Basile Samatan

Basile Samatan
Basile Samatan
Biographie
Naissance
Décès
(à 50 ans)
Marseille
Activité

Basile Samatan, né à Marseille le et mort dans la même ville le , était un prestigieux négociant marseillais qui fut guillotiné sous la Terreur.

Biographie

Basile Samatan appartenait à une famille languedocienne qui était venue s'établir à Marseille en 1595. Après avoir reçu une solide instruction littéraire, il fut envoyé à Tunis à 21 ans pour gérer la maison de son père. Son administration y fut remarquable. De retour à Marseille, il épouse en 1778 Marie Gabrielle Françoise Timon-David, fille de Jean Timon-David et de Catherine de Foresta-Collongues. De ce mariage, naîtront trois garçons et cinq filles, dont l'une mariée à Barthélémy Thomas Strafforello.

Tout en continuant à s'occuper de ses affaires, il s'investit également dans l’administration de l'assistance publique. En 1778, il devient directeur de l'hôpital de la Charité, puis recteur de l'Hôtel-Dieu en 1783.

Au printemps 1789, l'assemblée du tiers-état de la sénéchaussée de Marseille doit désigner 90 délégués prévus par le règlement pour élire les députés définitifs. Basile Samatan fait partie des 90 délégués ainsi que des douze personnes que ceux-ci choisiront quelques jours plus tard parmi eux pour rédiger les cahiers de doléances.

Après l'émeute populaire des 23 et 24 mars 1789, il participe à la création de la garde citoyenne et en tant que délégué du tiers-état il rejoint le conseil des trois ordres qui a remplacé l'ancienne municipalité où il va s'occuper des problèmes de subsistances.

Le 8 octobre 1789, Basile Samatan est élu par le quartier des Picpus pour le représenter au conseil municipal renforcé créé par le comte de Caraman. Il est nommé échevin le 25 novembre. Contrairement à un certain nombre de ses collègues, il refusera d'intervenir en faveur d’Étienne Chompré, qu'il considère comme un fauteur de troubles, lorsque celui-ci est arrêté par le prévôt de Bournissac à la suite de l'émeute du 8 décembre.

En désaccord avec le cours suivi par la Révolution française à Marseille au cours de l'année 1790, il voyage en Italie, puis retournera à Tunis avant de revenir en France au milieu de 1791. Inquiet du sort réservé à son fils âgé de 11 ans et pour parfaire son éducation, il l'envoie en Italie.

Au printemps 1792, Basile Samatan qui se trouve alors à Lyon reçoit de la municipalité marseillaise l'avis de sa nomination au comité de subsistances. Il accepte le poste et fait venir 40 000 charges de blé du royaume de Naples, 4 chargements d'Amérique et 10 000 charges de la Baltique. Excepté quatre vaisseaux interceptés par les Anglais, tous les autres arrivent à destination.

Malgré ces services rendus, les jours de Basile Samatan sont de plus en plus menacés après la défaite de l'insurrection fédéraliste. Arrêté une première fois le , il est libéré par le tribunal révolutionnaire présidé par Maillet cadet. Finalement, son exécution sera ordonnée le par la commission militaire créée par Fréron et dirigée par le parisien Leroy, dit Brutus.

Bibliographie

  • Académie de Marseille, « Dictionnaire des Marseillais », Edisud, Marseille, 2003 (ISBN 2-7449-0254-3).
  • C. Lourde de Mazamet, « Histoire de la Révolution à Marseille et en Provence de 1789 au Consulat », Jeanne Lafitte, 1999, volume 1 (ISBN 978-2734805168).
  • « Basile Samatan : épisode de la révolution à Marseille », par Odon Samatan, Imprimerie Marseillaise, 1894.