Bagne de Cayenne

Bagne de Cayenne
Image illustrative de l'article Bagne de Cayenne
Localisation
Pays Drapeau de la France France
Région Guyane
Ville Cayenne
Coordonnées 4° 56′ 40″ nord, 52° 19′ 00″ ouest

Géolocalisation sur la carte : Guyane

(Voir situation sur carte : Guyane)
Bagne de Cayenne
Fonctionnement
Date d'ouverture 1852
Date de fermeture 1946

Le bagne de Cayenne était, avec celui de Saint-Laurent-du-Maroni, représentatif du bagne de la Guyane française, mais était cependant considéré comme le moins pénible d'entre eux.

Historique

Fondé en 1852[1] sous Louis-Napoléon Bonaparte, ce bagne était situé sur l'Anse du Chaton, non loin de la Pointe de Buzaré, à Cayenne en Guyane française. Les installations du pénitencier étaient constituées de trois baraquements désignés sous le nom de « Europe », « Afrique » et « Asie ». Il comprenait 4 dortoirs, 19 prisons et 77 cellules, ainsi qu'une infirmerie, des cuisines et des logements pour le personnel pénitentiaire.

Après son coup d'Etat Napoléon III y envoie 3.000 prisonniers politiques[2], ce sont les "déportés"[3].

Si la peine des bagnards est supérieure à 8 ans de bagne, on leur donne un lopin de terres pour les obliger à rester en Guyane, on les appelle alors les "relégués"[3]. Si elle est inférieure ce sont les "transportés"[3].

Le bagne est fait de plusieurs camps et pénitenciers différents selon la catégorie des prisonniers (déportés, relégués, transportés) et selon leur métier[3]. Le plus important de ces camps est celui de Saint Laurent du Maroni[3]. Les relégués sont amenés au camp de Saint Jean du Maroni[3]. Les plus dangereux détenus sont envoyés à l'ile Royale[3].

Du fait du climat et des maladies tropicales la mortalité des européens y est très forte : plus de 40% meurent dans leur première année. Pour cette raison, on n'envoie plus de condamnés européens en Guyane (mais en Nouvelle-Calédonie) de 1867 à 1887. La loi du le réinstaure pour

  1. Deux condamnations aux travaux forcés ou à la réclusion ;
  2. Une des condamnations énoncées ci-dessus et deux condamnations soit à l’emprisonnement pour faits qualifiés crimes, soit à plus de trois mois d’emprisonnement pour vol, escroquerie, abus de confiance, outrage public à la pudeur, excitation habituelle de mineurs à la débauche ; vagabondage ou mendicité ;
  3. Quatre condamnations, soit à l’emprisonnement pour faits qualifiés crimes ; soit à plus de trois mois d’emprisonnement pour les délits spécifiés au paragraphe 2 ;
  4. Sept condamnations dont deux au moins prévues par les deux paragraphes précédents, et les autres, soit pour vagabondage, soit pour infraction à interdiction de résidence, à la condition que deux de ces autres condamnations soient à plus de trois mois d’emprisonnement [4]

La publication par Albert Londres d'un reportage sur le bagne de Cayenne en 1925 met l'institution du bagne en sursis[4]. En 1936, le Front Populaire décide d'interrompre le transfert des forçats vers la Guyane[4]. A la chute du Front Populaire, Gaston Monnerville envoie un dernier convoi au bagne en 1938[4]. « Si le bagne fut officiellement supprimé en 1938, ce n'est qu'en 1953 que les derniers forçats rentrèrent en métropole[5]. »

En tout 15.000 hommes et femmes ont été "relégués" et 52.000 "transportés" au bagne[4].

La vie au bagne : La guillotine sèche

Le bagne mérite bien le surnom de « guillotine sèche »[6] : les châtiments inhumains, la malaria, les mauvais traitements, la « dépravation » font des ravages. Sur 17 000 hommes envoyés à Cayenne entre 1854 et 1867, il n'y a que 7 000 survivants.

Les bagnards sont employés soit dans les travaux publics (assainissement des marais ou entretien des installations portuaires, construction de routes) soit au service des particuliers.

Les conditions sanitaires y sont si déplorables qu'un taux de mortalité important y est enregistré. Ainsi, l'espérance de vie moyenne ne dépasse pas les 3 à 5 ans. Les infections sexuellement transmissibles y sont très répandues, car des relations sexuelles se pratiquent entre certains bagnards, bien qu'elles soient réprimées par le règlement intérieur du bagne. De plus, des bagarres y sont fréquentes et leur issue parfois fatale pour les protagonistes.

