Baldaquin

Baldaquin sur le maitre-autel dans la basilique Saint-Pierre de Rome.

Le baldaquin a d'abord désigné la soie de Bagdad (Baldac ou Baudac au Moyen Âge[1]).

Puis, il a désigné une tenture de lit et/ou la structure permettant d'accrocher cette tenture (lit à baldaquin).

Par extension, il désigne aussi dans l'architecture religieuse un dais posé sur des colonnes et coiffant un autel remplaçant le ciborium préalable des édifices paléochrétiens. Il désigne enfin toute forme de dais qui couronne un trône, une baignoire, une niche, un lit, etc.

Galerie

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et références

  1. De l'ancien français baldequin, de l’italien baldacchino (« riche drap de soie », étoffe aussi nommée baldac ou baudac au Moyen Âge), onomastisme issu de l'adjectivation de Baldacco, forme toscane du nom de Bagdad, la ville étant le siège de fabriques de soieries.

Voir aussi

Articles connexes