Bab El Oued

Bab El Oued
Bab El Oued
Bab El Oued vue de Notre-Dame d'Afrique
Noms
Nom arabe باب الوادى
Nom berbère ⴱⴰⴱ ⵍⵡⴻⴷ
Administration
Pays Drapeau de l'Algérie Algérie
Wilaya Alger
Daïra Bab El Oued
Président de l'APC Athmane Sahbane[réf. nécessaire] 
2012-2017
Code postal 16008
Code ONS 1605
Démographie
Population 64 732 hab. (2008[1])
Densité 53 943 hab./km2
Géographie
Coordonnées 36° 47′ 27″ nord, 3° 02′ 59″ est
Superficie 1,2 km2
Divers
Budget 80 millions de DA[2]
Localisation
Localisation de Bab El Oued

Géolocalisation sur la carte : Algérie

Voir la carte administrative d'Algérie
City locator 14.svg
Bab El Oued

Géolocalisation sur la carte : Algérie

Voir la carte topographique d'Algérie
City locator 14.svg
Bab El Oued

Bab El Oued (en arabe : باب الواد ; « porte de la Rivière ») est une commune de la wilaya d'Alger en Algérie, mais aussi un quartier populaire de la ville historique d'Alger, situé sur la façade maritime nord de la ville et où vivent 100 000 personnes. Célèbre par sa place des Trois-Horloges et par son marché Triolet, elle possède de nombreux ateliers et manufactures.

Géographie

Situation

La commune de Bab El Oued est située au nord de la wilaya d'Alger. Elle est délimitée au nord-est par le front de mer (boulevard Mira), à l'ouest par la commune de Bologhine et la colline de Bainem, au sud-ouest par la commune de Oued Koriche (Frais-Vallon) et à l'est par la Casbah[3]. Située en contrebas de la colline de Bouzareah.

Quartiers

Routes

La commune de Bab El Oued est desservie par plusieurs routes nationales:

Histoire

Époque ottomane

La porte de Bab el-Oued était l’une des portes de la ville d’Alger, ouvrant sur l'oued M'kacel qui s'écoule depuis les hauteurs de Bouzareah, à l'époque de l'Alger ottomane.

Époque coloniale

Un quartier s'y développe à la suite de la colonisation française de 1830 se peuplant essentiellement d'émigrants français et autres européens, italiens en particulier, au cours de la deuxième partie du XIXe siècle. Ainsi, durant la période coloniale française, et jusqu'en 1962, Bab El Oued constitue le principal quartier populaire européen de la ville.

Événements dramatiques

Durant la guerre d'Algérie, le quartier, alors essentiellement européen, fut l'un des bastions de l'OAS. À la suite des meurtres d'appelés par cette dernière le 22 mars 1962[4] (Lire aussi Benoît Haberbusch [capitaine], « Les gendarmes face à l'insurrection de Bab-el-Oued », Revue historique des Armées, n°268, 3e trimestre 2012, pp. 54-65), le quartier est isolé du reste d'Alger par les forces de l'ordre et l'armée françaises. L'OAS organise alors une contre-manifestation pour lever le bouclage du quartier, manifestation qui se solde par la fusillade de la rue d'Isly[4].

Bab El Oued, dont la population a été en grande partie renouvelée lors de l'indépendance, est le théâtre en octobre 1988 d'événements meurtriers à la suite d'émeutes qui enflamment le quartier et se généralisent au pays[5]. Les forces de l'ordre ouvrent le feu, faisant plusieurs dizaines de victimes souvent très jeunes.

Le , à la suite de pluies diluviennes, des torrents de boue engloutissent de nombreuses habitations ainsi que la vaste place du marché Triolet, faisant plus de 700 victimes et laissant en à peine trois heures[6] un quartier ravagé.

Démographie

Évolution démographique
1987 1998 2000 2008
105 37457 55799 152 [7]64 732
(Source : ONS)

Vie quotidienne

Bab El-Oued au cinéma

Le réalisateur algérien Merzak Allouache est l'auteur de trois films qui se déroulent dans ce quartier populaire : Bab El-Oued City, en 1994, Bab el web, en 2005, qui retrace un épisode de vie de deux jeunes de ce quartier et Les Terrasses (Es-stouh) sorti en 2013..

Ressources hydriques

Oueds

Cette commune est traversée par plusieurs oueds.

  1. Oued Atoun[8] (ou: Oued Mkacel)[9].

Religion

Mosquées

La commune de Bab El Oued compte plusieurs mosquées.

Zaouïas

Personnalités originaires de Bab El Oued

Dans la langue française

Dans la langue française, l'expression Bab El Oued est utilisée pour désigner un lieu lointain. Par exemple : "Oh mais c'est à Bab El Oued ça".

Notes et références