Après avoir purgé leur peine, les transportés sont assignés à résidence (doublage) en Guyane pour un temps équivalent à la peine qu'ils ont purgée si celle-ci est inférieure à 8 ans . Pour toute peine supérieure ou égale à 8 ans, le condamné se voit interdire à vie tout espoir de retour en métropole et est assigné à la résidence perpétuelle en Guyane. En échange, des concessions et lopins de terre peuvent leur être attribués avec un double objectif : se débarrasser des populations « indésirables » en métropole et assurer le peuplement de la Guyane.

Bibliographie

  • Maurice Alhoy, Les bagnes : histoires, types; mœurs, mystères, Paris, Gustave Havard, Dutertre et Michel Lévy Frères, (lire en ligne)
  • Yvan Melchior, Les déportés ou Cayenne en l'An VII de la République, Bruxelles, Meline, Cans et Cie, , 229 p. (lire en ligne)
  • Léon Aubineau, Les Jésuites au bagne : Toulon – Brest – Rochefort - Cayenne, Paris, Charles Douniol, , 356 p. (lire en ligne), p. 241 à 354
  • Charles Delescluze, De Paris à Cayenne : journal d'un transporté, Paris, Le Chevalier, , 306 p. (lire en ligne)
  • Paul Minande, Forçats et proscrits, Paris, Calmann Lévy, , 329 p. (lire en ligne), p. 1-47
  • Albert Londres, Au bagne, Éditions Le serpent à plumes, 1923.
  • Henri Charrière, Papillon, Éditions Robert Laffont, 1969. Le livre raconte la vie d'un bagnard, à Cayenne et ses tentatives d'évasion. Le film de Franklin J. Schaffner Papillon est tiré du livre.
  • Jean-Claude Michelot, La guillotine sèche : Histoire du bagne de Cayenne, Éditions Fayard, 1981 – 361p. (ISBN 2213011052) (ISBN 978-2213011059)
  • Jean Lefevre, Le Bagne à la casse, Éditions France Empire, 1981
  • Alain Dalotel, De la Chine à la Guyane. Mémoires du Bagnard Victor Petit 1879-1919, La Boutique de l'Histoire Éditions Paris, 1996 - 324p
  • Pierre-Philippe Robert, Des galères au bagne, Les Chemins De La Mémoire, 2003, 108 pages,(iconographie)
  • Michel Valette, De Verdun à Cayenne, Éditions des Indes Savantes, 2007. Le livre est l'histoire vraie de Robert Porchet, militant pacifiste qui, après avoir déserté au cours de la Première Guerre mondiale, fut condamné et envoyé au bagne de Cayenne.
  • Bernadette Pécassou-Camebrac, La dernière bagnarde, Flammarion, 2011. Roman historique
  • Jean-François Tifiou, De Quimper à Cayenne le singulier destin d'une Bretonne, éditions Feedback, Octobre 2017

Notes et références

  1. Les archives des bagnes de Cayenne et de Nouvelle-Calédonie, sur le site revues.org de 1985
  2. « 30 mai 1854 - Création du bagne de Cayenne, en Guyane - Herodote.net », sur www.herodote.net (consulté le 20 novembre 2017)
  3. a, b, c, d, e, f et g Hélène Taillemite, « La vie au bagne », Criminocorpus. Revue d'Histoire de la justice, des crimes et des peines,‎ (ISSN 2108-6907, lire en ligne)
  4. a, b, c, d et e Jean-Lucien Sanchez, « La relégation (loi du 27 mai 1885) », Criminocorpus. Revue d'Histoire de la justice, des crimes et des peines,‎ (ISSN 2108-6907, lire en ligne)
  5. C'était le bagne..., sur le site lexpress.fr du 3 mai 2004
  6. Histoire de France Larousse, Paris 1998

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

  • Odile Krakovitch, « Les archives des bagnes de Cayenne et de Nouvelle-Calédonie : la sous-série colonies H aux archives nationales. », Revue d'histoire du XIXe siècle  1 | 1985, mis en ligne le 26 août 2006 [lire en ligne].
  • Jean-François Tifiou, De Quimper à Cayenne le singulier destin d'une Bretonne, éditions Feedback, Octobre 2017
  • [PDF] Le Bagne grand reportage de Pierre Martineau dans Détective, n°553, 1er juin 1939. Sur le site Criminicorpus.org.
  • Vidéo: Vieux Blancs , un document tiré des archives de la Radio Télévision Suisse