de cette nouvelle fédération[J2 5]. Présent au sein du comité directeur où il représente la FGSPF, Armand Thibaudeau contribue largement à faire du basket une des deux activités principales de cette organisation, aux côtés de la gymnastique. Le Championnat de France féminin apparait en 1921, en même temps que chez les masculins à la FGSPF. Le basket féminin connaît également un très fort développement régional : dès 1937, le championnat parisien regroupe 40 équipes[9]. Les palmarès du RSF pour la période 1922 à 1945 sont introuvables en 2013.

Palmarès féminin

Après la fusion du RSF et de la FGSPF au sein de la FSF, le championnat fédéral regroupe 58 équipes en 1947-1948 et 18 de plus la saison suivante[J 8]. La fusion au niveau fédéral implique souvent celle des clubs au niveau local et on retrouve souvent au palmarès les clubs qui brillent également au niveau masculin. Depuis le début du XXIe siècle la FSCF éprouve de plus en plus de difficultés à organiser les finales en catégorie nationale senior.

Match de basket féminin en plein air vers 1920.
Édition Vainqueur Finaliste Score Lieu de la compétition
1945-1946 Jeune France Laval Championnet Sports Paris 22-12 Paris
1946-1947 ASAN Le Havre Jeune France Laval 16-9 Blois
1947-1948 Étoile Sportive Livry-Gargan Jeune France Laval 24-15 Livry-Gargan
1948-1949 Les Bleuettes Bar-le-duc ASAN Le Havre 28-22 Charenton
1949-1950 Les Bleuettes Bar-le-duc ASAN Le Havre 42-28 Charenton
1950-1951 JOR Reims Les Bleuettes Bar-le-duc 38-24 Charenton
1951-1952 Les Bleuettes Bar-le-duc JOR Reims 42-38
1952-1953 ASAN Le Havre USB Pau 79-44
1953-1954 USB Pau Tourcoing Sports 54-42
1954-1955 ASAN Le Havre USB Pau 66-42
1955-1956 ASAN Le Havre AS Ponts et Chaussées Rouen 71-48
1956-1957 ASAN Le Havre Rhône sportif Lyon 61-54 Chartres
1957-1958 CO Briochin Saint-Brieuc Rhône sportif Lyon 58-45 Lyon
1958-1959 Non attribué
1959-1960 Les Gars Morlaix CES Tours 39-35 Rennes
1960-1961 CES Tours SPO Rouen 44-28 Paris
1961-1962 CES Tours Arago Orléans 37-29 Tours
1962-1963 CES Tours CEP Lorient 39-32 Vitré
1963-1964 Lutèce Olympique Paris Espoir du Guiers Entre-deux-Guiers 48-26 Paris
1964-1965 Lutèce Olympique Paris Entente sportive versaillaise Versailles 38-26 Paris
1965-1966 Alsace de Bagnolet CEP Lorient 40-23 Paris
1966-1967 Lutèce Olympique Paris CEP Lorient 38-27 Tours
1967-1968 Alsace de Bagnolet Lutèce Olympique Paris 35-32 Rouen
1968-1969 Étoile de Montaud Saint-Étienne Alsace de Bagnolet 38-33 Tours
1969-1970 Alsace de Bagnolet CES Tours 45-38 Paris
1970-1971 CES Tours Jeunes de Saint-Augustin Bordeaux 36-32 Bagnolet
1971-1972 Alsace de Bagnolet Étoile de Montaud Saint-Étienne 56-42 Saint-Étienne
1972-1973 SPO Rouen Alsace de Bagnolet 44-36 Paris
1973-1974 SPO Rouen Étoile de Montaud Saint-Étienne 47-40 Paris
1974-1975 CES Tours SPO Rouen 56-52 Tours
1975-1976 Cavigal Nice Jeune-France de Cholet 84-59 Rouen
1976-1977 SPO Rouen Cavigal Nice 74-61 Nice
1977-1978 Cavigal Nice Jeunes de Saint-Augustin Bordeaux 77-62 Charenton
1978-1979 SPO Rouen AB Saint-Trophime Eschau 74-62 Saint-Étienne
1979-1980 SPO Rouen AB Saint-Trophime Eschau 89-72 Rouen
1980-1981 SPO Rouen Cavigal Nice 62-53 Saint-Jean-de-la-Ruelle
1981-1982 Cavigal Nice SPO Rouen 80-69 Tourcoing
1982-1983 Cavigal Nice CES Tours Saint-Herblain
1983-1984 CO Haguenau CES Tours 72-65 Le Havre
1984-1985 Étoile sportive Charlieu Bourbaki Pau 53-48 Le Mans
1985-1986 Non attribué
1986-1987 Saint-Léonard Angers Geispolsheim 68-52 Saint-Étienne
1987-1988 Saint-Léonard Angers Rosheim 68-63 Obernai
1988-1989 CA Obernai Géraldienne Aurillac 88-80 Angers
1989-1990 AS Tarare Wambrechies
1990-1991 Saint-Romain Le Puy Ménilmontant patro-sport Paris 69-63 Argentan
1991-1992 Saint-Pavin Le Mans CA Obernai 69-64 Hindisheim
1992-1993 Jeanne d'Arc Biarritz Guidel 81-62 Châlons-sur-Marne
1993-1994 CA Obernai Guidel 46-44 Biarritz
1994-1995 Avenir Saint-Pavin Le Mans CA Obernai 61-60 Noyal-Muzillac
1995-1996 Morschwiller
1996-1997 Colmar Biarritz [N 3]
1997-1998 Guidel Saint-Jacut [N 3] Argenteuil
1998-1999 Lutèce Olympique Paris AS Saint-Romain Le Puy 46-43
1999-2000 CA Obernai Lutèce Olympique Paris 69-53 Tréhillac-Le-Mans
2001-2002 Laval Ammerschwihr [N 3] Guidel
2002-2003 Ruffiac Lutèce Olympique Paris [N 3] Laval
2003-2004 Drusenheim Ruffiac [N 3] Ammerschwihr
2004-2005 [N 5] Blois
2005-2006 CSU Morschwiller Ruffiac [N 3] Pleucadeuc
2006-2007 Spechbach Guidel [N 3] Argentan
2007-2008 NBA Bordeaux Guidel [N 3] Bagnolet
2008-2009 NBA Bordeaux Guidel [N 3] Guidel
2009-2010 Lourdes Alsace de Bagnolet 45-27 Lourdes
2010-2011 [N 5] Obernai
2011-2012 [N 5] Bischwiller
2012-2013 [N 5] Vitré
2013-2014 NBA Bordeaux Bischwiller Bordeaux
2014-2015 Picardie Le Cergne [N 4] Bischwiller
2015-2016 Picardie 2 Chabons 1 32-19 Montmorot
2016-2017 Montmorot OTO Picardie [N 3] Saint-Dizier
2017-2018 Montmorot OTO Picardie [N 3] Bagnolet
2018-2019 Montmorot Comité départemental du Morbihan Argentan

