Barrière du Trône

Barrière du Trône
P1000411 Paris XII-XX Barriere du Trone reductwk.JPG

Barrière du Trône en direction du cours de Vincennes

Présentation
Destination initiale
barrière d'octroi
Style
Architecte
Hauteur
28 m
Statut patrimonial
Localisation
Pays
Région
Commune
Adresse
Coordonnées
48° 50′ 53″ N, 2° 23′ 55″ E
Localisation sur la carte de Paris
voir sur la carte de Paris
Red pog.svg
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte du 12e arrondissement de Paris
voir sur la carte du 12e arrondissement de Paris
Red pog.svg

La barrière du Trône (ou barrière de Vincennes) était une barrière d'octroi de l'enceinte des Fermiers généraux.

Situation

Cette barrière était installée sur l'actuelle avenue du Trône à proximité de la place de la Nation, ancienne place du Trône. Elle devait faciliter la perception des taxes sur les marchandises entrant dans la capitale [2],[3]. Cette barrière, avec celle de l'Étoile, célébrait une entrée royale et est pour cette raison ornée de deux colonnes monumentales [4],[5].

Origine du nom

Elle doit son nom à son emplacement sur l'ancienne place du Trône.

Historique

La nouvelle Barrière du Thrône, gravure de 1787, au Musée Carnavalet.

Construite en 1787 sur les plans de l'architecte Claude Nicolas Ledoux, elle comportait deux guérites encadrant une grille d'environ 60 mètres et servant de piédestal à deux colonnes de 28 mètres de haut. À l'est, deux pavillons identiques abritaient les bureaux et logements des commis de l'octroi. En 1845, les colonnes furent surmontées de deux statues de 3,8 mètres de hauteur : Philippe Auguste sculpté par Auguste Dumont au sud (12e arrondissement) et Saint Louis par Antoine Étex au nord (11e arrondissement).

La barrière fait l'objet d'un classement au titre des monuments historiques depuis le 24 avril 1907[1].

Les pavillons et les colonnes existent toujours sur l'avenue du Trône. Ils marquent l'accès au cours de Vincennes, à l'est de la place de la Nation. En 2002, un important degré de dégradation des colonnes est constaté par les architectes des Monuments historiques qui décident de la réalisation de travaux importants qui seront menés à bien de juillet 2008 à juillet 2010, avec la dépose des statues de bronze et leur rénovation, et surtout le renouvellement d'un grand nombre de pierres porteuses de la partie basse du fût des deux colonnes qui présentaient un effritement avancé[6].

Depuis 1993, les pavillons abritent des logements sociaux gérés par Paris Habitat. Les façades et toitures des pavillons d'octroi ont été restaurées en 2016.

Les colonnes
Les pavillons

Notes et références