Les patronages et le championnat de France de basket FFBB

Jusqu’en 1930 le championnat de France se termine par un tournoi final à 4 équipes où les patronages sont toujours bien représentés sans jamais accéder au titre. Ainsi en 1925, le Foyer alsacien Mulhouse (FAM) gagne devant 2 d’entre eux, Saint Hippolyte 2e et l'AS Bon Conseil 3e ; en 1926, il bat encore Saint-Hippolyte (39-37 après prolongations) et le CS Plaisance est 3e ; en 1929 c'est le CS Plaisance qui est second et en 1930, trois patronages sont en finale : l'AS Bon conseil, Saint Hippolyte et le CS Plaisance second toujours derrière le FAM qui remporte encore l'année suivante son 7e et dernier titre toujours devant le CS Plaisance.

En 1932 le premier club affilié à la FFBB est un patronage, la Saint-Thomas d'Aquin du Havre et les patronages s'illustrent surtout en seconde division (Honneur) avec la Saint-Charles Alfortville (1932), le CS Plaisance (1934) et Championnet Sports (1937).

C'est surtout après la guerre 1939-1945 que les patronages démontrent la qualité de leur basket. Championnet Sports remporte le premier titre en 1945 et fournit en 1948 une partie de l'équipe qui remporte la médaille d'argent aux Jeux olympiques de Londres mais il doit se contenter de la seconde place en 1946, battu par un patronage de Lyon, l'Éveil sportif Sainte-Marie de la Guillotière de Lyon qui donne naissance à l'ASVEL Lyon-Villeurbanne (ASVEL) en 1948. Ce nouveau club est immédiatement champion de France et reste en tête du bilan des titres remportés avec 17 victoires dont 6 alors qu’il était encore affilié à la Fédération sportive de France (FSF) : 1949, 1950, 1952, 1955, 1956 et 1957.

Les Spartiates d'Oran (1949).

Viennent ensuite avec 9 titres : le Cercle Saint-Pierre de Limoges (CSP Limoges) (1983, 1984, 1985, 1988, 1989, 1990, 1993, 1994 et 2000) et l'Élan béarnais Pau-Lacq-Orthez (ÉBPLO) (1986, 1987, 1992, 1996, 1998, 1999, 2001, 2003 et 2004).

Deux patronages ont réalisé un triplé : le CSP Limoges de 1983 à 1985 et de 1988 à 1990 et l'ASVEL (sous affiliation FSF) de 1955 à 1957.

Trois ont réalisé un doublé : l'ÉBPLO à trois reprises (en 1986-1987, 1998-1999 et 2003-2004), l'ASVEL (en 1949-1950) et l'Alsace de Bagnolet (en 1961-1962).

L'action de la FSF ne se limite pas à la métropole : jusqu'à l'indépendance ses patronages s'illustrent aussi dans toute l'Afrique du Nord française. Le , lors de la rencontre annuelle entre les champions de France et ceux d’Afrique du Nord, les Spartiates d'Oran sont sacrés champions de l’Union française[10], après avoir dominé l’ASVEL championne de France 1949 en titre.

Avec l'arrivée du professionnalisme beaucoup de patronages renoncent à leur équipe-fanion à l'instar la Jeune-France de Cholet qui donne naissance en 1975 à Cholet Basket champion de France 2010. Cependant à la fin du XXe siècle plus de la moitié des clubs de Pro A sont encore d'anciens patronages : Strasbourg Illkirch-Graffenstaden Basket de Strasbourg (SIG), la Jeanne d'Arc de Dijon, la Jeanne d'Arc de Vichy, le CSP Limoges, l'ÉBPLO, la Saint-Thomas d'Aquin du Havre et l'ASVEL[J 9].

Les grands noms du basket issus des patronages

Jean-Marie Jouaret, capitaine de l'équipe de France de basket-ball et directeur des services de la FSCF.

Il serait fastidieux d'énumérer tous les internationaux français issus des patronages ; parmi eux :

Certains se sont particulièrement consacrés au basket à la FSF puis à la FSCF :

Lien

http://www.fscf.asso.fr/commission-technique-nationale-basket-ball

Notes et références

Notes

  1. Où celui-ci s'est illustré en marquant le panier décisif à la dernière seconde du quart de finale Chili-France
  2. La première édition créée en cours de saison n'ayant pas donné lieu à une finale le Club sportif de Plaisance est sacré vainqueur devant la Sportive d'Ivry-Port
  3. a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y et z Tournoi final à 3
  4. a et b Tournoi final à 6
  5. a b c et d Pas de finales en catégorie Senior Nationale

Références

  • Autres références :
  1. FFBB : Historique du basket français en quelques mots
  2. Pierre-Alban Lebecq 2004, p. 105-106.
  3. « Armand Thibaudeau », sur .footballdatabase.eu (consulté le 20 octobre 2013)
  4. Bernard Lemoine sur Eglise et Sport
  5. Fédération sportive et culturelle de France, « Le nouvel aumônier fédéral », Les Jeunes, no 2419,‎ , p. 12
  6. Fédération sportive et culturelle de France, « Basket : une fin de saison chargée », Les Jeunes, no 2437,‎ , p. 9
  7. « Éveil de Lyon Basket : L'Histoire de l'Éveil », sur www.eveildelyonbasket.com (consulté le 16 février 2019)
  8. Fabien Groeninger 2004, p. 286.
  9. Yvon Tranvouez 1999, p. 231.
  10. « Rapport moral de l'assemblée générale », Basket-ball,‎ , p. 3

Bibliographie

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Pierre-Alban Lebecq, Sports, éducation physique et mouvements affinitaires au XXe siècle, Paris, L'Harmattan, (ISBN 2-7475-5974-2, notice BnF no FRBNF39135285). .
  • Gérard Bosc, Une histoire du basket français, Paris, Presses du Louvre-FFBB, (ISBN 2-00-199001-4, ISSN 0755-7337)
  • Fabien Groeninger, Sport, religion et nation, Paris, l’Harmattan, , 339 p. (ISBN 2-7475-6950-0, notice BnF no FRBNF39244145). .
  • Jean-Marie Jouaret, Petite histoire partielle et partiale de la Fédération sportive et culturelle de France (1948-1998), t. 1, Paris, FSCF (à compte d’auteur, imp. Déja-Glmc), (ISBN 2-9528387-0-4, notice BnF no FRBNF41363915). .
  • Jean-Marie Jouaret, La fédération des sections sportives des patronages catholiques de France (1898-1998), Paris, L’Harmattan, (ISBN 978-2-296-55969-1, notice BnF no FRBNF42598758). .
  • Yvon Tranvouez, Sport, culture et religion, les patronages catholiques (1898-1998), Brest, Presses de l’université de Bretagne occidentale, (ISBN 2-901737-39-0, notice BnF no FRBNF37084091). .